AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,62

sur 17 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Moi qui travaille dans la protection des données, j'ai été plus qu'abasourdi par le début de ce récit où un agent ses services secrets discutent comme si de rien n'était dans un avion sur un projet gouvernemental assez spécial avec notre héroïne au milieu de l'ensemble des passagers. Je dois dire que cela ne fait ni sérieux, ni crédible. Pourtant, le ton de cette BD est très loin d'être humoristique en témoigne la scène d'ouverture où deux enfants seront massacrés par un tueur russe.

Le gouvernement russe souhaite en effet travailler sur la perte de mémoire des gens. Je ne sais pas vraiment dans quel objectif. Mon idée serait de mieux faire passer leurs mensonges éhontés aux yeux de la population. Après tout, le droit à l'oubli, c'est également faire table rase du passé surtout s'il est peu recommandable. Bref, cela n'existe plus. C'est justement tout le thème assez intéressant de cette BD.

J'aime bien ce type de graphisme assez dynamique qui rend la lecture fluide et plutôt agréable malgré une colorisation assez terne. Après c'est vrai que le récit se complexifie plus il avance. A la fin, on n'y croit plus vraiment.

L'idée de départ était assez intéressante puisqu'il s'agit d'oublier ses propres traumatismes mais également de les guérir. La fuite dans la mémoire n'a jamais été une bonne solution car on vit alors dans le déni.

C'est un thriller de plus qui ne se distingue pas vraiment pour moi de ce que j'ai pu déjà lire sur le thème de la machination d'état dans un genre complotiste. Certes, c'est efficace et cela peut plaire à un jeune lectorat. Je n'ai pas vraiment envie de connaître la suite et la fin.
Commenter  J’apprécie          622
« Ceux qui n'existaient plus » paru aux éditions Bamboo marque la 1ere collaboration entre Olivier Mangin et Philippe Pelaez. le dessinateur retrouve après « La guerre des amants » le cadre russe mais à l‘époque contemporaine cette fois. Et elle fait froid dans le dos ! Les couleurs de Yoann Guillé sont douces pourtant mais le trait noir des contours tranche et de grandes cases mettent en valeur l'univers carcéral, médical et littéralement glacé dans lequel se déroule l'histoire. La ligne claire sans fioritures renforce cet aspect clinique.

Quel est donc ce « Projet Anastasis » du sous-titre ? C''est une expérience neurologique menée par le pouvoir russe : 20 hommes et femmes soigneusement sélectionnés vont être isolés dans un centre durant un an et soumis à différents protocoles dirigés par le professeur Vetrov pour soigner leurs traumatismes car tous ont vécu une tragédie : qu'il s'agisse du massacre de Beslan (fait divers réel) ou de la tuerie à l'université d'Ogarev (inventée pour les besoins du scénario mais calquée sur celle de Columbine) . Parmi eux se trouve une jeune femme Natacha Karpova dont le mari et les deux enfants ont été assassinés. Enfin, c'est la version officielle car l'héroïne, dotée d'un Q.I de 195, se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas dans le centre comme dans ses souvenirs … et que Vetrov semble bien me la connaître qu'il ne l'avoue.

Pelaez distille moults références romanesques (les noms des protagonistes) et cinématographiques (les titres de chapitres) pour aiguiller le lecteur. Il déroule une intrigue implacable qui, présentée comme de la SF, entre en résonance avec de expériences actuelles. Il cite d'ailleurs le japonais Kamitami et le neuroscientifique américain Gallant comme inspirateurs de Vetrov.

Le centre s'appelle « matriochka » et nous avons affaire à un scénario en forme de poupées russes : le lecteur va de révélation en révélation. Ajoutons à cela une absence de manichéisme puisque des personnages au lourd passé peuvent acquérir la rédemption … ce dernier thème faisant écho dans une ultime pirouette, aux oeuvres russes présentées dans le dossier final ! Vivement le 2e tome déjà annoncé !
Commenter  J’apprécie          100
20 hommes et femmes coupés du monde, 20 cobayes d'une expérience neuro-biologique révolutionnaire suivie de très près par les services secrets russes, 20 personnes au passé trouble et parmi elles, Natacha.

C'est le projet Anastasis. Réunir des patients ayant subi divers traumatismes et leur administrer un traitement particulier, médicaments, electro-chocs, irm, scan... Ce n'est pas de la télé-réalité mais ça y ressemble.

Philippe Pelaez propose un récit qui débute en huis-clos scientifique et politique avant de partir en poursuite digne d'un polar avec un personnage central féminin plein de mystères. Natacha va tenter de reconstituer son passé et son identité en dépassant son statut de cobaye. Elle devient l'héroine à abattre, celle qui incarne le danger, celle qu'il faut éliminer.

Ce premier tome est un bon divertissement qui passe vite, il se passe beaucoup de choses, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer. le dessin d'Olivier Mangin et les couleurs de Yoann Guillé donnent une atmosphère assez froide et clinique.

Les zones de mystères restent nombreuses et donnent envie d'en savoir plus. Je suivrai donc avec plaisir la suite des aventures de Natacha dans le prochain tome.

--
Commenter  J’apprécie          60
Thriller extrémement bien fait, avec des rebondissements savamment calculés qui plonge dans les expérimentations scientifiques ç haut niveau cherchant à manipuler les esprits. Cela ne vous rappelle rien? Beaucoup de roman à suspens ces dernières années ont utilisés cette trame. Et cela est parfaitement réalisé ici. Natacha a perdu ses enfants et son mari assassinés par un tueur sans raison. Elle a sombré dans la dépression alors quand on lui propose d'intégrer pendant un an un institut qui pourra l'aider à combattre ses pertes de mémoires et sa mélancolie, elle accepte. Elle rencontre les autres patients qui ont été victimes, comme elle, d'événements traumatiques . Rapidement pourtant elle trouve qu'il s'y passe des choses étranges : elle retrouve Nina, une patiente qui s'était retractée, morte sur un brancard, un des patients est renvoyé après une spectaculaire crise de colère. Une nuit elle s'échappe de sa chambre et découvre que tous les participants sont morts et que leur mémoire a été manipulée, en fait ce ne sont pas des victimes...Il s'agit d'un des premiers rebondissements de cette intrigue qui en connaitra un certain nombre...
Aidée des patients, Natacha va chercher à découvrir qui ils sont et surtout ce que lui veut Vetrov, le chef du projet Anastasis.
Une intrigue prenante, pleine de chausse trappes et de manipulations,
Cela se passe en Russie, patrie de l'espionnage, mais ici il sert surtout à mettre en lumière des personnages et des événements comme le massacre de Beslan et la guerre en Tchetchenie.
Le graphisme précis et dépouillé de Mangin apporte de la cohérence à cette intrigue.
A lire.
Commenter  J’apprécie          30
Un thriller palpitant et rythmé au scénario réussi. C'est agréable de voir une oeuvre qui laisse le temps au lecteur de découvrir par lui-même les réponses aux questions qui se posent au cours du récit avant que celles-ci lui soient révélées. Les dessins sont malheureusement faiblards en comparaison de l'intrigue mais n'empêche pas d'apprécier l'histoire.
Commenter  J’apprécie          20
Oh la bonne pioche. Cela a parfois du bon de flâner dans une librairie, de se fait hameçonner par une couverture, feuilleter quelques pages et acheter la BD sur un coup de tête.
Histoire originale au milieu de la Russie actuelle. Une vingtaine de personnes présentant des troubles psychologiques, rassemblés dans un centre pour les étudier et les soigner. Sous les voiles de cette noble cause, se cachent évidemment des événements plus complexes.
Premier bon point, la complexité de l'intrique, distillée petit-à-petit, au gré des souvenirs des personnages, se laisse délicieusement découvrir au fil des pages. Tous les personnages sont travaillés et équilibrés, ce qui donne une belle richesse au livre. le découpage est aussi intéressant, mêlant astucieusement les trames narratives. Et finalement la mise en scène, assez cinématographique, donne à l'ensemble toutes les qualités d'une très belle série. Quand scénario et dessin donnent le meilleur, on ne peut pas être déçu.
Une bonne pioche, une belle surprise !
Commenter  J’apprécie          10
un thriller scientifique glaçant

L'éclectique Philippe Pelaez associe sa plume aux crayons d'Olivier Mangin pour tisser un thriller scientifique fascinant et dérangeant se déroulant de nos jours en Russie…

Tous victimes de traumatismes psychologiques, Natacha Karpovna et d'autres patients sont accueillis dans le centre Matriochka pour bénéficier une thérapie avant-gardiste à même de soigner leur troubles psychologiques… Mais ce centre abrite un projet gouvernemental secret où ces soi-disant patients servent de cobayes à des expériences neurobiologistes chapeautées par le Professeur Vetrov…

Le scénario tortueux et alambiqué de Philippe Pelaez est mis en scène avec efficacité par le trait réaliste et des cadrages percutants d'Olivier Mangin qui confèrent à l'ensemble une dimension très cinématographique… Si l'album propose un récit auto-conclusif, une suite et d'ores et déjà annoncée… Si elle est de la trempe de ce premier opus, on ne peut que s'en réjouir !
Lien : http://sdimag.fr/index.php?r..
Commenter  J’apprécie          10
Avouez que la couverture a quelque chose qui attire l'oeil, ainsi que son titre et son résumé un brin mystérieux.
Chaque chapitre a en réalité le titre d'un film, et pas n'importe lequel, du genre marquant. C'est une histoire fascinante aux multiples facettes qui se révèlent au fil du temps,
et encore bien plus explosive que ce que nous avait vendu au départ.
Découvrez le projet gouvernemental Anastasis si vous l'osez.
Ce sont les éditions Bamboo dans la collection Grand Angle qui nous offre cette plongée fascinante, et si nous avons déjà eu pas mal de révélations, ce n'est que le tome 1. Maintenant que nous connaissons mieux un certain personnage, nous avons hâte de poursuivre la route à ses côtés.
Cet album est né de la collaboration entre Philippe PELAEZ (scénario, a travaillé sur "Automne en baie de somme", "La chambre des merveilles", "L'écluse", etc.), Olivier MANGIN (dessin) et Yoann GUILLÉ (coloriste).
Le graphisme est agréable et tout en couleurs. L'immersion se fait sans souci.
A la fin, un bonus intéressant sur les personnages. Faites voir attention à leurs noms. En vrai, il y a de multiples références à chercher.
Voici comment nous sommes lancés au départ : une étrange page hors contexte, des gens de tous les horizons réunis dans un centre de recherche pour les aider à surmonter leurs traumatismes. Une qui y renonce dès le départ après avoir entendu les conditions, un autre qui semble perdre la tête. Nous apprenons à les connaître au fur et à mesure, nous écoutons leurs histoires et leurs troubles.
Et si tout était plus compliqué qu'il y paraît ?
Parce que tout le plaisir réside dans chaque élément découvert, arrêtons-nous là, prêt à vous rendre dans ce centre pas comme les autres et à déterrer la vérité ? Préparez-vous à un sacré électrochoc et des surprises jusqu'à la fin du tome.
Une lecture qui intéresse et nous happe du début à la fin, tout nous faisant réfléchir à plein de choses.
Et bien sûr que le titre va prendre tout son sens.
Commenter  J’apprécie          10
J'ai adorée cette bande dessinée qui de retournements de situation en révélations imprévisibles ! C'était passionnant, et j'ai été agréablement surprise, puisque dès le début, comme le personnage principal, nous sommes perdus. Ça me rappelle un peu le début des Héros de l'Olympe T.1 si je le rappelle bien. C'était une lecture fascinante et j'espère pouvoir lire rapidement la suite...
Commenter  J’apprécie          00
J'ai découvert cette bande dessinée et son auteur lors d'un salon du livre et je ne regrette absolument pas!
Une bande dessiné de pseudo science fiction, entre recherche médicale et projet politique top secret qui nous amène de surprise en surprise.
J'ai trouvé ce premier tome passionnant, magnifiquement orchestré et plein de promesses pour la suite.
20 personnes intègrent un centre médicale pour participer à une étude. Cependant bien vite, les incohérences apparaissent tandis que des personnes disparaissent mystérieusement du programme. Un centre médical ? Une prison ? Ou un centre de réinsertion judiciaire ? Je n'en dirais pas plus car la surprise est tellement bien faite qu'elle mérite d'être vécue pleinement.
Une histoire trépidante, avec une dimension politique, plus ample et complexe qu'au premier abord. Un auteur qui joue avec les mystères et nous tient en haleine pour le tome suivant !
Commenter  J’apprécie          00


Lecteurs (41) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}