AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225809075X
Éditeur : Les Presses De La Cite (06/10/2011)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Jean Deschamps est le conducteur du chasse-neige d'une région d'Auvergne. Le lundi 5 décembre, il part travailler : les chutes du week-end ont été abondantes, exceptionnelles. Il arrive au hameau des Combes, bien décidé à se faire payer un café chez Noémie. Au lieu de cela, il découvre à l'entrée le cadavre de Julia, autre habitante du hameau. La gendarmerie alertée dépêche le major Feyrat et le gendarme Delaire. Ils découvrent d'autres morts : "Si Feyrat ne s'était... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Nadouch
  18 juin 2018
Un hameau auvergnat violemment décimé, une enquête de gendarmerie et, en miroir, le témoignage de l'unique survivant. Bien ficelé, ce roman s'appuie à la fois sur les codes du roman de terroir (l'isolement auvergnat, la neige, les solitudes campagnardes) et du thriller (enquête, autopsie, multiplication des points de vue).
Sans être d'un suspense insoutenable, le récit est bien construit, l'écriture efficace et agréable. Au final, contre toute attente, un page-turner de campagne !
Commenter  J’apprécie          71
yv1
  14 novembre 2011
Roman policier assez classique et plaisant qui après avoir décrit les cadavres, et le hameau ensanglanté (à part cette description un rien macabre, point d'hémoglobine ou d'horreurs qui puisse faire fuir le lecteur) se concentre sur les différents protagonistes. D'abord les gendarmes chargés de l'enquête qui sont obligés d'émettre des hypothèses, bien embêtés qu'ils sont par le manque de témoin et par l'absence totale de motifs : les habitants des Combes étaient paisibles, sans histoires, des gens normaux. On suit pas à pas leurs investigations, leurs questionnements, leurs doutes, leurs différentes versions des faits. On peut noter aussi l'ambition de certains et la peur d'autres de se faire saquerEnsuite, les morts, parce qu'en parallèle, Patrice Pélissier fait parler Alex, qui ne fait pas partie des morts, mais qui était présent sur les lieux ce week-end meurtrier. On ne sait d'ailleurs où il est, au début du livre. Alex est un homme de trente-cinq ans, dragueur, qui ne vit que sur le dos des femmes qu'il fréquente. Sa dernière conquête en date, c'est Julia, habitante du hameau. Alex raconte son arrivée aux Combes, une semaine avant le drame et fait défiler les jours, à la manière d'un journal intime. Il décrit tout ce qui se dit et se passe dans les maisons des uns et des autres. Nous, lecteurs, possédons donc un coup d'avance sur les gendarmes, parce que nous sommes à l'intérieur du hameau.
Roman classique dans l'écriture, simple, et sans artifices et dans sa construction qui met donc le lecteur dans les confidences bien avant les enquêteurs. Je suis passé par toutes sortes de suppositions sur le nom (ou les noms) du (des) coupable(s), avant de savoir le fin mot de l'histoire. Pas surpris par le dénouement, mais néanmoins pas déçu. L'auteur nous amène doucement vers son épilogue, en semant dans son récit des indices favorisant telle ou telle thèse, sans en divulguer une avant la fin.
Un petit bémol sur une technique qui m'a agacé un peu : à chaque fin de chapitre consacré à ce que j'appelle le journal d'Alex, Patrice Pélissier place une phrase sensée donner du suspense et qui est, à mon sens, superflue,C'est tout ce que j'ai à reprocher à ce polar très fréquentable, qui encore une fois, fait mentir ceux qui pensent que l'édition régionale est de piètre qualité, puisqu'il est en collection Terres de France, comme l'excellent Ceux de Menglazeg, de Hervé Jaouen.
Lien : http://www.lyvres.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eimu-no-sora
  30 juillet 2013
Deux jours, c'est le temps qu'il m'a fallu pour dévorer ce petit bijoux. L'auteur nous tient en halène dès le début puisque ce dernier commence tout d'abord son oeuvre par la "fin" on connait donc le dénouement tragique de l'histoire mais on ne sait par qui ou par quoi il a été provoqué. J'ai beaucoup apprécier les différents styles d'écriture exploité par l'auteur et sa façon de décrire les faits. Ce roman n'est, à mon sens, pas qu'un simple Roman policier. Il démontre la connerie humaine -n'ayons pas peur des mots- et à quel point la nature d'un Homme peut changer du tout au tout et se révéler dangereuse. On y découvre les limites des personnages isolés dans le Hameaux et confronté à eux-mêmes et à leur démon.
Commenter  J’apprécie          30
Capucine214
  10 juillet 2013
Voilà un polar fort intéressant qui se passe en Auvergne, au coeur du massif du Sancy. L'auteur, Patrice Pelissier, a le don de tenir le lecteur en haleine en alternant les chapitres où se déroulent les quelques jours avant que le drame ne se produise et ceux qui suivent la découverte des cadavres. Il fouille avec minutie la personnalité des protagonistes et nous livre un roman policier plein de psychologie. Un auteur qui a l'art de sonder l'âme humaine.
Un très, très bon polar à conseiller aux amateurs du genre huis clôt.
Une vraie enquête soignée et un dénouement plus qu'original mais là, chut....
Commenter  J’apprécie          30
Rennath
  15 mai 2014
Ce roman policier qui se passe en Auvergne est plutôt original : alternance des événements et de l'enquête quelques jours plus tard mais que le style est lourd avec les annonces avant que les faits ne se passent qui sont particulièrement pénibles.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
yv1yv1   14 novembre 2011
Et le général de se souvenir d'une mutation, au fin fond d'une base militaire désaffectée dans l'Est, d'un colonel de ses amis à la suite d'une mauvaise gestion de crise lors d'un passage du président de la République. (p.99)
Commenter  J’apprécie          30
yv1yv1   14 novembre 2011
... je me fis la réflexion que nous ne tarderions pas pas à être coupés du monde. Sur le moment je n'imaginais pas que ce serait vrai et que cela nous mènerait à notre perte. (p.48)
Commenter  J’apprécie          20
rinecorineco   19 février 2015
Mais dire sa façon de penser à ses supérieurs en permanence avait fait de lui la bête noire de la région. Et les bêtes noires, soit on les abat à la moindre incartade, soit on les oublie et on les ignore.
Commenter  J’apprécie          10
yv1yv1   14 novembre 2011
Si Feyrat ne s'était pas trompé, le hameau abritait six morts. Ce qui était beaucoup, puisqu'il ne comptait que cinq âmes. (p.17)
Commenter  J’apprécie          20
yv1yv1   14 novembre 2011
Pas de doute, Jésup venait des tréfonds de l'enfer et nous devînmes ses anges exterminateurs. (p.26)
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patrice Pelissier (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Pelissier
"Le testament noir", bande-annonce
autres livres classés : roman ruralVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1437 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre