AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges-Michel Sarotte (Traducteur)
EAN : 9782266135245
587 pages
Éditeur : Pocket (16/09/2004)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 116 notes)
Résumé :
Historien, journaliste, spécialiste en histoire de l'art, Iain Pears s'est révélé au grand public avec "Le Cercle de la Croix," roman déjà culte qui l'a propulsé sur le devant de la scène littéraire anglaise.
Avec "Le Songe de Scipion," il récidive et prouve que son immense talent se situe bien au-delà des recettes et des ficelles romanesques. Une intrigue qui tient le lecteur en haleine en entrecroisant savamment les destins de trois protagonistes – Manlius,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
GeorgesSmiley
  05 mars 2019
En route, en compagnie de Iain Pears l'érudit, pour le Vaucluse, Vaison-la-Romaine, Avignon et son palais des papes à l'entrée duquel les visiteurs curieux d'aujourd'hui peuvent apercevoir le blason de son bâtisseur, Clément VI le Magnifique.
Un pape, donc, sans doute le plus célèbre de la parenthèse française en Avignon, un poète, Pétrarque, dont chacun connait le nom, même s'il n'en a jamais lu un vers, et un évêque, Sidoine Appolinaire, sanctifié et fêté tous les 21 août, sont les trois personnages historiques, sur lesquels Iain Pears base son récit même si, pour les deux derniers cités, il utilise des personnages de fiction (Olivier de Noyen et Manlius). Sur trois époques différentes, la chute de l'Empire romain du Vème siècle, la papauté avignonnaise du XIVème siècle au moment de la Grande Peste et l'invasion nazie de la mi-vingtième siècle, il s'interroge sur les notions de civilisation, de résistance à la barbarie, de fidélité à ses convictions. Peut-on, doit-on consentir à de mauvaises actions pour que d'autres plus terribles soient évitées ? Dans ces périodes terribles où les barbares triomphent, la défense de la civilisation se limite à peu de choses, quelques choix cornéliens, résister jusqu'à la mort ou pactiser en espérant sauver ce qui peut l'être, s'imposent à tout un chacun et particulièrement à ceux qui sont en charge des âmes ou des corps. Et quand l'amour s'en mêle (Pétrarque a sa Laure, Sidoine sa Sophia et Julien, le personnage fictif du XXème siècle, sa Julia), les choix deviennent encore plus difficiles, plus dramatiques et plus déchirants. On ne peut que se féliciter de n'y être pas (encore ?) confrontés. L'Histoire officielle se charge, à postériori, d'habiller, à la guise des vainqueurs, les choix effectués des motivations qui l'arrangent plus que la vérité. On apprend ainsi de Clément VI, au travers du sort des Juifs persécutés à ces trois périodes pour servir de boucs-émissaires, qu'il est passé à la postérité pour avoir, au beau milieu de l'épidémie de Peste noire de 1347-1348, publié deux bulles interdisant de les forcer à la conversion et menaçant d'excommunier tous leurs persécuteurs. Quelle en était la motivation exacte ? le roman en livre une, rien n'est certain, laissons-lui donc le bénéfice du doute.
C'est une belle promenade érudite qui pose beaucoup de questions. On y aborde, de façon romancée et agréable, politique, philosophie, histoire et histoire de l'art, à trois époques particulièrement troublées dans une unité de lieu (le Vaucluse). Les sentiments compliquent tout : amour, amitié, de même que l'envie de bien faire, et aboutissent parfois à des trahisons assumées ou à des renoncements déchirants. C'est un roman qui donne envie de retourner dans ce Vaucluse ensoleillé et parfumé pour plonger dans son histoire méconnue et (re)découvrir la poésie de Pétrarque.
« De longs cheveux brillant à rendre l'or jaloux,
Le regard le plus pur, le plus charmant visage
Qui jamais aient fait mettre un mortel à genoux,
Un sourire ineffable, un gracieux langage,
Une main, de beaux bras noblement arrondis
A faire implorer grâce au coeur le plus rebelle,
Un pied fait par l'amour, une femme si belle,
En un mot, qu'il n'est rien de tel au paradis,
Me faisaient d'heureux jours; mais Dieu l'a rappelée,
Empressé de la voir parmi sa cour ailée,
Et moi, je reste seul, les yeux morts au bonheur.
Pourtant une espérance ici-bas m'est laissée :
Peut-être l'ange heureux, qui lit dans ma pensée,
De nous voir réunis obtiendra la faveur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
umezzu
  22 juin 2014
Je ne relis jamais les livres que j'ai lu. Il y a tant d'autres livres à découvrir. Et puis il y a le risque de d'avoir en mémoire un très bon moment de lecture, et de se retrouver en deuxième lecture avec un ouvrage affadi.
Je considérais le Songe de Scipion comme un roman majeur et j'ai pris le risque de sa relecture. Pour au final un avis confirmé.
J'ai rarement eu l'impression de sortir d'un livre en m'étant posé autant de questions, en ayant autant eu autant l'impression de lire un ouvrage intelligent, construit, subtil, et expliquant un peu les vicissitudes du monde.
Les trois époques évoquées importent finalement peu, même si leurs enjeux sont bien expliqués. L'important découle des choix individuels et collectifs, de la capacité de dépasser son cas individuel, ou, au contraire, de laisser parler son ambition.
La première partie est consacrée à la chute de l'empire romain en Gaule et à l'arrivée du christianisme, non seulement comme religion, mais comme facteur d'équilibre social. Face à l'abandon par Rome, le riche Manlius, païen, va choisir le christianisme. Pas sans calcul, mais sans renier sa philosophie de vie.
Le deuxième époque est celle des Papes en Avignon, des moyens qui permettent d'accéder aux puissants, et des risques qu'il y a à les fréquenter.
La troisième partie montre la deuxième guerre mondiale, par le petit côté des choix qu'ont pu faire certains face aux idéologies et à l'instauration du totalitarisme.
Dans les trois cas, l'histoire, celle qui reste, est celle des vainqueurs. Elle oublie les situations préalables, et prétend qu'il n'y avait qu'une seule voie possible. Ce livre montre au contraire que les choix sont parfois durs, parfois peu récompensés, mais toujours infiniment humains.
Les trois époques évoquées n'ont rien à voir les unes avec les autres, pourtant les mêmes thèmes, les mêmes préoccupations les habitent. L'histoire bégaie, mais à chaque époque il appartient à chacun de faire ses choix, en fonction de ce qui lui semble juste.
Un livre majeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
agenet
  17 décembre 2013
J'ai découvert Iain Pears à travers l'excellent Cercle de la croix. Et quelle agréable surprise que ce Songe de Scipion qui m'a plu encore davantage.
Voilà un livre bien écrit et surtout intelligent. Pas seulement par son style, par les connaissances qu'il contient, mais surtout parce qu'il fait réfléchir. Car ce roman n'est pas seulement un moment de détente, c'est un texte qui pose des questions.
Le principe est simple : la Provence, trois époques troublées non sans similitudes (la chute de l'empire romain, la peste noire du XVIè siècle, l'Occupation), trois hommes cultivés qui portent les valeurs de leur société.
Et à chaque fois, pour ces hommes, un choix impossible à faire. Jusqu'où peut-on, doit-on aller quand la barbarie menace la civilisation ?
Quand on sait que cette barbarie l'a d'ors et déjà emporté, pour sauver quelques fragments de sa culture, peut-on trahir, collaborer, contre ses propres valeurs ? Quand rester fidèle c'est regarder s'effondrer tout ce à quoi on croit sans pouvoir bien faire alors qu'en rejoignant les rangs de l'ennemi, on peut en sauver quelques bribes, quelles concessions peut-on s'autoriser ?
Les personnages de ce roman ont fait leur choix, ils ont sacrifié une part de leur valeurs et peut-être de leur humanité en espérant protéger une part de leur civilisation.
L'Histoire les jugera, non selon leurs actes, leur courage ou leur trahison, mais selon que le camp qu'ils ont rejoint sera le perdant ou le vainqueur.
Dans ce roman, qui pourra dire quel choix était le meilleur, lequel était juste, humain ou non, si ce qui est sacrifié vaut plus ou moins que ce qui est sauvé ?
Tout comme aucun de nous ne peut savoir le choix qu'il aurait fait dans ces situations extrêmes, aucun de nous ne saurait juger ces trois hommes. Mais leur histoire fait réfléchir à la valeur de la civilisation et au prix à payer pour la conserver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
frandj
  09 mars 2015
Ian Pears est un écrivain, mais aussi penseur et un érudit - un peu comme Umberto Eco, par exemple. Dans ce gros roman, il entraîne les lecteurs dans le dédale de l'Histoire, plus précisément à trois moments-clé de notre passé: pendant l'agonie de l'Empire Romain, à la Renaissance et pendant la seconde guerre mondiale. On suit les aventures de Manlius, d'Olivier et de Julien, chacun vivant à l'une de ces trois époques. L'auteur montre comment le destin de l'individu est lié au contexte historique où il vit. le lien - assez lâche - entre ces trois destins est assuré par un texte intitulé "Le songe de Scipion" que Cicéron aurait rédigé.
C'est un livre intelligent et bien construit, qui permet d'affiner notre culture et notre réflexion sur l'Histoire. Toutefois, il m'a semblé parfois un peu difficile de "sauter" d'une époque à l'autre, dans ce roman à trois voix. Pour ma part, "Le cercle de la croix", du même auteur, m'avait laissé une impression plus subtile et plus inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
cyba
  28 août 2015
Belle fresque de la civilisation occidentale, englobant trois époques cruciales : la chute de l'Empire romain, les années de la Grande Peste et l'apogée du nazisme. La brillante trame narrative nous pose de questions très actuelles : Qu'est ce que la civilisation ? Qu'est ce que la trahison ?
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ouap1ouap1   24 janvier 2018
page 144-145
Ce fut le petit rire de Jacques qui, en faisant tomber le masque, tua le mariage. Un petit hennissement aigu, d'une demi-seconde, vite étouffé comme il avait appris à le faire, mais vibrant de cynisme. Il avait pris la passion de sa femme pour une distraction et sa profonde concentration pour une langueur de rêveuse. Il ne se rendait absolument pas compte de son talent. Ca, elle ne pouvait l'accepter.
Peut-être sa réaction avait-elle été intempestive. Elle ne nia jamais cette possibilité. Du point de vue diplomatique - celui de son mari, naturellement -, sa crise de nerfs était imprévisible, excessive, voire un rien vulgaire. Mais le tremblement de ses mains et les trémolos de sa voix n'étaient pas feints, ne visaient pas au mélodrame. Elle tentait d'expliquer à un homme qui ne pouvait pas plus la comprendre qu'un sourd n'est capable de comprendre Bach ce qu'elle faisait et pourquoi cela comptait tant pour elle.
" Pourquoi donc êtes-vous tous toujours aussi hystériques ? "
Des siècles, des millénaires peut-être, étaient distillés, précipités, concentrés dans cette simple remarque désinvolte lancée uniquement pour calmer la colère de son épouse. Ses implications auraient pu remplir maint ouvrage, ce qui était d'ailleurs le cas. Les mots eux-mêmes, le ton méprisant, le mélange de vague peur et de dégoût, tout cela aurait pu être développé avec moult détails. Mais ce n'était pas nécessaire : Julia n'avait pas besoin qu'on lui fasse un dessin, et lui non plus, à en juger par l'inquiétude qu'elle lisait dans ses yeux. Il savait pertinemment ce qu'impliquait sa question.
Elle ne lui reparla jamais. C'était inutile. Elle ne demanda pas le divorce non plus. Elle ne voyait guère l'intérêt de se lancer dans un procédure pénible, compliquée, et pour la carrière de son mari avoir une épouse invisible valait mieux que de ne pas en avoir du tout. Il resta toujours comme au début, franc, honnête, sincère, affectueux à sa manière, et dès qu'elle cessa d'être en colère elle reconnut ses nombreuse et grandes qualités. Elle avait également aperçu une face obscure dont elle ne voulait plus s'approcher même si elle pouvait pardonner. Elle n'avait cependant aucune envie de lui nuire. Elle ne chercha pas à se venger et en ressentit finalement quelques remords. Le fait que sa rage s'était si vite dissipée la convainquit qu'elle ne l'avait jamais aimé. Elle était seule responsable de tout ce gâchis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rotsenamrubrotsenamrub   08 mai 2018
"La politique vous ennuie ?" demanda Brosen.
Julien sourit.
"En effet. Toutes mes excuses, monsieur. Ce n'est pas que je n'aie pas essayé de m'y intéresser, mais des recherches méticuleuses et approfondies m'ont permis d'émettre l'hypothèse que tous les hommes politiques sont des menteurs, des imbéciles ou des filous, et je n'ai rien encore trouvé qui me fasse changer d'avis. Ils peuvent causer de grands dommages et ne font que rarement de bonnes choses. Le citoyen lucide a le devoir de protéger la civilisation de leurs déprédations."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   04 mars 2019
_ Non, Bernard n'est pas un homme bon. Il possède de nombreuses qualités estimables : il est intelligent, drôle, dynamique, de bon conseil s'il n'est pas lui-même affecté par les conséquences de l'affaire. Mais il n'est pas bon. Il ne s'intéresse pas aux gens et ne les comprend pas. Il aime la classe ouvrière, mais les ouvriers le dégoûtent. Marcel, au contraire, aime les ouvriers, et déteste la classe ouvrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   05 mars 2019
Les temps avaient changé depuis l'époque des ambassades de ses ancêtres, dont la munificence pouvait à elle seule suffire à forcer un prince barbare, facilement ébloui par une telle opulence, à faire allégeance. Adorez-moi et tout cela vous appartiendra ! Rome avait survécu et prospéré pendant des siècles en utilisant les paroles du diable.
Commenter  J’apprécie          30
sa_avengersa_avenger   16 septembre 2017
Caius était l'un de ces hommes qui se targuent de leur ignorance, appellent pureté leur manque de culture, méprisent toute subtilité de pensée ou d'expression. Un homme bien de son temps en effet. Tout récemment encore, il aurait été si honteux de son inculture qu'il se serait tu, alors qu'aujourd'hui c'étaient les lettrés qui devaient mesurer leurs propos.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Iain Pears (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iain Pears
L'écrivain Iain Pears confie ses méthodes d'écriture.
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (355) Voir plus




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
763 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..