AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges-Michel Sarotte (Traducteur)
ISBN : 2264032820
Éditeur : 10-18 (03/11/2004)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 68 notes)
Résumé :
En Italie et en Angleterre, une nouvelle enquête de Jonathan Argyll autour des œuvres majeures de la Renaissance, où se croisent, entre autres, un policier incompris, un mystérieux voleur surnommé Giotto et une retraitée cleptomane...

À Rome et en Angleterre, dans le Norfolk.

À Rome, le général Bottando est responsable de la brigade contre le vol d’œuvres d’art. Depuis plus de trente ans, il soupçonne un homme, qu’il a surnommé Giotto,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  17 janvier 2019
Au service de la protection du patrimoine artistique italien, c'est le branle-bas de combat : pour protéger son poste face à un jeune technocrate aux dents longues, le chef actuel du service doit réussir l'impossible. À savoir arrêter un hypothétique voleur qui aurait dérobé pendant des années les plus grandes toiles sans jamais être inquiété.
Quelques indices font leur apparition pour dépoussiérer un dossier enterré depuis des années. Mais voilà, le suspect principal fait une mauvaise chute (assez suspecte, on s'en doute) quelques heures avant de révéler des informations capitales.
Un polar à l'ancienne honnête, mais pas vraiment surprenant. Étant donné le peu de personnages vraiment suspects, et l'inégalité de leur développement dans l'histoire, on devine un peu trop facilement l'identité du coupable.
Commenter  J’apprécie          181
bina
  26 juillet 2012
Iain pears nous promène de Florence à Londres dans les pas de ses personnages. D'une par Flavia di Stefano, enquêtrice au Service de Protection du Patrimoine à Florence, d'autre part Jonathan Argyll, son amoureux, d'origine anglaise, revendeur de tableaux trop honnête pour faire des affaires.
Argyll part pour un court séjour à Londres, et en profite pour rechercher des renseignements sur une affaire en cours levée par Flavia et son chef.
Comme à chaque fois que Jonathan se lance dans quelque chose pour aider Flavia, rien ne se passe comme prévu. L'homme qu'il doit rencontrer est mort quelques heures plus tôt, et ce n'est pas un accident!
Il était soupçonné de vol de tableau depuis 30 ans, sans laisser d'indice.
Argyll élabore d'après ses recherches une théorie, dont il persuade Flavia de sa justesse, malgré quelques zones d'ombres.
Peu de temps après, il se rend compte de son erreur. Doit-il donner la nouvelle version des faits à Flavia, au risque de la perdre, ou doit-il se taire, quittant Londres avec un dessin de Léonard de Vinci pour prix de son silence? Son intégrité morale en prend un coup, mais c'est ça quand on mène une enquête à l'affectif, on perd son objectivité!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
umezzu
  29 février 2016
Cinquième volet des aventures de Jonathan Argyll. Un célèbre voleur d'art, qui selon le général Bottando narguerait la police depuis des décennies, réapparaît. L'occasion pour Flavia de dépêcher son conjoint Jonathan Argyll, plutôt inoccupé par ailleurs, vers sa terre natale l'Angleterre pour aller à la pêche aux informations.
Un livre qui nous ballade des paysages de Toscane vers la verte Angleterre, pour des chapitres finaux dont l'ambiance rappelle un peu Agatha Christie. Jonathan Argyll encore une fois ne sait pas faire des affaires, comme ferait un vrai marchand d'art, et cet empoté parvient malgré tout à faire avancer l'intrigue.
Humour et second degré britannique sont au programme.
Commenter  J’apprécie          80
MonCharivariLitteraire
  13 novembre 2017
Les Iain Pears déçoivent rarement. Ce livre n'est pas le meilleur des aventures de Flavia di Stefano et de Jonathan Argyll mais il est tout de même bien sympathique et fait passer le temps agréablement. Entre Rome, Londres et la campagne anglaise ont se laisse guidés entre apparences, chantages et déceptions. Qui est véritablement Giotto, ce voleur de tableau qui agit impunément depuis 30 ans? La réponse pourrait vous déplaire.... Une remarque cependant, Iain Pears a dérogé à sa règle habituelle. Il n'y a pas de grande à la fin de scène où tous les protagonistes sont réunis et la vérité révélée. Cela m'a manqué. Au revoir Bottando, Janathan et Flavia et j'espère à bientôt!
Commenter  J’apprécie          10
cyba
  27 juillet 2016
Le trio formé par le général Bottando, chef du Service chargé de la protection du patrimoine artistique , l'inspectrice Flavia et le marchand d'art Jonathan Argyll vont affronter Giotto, auteur probable mais insaisissable de plusieurs ouvres d'art depuis plus de trinte ans.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   16 janvier 2019
Il arrivait [à Flavia] de ne pas comprendre pourquoi certaines questions administratives étaient soumises à son attention, mais il fallait l'accepter. Montagne de rapports concernant des vols, colline de procès-verbaux d'arrestations, véritable chaîne alpine d'inepties habituelles sur divers sujets sans intérêt. Les Archives voulaient une nouvelle photocopieuse... La demande de congé de Susanna afin d'assister aux noces de son ex-mari... (Étrange requête, mais pourquoi pas ? Il n'y avait aucun mal à être large d'esprit). La Comptabilité se demandait si tel enquêteur avait vraiment été obligé récemment de descendre dans l'hôtel le plus cher de Mantoue au cours d'un déplacement de routine.

Et ainsi de suite. Que se passerait-il, songea-t-elle, si elle déchiquetait tout le tas ? Non, ça ne marcherait pas. Perdez une galerie d'art toute entière, ça ne fait ni chaud ni froid à personne, mais égarez le double d'une facture, et le monde entier est sans dessus dessous jusqu'à ce qu'on la retrouve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver   14 janvier 2019
— Notre politique est de collaborer pleinement avec la police afin d'essayer d'assainir le marché de l'art et de le rendre plus honorable.
— Vraiment ?
— Non. Mais je pense qu'on devrait profiter de ce cas précis pour prendre un bon départ.
Commenter  J’apprécie          60
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   13 novembre 2017
La qualité n'a pas d'importance. Ce ne sont pas les tableaux qui intéressent les acheteurs. J'ai mis un bon bout de temps à le comprendre. Ils ne veulent dépenser leur argent que pour un pedigree. Comme pour un chien, un cheval...ou un aristocrate, continua-t-il, tout en se demandant s'il ne filait pas excessivement la métaphore. une signature et un pedigree valent dix fois plus qu'un tableau lui même, et les œuvres qui en sont dépourvu sont souvent traitées avec circonspection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
StouphStouph   20 juin 2013
Il jeta un coup d’œil alentours, à la recherche de rations de survie, au cas où…Hélas ! tout était en boîte, avait été surgelé des années-lumière auparavant ou était recouvert d’une mince couche de poussière.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   13 novembre 2017
Argyll ne huma pas aussitôt l'odeur du profit. Il ne reconnut pas l'auteur probable en se demandant à qui il pourrait le revendre. Simplement il le vit et l'aima.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Iain Pears (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Iain Pears
L'écrivain Iain Pears confie ses méthodes d'écriture.
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1645 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre