AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791033509783
Éditeur : Ankama Editions (13/09/2019)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 10 notes)
Résumé :
2017, un homme est retrouvé mort dans les égouts de Londres. L’enquête se dirige rapidement vers la petite amie du défunt, car leur liaison a été arrangée par leur employeur commun, Nicholas Zaroff. Ce mystérieux oligarque russe n’a en fait qu’un seul but : se venger de ceux qui, 170 ans auparavant, ont causé la perte de son aïeul. Pour y parvenir, il va réunir leurs quatre descendants et les traquer dans une vaste chasse à l’homme…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  26 juin 2020
Encore une découverte que je viens de faire grâce au Mois Anglais (à force de chercher dans les bédés que je n'ai pas lues et dont l'action se déroule en Angleterre) et une fois de plus, il y a du bon et du moins bon.
Comme par hasard, ce sont les dessins qui m'ont déroutées, ainsi que les couleurs fort sombres, lorsqu'ils sont dans les égouts, que ce soit pour la chasse à l'homme que lorsque les enquêteurs sont sur place.
Les visages se mélangeaient et j'ai dû faire quelques retours en arrière afin de bien enregistrer qui avait la tronche de qui.
Nous sommes clairement dans une bédé fantastique, à mi-chemin entre du Shelley pour le mélange de parties humaine et le côté "science sans conscience", de l'île du Docteur Moreau pour les mélanges animaliers et le film tiré du roman "Les Chasses du comte Zaroff" (The Most Dangerous Game) puisque le gibier est... humain.
Nous sommes dans les égouts de Londres, un cadavre est retrouvé, il était le gibier…
Nous, lecteurs, nous avons assisté à tout mais pour les enquêteurs, c'est un peu le fouillis, surtout qu'une journaliste vient d'arriver sur la scène du crime et que l'on comprend, peu à peu, qu'autant l'enquêteur que le médecin, ont des casseroles à leur cul.
Moi aussi j'ai pataugé dans ce bourbier de récit aux couleurs sombres et aux dessins styles "images vraies mises en bédé" et il m'a fallu quelques pages avant de trouver mon rythme dans cette bédé.
D'ailleurs, c'est vraiment une fois arrivée à la fin que l'oeuvre totale s'est inscrite dans mon petit cerveau. Quand on manque de caféine, ça prend plus de temps. Une relecture d'ici quelque temps ne me fera pas de mal.
C'est une bédé amorale, les flics sont aussi délicats que des éléphants dans un magasin de porcelaine, font des réflexions sexistes à l'ex-copine du défunt, sont alcoolos, violents, ripoux.
La journaliste est droguée et l'ex-copine suicidaire. le conte Zaroff est un chasseur exécuteur d'être humains et son éminence grise, un certain docteur Moreau, joue à Dieu. Anybref, aucun personnage n'est à sauver et j'ai eu zéro sympathie pour eux, hormis pour le médecin alcoolo (qui est violent avec sa femme, pardon).
Si j'ai eu du mal au début, j'ai adoré le final qui a du rythme, qui pulse, où toutes les révélations sont faites, les filiations établies et le mobile dévoilé aux victimes.
Grâce à ce final surprenant, inattendu, je compte être au rendez-vous pour le tome 2 afin d'avoir des réponses aux quelques questions restées en suspens dans ce premier album.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Catilina38
  18 septembre 2019
Tombé par hasard sur l'image de cette première couverture j'ai été surpris qu'Ankama ne communique pas plus sur ce cette série dont le potentiel est réellement intéressant. Je précise qu'elle n'a rien à voir avec le Zaroff paru au printemps au Lombard, hormis le roman et le film qui en sont partiellement à la source. Outre cette image alléchante et morbide qui reflète bien l'histoire, le volume comprend un intéressant cahier final de contexte abordant l'époque du film plus que le projet (… dont on aimerait lire des infos dans les prochains volumes!). Cette histoire en trois tomes abordera une vengeance au travers de trois époques en remontant dans le passé et constituées comme des variations sur les personnages du Comte Zaroff, du Docteur Moreau et de l'auteur de Frankenstein, Mary Shelley.
Londres, aujourd'hui. Intervenant à différents titres sur les lieux d'un crime énigmatique, deux hommes et deux femmes se retrouvent liées autour du mystérieux comte Zaroff, oligarque russe adepte de la chasse et associé à un médecin aux pratiques affranchies de la morale et de l'éthique. Bientôt ces quatre innocents vont apprendre qu'ils sont impliqués dans une vengeance qui remonte au siècle dernier…
Les chevauchements de calendriers sur des projets proches sont assez fréquents en ciné, beaucoup moins en BD. Qu'est ce qui a fait que deux scénaristes planchent sur deux projets cousins, que les dessinateurs rendent copie la même année et que l'éditeur prévoie une parution proche? Mystère! Cela ne doit pas pour autant vous dissuader de délaisser l'un ou l'autre qui sont très différents. Pour l'ouvrage de Runberg/Miville-Deschêne je vous renvoie à ma critique (vois ci-dessus). Chez Ankama si on reste dans la thématique du super-méchant fou et de sa chasse immorale, l'ambition des auteurs est plus vaste puisqu'il s'agit bien de convoquer en une forme d'uchronie des figures de la littérature ou de la société victorienne pour les lier en un projet criminel d'une envergure qui dépasse le siècle. Je dirais presque que Zaroff, modernisé en un milliardaire russe excentrique n'est pas le coeur du projet mais plutôt le monstrueux Docteur Moreau et ses créations indicibles. La finesse du scénario nous laisse comprendre que la thématique glisse imperceptiblement de Zaroff à Shelley en passant par Moreau. On commence sur le premier situé au coeur de l'histoire avec le second comme side-kick et quelques allusions à la troisième. On imagine que le volume deux se centrera sur Moreau avec une liaison avec Shelley, etc. J'aime beaucoup quand les auteurs présentent leur projet d'ensemble que l'on peut alors décortiquer au fur et à mesure de la lecture.
L'atmosphère (renforcée par les dessins très particuliers de Carlos Puerta) est pesante, immorale et radicale. le scénariste n'y va pas par quatre chemins [...]
Lire la suite sur le blog:
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
temps-de-livres
  14 septembre 2019
A la suite d'un meurtre, l'enquêteur, le médecin légiste, une journaliste et l'amie du défunt, tous sont amenés à être en relation avec un mystérieux oligarque russe : Nicolas Zaroff. Pourquoi le milliardaire s'intéresse à eux ?
Le scénario de Philippe Pelaez montre la traque que mène Zaroff. le personnage n'apparaît tout d'abord qu'au second plan, mais comme le souligne son discours du début : « La chasse a déjà commencé ». S'il est peu présent, on voit ses actions. Tel un joueur d'échec, il mène ses futures proies, là où il le souhaite. le personnage est mystérieux et ce n'est qu'au deuxième tiers de l'ouvrage, qu'il va se révéler. le personnage de Zaroff se veut semblable , mais l'auteur a voulu en faire quelqu'un de différent. Il est plus manipulateur et on apprendra qu'il est mené par une autre quête que la chasse : la vengeance. Là où l'original et les autres adaptations laissaient une chance aux proies, ici, elles sont droguées, traquées dans des vêtements inadaptés. Quant à l'avance donnée, elle est de 5 minutes… Ce Zaroff est plus un exécuteur qu'un chasseur. Pour ceux qui suivent la série d'articles sur le personnage, il est curieux de noter que deux ouvrages sortis à quelques mois, donnent le même prénom à un personnage qui, à la source, n'en a pas.
A ses côtés, il y a le docteur Moreau. Apparemment, descendant du personnage de H.G Wells, il a une certaine façon de considérer la science. Selon ses termes, il faut se débarrasser de la vision de Dieu pour se sentir libre. Considéré soit comme un génie, soit comme un fou, il apparaît aussi comme malade. Il se soigne par une drogue qu'il s'injecte régulièrement.
Le travail de Carlos Puerta est fantastique. de premier abord, on pourrait penser qu'il fait du photoréalisme. En fait, l'auteur espagnol mixe le traditionnel et le numérique. le crayonné est traditionnel, réaliste, alors que la mise en couleur est numérique. Comme dans tous ces albums, Carlos Puerta a le souci du détail : d'où viens la lumière, quels sont les sentiments des personnages, où mettre le cadre du texte ? Chaque case est une peinture en soi et l'auteur y apporte un soin particulier. Si le fantastique est présent dans le récit, l'auteur ne va pas en accentuer la présence, mais il va la rendre floue. L'ensemble contient alors un côté bizarre, irréel.
Au terme de la lecture, nous sommes mitigés. L'album est réussi, mais il y a des questions en suspens. Les réponses devraient apparaître dans les deux autres tomes, situés en 1848 et 1816.
Philippe Pelaez et Carlos Pueira signent ce premier tome d'une trilogie, à rebours. Si ce tome peut se lire indépendamment, les questions laissées trouveront leurs réponses dans les suivants. Il permet d'apporter un nouvelle vision de Zaroff et de ses chasses.
Lien : https://tempsdelivresdotcom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
croix59
  21 octobre 2019
Récit d'une vengeance celle de Zaroff, héritier du fou de chasse humaine qui fut dénoncé et mis dans un asile à la fin du XIX eme siècle. Pour se venger, il s'allie au dr Moreau (autre lointain descendant de ) et va réunir les 4 héritiers de ceux qui ont provoqué la chute de son ancêtre : Shelley, Darwin…
Le dessin est parfois trop sombre et dans les débuts j'ai eu un peu de mal à discerner qui est qui. Mais cela colle parfaitement à l'atmosphere de cette histoire.
Plutôt bien fait. le prochain tome remontera dans le passé a priori pour expliquer ce qu'il ne l'est pas dans ce tome.
A voir.
Commenter  J’apprécie          20
Swendra
  01 octobre 2019
Lecture coup de poing ! Une claque monumentale dont je ne me remet pas pour le 1er tome de cette trilogie. le comte Zaroff a des hobbies très particuliers, dont la chasse... à l'homme. le graphisme est ultra réaliste, j'avais parfois l'impression de regarder un film tant les personnages ont l'air vivants. L'histoire s'éloigne très vite de l'original, et l'on part rapidement à la rencontre de personnages hauts en couleur, ben connus des lecteurs de classiques. Bref, c'était beau, c'était fort, pas aussi glauque que je le pensais de prime abord, cela reste une lecture accessible à des ados matures avides de sensations fortes.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Sceneario   20 novembre 2019
On est réellement captivé par ce récit incroyable, bourré d'idées intéressantes ! Mais le véritable coup de cœur vient de la prestation graphique de Carlos Puerta qui rend une copie très impressionnante. On voit bien qu'il s'est inspiré de photos, mais il transcende le matériau original pour lui ajouter des textures, des flous etc, c'est tout simplement magnifique !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   18 septembre 2019
Le suspense n'est pas en reste avec une traque au sommet haletante. Si des zones d'ombre persistent, elles seront, à n'en pas douter, dissipées par la suite. [...] Maudits soyez-vous, messieurs les auteurs ! En effet, le porte-monnaie ne vous remercie pas car votre début de saga se révèle particulièrement attractive et prometteuse.
Lire la critique sur le site : BDGest

Lire un extrait
Videos de Philippe Pelaez (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Pelaez
Après un ou deux albums chez Des bulles dans l'océan, son éditeur historique sur de l'île de la Réunion, Philippe Pelaez a soudain pris son envol. le scénariste est aussi prolifique que volubile, jugez-en par le nom de ses projets annoncés pour 2020, chez différents éditeurs : avec de l'humour et de l'espionnage dans "Un peu de tarte aux épinards", tome 2 (Casterman), mais aussi un travail sur la Mémoire avec "Puisqu'il faut des hommes" (Grand Angle), voire encore la réédition et continuité à venir du science-fictionnesque "Parallèle" sous le titre "Alter" chez Drakoo (Bamboo). Et ça n'est pas fini... Découvrez ce scénariste frénétique que, à l'instar du Titanic, on ne peut plus arrêter une fois qu'il est lancé. Mais jusqu'à présent, lui parvient à éviter les icebergs...
+ Lire la suite
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3183 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre