AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253149903
249 pages
Le Livre de Poche (15/01/2001)
3.46/5   14 notes
Résumé :

Le 21 juin 1943, la Gestapo arrêtait à Caluire un groupe de résistants. Parmi eux, l'ancien préfet Jean Moulin, représentant de la France Libre, envoyé de Londres.

Le rôle de René Hardy, résistant « retourné » par les Allemands, dans ce coup de filet ne fait plus guère de doute. Mais jamais encore n'avait été éclairé celui d'une femme, sa maîtresse, Lydie Bastien.

De cette fille de magistrat parisien, femme fatale et aventuriè... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
david19721976
  29 novembre 2020
La construction psychologique de Lydie Bastien dans son enfance entre un père dont elle admire la brillante personnalité, au détriment de sa mère peu estimée, nettement moins engageante, semant le trouble dans la relation père-fille. Voilà un des premiers éléments marquant sur la construction mentale de celle qui par la suite se positionnera comme une redoutable séductrice d'État, employant tous ses charmes afin de combler une avidité insasiable dans son parcours d'agent secret double ou triple entre l'Angleterre, la Russie jusqu'en Inde; les amants s'enchaînent ainsi que les affaires d'espionnages qui vont avec!....À commencer par une incroyable déposition, qui la menera au siège de la Gestapo afin d'obtenir un recours face aux accusations concernant ses fréquentations. C'est à Caluire qu'elle rencontrera pour la première fois René Hardy son fiancé...Après avoir tenté d'être reçu à l'Élysée en se faisant passer pour la secrétaire de Pierre Laval et manquera ce fameux rendez-vous pris à la même heure par René Bousquet. Ainsi se bornent ses contacts avec Laval. Grâce à tout cela elle passera tous les contrôles d'accès en refusant l'éloge de Jean Moulin estimant qu'un communiste de moins n'était pas préjudiciable pour la France si celui-ci disparaissait. Lydie Bastien alias Béatrice était bel et bien un agent allemand, vivant des richesses de la trahison, et pour étayer cette grave suspicion, après les aveux de René Hardy reconnaissant avoir passé un deal avec Klaus Barbie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
teaboka
  31 janvier 2021
Biographie sur Lydie Bastien, célèbre pour avoir été la maitresse de René Hardy , celui que l' on a toujours soupçonné d' avoir trahi la Résistance et permis l' arrestation de Moulin à Caluire en juin 43.
Péan à partir des confidences posthumes qu' il avait reçu de l' éxecutaire testamentaire , décrit le parcours d' une sorte de Mata Hari de la (elle avait eu une relation avec l' un des adjoints de Barbie et avait,sous son ordre, séduit Hardy ) qui après la guerre, développa des activités liés à l' hypnose, le yoga et fut aussi impliqué dans des affaires liées aux trafics de fonds avec les pays Africains.
Anecdote : elle eut une brève relation avec Lionel Florence qui lui fit écouter une démo de "Lucie" (le tube d'Obispo).
Commenter  J’apprécie          00
Melome
  15 novembre 2013
2 étoiles pour l'histoire vraie qui y est racontée mais la lecture n'est pas agréable.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
david19721976david19721976   28 novembre 2020
Qui est cette Lydie que la presse a aussitôt qualifiée de Mata-Hari de la Résistance? Un agent double? Un agent triple?...Elle sait que pèse sur elle le lourd soupçon qu'Henry Frenay lui a exprimé le jour où elle est venue lui demander son appui dans la défense de René Hardy, quelques semaines après l'arrestation de ce dernier. Soupçon qu'il réexprime ces jours-ci à la presse.
Lydie aime les bijoux. Sur la photo de Samedi-Soir, blottie dans un manteau de renard bleu, elle arbore un double rang de perles autour du cou et de lourdes bagues. Seuls les souliers plats attestent que la voyageuse n'effectue pas un déplacement mondain. Pour sortir de la gare de Laroche-Migennes, elle a pris le bras du commissaire dans une attitude presque complice. Il faut que l'on sache: Lydie ne rentre pas à Paris en tant qu'accusée. Juste comme témoin. Au poste frontière franco-Suisse, le journaliste de France-Soir a pu l'interroger. Elle lui a répondu sèchement: Je rentre parce que j'en ai assez de cette campagne de presse mensongère. Je veux me justifier et défendre René Hardy. Bien des choses nous séparent, mais je témoignerai en sa faveur car je suis persuadée qu'il n'est pas coupable.
En réalité Lydie est prête à tout pour sauver sa propre peau.Y compris, on le verra, à charger son ancien amant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Pierre Péan (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Péan
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/gregor-pean-la-seconde-vie-d-eva-braun-53160.html Voilà le premier livre de Gregor Péan. Et pourtant cet auteur a déjà une dizaine de titres à son actif. Comment donc ? Jusqu'à présent, c'est effectivement sous le nom de Jean Gregor que Gregor Péan était connu en librairie. Au décès de son père, le journaliste et enquêteur Pierre Péan, et ayant écrit lui-même un roman intitulé « le dernier livre de Jean Gregor », ce dernier a estimé qu'il était temps de reprendre sa véritable identité. Parmi ses précédents titres, « Transports en commun », « L'ami De Bono », « Femme seule devant sa glace » ou « L'ombre en soi », Gregor Péan témoigne d'un fort talent littéraire. Dans ses histoires, les personnages simples viennent se cogner aux mutations de la société, les silences font parfois plus de bruit que les longs discours, l'écriture audacieuse et franche ne laisse pas indifférent. Avec son nouveau roman « La seconde vie d'Eva Braun », Gregor Pean confirme cette aisance à aborder des thématiques inattendues avec un style qui lui est propre. Comme une uchronie, l'auteur invente donc un autre destin à la maîtresse d'Hitler. Et si celle-ci n'était pas morte dans le bunker du Führer en avril 1945, et si elle avait été exfiltrée et emprisonnée en Union soviétique, où une interprète la questionnait selon les bons vouloirs de Staline. Que serait-elle devenue ? Aurait-elle pris conscience du monstre qu'était celui dont elle partagea la vie ? Sur cette question, Gregor Péan construit un roman fascinant et dérangeant, à l'image de cette photo colorisée qui habille la couverture du livre. Eva Braun n'était-elle qu'une gentille idiote, telle que la Grande histoire l'a toujours présentée ? Ouvrant son récit comme une farce et imposant une gravité au fil des chapitres, Gregor Péan interpelle le lecteur, au propre comme au figuré, nous invitant à réfléchir sur les notions d'humanité et de culpabilité. Dans cette seconde vie, face aux outrages que subit Eva Braun dans sa geôle stalinienne, la rendant fragile, il nous pousse à nous attacher à elle. Mais peut-on et doit-on avoir de la compassion pour la femme du monstre ? Ce roman est fort, violent, déroutant, formidablement écrit. C'est un coup de coeur. « La seconde vie d'Eva Braun » est publié chez Robert Laffont.
+ Lire la suite
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Seconde guerre mondiale: 1939-1945>Histoire sociale, politique, économique (169)
autres livres classés : collaborateursVoir plus





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1069 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre