AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782818969076
Éditeur : Bamboo Edition (08/01/2020)
4.01/5   70 notes
Résumé :
Parfois, il est des secrets qu'il vaut mieux taire...
1961 - Joseph revient d'Algérie. Pour les habitants du village, il n'est qu'un planqué qui officiait dans un bureau plutôt que sur les zones de combat, un lâche qui a esquivé les durs travaux de la ferme. Personne ne lui pardonne d'avoir abandonné sa famille, alors que son frère est cloué sur une chaise roulante, victime d'un accident de tracteur pendant son absence. D'enfant du pays, Joseph revient en par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 70 notes
5
8 avis
4
12 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
1 avis

marina53
  01 novembre 2020
1961, Joseph Fournier, après avoir servi sous les drapeaux français pendant la guerre d'Algérie, rentre chez lui. le premier à l'accueillir joyeusement est son chien, son père, l'ayant aperçu de son champ, s'est tout simplement caché derrière un arbre. Quant à sa mère, plus chaleureuse, elle est évidemment ravie de le retrouver sain et sauf. Une fois à la maison, Joseph va saluer son frère, Jules, cloué désormais sur un fauteuil roulant depuis son terrible accident de tracteur, lui qui était pourtant promu à une grande carrière de cycliste. Et c'est un brin rancunier qu'il lui reproche d'avoir eu le cul vissé sur une chaise à l'État-Major et le traite de planqué. Dans la cuisine, Joseph entend les mêmes paroles de reproche de la part de son père. Se rendant ensuite au village, il va saluer René, le cafetier, dont le fils est toujours en Algérie, et se propose de lui donner un coup de main pour le restaurant. Avant de partir, il lui demande des nouvelles de Mathilde, la femme dont il est tombé amoureux avant de partir...
La guerre d'Algérie, un sujet sensible s'il en est... Philippe Pelaez ne traite pas, à proprement parler, de cela, mais plutôt du traumatisme des soldats revenus du front. Joseph Fournier, dont les rumeurs précèdent son retour, est plutôt mal accueilli, aussi bien par sa propre famille que par le village qui le considèrent comme un planqué. Sauf que, évidemment, personne ne sait au fond ce qui s'est passé là-bas et combien une guerre peut changer un homme. Joseph, lui, supporte les regards accusateurs et les propos malveillants sans broncher. Pourtant, les apparences sont trompeuses... Abordant différents sujets tels que le retour à la vie normale, l'amour (qui n'a pas su attendre), le regard des autres..., Philippe Pelaez nous offre un album à la fois dramatique, touchant et poignant. Graphiquement, le trait semi-réaliste de Víctor L. Pinel sied parfaitement à ce récit...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
Zephirine
  13 janvier 2021
Lorsqu'on lit cet album, il ne faut pas passer à côté du dossier en fin d'ouvrage qui décrit les traumatismes de guerre appelés TSPT pour troubles de stress post-traumatique. Cette dénomination scientifique n'existe que depuis 1980. Avant, c'était le cinéma qui relatait les dommages de la guerre sur le psychisme des soldats. Quant à la guerre d'Algérie, il y a un grand silence autour des « évènements ».
Cette BD raconte le retour de Joseph, l'un de ces soldats partis en Algérie française, on y découvre les mentalités de l'époque vis-à-vis de cette guerre coloniale qui ne voulait pas dire son nom.
Joseph est confronté à l'animosité générale. Celle de son père tout d'abord, écrasé par le travail à la ferme, et son frère ensuite, qui s'est retrouvé dans un fauteuil roulant après un accident de tracteur. Mathilde, sa presque fiancée, ne l'a pas attendu, elle va se marier avec un autre. Quant au village, il bruisse de rumeurs et de mépris, car Joseph était « un planqué », il travaillait dans une administration tandis que ses camarades risquaient leur vie dans le djebel.
Mais les évènements ne sont pas aussi lisses qu'ils le laissent paraitre. Entre les non-dits, les jalousies, les rancunes et les malentendus, notre personnage Joseph aura bien du mal à se retrouver. le retour est bien difficile pour lui, il cristallise sur lui les lâchetés, les jalousies et la culpabilité du plus grand nombre et il se retrouve seul au milieu de l'arène. Même son frère se défie de lui, comme s'il était responsable de cet accident qui en a fait un handicapé.
Ce roman graphique est donc l'histoire d'un retour qui s'avère bien ardu, le tout sur fond de guerre d'Algérie. Mais plus que la situation historique, il est surtout question de mentalités dans un village, de ceux qui sont restés et les autres qui sont partis se battre. On y croise des paysans acharnés à la tâche mais croulant sous les dettes, des mères inquiètes pour leur fils et des jeunes filles aux amours contrariées.
Le traumatisme de guerre est peu évoqué - juste quelques réminiscences brutales chez Joseph, mais il est surtout question des émotions, les désordres engendrés par le retour du jeune soldat dans une société, une famille qui le jugent durement à l'aune de leurs convictions faussées par des informations erronées et un jugement subjectif et hâtif.
Je regrette que l'auteur n'ait pas développé davantage les traumatismes liés à la guerre et se limite à des différents personnels.
Le dessin est agréable et explicite avec des personnages bien croqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
coquinnette1974
  05 juillet 2020
Je viens de dévorer : Puisqu'il faut des hommes de Philippe Pelaez.
Parfois, il est des secrets qu'il vaut mieux taire...
Pour les habitants du village, il a beau s'être engagé, il n'est qu'un planqué. Un militaire de bureau qui a évité les zones de combat. Et surtout, un lâche qui a fui, grâce à l'armée, les durs travaux de la ferme.
Personne ne lui pardonne d'avoir abandonné sa famille, alors que son frère est cloué sur une chaise roulante, victime d'un accident de tracteur pendant son absence.
D'enfant du pays, Joseph revient en paria.
Par bonheur, l'honneur du village est sauf : le fils du cafetier, lui, a réellement combattu en Algérie.
Mais quand il revient à son tour de la guerre, son récit va bousculer bien des certitudes...
Puisqu'il faut des hommes est une bande dessinée que j'ai pris plaisir à lire d'une traite.
J'ai aimé les traits de l'auteur, l'histoire. Les deux sont simples, mais efficaces.
Joseph revient de la guerre d'Algérie et il en prend plein la tête car tout le village est persuadé qu'il a fait la guerre planqué derrière un bureau ! Son frère est en fauteuil roulant suite à un accident de tracteur. En revenant, le jeune homme est devenu un peu un bouc émissaire. Son père est très dur avec lui, son frère boit trop et sa mère est impuissante face à la réaction des deux hommes.
Alors Joseph encaisse... jusqu'au retour de son ami, qui va remettre les pendules à l'heure...
Je connais mal la guerre d'Algérie, et j'ai apprécié de découvrir cette période. C'est une bonne BD, avec une histoire qui se tient de la première à la dernière page. Cela montre bien la dureté des fermiers, surtout à cette époque.
J'ai apprécié ma lecture, et je mets cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
jamiK
  05 novembre 2020
Une belle histoire émouvante sur le retour de la guerre d'Algérie. Elégant, touchant, du bon mélodrame, assez classique avec un dessin fin et soigné, mais le tout est un peu trop lisse et convenu, pour soulever réellement mon enthousiasme.
Commenter  J’apprécie          201
tchouk-tchouk-nougat
  09 janvier 2020
Joseph revient de la guerre d'Algérie. Et son retour est doux amère. Son père lui reproche d'avoir abandonné son travail à la ferme, son frère y a perdu ses jambes en voulant conduire le tracteur. Ceux du village se moque de lui, il était un planqué.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire ce n'est pas du tout une bande dessinée sur la guerre d'Algérie. Non c'est plutôt une histoire sur le retour à la vid normale quand on a été soldat. Comment reprendre le cours de sa vie quand on a tué des innocents? Comment expliquer aux proches ce vécu inavouable ? Comment reprendre une vie qui a continué sans vous?
C'est assez touchant. Tout comme le personnage central, Joseph, qui a beaucoup perdu de lui-même et de ses espoirs dans cette guerre. On sent bien la rupture qu'a créé la guerre.
Le dessin a un trait simple et doux qui est efficace.
Commenter  J’apprécie          140


critiques presse (3)
Sceneario   28 février 2020
Le travail semi-réaliste de Victor L. Pinel se veut au diapason du scénario de Philippe Pelaez. A la faveur d’un trait fluide à prime abord à la consistance doucereuse, l’artiste parvient à susciter remarquablement par le jeu de son personnage-clé le trouble qui le mine intérieurement. Le travail côté décors est remarquable, détaillé et rigoureux.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   07 janvier 2020
Sur un scénario sobre et sérieux, les deux artistes livrent avec Puisqu'il faut des hommes un récit poignant qui, s'il n'apporte pas de regard neuf sur la question, en offre une version qualitative et passionnante.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   27 décembre 2019
À partir d’un sujet bien peu mainstream, ce récit révèle un aspect des conflits souvent occultés ou totalement ignorés. Ce n’est pas le moindre intérêt de cet album bien mené, captivant et au final plutôt instructif sur les mentalités d’une époque.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   01 novembre 2020
- Toute la peine que tu peux t'éviter avec ça [le tracteur] ! Et tout le temps qu'on peut gagner !
- Et qu'est-ce tu crois qu'y va s'passer, ensuite, hein ? Qu'est-ce qu'y va s'passer quand les paysans auront récolté leurs champs plus vite ? Ils voudront labourer d'autres champs plus grands, voilà ! Et il leur faudra de plus grosses machines ! Sauf que c'est pas leur champ qu'ils vont labourer, ce sera çui du gros propriétaire qui les aura bouffés tout crus, parce qu'ils auront été incapables de rembourser leurs dettes ! Ces cons-là, y croyaient avoir tout vu avec le remembrement, mais le remembrement c'est rien à coté de c'qui va s'passer ! Ça oui, y a eu les noces des hommes et du progrès, comme y disent ! Et nous, les paysans, on est les cocus de l'histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   01 novembre 2020
Il y avait ce jeune maghrébin à qui je donnais des cours de français et qui me demandait si ce que nous faisions en Algérie était juste. Je lui ai répondu que je ne savais pas, on dit qu'une guerre est juste quand elle est nécessaire, mais ça dépend de quel côté du fusil on se trouve.
Commenter  J’apprécie          210
ZephirineZephirine   13 janvier 2021
Dis-lui, à René, que votre Michel se porte bien. Il doit partir dans l'Atlas mener des opérations de pacification, il est au sein d'une section de trente hommes aguerris sous le commandement d'un lieutenant réputé, il ne peut rien arriver à ton frère
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   08 janvier 2020
Et ils risqueront encore leur vie, puisqu'il faut des hommes pour nourrir la bête hideuse qui n'est jamais rassasiée... La bête c'est la guerre, la bête c'est nous. Nous ne sommes plus ce que nous étions... Nous ne serons plus jamais les mêmes.
Commenter  J’apprécie          50
Pixie-FlorePixie-Flore   18 avril 2021
Je veux garder le souvenir de cette nuit et du goût de tes lèvres.
Je garde ça dans un coin de ma tête, pour m'y réfugier les jours d'angoisse et de mélancolie.

[p21]
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Philippe Pelaez (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Pelaez
trailer T1 de la série Oliver et Peter
autres livres classés : guerre d'algérieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4039 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..