AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203097179
108 pages
Éditeur : Casterman (30/03/2016)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. Stingley a conduit la mission aux portes d'une région hostile, dernier bastion de résistance des redoutables Comanches. Sur cette frontière lointaine, les limites entre c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  24 avril 2016
Texas, 1872. La guerre de Sécession vient de se terminer. À l'Ouest du Mississipi, l'on envoie des hommes explorer et prospecter de nouveaux territoires. le géologue Stingley fait partie de ceux-là. Un homme bien ambitieux au projet qui l'est tout autant. À ses côtés, le photographe Oscar Forrest, de Manhattan, et le jeune fermier Milton, venu du Kansas. Non loin d'eux, de redoutables Comanches qui ne veulent pas céder leurs terres. Milton et Oscar semblent cacher quelque chose et fuir leur passé. le gamin aura bientôt la preuve puisqu'il tombe par hasard sur un article de journal relatant les escroqueries passées du photographe. Il se doit alors de lui révéler qu'il faisait apparaître des revenants sur les photos, faisant ainsi croire aux gens que leurs chers disparus veillaient sur eux. Visiblement, ils ne sont pas les seuls car ce trio est suivi à la trace par un homme plutôt inquiétant, vêtu de noir...
Loo Hui Phang nous emmène au coeur de ces contrées sauvages en compagnie de trois personnages énigmatiques et troublants. Quel passé fuient Oscar et Milton? Quel projet fomente Stingley? L'auteur nous offre un album qui mélange habilement western, fantastique et croyance, en filigrane, le génocide des Peaux-Rouges. Un album qui fait la part belle à cette nature sauvage, à la complexité de l'âme humaine et à l'amour. le scénario tient parfaitement la route, campé par des personnages charismatiques et énigmatiques, qui se dévoilent peu à peu. le dessin et les couleurs de Frédérick Peeters nous plongent dans une ambiance western particulièrement délectable. Un trait marqué, de superbes décors et des couleurs chaudes.
Un western atypique et intense...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
Crossroads
  26 avril 2016
Ils ne sont ni mousquetaires, ni petits cochons, ni Suisses, alors, qui sont-ce t-ils donc, hein, dis, j'vous l'demande ?
Bien vu, les nouveaux héros de Peeters, c'était pas fastoche.
Stingley, directeur en chef de cette expédition privée en terrain hostile et n'aimant rien moins, à part étaler son incommensurable connerie, que d'observer la nation indienne, le zgeg à l'air.
Oscar, photographe attitré, semble décalé dans ce panorama aride. Cacherait-il de lourds secrets sous ses faux airs de dandy décadent!? Hiiiik, hiiiiik, hiiiiik, musique qui fait peur !
Milton, lui, du haut de ses 17 printemps, est le garçon à tout faire de ce trio éclectique. D'apparence inoffensive, il pourrait bien se révéler sous un jour nouveau. Nin, nin, nin, nin, second intermède musical flippant généreusement offert, mais c'est Noël ou quoi ?!
Sur fond de mystère, de spiritualité comanche et d'odyssée, azimuth plein Ouest, Peeters nous régale en élaborant un scénario déroutant au déroulé implacable.
Les masques tombent un à un, chacun se révélant au gré des épreuves traversées.
Le soleil donne, les couleurs explosent littéralement la rétine, nous offrant ainsi, en sus, un superbe teint hâlé au sortir de cette lecture.
Le coup de crayon n'est pas en reste. Précis et vivant, il participe grandement à la réussite de ce récit atypique.
L'odeur Des Garçons Affamés est de ces one-shot inclassables qu'il convient, en définitive, de ranger précieusement au rayon incontournable.
4,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
Foxfire
  28 mars 2017
"L'odeur des garçons affamés", voilà un titre intrigant. C'est d'ailleurs ce titre d'une étrange beauté qui m'avait interpellée lors d'une masse critique. C'est un autre titre que j'avais gagné lors de cette opération mais lorsque je l'ai vu à ma médiathèque, je me suis jetée dessus.
Globalement, "l'odeur des garçons affamés" est une réussite. le mélange de western et de fantastique fonctionne bien. Cet aspect surnaturel allié à un côté contemplatif donne une atmosphère très singulière qui exerce une fascination certaine sur le lecteur. La scénariste ne cherche pas à tout expliciter, elle laisse une part de mystère. Et j'aime quand un auteur ne prend pas son lecteur par la main, lui laisse un espace de liberté.
Le dessin est superbe. Les personnages sont expressifs, les paysages sont très beaux. Les couleurs sont particulièrement bien pensées et contribuent à l'atmosphère du récit.
Malgré toutes ses qualités, il m'a manqué un petit quelque chose pour être emportée. j'ai contemplé le très bon travail des auteurs mais je ne me suis pas sentie vraiment immergée dedans. Mon regard a été flatté, mon esprit a été stimulé par le scénario original et la richesse des thématiques mais mon coeur n'a pas été touché.
Challenge B.D 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Pavlik
  05 avril 2016
Une histoire assez inclassable que cette "Odeur des Garçons Affamés". A la fois une histoire d'amour, dans un décors de western, et un récit qu'on pourrait qualifier de fantastique. C'est un mélange assez étonnant, mais la mayonnaise prend, comme on dit...
Scénarisée par Frederik Peeters et déssinée par Loo Hui Phang, cette histoire porte clairement la marque de son scénariste : le refus de s'enfermer dans une case, des personnages en décalage avec leur époque (deux, en l'occurrence), la volonté de ne pas se livrer entièrement, de laisser un espace de liberté pour le lecteur. Un mystère savamment orchestré et mis en scène. Les deux récits n'ont rien à voir, dans la forme, mais ça m'a rappeler "Aama". C'est juste la marque d'une même personnalité et d'un même talent...
Après la guerre de sécession, des expéditions sont envoyés dans l'ouest sauvage afin d'en ramener des photographies (à l'époque, une technique de pointe) pour alimenter une propagande, destinée à encourager la colonisation des grands espaces sauvages...Nous suivons les pas de l'une d'elle, composé d'Oscar, le photographe guindé new yorkais, Mr Stingley, un notable du Kansas, plutôt rude, mais instruit, avec une vision très précise du monde de demain, et Milton, le gamin qui assure l'intendance. La tâche de la petite troupe devient hasardeuse lorsqu'elle arrive en territoire Commanche...
Au final, une belle histoire sur l'amour, le désir (qui ne saurait être l'objet d'un savoir). La rencontre entre deux mondes (les blancs et les indiens) n'est pas vraiment abordée : ils se voient, mais ne se parlent pas...La touche de fantastique instille une ambiance particulière et le constat est sans appel : l'homme n'aura jamais la réponse à toutes ses question. Les dessins de Loo Hui Phang sont très réussis, particulièrement les couleurs, qui magnifient ses paysages, parfois fantasmés, de l'ouest sauvage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
deuxquatredeux
  03 avril 2016
L'odeur des garçons affamés - ah quel titre !!! Rien que ce titre, dont je ne déflorerai pas ici la signification, m'a poussé vers cet album.
En plus, c'est une collaboration de Frederik Peeters - dont les précédentes créations étaient très appréciables - avec Loo Hui Phang.
Et le graphisme est très plaisant.
Et les quatre cases de la quatrième de couverture avec ce court texte :
"L'Ouest sauvage
Une mission à la dérive
Un type qui rôde
Des Indiens tout-puissants
Un mystère
Et le désir, immense, insolent".
Il n'en fallait pas davantage pour être attiré.
L'odeur des garçons affamés raconte la mission d'une équipée composée de Monsieur Stingley, un géologue aux rêves singuliers de monde parfait, d'Oscar Forrest, un photographe accusé d'escroquerie et en fuite et de Milton, un "gamin" énigmatique. Cette équipée se balade dans le Texas et les territoires des Comanches pour le compte d'une énigmatique organisation**. La mission officielle de l'équipée sauvage est de prendre en photos les Comanches pour les recenser. Et très vite des phénomènes surnaturels entrent en jeu, des fantômes apparaissent, les trois membres de la mission révèlent leur véritable nature et leurs véritables intentions, un quatrième personnage à la figure ravagé et au phrasé particulier, une espèce de "zombi" - c'est celui de la quatrième de couverture - rôde autour de la mission...
S'inscrivant dans le Zeitgeist d'une partie de l'édition, L'odeur des garçons affamés n'est pas pour autant un western même si l'action se déroule dans l'Ouest sauvage, même s'il y a des indiens, des colts, des mustangs, ...
Et il aussi beaucoup question d'un "désir, immense, insolent" mais comme j'ai décidé de ne pas déflorer davantage, c'est à vous de découvrir cette belle histoire.

* dont je ne connais pas les créations.
** et elle le restera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202


critiques presse (4)
Actualitte   16 mars 2017
Nous sommes propulsés dans une ambiance lourde de secrets, rythmée par des nuits aux rêves troubles et les cris des coyotes.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BDZoom   18 avril 2016
Un récit décalé, mêlant l’intime, le social et la politique, remarquablement mis en images par un étonnant dessinateur.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   12 avril 2016
Le dessin participe pleinement à l’immersion totale à laquelle le lecteur est convié (...) Les séquences oniriques, très belles, apportent comme un sentiment de douceur et de tendresse.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   30 mars 2016
Des personnages troubles, un périple sensoriel et extrasensoriel, un suspense à couper le souffle et une ambiance de fin d’un monde font de ce one-shot un western atypique, d’une finesse remarquable.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   10 mai 2016
-C'est très beau.
-ce qui est extraordinaire n'est pas ce que nous voyons mais ce que nous lisons. Ces dégradés de rouge et de violet proviennent d'oxyde de fer, de manganèse et d'aluminium. Les tons blancs indiquent la présence de gypse.
-Mh. Et donc?
-Cette terre est riche. Nous la prendrons, nous la forerons, et nous extirperons de ses entrailles les trésors qu'elle renferme.
-Et le remarquable paysage sera dévasté. beau programme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   03 avril 2016
- Ça manque de verticalité. Ici, je vois des usines, des tours, des villes hautes.
- Moi, j'aime les paysages déserts.
- Les peuples païens accordent beaucoup d'importance aux songes. Ils disent que le monde dans lequel nous vivons est peut-être un immense rêve qui se déroule dans la tête de quelqu'un. Amusant, non ?
- Monsieur Stingley, je suis surpris qu'un homme comme vous puisse gober ces histoires.
- Ce n'est pas si stupide. Si tout va bien, la vision que j'ai dans ma tête peut se matérialiser dans un avenir proche.
- Et maintenant, dans le rêve de qui sommes-nous ? Un fou, certainement. Un dément dont je ne partage pas le sens de l'humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
marina53marina53   24 avril 2016
Le désir et le sentiment sont irréductibles. On vit de ça. On est né pour ça. (… ) Que vous le vouliez ou non, on forniquera jusqu'à la fin des temps parce qu'on aime tellement ça... Rien n'est plus beau que l'odeur des garçons affamés.
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   24 avril 2016
Moi, j'aurais adoré ce mensonge. J'aurais aimé croire à quelque chose d'impossible, qu'on me persuade que je pouvais retrouver ce que j'avais perdu.
Commenter  J’apprécie          180
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   03 avril 2016
- Sors de l'eau et remets tes frusques. C'est étrange de discuter avec une personne nue quand on est soi-même habillé.
- Pourquoi ?
- Moi ça me dérange. soit on est tous les deux nus, soit on est tous les deux habillés. On appelle ça la parité.
- Ben déshabillez-vous, alors.
- Ça vaa. J'rigole . Tournez-vous.
- Pour un garçon de ferme, tu fais bien des manières.
- Tournez-vous, j'vous dis.
- Nous sommes tous faits pareil, Milton.... même si certains sont mieux faits que d'autres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Frederik Peeters (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frederik Peeters
L'apocalypse selon Frederik Peeters. On en prend plein les yeux ! Frederik Peeters livre ses visions noires du futur de notre humanité dans un dessin truffé de références graphiques. Il explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner Saccage. Plus d'informations sur la BD "Saccage" parue chez Atrabile : https://www.franceinter.fr/livres/dessin-saccage-l-apocalypse-selon-peeters Voir sa précédente leçon de dessin sur "L'Homme gribouillé" paru chez Delcourt : https://www.youtube.com/watch?v=tIbd3zbvPII Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
+ Lire la suite
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
153 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre

.. ..