AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756029181
Éditeur : Delcourt (16/01/2013)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 39 notes)
Résumé :
1920. L’Etat Français choisit solennellement le représentant du soldat inconnu. Pendant cette cérémonie symbolique, le jeune deuxième classe Auguste Thin se rend dans une pièce où sont entreposés plusieurs corps de soldats de la Grande Guerre qui n’ont pu être identifiés. Le cercueil choisi, il sera ensuite acheminé à Paris pour être inhumé sous l’Arc de Triomphe, en hommage à tous ceux qui sont tombés pour la France. Quelques années auparavant, la France possédait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  09 février 2014
1917. Une année charnière pour le déroulement de la Première guerre mondiale. Celle de l'entrée en guerre des États-Unis, celle d'affrontements de plus en plus meurtriers entre les deux camps, celle du ras-le-bol général des soldats qui désespèrent de quitter un jour leur tranchée... Alors que nous nous apprêtons à « fêter » cette année le centenaire de « La der des Ders », ce premier album de la collection « L'homme de l'année », nouvellement apparue chez les éditions Delcourt, rend un émouvant hommage aux combattants de ce terrible conflit qui aura coûté la vie à près de 10 millions de soldats. Installée sous l'Arc de Triomphe, la tombe du soldat inconnu est justement là pour nous rappeler ce triste fait et ainsi rendre hommage à tous ces Français qui combattirent bravement pour leur pays. Mais si le corps de ce fameux soldat n'était pas celui d'un « Français pure souche » mais plutôt d'un indigène, les grands oubliés de la guerre ? le parti pris est intéressant et le résultat convaincant, Jean-Pierre Pécau et Fred Duval nous offrant là un scénario crédible et habilement pensé.
Voilà donc le lecteur lancé sur les traces de Boubacar, jeune homme issu de Côte d'Ivoire et travaillant au côté de sa famille dans une plantation jusqu'à ce qu'il se retrouve enrôlé dans les troupes coloniales de l'armée française. L'horreur des batailles, le poids de l'attente, le mal du pays, le mépris et l'absence de toute reconnaissance de la part de certains envers les indigènes..., les auteurs nous offrent une belle reconstitution du quotidien dans les tranchées et du traitement réservé aux troupes coloniales. Boubacar est un protagoniste attachant dont on suit l'évolution avec intérêt mais aussi tristesse, car on sait bien le sort qui l'attend. de même, le personnage de Joseph Sorbier n'est pas dénué d'intérêt et c'est avec émotion que l'on assiste à la naissance d'une improbable mais puissante amitié entre le riche propriétaire blanc et le travailleur noir. Les dessins de Mr Fab collent quant à eux parfaitement au récit et révèlent sans fard mais sans trop de gore non plus l'atroce réalité de ce sanglant conflit. Mention spéciale à la toute dernière planche de l'album, amer clin d'oeil à une référence que nous connaissons tous et qui nous fait refermer l'ouvrage avec un indicible sentiment de tristesse.
Un ouvrage intéressant car proposant une approche originale de cette période traumatisante et mettant pour une fois en lumière le rôle des soldats issus des colonies appartenant aux différents belligérants. A ceux qui auraient apprécié ce « Soldat inconnu », sachez que la collection « L'homme de l'année » est en déjà à son cinquième tome, des albums se focalisant sur d'illustres inconnus issus d'époques diverses et variées (le Moyen Age, La Commune de Paris, Waterloo...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
IreneAdler
  21 janvier 2013
Engagé volontaire dans l'armée d'Afrique en 1910, Boubacar est envoyé en Europe lorsque éclate la Grande Guerre. Tué près du Chemin des Dames, son capitaine lui rendra un hommage inattendu.
Nouvelle série historique chez Delcourt, beaucoup plus convaincante que celle sur l'histoire de France. Peut-être parce que c'est de la fiction...
Cette histoire autour du soldat inconnu est intéressante sur de nombreux points : elle montre comment les décisions étaient prises loin du front, sans connaissances réelles du terrain, avec cynisme aussi parfois. le très fort racisme à l'encontre des troupes coloniales, parfois aussi envers leurs officiers blancs.
La guerre et les violences sont montrées, bien sûr, mais pas à la manière d'un Tardi, qui lui dénonçait l'horreur et l'absurdité des guerres. On voit les tranchées, les morts, mais comme en retrait, le scénario s'intéressant à un groupe d'hommes, à l'évolution de leur personnalité, au pied d'égalité qu'instaure la guerre au coude à coude.
Le graphisme, tramé et les couleurs dans les gris, rendent palpable l'ambiance crépusculaire et boueuse des tranchées. Les planches et le gaufrier restent assez conventionnel, et la lecture est facile.
Une bonne première BD pour cette nouvelle série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
martinperez
  15 mai 2014
Calme. Tout est calme et serein sauf que non ! Sérieusement, il faut arrêter avec les bonnes séries TV à regarder. Il y a tellement d'épisodes que je n'ai même plus le temps d'écrire une petite bafouille afin d'agrémenter ma culture littéraire de simple profane que je suis. Que ce soit The Follow (macabre), Revenge (Dallas), Vampire Diaries (Sans gland), TBBT (humour), Walking Dead (mortel) et tant d'autres… C'est dingue comme c'est une pompe à temps incroyable… et ça me gonfle de perdre du temps (et pourtant je connais des moyens plus agréables pour me les gonfler).
Mais vous me connaissez, j'ai toujours un poumon sur ma main et histoire de faire simple, court et circoncis, on reprend rapidement nos bonnes habitudes, on enfile un joli maillot couleur « kaki-treillis » et on se jette à l'eau avec « L'homme de L'année : le Soldat Inconnu », une collection éditée chez Delcourt.
Soit dit en passant et avant de plonger sur le sujet, ce premier opus intitulé « 1917 » est un one-shot , une histoire complète donc, faisant partie d'une collection mettant en avant des moments de l'Histoire dans lesquels des Hommes ont réussi, par leur présence ou leurs actes, à marquer ces instants oubliés. Évidemment, avec une date pareille, ça veut aussi dire aussi qu'on va causer sérieux puisque l'on va parler de la première guerre mondiale, époque où l'on se torchait encore le cul avec des feuilles de salade et des ronces ; et je vous garantis, ce n'est pas agréable du tout.
L'histoire repose sur la vie diamétralement opposée de deux hommes qui, par le truchement d'épreuves, vont vivre ensemble la première guerre mondiale. Tout commence en 1910, dans un village en Côte d'Ivoire, où Boubacar N'Dore, jeune Africain, exploité et travaillant dans une plantation de cacao, va être recruté par un colon blanc du nom de Joseph, et ce afin de devenir un soldat. Malheureusement pour nos deux amis, la guerre en Europe les rattrape et ils sont tous appelés au front pour combattre l'armée allemande, en passant par l'Afrique et ce jusqu'aux terres boueuses de Verdun. Nos deux lascars, à travers des moments forts, des questionnements et des combats aveugles au fin fond des tranchées, vont rapidement voir le lien « maitre-esclave » les unissant, se transformer petit à petit pour devenir bien plus que de simples compagnons d'armes, au péril de leur vie.
Une bd qui prône un cinglant hommage à l'amitié et à tous ces hommes et femmes qui ont combattu pour un idéal qui n'est parfois pas le leur ; s'ensuivra évidemment une réflexion morale sur la guerre, le racisme latent, une page d'histoire sur les tirailleurs africains, etc. Mais là n'est pas forcément le sujet de la critique et je m'abstiendrai de m'étaler comme un étron sur le sujet vu que primo, ça pue ; et deuzio cela risque d'être hors-sujet et subjectif.
Pour ce premier opus, c'est Duval et Jean-Pierre Pecau (pas l'animateur télé) qui sont de corvée de patates, avec à la gâchette un certain Mr Fab ; ce dernier faisant un boulot graphique et esthétique en adéquation avec l'histoire grâce notamment à un découpage et un dessin classique, parfois crayonné, avec des couleurs soignées, sombres et parfois chaudasses contrastant avec la noirceur de la situation.
J'avoue pourtant qu'à la base ce genre d'histoire ce n'est pas trop ma came. Parce que déjà je l'avais reçu pour Nouvel An (quand je vous dis que j'ai du retard dans mes lectures) et surtout après avoir vu les trois premières pages de la bd ; mais l'histoire change radicalement dès la 4ème planche et nous emmène directement dans une autre vision des choses.
C'est fichtrement bien dessiné donc même si assez classique dans l'approche, et c'est surtout accompagné d'un scénario solide et une narration impeccable sur un contexte historique bien réel. L'émotion est au rendez-vous et ce drame transpire le vécu au quotidien. Petite cerise sur le gâteau : une fin brutale, tragique… et ironique.
Pour finir, voilà donc un premier volume surprenant, nous rappelant la dureté de l'époque et remettant en abîme là où nous en sommes aujourd'hui. Je ne sais pas vous dire si les autres numéros de la collection sont de la même qualité ou du même gabarit mais celui-ci est plus que recommandable (on me souffle aux tympans que c'est le meilleur de la série).
Pour le reste, faites comme moi, emboitez le pas sur cet épisode car c'est du bon. Sur ce, on me salue ! Rompez !
Ps : Me ferais bien un cacao chaud sur le coup, il fait frisquet non ?
Lien : http://lacasebd.overblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
GrandGousierGuerin
  21 juillet 2015
Quelle déception ! Moi qui m'attendais à un coup de coeur …
Dotée d'une couverture magnifique, je me suis arrêté à cette BD. En tournant les pages, je me suis rassuré par un graphisme soigné et précis. Mais surtout, ce concept d'homme de l'année m'interpellait … En quatrième de couverture, je pus lire :
Le concept – Certains étaient des héros, d'autres des salauds, mais tous ont été au coeur d'événements qui ont marqué notre mémoire collective. Remontez le cours de l'histoire dans les pas de ces « anonymes » qui ont incarné leur époque, autant d'hommes de l'année » que vous n'oublierez pas de sitôt.
Le concept me convient donc … Et hop c'est parti, je me décide : je le prends !
Et la déconvenue …. le scénario n'est vraiment pas à la hauteur et les personnages sont des caricatures aux caractères fortement manichéens. Il n'est même pas possible d'avoir un minimum d'empathie pour notre héros. Les rebondissements sont quasi inexistants et amenés de manière poussive. Les symboles sous-jacents qu'on a essayé de mettre en exergue s'en trouvent au final dévalorisés en les habillant d'oripeaux grotesques qu'on n'ose plus mettre si ce n'est que dans la presse de propagande en temps de guerre.
Donc au final, je n'ai pas aimé et cela m'a même énervé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PetiteNoisette
  13 avril 2014
Après Jour J, les éditions Delcourt proposent ici une nouvelle collection "l'homme de l'année" qui met en lumière une personne restée anonyme et pourtant importante dans L Histoire. Dans ce premier volume, les auteurs s'amusent à imaginer qui pourrait être le soldat enterré en 1920 dans la tombe du soldat inconnu. le lecteur va suivre Boubacar, soldat de Côte d'Ivoire venu défendre la France dans les tranchées de Verdun, et Joseph, le colon de son village. Alors qu'en Afrique Joseph et Boubacar ont des relations quasiment de maître à esclave, cela va changer petit à petit, au fur et à mesure des batailles qu'ils vont mener ensemble, d'abord en Afrique puis en France. Chacun va sauver la vie de l'autre plusieurs fois et c'est en frères qu'ils combattront les allemands dans les tranchées.
Cette bande-dessinée est l'occasion d'en apprendre un peu plus sur les tirailleurs africains qui ont été incorporés dans l'armée française pour aller se faire massacrer au front. Si ce n'était pas les balles qui les tuaient, c'était le froid, eux qui n'avaient connu que le soleil d'Afrique. Si l'histoire de Boubacar et de Joseph est de la pure fiction, le fond historique est bien réel. le racisme ambiant du début du XXème siècle, les dirigeants qui prenaient les décisions sans aucune connaissance du terrain...
Le petit plus de cette bande-dessinée : la chute finale. J'ai adoré! (mais chut!)
Une bande-dessinée bien dans l'air du temps avec le centenaire du début de la première guerre mondiale, qui va être célébré toute cette année.
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (6)
BoDoi   13 février 2013
Idée maligne que de dresser le portrait d’un soldat pas si lambda que ça [...] une BD de guerre réaliste de bonne tenue [...] Mr Fab (Spyder) propose un trait réaliste et rigoureux.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   06 février 2013
Pour lancer la série, cet album est parfait. Touchant, crédible, original, on ne regrettera que l’aspect caricatural de l’officier raciste en « méchant de service ».
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Bedeo   06 février 2013
La barre a été mise très haute pour ce premier tome.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   29 janvier 2013
Puisque magnifiquement orchestré, "1917" constitue donc le tome de lancement rêvé pour cette nouvelle série-concept, en attendant les prochaines parutions (au rythme d'un tome par trimestre) !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   23 janvier 2013
Le récit émouvant et puissant s’appuie sur des faits historiques incontestables, en comblant quelques trous à leur manière et avec une note finale très bien amenée.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   21 janvier 2013
Fluide et bien rythmée, l’histoire est également dotée d’une narration à plusieurs voix, celle de Boubacar et de son capitaine se mêlant à une troisième, plus globale, ce qui permet en quelque sorte de varier les points de vue. Emmenant le tout, le graphisme réaliste de Mr. Fab se révèle expressif et soigné.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   24 juillet 2016
- Dis aux hommes qu'ils peuvent se reposer, ceux qui veulent prier à la mosquée peuvent le faire, ils n'en reverront pas avant longtemps.
- Alors, nous partons en France ?
- Nous partons pour l'enfer, Bouba, nous passerons peut-être par la France...
Commenter  J’apprécie          100
IreneAdlerIreneAdler   21 janvier 2013
Dans son discours au banquet qui suivit, de Forest parla de la valeur du courage et de l'abnégation de la France éternelle, mais ne dit pas un mot sur les milliers d'indigènes qui traversèrent les océans pour défendre une patrie qu'ils ne connaissaient pas et qui les oubliait déjà.
Commenter  J’apprécie          60
IreneAdlerIreneAdler   21 janvier 2013
- Les gaz, tu ne les sens donc pas, singe stupide ? Ils vont tous nous tuer !
- Y a pas de gaz, c'est la barbaque qui remonte à la surface, ça refoule du goulot mais c'est pas mortel !
Commenter  J’apprécie          30
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   24 juillet 2016
Durant les 3 années suivantes, nous parcourûmes , maître Joseph et moi, toute l'Afrique-Occidentale française. Nous apportions la civilisation à nos frères noirs, mais pour commencer nous devions en tier une partie.
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   06 février 2019
Du 6 avril 1917 à 6 heures du matin au 21 avril, la bataille du Chemin des dames fit 350 000 morts ou blessés, français ou allemands... Le général Nivelle avait annoncé que l'offensive durerait 48 heures au maximum, elle se poursuivit pendant trois semaines pour des gains de terrain minimes ...
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Jean-Pierre Pécau (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Pécau
La ruée vers l?Ouest n?est plus qu?un souvenir que l?on peut maintenant voir sur grand écran grâce à l?industrie naissante d?Hollywood.
Scénariste : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau Illustrateur : Colin Wilson
Résumé : Nevada Marquez oscille entre les deux mondes, chargé par Hollywood des missions les plus improbables à la frontière américanomexicaine. L?enquêteur est chargé de retrouver un acteur disparu lors d?une virée à Tijuana? Une surprise l?attend au bout de la piste.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/nevada-01-l-etoile-solitaire.html
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782413010593&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782413010593&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782413010593&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3442 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre