AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290318447
478 pages
Éditeur : J'ai Lu (31/05/2002)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 66 notes)
Résumé :
«- Ecoute-moi bien, Lucille. Ces messieurs ont sûrement leurs raisons pour se passer de la Sainte Vierge. Mais moi je te le dis et ne l'oublie jamais. Nous les pauvres, on n'a qu'elle. [...] Elle seule pour nous aider et nous écouter quand on n'a plus rien et quand on a mal.»

En ce milieu du XIXe siècle, à Lourdes, dans les milieux aisés, la science a pris le pas sur la foi. La bourgeoisie ne jure plus que par les «scientifiques», même si elle ne manq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Pas-chacha
  04 janvier 2017
Un chouette roman dans la ville de Lourdes entre 1857 et 1858.
Nous suivons une jeune femme mariée et riche de Lourdes, puis peu à peu nous rentrons dans le quotidien de sa femme de chambre, sa couturière, sa lingère, les femmes voisines...
Et puis au milieu du roman commencent les rumeurs autour de la petite Soubirous qui a vu une dame blanche à Massabielle.
L'auteur ne se prononce pas sur la vérité des apparitions, elle nous décrit juste toute l'ébullition qu'entraînent ces rumeurs dans cette petite ville où se côtoient misère et richesse.
Et c'est surtout le combat des femmes, leur courage que nous suivons.
Une belle histoire de solidarité où la vie triomphe.
Plaisant et intéressant d'imaginer les bouleversements qui ont frappé Lourdes et les différentes réactions, que les gens croient la petite Bernadette ou pas.
Commenter  J’apprécie          200
latina
  08 octobre 2011
J'ai vraiment apprécié ce roman sociologique, vais-je dire. En effet, ce que pense Bernadette Soubirous est vraiment très secondaire.
C'est plutôt la peinture de la société de Lourdes au XIXème siècle qui est édifiante : femmes "de la haute" encore subordonnées à leurs maris, et clivage riches-pauvres ... infernal.
Et les femmes vont "prendre le pouvoir", càd qu'elles vont s'imposer par leur amour et surtout leur volonté d'aider, de construire un autre monde. Elles sont guidées par leur coeur tandis que leurs maris ne font que parler et médire. Pour eux, c'est la situation sociale qui prime, au mépris du bonheur de leurs épouses, au mépris de la misère qui frappe jusqu'à leur porte.
C'est une très belle histoire dans le sens où elle nous rend meilleurs.
Commenter  J’apprécie          182
rabanne
  12 octobre 2015
J'aime également les livres qui ne m'accrochent pas forcément par leur titre, ou leur couverture.
Passée l'histoire anecdotique de l'aventure amoureuse de la Belle chocolatière, l'on plonge littéralement dans l'atmosphère d'un modeste village, où riches et pauvres ne côtoient pas les mêmes espaces, où la misère n'est pas un mince euphémisme.
Un jour, la rumeur d'une Dame blanche "apparue" à la grotte de Massabielle, la hutte aux cochons...
Croyants, ou pas, ce livre touche profondément.
C'est un formidable récit sociologique, humaniste, où la femme tient une place de choix.
Il aura suffit d'une ignorante pour créer le lien entre le village d'en haut et celui de la boue, du froid et du labeur.
Une plume captivante !!
Commenter  J’apprécie          180
Herve-Lionel
  26 novembre 2016
La Feuille Volante n° 1091
La belle chocolatièreBernadette Pécassou-Camebrac – Flammarion.
Nous connaissons tous l'histoire de cette petite fille pauvre qui prétendit avoir vu la Vierge Marie dans la grotte de Massabielle. Nous sommes en 1856 et Lourdes n'était pas encore ce lieu de pèlerinage où le monde entier vient espérer un miracle et où « les marchands du temple » prospèrent. le titre de ce roman ne s'y réfère pas puisqu'il y est question de Sophie, épouse belle et frivole d'un riche pharmacien qui est aussi chocolatier dans cette ville où se prépare la bal annuel et mondain du nouvel an organisé par le ministre impérial qui est aussi un notable local. On n'échappe pas aux banalités à propos de cet événement sur les toilettes, le défilé des jeunes filles en quête d'un mari, les commentaires inspirés par la jalousie et l'hypocrisie bourgeoise, le prestige de l'uniforme des hussards en garnison à Lourdes...
Je ne suis que très peu entré dans cette histoire. Il y a les potins qui sont colportés dans cette petite ville où tout le monde se connaît et s'observe, il y a certes l'usure du couple, cette passade de Sophie qui perd la tête pour un hussard et qui tombe enceinte. J'ai cru un moment à un remake de Mme Bovary. Tout Lourdes est au courant et, bien entendu son mari ne se doute de rien et croit en sa paternité, mais il n'y a rien là que de très ordinaire dans ce genre de situation qui vous font apprécier le célibat. Devant tant d'effervescence, Sophie, « la belle chocolatière » continue de penser à son amant parti vers d'autres cieux et quand il revient c'est toujours la même chose. En se donnant à lui, elle a non seulement connu le « grand amour » mais elle a aussi enfreint l'ordre social si cher au second empire, bousculé la morale et imposé à son mari aux yeux de tous un ridicule qu'il ne méritait pas. Je ne suis pas bien sûr cependant de ces grands sentiments qui n'existent que dans les romans.
L'étude sociologique en revanche est plus intéressante dans cette société gouvernée par des hommes où le petit peuple est pauvre et laborieux et que les riches exploitent et renvoient à leur guise en ce XIX° siècle, où les prolétaires travaillent dur et où les notables, attachés à leur situation sociale, les regardent de haut, les méprisent parce qu'ils ont de l'argent et donc du pouvoir, mais aussi la connaissance scientifique qui met en doute la foi. La peinture des bourgeois aussi est pertinente avec leurs discussions suffisantes de café du commerce qui n'épargnent personne, surtout quand le sujet porte sur les femmes. Cette évocation des pauvres n'omet ni les cabarets qui détruisent les hommes ni le dur labeur des femmes qui, malgré leur travail ne sortiront pas de leur condition de misère. Chacun reste dans son milieu social et les chimères de l'amour n'y feront jamais rien, quoique.... L'emprise de la religion est aussi révélatrice d'un état d'esprit empreint de crainte, de soumission et de croyances, la solidarité des femmes qui finalement croient aux apparitions de la petite Bernadette, se soutiennent et se montrent charitables et la peur des autorités à cause de l'ordre public menacé par les attroupements. Aux certitudes des hommes répond la croyance des femmes. Un tel mouvement ne va tarder à transformer cette petite ville, malgré la gêne puis la prudence du clergé. Quant à la culpabilisation de Sophie elle est aussi inspirée par cette société judéo-chrétienne qui baigne la société française dans son ensemble. La rumeur qui naît et qui enfle au sujet de tout et de rien et que les ragots entretiennent. L'épilogue ne m'a pas convaincu.
J'avais bien aimé « la dernière bagnarde », mais là, j'ai été moins passionné par ce roman pourtant bien écrit.
© Hervé GAUTIER – Novembre 2016. [http://hervegautier.e-monsite.com ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
bookaddict02
  03 juillet 2020
Bernadette Pécassou sait mélanger roman et histoire. J'ai accroché dès la première page et j'ai été transporté par ce roman. On ne peut qu'être touché par la vie dur de certains personnages à une époque ou certains avaient tout et d'autres vivaient dans la misère. L'auteur est d'une efficacité remarquable car elle arrive à nous faire remonter le temps.
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
latinalatina   08 octobre 2011
- Eh oui ! C'est des âneries, explosa Marthe. Les Soubirous, c'est des moins que rien, ils ont été foutus dehors de partout, c'est des fainéants ! Et vous allez croire ce que cette Bernadette raconte ! Bah ! tout ce qu'elle dit, ça vaut rien ! C'est une pauvresse, une ignare, c'est de la guenille !
Marie blêmit. Sans s'en douter Marthe avait touché un point très douloureux chez elle. Jamais comme en ce milieu du XIXe siècle, où l'argent régnait en maître et coulait à flots dans les poches des nantis, la pauvreté n'avait été l'objet de tant de mépris. Etre pauvre, en cette année 1858, c'était pire qu'une déchéance, c'était un vice.
- De la guenille? hurla-t-elle. Bernadette, de la guenille ! Et qu'est-ce que tu es d'autre, toi, Marthe ! Et qu'est-ce que nous sommes toutes ici d'autre que des ignares et des pauvresses. Des pauvresses enlaidies, avachies sous le poids de la misère, écrasées de travail...
Et ces mains ! vous vroyez que c'est des mains de dame, vous ! Non, Marthe ! Tu les vois, ces mains, regarde-les, regarde les tiennes ! (Elle hurla:) Toutes, regardez vos mains !
Ces mains ainsi tournées vers le ciel avaient quelque chose de terrible. C'était une géographie, une géologie vivante sur laquelle se lisaient les heures, les jours, les mois et les années passées, dès l'enfance, à lier les bottes de paille dure dans les champs sous des chaleurs étouffantes, une paille qui arrache la peau et y laisse des milliers de piqûres. S'y lisaient le gel des eaux du gave, l'hiver qui crevasse l'intérieur des paumes en de larges sillons qui ne se referment jamais. S'y lisaient les griffes des ronces qui déchirent la peau jusqu'au sang, les brûlures de la neige sous laquelle on cherche encore et encore les dernières châtaignes, le dernier fagot. S'y lisaient les travaux des champs, la terre qu'on soulève à pleines mains, les pommes de terre qu'on plante à l'automne, puis qu'on ramasse au printemps. S'y lisait le travail incessant de ces outils vivants, sensibles et meurtris.
Ces mains, c'était le paysage merveilleux et violent d'une terre qui donne, mais aussi qui prend.
Et ces mains étaient là, à nu, effrayantes dans leur masse informe, avec leurs doigts noueux et tordus, ouvertes vers le ciel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
latinalatina   06 octobre 2011
Le commissaire fit de la main un geste méprisant :
- Tout va s'arrêter tout seul, on n'aura pas besoin de bouger le petit doigt. Maintenant que je sais que ce sont les femelles du bas qui mènent l'affaire, je ne m'inquiète pas. Elles doivent avoir quelque chaleur mal venue, le soufflé va retomber comme il était monté. Sinon, on leur enverra quelque étalon bien rustique pour les calmer, et tout rentrera dans l'ordre.
De gros rires secouèrent la tablée et le docteur Balencie rajouta :
- Je vous conseille d'envoyer à ces femelles plusieurs étalons, cher commissaire, et bien costauds, j'ai eu l'occasion d'en voir quelques spécimens de près lors de mes visites de médecin et je peux vous jurer qu'avec leurs grosses mamelles et leurs fesses de charrue, il faut compter large.
- Que voulez-vous, cher docteur, renchérit le procureur, nous n'avons pas comme vous accès à tous les genres et nous ne connaissons, fort heureusement, que les gracieuses rondeurs des femmes dignes de ce nom. Quant à ces femelles difformes, on se demande même s'il se trouve un seul mâle suffisamment affamé pour en vouloir. Quelle horreur ! et il fit mine de se tenir l'estomac comme s'il allait vomir.
Lucile avait cessé de travailler. Toute pâle, elle écoutait ces hommes déverser devant elle, sans la voir, toute cette boue de mots et d'images. Chacun de leurs éclats de rire poignardait son coeur au plus profond. Devant ses yeux, sa mère lui souriait, Lucile voyait son regard magnifique et son sourire si doux. Jamais jusqu'à cet instant elle n'avait pensé au corps de sa mère. Elle savait seulement qu'il était tendre et accueillant et que, bien souvent, il l'avait protégée des douleurs et du froid et qu'il avait accueilli et calmé beaucoup de malheurs et de désarrois, les souffrances de certaines voisines régulièrement et violemment battues par leur homme ou les plaintes des enfants affamés qui venaient se réfugier dans ses jupes et réclamer un peu d'affection. Et sa mère serait donc une de ces femelles dont les messieurs parlaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
latinalatina   08 octobre 2011
Marie sourit. Plutôt que de ruminer ce qui n'allait pas, elle avait décidé de se réjouir de la moindre bonne chose, et elle remâchait sa satisfaction le plus longtemps possible, jusqu'à la faire pénétrer dans toutes les fibres de sa peau et de son coeur. Elle en extrayait la quintessence et la ressassait inlassablement pour s'en construire une carapace de joie qui rejetait au loin les duretés de la vie quotidienne et les mauvais coups du sort qui s'accumulaient régulièrement dans les maisons du quartier et laminaient le moral des familles.
Souvent elle s'était dit que la misère semblait coller toujours à la peau des mêmes, alors, elle faisait avec sa joie comme elle faisait avec son pain. Elle lui donnait une valeur sacrée et en goûtait la moindre bribe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
latinalatina   06 octobre 2011
Le meunier avait confié combien il avait été impressionné par le calme qui régnait à la grotte de Massabielle.
- Tu vois, Marie, avait dit Nicholau, il a dû se passer quelque chose. Les petites criaient de peur et parlaient toutes ensemble, elles étaient venues à ma rencontre, mais quand on est arrivés près de Bernadette, elles se sont tues, instantanément. Le vent sifflait dans les branches de genévriers au-dessus de la grotte, j'avais les pieds trempés de la boue et de l'eau du gave, ça puait, il y avait des saloperies partout. Les cochons de Samson foutent tout sens dessus dessous là-bas, c'est inimaginable, y a de ces trous ! La terre me collait au bas des pantalons et les frusques des gosses étaient raides de crasse. Mais au-dessus de toute cette merde, il y avait un silence...un silence comme jamais je n'en ai entendu. Quelque chose de grave...de fort...je vais même te dire, Marie, c'était...un beau silence. J'étais debout, Bernadette était agenouillée dans la boue devant moi, elle ne me voyait même pas. Après une ou deux minutes comme ça, j'ai pris peur. Je l'ai attrapée dans mes bras. Elle bougeait plus du tout.
(...)
Au café Français :
- Comment peut-on raconter des bêtises pareilles en plein XIXe siècle ! Qu'est-ce que c'est que ces ignares qui font tout ce bruit ! J'espère qu'on va envoyer le garde faire taire cette gamine au plus vite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mamyfoliemamyfolie   09 avril 2016
Restons dans le concret puisque tu y tiens.t Et imagine un peu. Si toutes ces femmes, au lieu de se laisser porter par leurs sentiments, nous avaient écoutés avec nos beaux raisonnements et notre science. Et bien tout ce la aurait été stoppé net du jour au lendemain et la ville continuerait à mourir d'un côté et à s'enrichir de l'autre. Crois-moi, nous ne pouvons plus percevoir les femmes comme avant, mon cher Jacques, et c'est notre chance ! Elles nous obligent à prendre en compte des dimensions sensibles et spirituelles que nous refusons et qu'il est suicidaire de nier. Je ne sais pas combien de temps cela prendra mais je suis sûr que si un jour nous devenons moins prétentieux et plus généreux, moins arc-boutés sur nos pouvoirs et nos certitudes, ce sera grâce à elles ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Bernadette Pécassou-Camebrac (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernadette Pécassou-Camebrac
Retrouvez vos "Live Books" du quinzième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
On Mars - tome 1 Un monde nouveau (1) de Sylvain Runberg et Grun aux éditions Daniel Maghen https://www.lagriffenoire.com/90269-bd-on-mars.html
On Mars - tome 2 Les solitaires (2) de Sylvain Runberg et Grun aux éditions Daniel Maghen https://www.lagriffenoire.com/144667-achat-bd-on-mars---tome-2-les-solitaires---vol2.html
La salle de bal de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/147333-pile-poche-la-salle-de-bal.html
Octobre de Søren Sveistrup et Caroline Berg aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/142554-nouveautes-polar-octobre.html https://www.youtube.com/watch?v=cMaJzSqKZAo
Surface de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon https://www.lagriffenoire.com/147440-nouveautes-polar-surface.html
Bad Man de Dathan Auerbach et Nathalie Peronny aux éditions Belfond Noir https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html
Scènes de crime : Histoire des sciences criminelles de Val McDermid aux éditions Les Arènes https://www.lagriffenoire.com/145412-livres-entreprise---management-scenes-de-crime---histoire-des-sciences-criminelles.html
Errance de Eric Montésinos, Inio Asano aux éditions Kana https://www.lagriffenoire.com/144951-livres-mangas-errance--tome-0.html
Bonne nuit Punpun! Vol.1 de Inio Asano aux éditions Kana 9782505014133
A la droite d'Hitler de Nicolaus von Below et Jean Lopez aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/144713-encyclopedie-a-la-droite-d-hitler---memoires-1937-1945.html
Super Sons, Tome 3 : Futur funeste de Collectif, Jorge Jimenez aux éditions Urban Comics https://www.lagriffenoire.com/139761-achat-bd-super-sons-tome-3---dc-rebirth.html
Mémoires du crime : le légiste raconte: de la Belle Epoque aux Années folles (1910-1925) de Bernard Marc aux éditions MA https://www.lagriffenoire.com/136325-nouveautes-polar-memoires-du-crime---le-legiste.html
Mémoires du crime : le légiste témoigne: Des années sombres aux années noires (1930-1945) de Bernard Marc aux éditions MA https://www.lagriffenoire.com/146762-nouveautes-polar-memoires-du-crime---le-legiste-temoigne---des-annees-sombres-aux-annees-noires-1930-1945.html
Geneviève de Gaulle, les yeux ouverts de Bernadette Pecassou-Camebrac aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/144431-encyclopedie-genevieve-de-gaulle--les-yeux-ouverts.html
Lovecraft Country de Matt Ruff aux éditions Picador https://www.lagriffenoire.com/146187-romans--lovecraft-country.html
L'albatros de Nicolas Houguet aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/144686-divers-litterature-l-albatros.html
Soni
+ Lire la suite
autres livres classés : Lourdes (Hautes-Pyrénées)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1355 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..