AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815933308
224 pages
De l Aube (02/05/2019)
4.01/5   37 notes
Résumé :
Printemps 2017. Ghjulia Boccanera découvre à Nice le cadavre d'un jeune Érythréen. Si l'enquête de police est confiée à son ex, le commandant Santucci, Diou décide de remonter elle-même la piste pour découvrir l'identité du mort. Une piste qui la mène du côté du village-frontière de Breil sur Roya, sur la route des réfugiés qui fuient la terreur de leurs pays d'origine et tentent de passer en France pour atteindre l'Allemagne ou l'Angleterre, nouvelles terres promis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 37 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

fertiti65
  28 octobre 2021
Quelle agréable surprise que ce polar m'a donné ! J'ai lu, ça et là, quelques bonnes critiques de ce livre et cela m'a donné envie de le lire. Je me suis vite aperçu que c'était son deuxième roman, la suite du premier, mais ce n'est pas trop gênant même si elle relate quelques souvenirs de son premier roman "Boccanera".
L'histoire se passe à Nice en 2017. L'héroïne Ghjulia, surnommée Diou, est une détective privée. Elle garde le chien "Scorsese" d'une amie, et profite de bon matin, pour le promener sur les hauteurs de Nice. Mais le chien s'éloigne, elle le suit et découvre un cadavre d'un jeune Érythréen. Parallèlement, une jeune adolescente majeure disparaît et sa mère, Marina, charge Diou de la retrouver.
J'ai beaucoup aimé son style d'écriture, haletant, drôle et terriblement humain. On rentre dans ce polar très facilement et on ne le lâche plus. Diou, me fait penser au héros Nestor Burma de Leo Malet: son humour pince-sans-rire et caustique à la fois.
Pour les Babelio et Babeliotes qui connaissent bien la ville de Nice, il y a de belles descriptions des quartiers et rues de la Baie des Anges.
Michèle Pedinielli est une autrice à suivre, elle est née à Nice d'un mélange corse et italien.
Pour ma part, une belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
monromannoir
  03 janvier 2022
Monument de la littérature noire, Patrick Raynal a notamment officié comme directeur de la Série Noire durant plusieurs années avant de créer la collection La Noire avec la publication d'auteurs emblématiques comme James Crumley, Harry Crews, Jérôme Charyn et Larry Brown pour n'en citer que quelques uns. Outre son activité d'éditeur, Patrick Raynal est un romancier engagé qui a situé quelques uns de ses récits du côté de Nice où il a vécu de nombreuses années. Des similarités que l'on retrouve chez Michèle Pedinielli qui fait désormais partie des figures du polar français avec trois ouvrages mettant en scène la désormais fameuse détective privée Ghjulia Boccanera que l'on surnomme Diou. Il n'est pas anodin de mentionner Patrick Raynal en évoquant l'oeuvre de Michèle Pedinielli avec ce sentiment de "passage du témoin" qui émane de la relation entre les deux écrivains qui s'estiment et se côtoient régulièrement. On notera d'ailleurs que dans son dernier roman, L'Age de la Guerre (Albin Michel 2021), Patrick Raynal met en scène la volcanique détective privée niçoise. Mais pour en revenir à Michèle Pedinielli, c'est avec Boccanera que la journaliste, devenue romancière, fit une entrée fracassante dans l'univers du polar avec un récit qui faisait la part belle au Vieux Nice et à son petit microcosme d'habitants tout en dénonçant les travers de la ville, ceci notamment dans le domaine de l'immobilier et des chantiers publics. Second roman de la série, Après Les Chiens évoque toute la problématique des migrants qui tentent de franchir la frontière franco-italienne, ceci parfois au péril de leur vie.
En cette matinée de printemps 2017, c'est le moment idéal pour Ghjulia Boccanera d'entamer son footing sur les hauteurs de Nice, du côté de la colline du Château en compagnie de Scorsese, le chien dont elle à la garde et qui découvre par hasard le cadavre d'un jeune érythréen dissimulé dans les fourrés. L'homme a été battu à mort et si l'enquête échoit bien évidemment à la police qui ne fait pas preuve d'un grand zèle, Diou ne peut s'empêcher de d'investiguer sur le parcours de ce jeune migrant dont tout le monde se fout.
Automne 1943, dans la région des Alpes Maritimes, un jeune garçon fait office de guide afin d'aider les juifs traqués par les nazis à franchir la frontière et fait ainsi la connaissance de Rachel, une jeune femme qui va marquer sa vie.
Bien des années séparent ces deux histoires qui vont se télescoper au coeur de cette région frontalière où la détresse de ces femmes et de ces hommes qui fuient pour sauver leur vie est toujours de mise.
En préambule, il importe de mentionner le fait qu'il est recommandé de lire tout d'abord Boccanera, premier volume de la série, afin de mettre en perspective l'attitude de certains protagonistes intervenant dans les deux récits en nous permettant ainsi de mieux saisir l'ensemble de la force émotionnelle qui se dégage au terme de ce second opus, prenant pour cadre la thématique des migrants. Avec un tel sujet, on ressent toute l'implication d'une romancière engagée s'appliquant à dépeindre avec précision la situation dramatique qui se joue dans les hauteurs de cette région montagneuse plutôt hostile avec des migrants franchissant la frontière au péril de leur vie, tandis que les autorités s'emploient à dissuader les citoyens tentant de venir en aide à ces femmes et à ces hommes en détresse. Il émane du récit une forme d'indignation, voir même de colère transparaissant dans l'attitude de Diou qui tente de faire la lumière sur le meurtre de ce jeune garçon qui a fuit l'Érythrée où l'on voulait l'enrôler de force au sein de l'armée. C'est l'occasion pour notre détective privée de s'aventurer du côté de la vallée de la Roya à la rencontre de certains habitants attachants du village de Breil à l'instar de Nadia et de Jacques, alias Marguerite, qui apporte son soutien à toutes les personnes qui tentent de franchir la frontière. Mais Après Les Chiens, se focalise également sur l'aspect de l'intolérance avec cette enquête sur la disparition d'une jeune fille qui entraîne notre détective privée dans les méandres inquiétants de l'extrémisme. Et puis il faut également mentionner cette histoire parallèle se déroulant durant la période trouble de la seconde guerre mondiale et qui prend la forme d'un journal intime nous permettant de découvrir la destinée d'un jeune garçon qui s'emploie à faire passer les juifs traqués par l'occupant nazi, lui donnant ainsi l'occasion de croiser la route de Rachel qui va bouleverser son existence. Un récit poignant nous incitant à mettre en perspective, bien au-delà des époques qui diffèrent, la sempiternelle détresse de celles et ceux qui fuient leur pays pour tenter de trouver un refuge dans d'autres contrées. Mais au-delà de la gravité des sujets évoqués, on retrouve dans Après Les Chiens cet humour mordant faisant le charme de la série et qui transparait notamment dans l'ensemble des échanges entre les différents protagonistes en soulignant ainsi l'énergie communicative d'une enquêtrice dynamique qui s'investit corps et âme dans ses enquêtes aux tonalités résolument sociales qui ne manqueront pas d'interpeller le lecteur. Un polar remarquable.

Michèle Pedinielli : Après Les Chiens. Editions de L'Aube. Collection Aube Noire 2021.
A lire en écoutant : Royal Morning Blue de Damon Albarn. Album : The Nearer the Fountain, More Pure the Stream Flows. 2021 13 under license to Transgressive Records Ltd.
Lien : https://monromannoiretbiense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
JML38
  22 novembre 2019
Diou, le retour. Ghjulia Boccanera, la détective niçoise à la Vespa nous revient pour une deuxième aventure.
D'entrée j'ai retrouvé le ton qui m'avait plu dans le premier opus, empreint d'un humour subtil dans les dialogues et les situations. Les premiers chapitres m'ont enchanté, je visualisais Scorsese, le chien que Diou doit garder quelques temps, dans le panier du scooter, avec des lunettes de piscine, truffe au vent.

Ce qui fait la grande force de Michèle Pedinielli c'est la galerie de personnages dont elle entoure sa détective. On retrouve la quasi-totalité de ceux de «Boccanera». Dan, le coloc qui prend de plus en plus à coeur un rôle de protecteur, Jo, le flic et ex de Diou, avec leur relation du style « Je t'aime moi non plus », Colette la patronne de sa cantine préférée, Mohamed et Zeineh les réfugiés Syriens, Ferdi le SDF Allemand et muet. Viennent se rajouter pour notre plus grand bonheur Dagmar et Klara, les Suédoises tombées amoureuses de Nice, ardentes protectrices des chiens perdus ou maltraités, avec ou sans colliers, et des âmes égarées en général. Même les personnages plus secondaires sont très attachants, tels Nadia, dont le chromosome en plus est celui de la gentillesse et de l'humour, ou Tom l'électricien qui sert de taxi à Diou lorsque la Vespa ne suffit plus, véritable moulin à paroles, qui paraît-il est encore en dessous du modèle original dont Michèle Pedinielli s'est inspiré.
Et puis Amédé, le brave et courageux voisin, au marteau destructeur, est toujours présent dans les mémoires.

Par amitié, la détective accepte plusieurs affaires. Elle enquête sur la disparition de Mélody, la fille d'une amie de Colette qui aurait fugué après avoir modifié de façon spectaculaire son comportement avec ses parents et ses amis. Dans le même temps, et sur l'insistance de Ferdi qui connaissait un peu la victime, elle s'intéresse à la mort violente d'un migrant Érythréen dont elle a elle-même découvert le corps.

A la fin de chaque chapitre, dans quelques pages en italique, un auteur anonyme nous conte une histoire très émouvante, d'une autre époque où le passage des frontières était d'une importance capitale pour une population traquée, aidée par de braves gens n'hésitant pas à risquer leur vie, comme lui-même alors adolescent, son frère Ange, son cousin Tonino, pour qu'à l'image d'une résistante et lumineuse Rachel, le bien triomphe du mal.

Deux histoires qui entrent en résonance à travers les années, créant un magnifique équilibre entre action et émotion, dans ce roman qui m'a particulièrement envoûté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Matatoune
  07 mars 2020
Ghjulia Boccanera, surnommée Diou, est une enquêtrice façon Nestor Burma qui aurait laissé la grisaille de Paris pour le soleil et les quartiers populaires de Nice. Michèle Pedinielli raconte dans « Après les chiens » qu'en 2017, Boccanera décide d'enquêter sur le meurtre d'un Érythréen. Comme père de fiction, elle a son entrée dans la maison Police. Pour elle, c'est son ex, commandant Santucci, qui enquête pour retrouver le (ou les ) meurtrier(s). de plus, une jeune fille, Mélody, a disparue depuis quelques heures depuis peu fâchée avec sa mère et son beau-père.
Parallèlement à ces enquêtes, le mystérieux voisin de Boccanera a eu la merveilleuse idée de lui laisser un manuscrit en succession. Celui-ci raconte l'histoire en 1943 des héros du quotidien qui sauvent des hommes et des femmes fuyant l'Italie et ses griffes fascistes.
Boccanera va relever les routes migratoires, les droits bafoués, les fuites, l'angoisse et de la terreur. Quelle actualité pour ce roman paru en avril 2019 !
L'humanité de Michèle Pedinielli transparait à chaque page, mais pas de bons sentiments qu'on distillent « pour faire genre ». Il s'agit d'engagement qui transparait dans les mots, les anecdotes et le choix des personnages.
Au delà des chaussures « Docs » que Boccanera ne quitte jamais, Michèle Petrinielli décrit ses cicatrices comme fondatrices de son envie de justice. Sa fragilité transformée en témérité qu'elle tire certainement du décès de ses parents, de leurs accidents et des cendres dispersées au – dessus de la mer. Cela lui vaut une liberté qu'elle revendique haut et fort en arpentant les rues avec sa vespa, séparée de ses Bukowski. Même si elle doit assumer ses contradictions et ses insomnies, qu'elle soigne à coup de médocs comme d'autres, d'herbe poussée sur un balcon façon bio, ce portrait, réaliste, devient rapidement attachant.
Certains des personnages repris du premier roman « Boccanera » sont des exemples de la diversité dont Michèle Petrinielli se revendique : par exemple, le portrait de Nadia, serveuse en boulangerie, avec son chromosome en plus, celui de la gentillesse ! Il y a aussi Ferdi, allemand et muet, amateur de whisky douze ans d'âge, mais qui préfère l'inconfort du bois au lit douillet de la chambre au foulard rouge; Dan son coloc et ami fidèle qui lit du Sorj Chalandon. Dagmar et bien sûr, Casalès en tatoué amoureux, contraint de se saouler pour l'avouer.
Il s'appelait Yonas; il avait tout juste dix-neuf ans et « Personne ne pousse ses enfants sur un bateau à moins que l'eau ne soit plus dure que la terre ferme ». Elle s'appelait Mélody et croyait à l'amour. Un polar à découvrir pour se souvenir des Yonas et Mélody et suivre l'intrépide et indépendante Boccanera !
https://vagabondageautourdesoi.com/2020/03/07/apres-les-chiens-michele-pedinielli/
Lien : https://vagabondageautourdes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Cathy74
  05 juillet 2019
Après les Chiens est un bon livre, Michèle Pedinielli une auteure talentueuse et certainement une belle et bonne personne. Après les Chiens est le livre où je découvre son héroïne, Boccanera, qui est à l'image de sa créatrice très certainement, du moins en ce qui concerne les convictions humanitaires, éminemment respectables.
Cependant, je ne puis en faire une chronique impartiale. Et ceci démontre aussi l'impact de la lecture et du moment de la rencontre entre un livre et son lecteur.
Il se trouve que j'ai choisi Après les Chiens à la médiathèque de mon quartier entre deux livres dédiés à la Shoah, dont l'un est une histoire véridique, et l'autre une fiction basée exclusivement sur les atrocités commises par les "scientifiques" et "médecins" nazis.
De telle sorte que cette fiction policière me paraît survoler les horreurs qui furent commises et celles qui, malgré tout ce que l'on sait, continuent d'être commises. La montée des populismes, l'égoïsme monstrueux face aux guerres, face à l'urgence climatique, l'aveuglement, la surdité, l'inconscience, ressemble, hélas, à des comportements déjà bien connus et étudiés.
Bien sûr, on ne peut qu'applaudir Diou de s'élever, avec ses copines scandinaves amies des bêtes, contre la méchanceté de certains échantillons de l'humanité.
Mais ensuite, comment, réellement, changer le monde? Comment entrer dans la tête de celles et ceux qui furent, et sont, victimes ? Comment savoir, dans certaines circonstances, avec quelle éducation - mais aussi - quelle absence d'éducation - chacun peut devenir ? En une phrase, comment être capable, au niveau international pour ne pas dire interplanétaire, d'entrer en résilience, de faire table rase des conflits anciens, d'arriver - enfin - à une véritable humanité ?
En conclusion, il me semble que c'est la question que pose la lecture de "Après les Chiens", plus que la résolution d'une énigme policière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
LeMonde   28 mai 2019
Le style et l’humour décapant de ce polar politique […] font penser à l’univers du ­Sicilien Andrea Camilleri […] mais aussi à celui de la série « Le Poulpe ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   26 octobre 2021
Si Tom a choisi l'électricité, ce n'est sûrement pas par hasard. Cet homme est branché en permanence sur un transfo. On est au-delà du mec bavard ou du moulin à paroles. C'est un flot "Made in Nice" avec l'accent, les expressions, les tournures à faire pâlir d'envie tous les rappeurs de la terre.
Commenter  J’apprécie          200
fertiti65fertiti65   24 octobre 2021
Comment résister dans une ville où le Vieux-Nice n'existe pas ? Comment tu fais en plein mois d'août pour trouver de la fraîcheur sans ces ruelles si étroites que le soleil n'y pénètre pas, sans les soupiraux au-dessus des portes qui brassent l'air et ventilent tout l'immeuble ? Il faut juste fuir les quatre axes de la vieille-ville fréquentée par les touristes.
Commenter  J’apprécie          150
fertiti65fertiti65   24 octobre 2021
Je regarde la liste des prénoms. Les filles se terminent en a (Kenza, Mélina, Louana, Cléa) et les garçons en o (Léo, Hugo, Matteo), sauf un Marc Aurèle qui peut légitimement prétendre aux lauriers pour sa victoire par KO en matière d'originalité.
Commenter  J’apprécie          160
Cathy74Cathy74   06 juillet 2019
Parce qu'après le fleuve, tu ne fais plus partie de l'historique comté de Nice avant son rattachement à la France, tu n'es déjà plus Niçois, pas encore Varois, même pas Provençal. Ils ne vont quand même pas jusqu'à réclamer l'annexion de la ville à la Savoie (un reliquat du XIVe siècle) mais on n'en est pas loin. Ils arrivent a revendiquer l'identité "de souche" d'un territoire de trois mille kilomètres carrés, lieu d'immigration par terre et par mer depuis des centaines d'années. Pour calmer tout le monde, j'ai décrété depuis longtemps que quiconque ne peut trouver un bout de ses ancêtres dans la grotte du Lazaret et prouver ainsi son ascendance niçoise depuis le Paléolithique n'est pas vraiment d'ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   16 octobre 2020
En attendant la cavalerie, je retourne auprès du gars. Ses cheveux ras sont recouverts par du sang noir, des mouches sont déjà à l'oeuvre. Le bout de profil que je vois entre le haut du T-shirt et la pierre sur lequel il s'est écrasé est indéfinissable : il n'y a plus vraiment de nez, l'arcade sourcilière et la pommette sont enfoncées et une croûte marron recouvre le reste du visage. J'ai l'impression qu'il est très jeune. Sur la peau brune de son dos, en plus des traces de coups, je remarque une tache ronde plus foncée au-dessus de la ceinture du pantalon. Je contourne lentement le corps en essayant de comprendre. Je remonte par la droite de l'arbre et je remarque des traces qui maculent les arêtes des pierres du côté du buisson. Je suis cette piste rouge sombre et rejoins le chemin de ronde. Comment ai-je pu courir sur des taches de sang sans m'en apercevoir ? Mais il n'y a rien sur le gravier. Je lève la tête pour scruter les environs familiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Michèle Pedinielli (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michèle Pedinielli
Michèle Pedinielli, Estelle Tharreau et Cécile Cabanac vous donnent un cours de psychogéographie du crime...
autres livres classés : niceVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2367 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre