AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782745933379
334 pages
Éditeur : Milan (25/09/2008)
3.33/5   15 notes
Résumé :
Printemps 1867. Une femme est sauvagement assassinée dans une ruelle de Londres. Non loin de là, un jeune garçon de 13 ans rêve d'une vie meilleure. Il s'appelle Sherlock Holmes. Et il est fasciné par ce fait divers sordide. Il décide d'en savoir plus, de rencontrer l'accusé. Commence alors une contre-enquête qui le rend suspect à son tour...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
belette2911
  19 mars 2012
Agréablement surprise !
Ce fut un coup de chance de tomber sur ce livre alors que je ne le cherchais pas. « Chouette, un nouvel apocryphe », me suis-je dis, me fichant pas mal qu'il soit en littérature pour jeunes.
Après lecture, je me suis félicitée de l'avoir acheté. Quelques petites adaptations par rapport au canon, les parents de Holmes n'étant pas de petits propriétaires terriens, mais qui vivent de manière un peu chiche à Londres, dans un quartier pour tous les défavorisés aux comptes bancaires inexistants et qui tirent le diable par la queue.
Sa mère, Rose Sherrinford (clin d'oeil au prénom que SACD voulait donner à son personnage, finissant par le nommer Sherlock) était issue d'une famille aisée, mais pas le père, Wilber Holmes (pas d'allusion au sujet du père qui aurait pu s'appeler Siger), juif et peu fortuné. Ils se marieront contre l'avis des parents de Rose et partiront dans ce quartier mal fréquenté. Les parents de Rose ayant déshérité leur fille, les salauds, obligeant le couple à se débrouiller avec peu d'argent et à travailler dur. En tout cas, Rose a une grande affection pour son fils cadet, qui lui, n'aime pas trop l'école, sauf si elle est buissonnière.
Mycroft est absent, sauf pour nous apprendre qu'il travaille et l'auteur parle aussi d'une soeur, Violet, morte à l'âge de quatre ans.
Voici donc notre jeune Sherlock, déjà friand des journaux et histoires à sensation, des crimes sordides, qui croise la route des Irréguliers... Attention, rien à voir avec la bande sympathique du canon. Il y a là un certains Maléfactor, jeune homme de quinze ans, chef de la bande, qui déteste Holmes. Directement, il m'a fait penser à quelqu'un... Non, pas Malefoy de Harry Potter, quoique... Je vous met sur la piste : ce garçon est intelligent, malgré le fait qu'il vive dans les taudis, il parle très bien, comme s'il n'était pas issu de la fange de la population mais du haut du panier, c'est une sorte de Holmes en version "obscure", c'est un chef, un meneur, passionné de géométrie... Oui, aime aussi les problèmes mathématiques... Un peu plus ? Holmes le nomme "le petit Napoléon du banditisme"... Vous avez compris, je pense.
Nous croiserons aussi un certain Andrew C. Doyle, moustachu, et sa fille, prénommée... Irène ! Oui. Ils vivent à Montague Street (la première adresse de Holmes), et la mère est décédée. Elle et Sherlock deviendront amis, elle l'aidera même dans son enquête sur la mort suspecte, le cachant dans la niche du chien (un grand péteur, celui-là).
Sherlock devra démontrer toute son habilité lors de cette enquête, se déguiser, fuir, escalader des murs, faire ami-ami avec les Irréguliers et leur terrible Maléfactor, additionner les indices, observer les corneilles, oiseaux intelligents et ne pas se faire attraper par un certain Lestrade.
Irène l'aide du mieux qu'elle peut, mais le danger qu'elle court lui fera renoncer à cette amitié naissante. Dommage, on sentait bien que la fille aimait bien notre Sherlock et que cela était réciproque. Maléfactor aussi, l'aimait bien. le livre se termine sur une note tragique et Sherlock deviendra celui qu'il sera plus tard.


Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Audreyl
  25 février 2014
Sherlock vit à Londres avec son père Wilbert, juif, et sa mère Rose, noble deshéritée. Il devrait bénir la chance qu'il a, à 13 ans, de pouvoir encore suivre des études mais il préfère passer ses journées à errer en ville, rôdant vers Trafalgar Square et lisant les journaux à sensations.
C'est dans l'un d'eux qu'il découvre la mention du meurtre d'une femme s'étant déroulé à Whitechapel et pour lequel un arabe du nom de Mohamed Adalji a été accusé.
Cette histoire sordide va l'obnubiler à tel point qu'il se rendra sur les lieux du crime où, constate t'il, un couple de corneille veille sur la mare de sang qui s'y trouve encore.
Sur la mare ? ou plutôt sur un trésor qui serait enfoui là et qu'elles espèrent bien pouvoir déterrer ?
C'est Sherlock qui va trouver le premier indice qui permettrait d'élucider le crime, mais son intérêt suspect et sa présence répétée sur les lieux du crime intrigue la police.
Voici notre justicier en herbe arrêté et jeté en prison, suspecté d'être complice et d'avoir volé la bourse de la victime qui n'a pas été retrouvée.
Sherlock devra alors tout mettre en oeuvre pour s'évader et réussir à prouver son innocence grâce à l'aide d'Irène, une jeune fille de riche éprise de justice et convaincue de faire là une bonne oeuvre, avec l'aide réticente de Maléfactor, le caïd d'un groupe de gredin ainsi que de sa mère, qui enseigne le chant dans les beaux quartiers de Londres.
C'est une enquête très bien menée qui nous fait revivre le Londres victorien, nous sommes dans les années 1860. Avec beaucoup de descriptifs, cela pourrait peut être rebuter les lecteurs un peu moins habiles mais pour le reste, on retrouve un Londres comparable à celui décrit par Dickens dans Oliver Twist. C'est sombre, c'est sale, c'est la pauvreté qui nous est livrée là et une justice à deux niveau contre laquelle Sherlock compte bien combattre.
C'est un bon roman policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
yuukikoala
  29 avril 2014
M'attendant à une super histoire sur Sherlock Holmes, j'ai été quelque peu déçue. Peut-être que l'histoire est originale, qu'on a jamais su qui était les parents de Holmes et que là on les découvre, et que l'univers victorien est bien respecté, mais mis à part ça, si certaines des particularités de Sherlock sont vraiment bien utilisés - notamment son goût pour le violon - j'ai trouvé que son caractère était mal respecté, alors oui, d'accord, là il a 13 ans et pas je sais pas combien mais bon, j'ai trouvé qu'il ressemblait plus à un super héros - ce que j'ai trouvé pathétique - et qu'il était un peu niais. Et puis, le coup des corneilles se répètent, tourne en boucle, ça traine en longueur. de plus, certains passages pourraient ^tre plus courts, mais pour nous faire une petite visite des maisons, et dire que tout se déroule au dernier moment, bah, on nous traine en longueur. En plus, certains personnages sont exécrables, comme Irène ou encore comme l'Arabe. Par contre j'ai vraiment apprécié Maléfactor. L'écriture est quand même agréable et vraiment destiné pour les adolescents - ça se voit tout de suite -. Mais mis à part ça, la fin m'a fait rire - mais négativement - et j'ai ressenti un gout amer dans la bouche en le finissant. Ce livre est moyen. Très moyen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Chicky-poo
  10 février 2014
Fan absolue de Sherlock, quand j'ai croisé ce livre sur les rayonnages de la bibliothèque où je faisais mon stage, je n'ai pas su résister... Donc me voilà à découvrir l'enfance de Sherlock. Certes ce n'est pas du « vrai » Sherlock, mais on retrouve certains traits de son caractère et ce n'est pas désagréable d'imaginer une enfance au célèbre détective.
Chronique complète sur le blog.
Lien : http://dernierepage.blogspot..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LaureConanLaureConan   16 octobre 2011
La lecture est une drogue pour lui : il lui en faut tout aussi désespérément que les habitués des fumeries de Limehouse dans l'East end, ont besoin de leur opium. (p.133)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : littérature canadienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1225 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre