AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Esch (Traducteur)
ISBN : 2266112244
Éditeur : Pocket (03/10/2002)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Peter Karras, fils d'immigrants grecs, et Joe Recevo, issu d'une famille italienne, sont liés depuis l'enfance par une forte amitié. Alors que la Grande Dépression frappait les États-Unis, ils appartenaient à la même bande de gamins dans un quartier pauvre de Washington. Ils ont grandi, participé à la Seconde Guerre mondiale et sont devenus les hommes de main de Burke, un caïd qui prête de l'argent.

Peter n'aime pas intervenir auprès des mauvais paye... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
jeranjou
  26 juillet 2013
♪ Ecrire me semble ridicule, Je m'élance et puis je recule,
Devant une phrase inutile, Qui briserait l'instant fragile
D'une rencontre, D'une rencontre…♫
Et puis si, je me lance… tout de même.
Dans « Toxic blues » de l'irlandais Ken Bruen, le personnage principal Jack Taylor est un alcoolique et junkie mais surtout un drogué au Pelecanos, seule véritable substance sans danger pour sa vie pour le moins agitée. Oui, oui, le Pelecanos c'est de la littérature, pas un cigare cubain…
Mais dites donc, Pelecanos, ça ne sonne pas vraiment irlandais ! Pas plus américain, vous me direz ! Hum, hum…
Pour découvrir cet auteur, je me suis donc lancé dans un de ses romans « Un nommé Peter Karras », « The Big Blowdown » (1996) étant le titre original, figurant dans le D. C. Quartet, le premier de la série dont l'action se déroule principalement à Washington D. C.
« Os », « as »… Il manque plus que le « is » pour parfaire les terminaisons grecques si reconnaissables !
En fait, George Pelecanos est fils d'immigrés helléniques qui se sont installés aux Etats-Unis dans un quartier pauvre de Washington et se plait naturellement à installer des personnages d'origine grecque dans son roman.
Ainsi, en 1933, Peter Karras, le grec, fait partie d'une bande de gamins bagarreurs et passionnés de boxe dont font partie Joe Recevo, Billy Nicodemus, Perry Angelos, Su et Jimmy Boyle.
Puis en 1944, certains d'entre eux combattent dans les Marines sur le théâtre d'opération des Philippines et découvrent malheureusement à leur retour que Billy ne reviendra jamais du front asiatique.
1946. Peter Karras et Joe Recevo tentent de gagner laborieusement leur croute en persuadant, par la force si il le faut, des personnes récalcitrantes de rembourser des sommes qu'ils doivent à Monsieur Burke, leur patron voyou. de leurs côtés, les autres copains sont devenus flics, taxis ou encore comptables.
De nombreux autres personnages graviteront dans l'univers de Peter et notamment un certain Mike Florek, à la recherche de sa soeur droguée qui se prostitue dorénavant à Washington, mais je vous laisserai découvrir seul(e) la suite qui pour moi ne doit pas être dévoilée sous peine de détruire le fragile château de cartes qu'a réalisé de main de maître Georges Pelecanos.
Ainsi, pour brouiller les pistes, l'auteur distille le récit de Peter Karras dans un ordre non chronologique et permet ainsi d'écrire une première partie de roman totalement étrangère au monde du polar ou du roman noir.
A la page cent, je suis même demandé si je ne m'étais pas trompé de livre car on était beaucoup plus proche d'un roman historique sur la seconde guerre mondiale ou de l'étude de la condition des immigrés ou fils d'immigrés européens aux Etats-Unis dans les années 30 à 50.
« Calmos, calmos », dirait Pelecanos qui prend tout son temps pour tisser sa toile et vous laisse patiemment succomber au fil du récit…
Une fois pris au piège, l'auteur ne vous lâche plus et injecte ses doses de noirceur goutte par goutte jusqu'à la fin de l'histoire. Des noirceurs physiques. Des noirceurs sensuelles. Des noirceurs psychologiques...
Dans un style propre et soigné, Pelecanos m'a donc surpris par sa fausse simplicité d'écriture et sa capacité à reconstituer le puzzle de la vie de Karras à travers le regard de chacun des autres personnages. Pour les amateurs de romans originaux et non calibrés, je recommande chaudement ce livre qui se déguste lentement au début puis se laisse croquer ardemment sur la deuxième partie passionnante.
Vous l'aurez compris, pour ceux qui recherchent le thriller comme cela est écrit sur la couverture (ils sont vraiment incroyables ces éditeurs), je vous conseille d'aller voir ailleurs car vous ne tiendrez pas les cent premières pages.
Pour les autres, c'est franchement une occasion de découvrir un grand écrivain américain à l'accent grec très prononcé (des mots grecs sans traduction jalonnent le roman surtout au début) et une construction de roman noir peu commune. Bref, une belle rencontre…
Une rencontre qui en emmènera d'autres. C'est une certitude…

Ps : Les aficionados de Christophe auront noté que j'ai remplacé le mot « Parler » par « Ecrire » dans la première phrase des paroles de la chanson pour mieux coller à la critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          527
Crossroads
  11 avril 2016
Peter Karras, ma vie, mon oeuvre.
D'origine Grecque, étant gamin, je trainais régulièrement avec Joe, mon pote rital.
Insouciant de nature, je devins vite ambitieux.
Tous deux gravîmes rapidement les échelons pour passer du satut de sans grades à celui d'hommes de main de Burke, le Caïd du coin.
Complices, frangins, appelez-nous comme vous voulez. le fait est qu'on s'entendait parfaitement, Joe et moi. Et s'il n'y avait pas eu cette foutue nuit, ce serait encore le cas. Je ne serais pas aujourd'hui ce paria, montré du doigt, avec ses pitoyables rêves de rachat et de grandeur.
Mon premier Pelecanos, pas le dernier.
Le parcours haletant d'un fils d'émigré émancipé de l'organisation qui fit de lui l'homme à abattre.
Le bonhomme est attachant mais faillible.
Marié mais courant la gueuse, adepte de méthodes pour le moins musclées dans sa prime jeunesse, cet antihéros se sera construit dans une violence qui pourrait bien se rappeler à son bon souvenir.
Pelecanos déroule chronologiquement le fil de sa vie.
L'itinéraire d'un enfant pas gâté aux faux airs de montagne russe.
Karras a fauté mais est devenu cet homme avide de rédemption.
Enquêtant parallèlement sur une sombre affaire de prostituées décimées à la chaine, il n'en reste pas moins un être à la dangerosité avérée qu'il vaut mieux ne pas titiller.
Un homme d'honneur en quête de rachat, un mec déterminé n'ayant plus grand chose à perdre.
Prenant du début à la fin, Un Nommé Peter Karras se boit comme du p'tit lait.
Tout y est bon et parfaitement scénarisé.
La rythmique de ce polar est juste parfaite.
Une longue montée en puissance débouchant sur un final stupéfiant qui vous laissera comme le loup de Tex Avery, la langue pendante et le souffle coupé.
Pelecanos m'était jusqu'ici inconnu, il m'est désormais devenu incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
belette2911
  09 janvier 2015
DC, vous connaissez ? Non, je ne parle pas du groupe AC/DC ! DC... Washington DC (pour District Columbia), bande de moules.
En suivant le jeune Peter Karras - Spartiate d'origine - lors de sa jeunesse dans les années 30, juste après la Grande Dépression, en passant par la Seconde Guerre Mondiale et jusqu'en 1949, nous suivons aussi la ville de Washington DC dans ce qu'elle a de plus sombre.
De 1933 à 1949, ce sont les quartiers les pauvres que nous explorons aux travers de quelques personnages...
Des immigrés grecs, italiens, chinois, cherchant tant bien que mal à s'en sortir, afin de nourrir leur famille, que se soit de manière honnête ou via la pègre locale, cette tique qui peut vous sauter un jour sur le dos pour vous pomper une partie de votre sang en vous proposant de vous protéger.
Ce qui est le plus étonnant avec ces immigrés grecs et italiens, qui furent eux-mêmes la cible d'un racisme ambiant, c'est qu'ils refusaient que les Noirs mangent dans leurs restos !
Ce n'est qu'ensuite, lorsque leurs petites gargotes eurent moins de monde, qu'ils ouvrirent leurs salles aux Noirs. Mais je ne devrais plus être étonnée de rien, moi.
L'écriture est agréable, presque "simple", pourtant, ce serait une erreur de dire que l'auteur écrit de manière simpliste. C'est... comment dire... ça ressemble à de la simplicité, mais ce n'est pas de la simplicité ! Simply the best...
Par contre, c'est sans concession pour cette Amérique des années 30. On plonge dans les quartiers les plus chauds, peuplés d'immigrés, ceux que les gens d'un statut social "plus élevé" ne veulent pas voir dans leurs rues.
Malgré tout, malgré les défauts et la critique de cette ville, on sent qu'il y a de l'amour derrière. L'auteur la connait, cette ville, lui même étant fils d'immigrés grecs, il l'aime, cette ville, mais il ne se prive pas pour la mettre en scène dans ses coins les moins reluisant.
Au niveau des personnages, c'est bien simple, on a l'impression de les connaître, de les côtoyer depuis des années, on les voit grandir, prendre des mauvaises directions...
Ils ont leurs défauts, leurs qualités, leurs péchés aussi, bien que la messe ne soit pas encore dite tout à fait pour tous. La rédemption peut encore avoir lieu.
Dans ce roman noir, il y a une ambiance terrible dans les pages, des atmosphères sombres, des contextes sociaux extrêmement forts, de la pauvreté, de la débrouillardise, du racisme et de l'amitié.
Qui dit pauvreté dit mafia ou pègre... l'argent peut arriver facilement dans votre poche, couler à flot, vous donner la sensation d'une vie facile, sans tracas, mais vous savez aussi que quand on dort avec son chien, il ne faut pas s'étonner de se réveiller avec des puces.
Le chemin le plus facile n'est pas le chemin le plus honnête... Il faut avoir du courage pour rompre avec certains et adopter une vie correcte, exempte de règlements de compte ou de dette.
Durant ma lecture, je me suis attachée à Peter, à Nick, à Costa, à Joe... et je n'avais pas envie de les quitter en fermant le livre.
Un grand roman noir qui prend son temps pour planter le décor, ressemblant plus, au départ, à un roman "Historique" sur les conditions de vie des immigrés qu'à un polar et dont la construction nous donne même un petit puzzle chronologique de la vie de Peter Karras.
Excellent ! À déguster sans modération mais en prenant son temps afin que le roman fonde dans la bouche.
Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
loreleirocks
  01 juin 2014
Quel plaisir de retrouver les polars de Pelecanos et tout ce qui en fait une collection de perles noires. Les points de vue multiples clairs et complexes. Les personnages suivis par coups d'oeil à leur vie, à leurs connexions qui finissent dans une grande explosion, faisant écho au titre original, The Big Blowdown. Et la ville, toujours Washington DC, en pleine mutation dans la décennie qui suit la fin de la deuxième guerre mondiale, la ville comme personnage à part entière, avec ses personnalités multiples, ses bas-fonds, sa vie grouillante et surprenante.
Un polar qui commence par le début de la fin puis retourne dans l'enfance de ses protagonistes principaux, livrant les prémices de leur destin avec une escale par la guerre et la route qui se précise, inévitable, une bombe à retardement sans possibilité de la désamorcer. Tout est une question de temps. de moment, que ce soit le bon ou pas tout à fait. La tension qui monte brillamment, vers l'explosion attendue. Entremêlée à une histoire d'amitié et de mafia, une histoire de meurtres, dont le coupable, rapidement deviné, devient lui-même une nouvelle source de complications et de rebondissement, ajoutant une cran a cette tension étouffante.
Comme je le disais, mais il est facile de se répéter pour parler du plaisir de lire les intrigues de Pelecanos, un superbe polar aux épaisseurs multiples et denses dont on se rend encore mieux compte au moment de le refermer.
Après avoir chassé et trouvé les trois derniers tomes de ce quatuor de polars seulement, je souhaite remercier la bibliothèque universitaire d'anglais de Bordeaux pour les surprises cachées au milieu de ses multiples tomes de référence par très digestes et ce premier tome qui m'échappait depuis trop longtemps et m'empêcher de commencer cette courte série de polar sans lui.
Je trouve qu'on ne parle pas assez de Pelecanos et son oeuvre noire et riche sur sa ville et sa communauté grecque, cette communauté qu'il sait conter l'entremêlant avec les autres communautés que l'on retrouve plus souvent dans le genre. Pourtant bel et bien un grand, tant dans le polar que dans le scénario de, à mon humble avis, la plus grande série policière (et pas que !) de l'histoire de la télévision, The Wire.
Amis lecteurs, découvrez-donc George P. Pelecanos !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
maltese
  22 mai 2013
Du grand Pelecanos.
Premier volet du D.C. quartet, le roman débute dans le Washington de 1933, en mettant en scène une bande de gamins dont on suivra le destin tout au long du livre, surtout ceux de Peter Karras, d'origine grecque, et de Joe Recevo, d'origine italienne.
Revenus de la guerre, les deux amis vont se mettre au service de Burke, un caïd local. Mais Karras, forte tête, aura maille à partir avec le truand et y laissera l'usage d'une jambe et son amitié avec Recevo. Rangé des voitures, il travaillera dans le restaurant d'un certain Nick Stefanos, dont l'auteur consacrera au fils, qui porte le même patronyme, une autre série de romans.
Le destin rattrapera Peter et Joe, mettant les deux amis face-à-face en proies à un dilemme qui fera basculer leurs vies.
Parallèlement, on suit les faits et gestes du jeune Mike Florek débarqué de Farrell, Pennsylvanie, pour retrouver sa soeur Lola, prostituée et camée, perdue dans la capitale.
Pelecanos met en scène de nombreux personnages qui se croiseront à un moment ou un autre du roman, et élabore une fresque de qualité, polar urbain convaincant dont le personnage principal n'est autre que Washington.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42

critiques presse (1)
Telerama   02 novembre 2011
Ecrit en 1996, cet excellent roman est le premier volume d'une trilogie noire décrivant avec minutie une banlieue d'immigrés et dosant subtilement violence et émotion, polar et récit social.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
jeranjoujeranjou   20 octobre 2013
- Vous autres, les gars, vous revenez de la guerre, et parce que vous en avez réchappé, vous pensez que tout et tout le monde doit se mettre à genoux devant vous.

Tout vous est dû, dans un joli paquet cadeau, avec un ruban autour, rien que pour vous. Parce que vous avez survécu, vous croyez que vous êtes immortel.

Mais je vais vous dire un truc : c’est juste un répit qu’on vous a accordé. Un simple répit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
jeranjoujeranjou   18 octobre 2013
- Là, vous m’avez eu, dit Karras en levant les mains pour faire mine de se rendre.

C’est vrai, j’ai une femme. Je suis marié, comme un ivrogne est lié à sa bouteille.
Commenter  J’apprécie          202
jeranjoujeranjou   26 juillet 2013
Ah, ces grecs, si vous leur coupiez les mains, y avait fort à parier qu’ils ne sauraient plus parler.
Commenter  J’apprécie          301
RebusRebus   05 mai 2013
- Qu'est-ce que tu vas en faire ? demanda Stefanos.
- Je vais faire plaisir aux poissons demain matin, Nico. Voilà ce que je vais faire. T'inquiète pas pour ça, d'accord ? Je m'occupe de ces types, et du caro aussi. T'inquiète pas.
- Je m'inquiète pas, dit Stefanos.
Mais il se demandait déjà quel châtiment Dieu réservait aux hommes qui ôtaient la vie à d'autres hommes.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de George P. Pelecanos (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de George P. Pelecanos
Chronique animée par Fabien Delorme, consacrée aux grands noms de la littérature policière, dans le cadre de l'émission La Vie des Livres (Radio Plus - Douvrin). Pour sa quatrième chronique, le 15 juin 2016, Fabien aborde l??uvre de George Pelecanos. Fabien Delorme est aussi conteur. N'hésitez pas à vous rendre sur son site : http://www.fabiendelorme.fr/ Ou sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/fabiendelormeconteur La page Facebook de l'émission La Vie des Livres : https://www.facebook.com/laviedeslivres62
autres livres classés : washingtonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Je viens de découvrir Pelecanos et je ne m'en remets pas !

Je m'appelle Nick Stefanos, détective privé, j'ai du mal à convaincre mon pote Billy Goodrich que je fais ce qu'il m'a demandé, uniquement .....?.....

Pour la gloire
Pour le fun
Par amitié
Par défi

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : George P. PelecanosCréer un quiz sur ce livre
.. ..