AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266305884
560 pages
Éditeur : Pocket (20/02/2020)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 21 notes)
Résumé :
À Purgatoire tout est affaire de colère et de vengeance. Encore faut-il en déterminer l’origine et dénouer les fils mêlés depuis des générations.
À travers l’histoire intimement liée des hommes et de leur vallée, Pierre Pelot nous embarque dans une enquête envoûtante.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
monromannoir
  30 avril 2019
Des histoires Pierre Pelot, l'air de rien, en a écrit plus deux cents dans les genres les plus variés en s'aventurant du côté de la science-fiction, du roman historique, du western et du roman noir bien évidemment, ceci avec l'aisance caractéristique des grands conteurs. du fin fond de son petit village natal des Vosges qu'il n'a jamais quitté c'est toute une armada de personnages parfois déroutants qui ont peuplé notre imaginaire, ceci durant près de cinquante années. On se souvient encore de ce jeune gamin, prénommé Kid Jésus (J'ai Lu 1980), fouillant les décombres d'une civilisation perdue ou de Girek, l'auteur contestataire de Parabellum Tango (J'ai Lu 1980), ouvrages d'autant plus marquants que les couvertures sont ornées d'illustrations réalisées par Caza. Pour ce qui a trait à l‘oeuvre de Pierre Pelot, dans le domaine du roman noir, beaucoup évoquent L'Eté En Pente Douce (Folio policier 2001), l'un des seuls ouvrages de l'auteur adapté au cinéma, mais je ne peux que vous recommander de découvrir Pauvres Zhéros (Rivages Noir2008) qui a fait l'objet d'une adaptation en BD illustrée par Baru (Rivages/Casterman/Noir 2008). Et puis il y a ces romans vosgiens amples et ambitieux, à la lisère des genres qu'il affectionne, dont la plupart sont publiés aux éditions Héloïse D'Ormesson à l'instar de Braves Gens du Purgatoire, présenté comme l'ultime roman d'un auteur qui ne se reconnaît plus dans cette équation éditoriale où le marketing et l'aspect commercial semblent prendre davantage le pas sur l'activité créatrice et artistique. Un romancier qui ne veut plus se raconter d'histoire en se refusant à écrire des romans qui correspondraient aux critères de ces commerciaux qu'il abhorre et qu'il fustige parfois sur les réseaux sociaux.
Le glas résonne dans les rues désertes de Purgatoire tandis que les villageois se rassemblent pour l'enterrement de Maxime Bansher et de sa femme Anne-Lisa. Les braves gens aiment à se réunir ainsi pour causer des événements, tenter de comprendre les raisons qui auraient poussé ce vieillard à tuer sa femme avant de se suicider. Mais Lorena, la petite-fille de Maxime, n'entend pas se contenter de cette version et compte bien faire taire les rumeurs en prouvant que son grand-père aurait été incapable de commettre un tel geste. Pour cela il lui faudra fouiller dans le passé du village et déterrer les vieilles histoires entourant la famille Bansher. Lorena devra donc se tourner vers Simon Clavin, écrivain reconnu, dépositaire de la mémoire trop encombrante de celles et ceux qui veulent oublier les drames d'autrefois qui ont secoué la région. Des drames auxquels sont peut-être liés les deux hommes parcourant les forêts des environs du village. Des hommes armés de fusil qu'ils ne comptent pas utiliser pour la chasse.
Fresque ambitieuse, portrait dense et minutieux de ce village des Vosges portant les stigmates d'un passé trouble, il est vraiment difficile d'évoquer un roman tel que Braves Gens du Purgatoire tant l'auteur semble avoir eu pour volonté d'intégrer, pour un dernier tour de piste vertigineux, les thèmes qu'il a évoqué tout au long de sa carrière littéraire. Révolte, refus du conformisme et déliquescence sociale sont tour à tour abordés au détour d'un roman noir dont l'intrigue principale s'articule autour d'un fait divers atroce dont les entournure permettent de mettre à jour des histoires d'une autre époque que l'on souhaiterait pouvoir enterrer définitivement à l'instar des règlement de compte entre maquisards et collabos ou de la révolte d'ouvriers désespérés devant faire face au démantèlement des petites manufactures qui fleurissaient dans la région. Jeune femme de caractère, il incombe donc à Lorena de faire la lumière sur les circonstances du drame dont son grand-père Maxime, surnommé L'Homme aux loups, semble avoir été l'auteur. Autant de tragédies jalonnant des époques tourmentées que les habitants du village de Purgatoire ont traversé en s'exonérant du passé au détour du silence des uns et des compromissions des autres finissant par former une espèce de sédiment étouffant que seul, Simon Clavin, l'écrivain vieillissant du village, est en mesure de mettre à jour. Entre cet homme taciturne, portant comme un fardeau la mémoire du village, et la jeune femme impétueuse, s'instaure alors des rapports complexes où les non-dits font place aux confidences à mesure que ces deux protagonistes parviennent à s'apprivoiser afin de faire la lumière sur les grands mystères qui entourent toutes les générations de la famille Bansher.

Avec la maestria qu'on lui connaît, cette expérience du conteur aguerri, Pierre Pelot nous propose ni plus ni moins qu'un impressionnant examen intergénérationnel d'un village des Vosges auquel il affuble, sans nul doute, de nombreux éléments en lien avec son vécu et qu'il distille par le prisme de l'ensemble de personnages pittoresques gravitant autour de Simon et de Lorena qui eux-mêmes projettent quelques traits de caractères ou quelques expériences propre à l'auteur. Explorateur de l'âme humaine qu'il sait parfaitement restituer, on appréciera l'épaisseur de ces personnages hors norme que Pierre Pelot a façonné pour mettre en scène un récit subtil où les interactions complexes ne font que renforcer l'épaisseur d'une intrigue qui se révèle toujours plus surprenante à mesure que l'on découvre les grands événements qui ont marqué les habitants du village. Les cris de Zébulon, parcourant la région au guidon de son vieux clou, la retenue de Justin Friard compagnon de Lorena, débarqué on ne sait trop comment des contrées du Haut-Jura, la détresse et la colère toute intériorisée de son père Adelin Bansher, nul doute que l'ensemble des protagonistes peuplant ce roman interpelleront le lecteur en se demandant quel est la part qui pourrait correspondre à Pierre Pelot tant cette sensation de présence de l'auteur est prégnante entre chacune des lignes d'un texte d'une rare intensité chargé d'émotion. Et puis l'on ne peut s'empêcher de se focaliser sur Simon, cet écrivain bourru, double de papier du romancier, évoquant son rapport à l'écriture et son aversion pour tout le cirque médiatique entourant la parution d'un ouvrage. Un homme blessé ruminant ses peines et ses douleurs avec pudeur dans une vieille tanière qui craque de partout.
Mais au-delà de l'histoire, des intrigues qui prennent parfois la forme d'un western au détour de la rudesse de somptueux paysages forestiers que Pierre Pelot se plait à dépeindre minutieusement, il y a le plaisir de se plonger au coeur d'un texte intense malmenant le lecteur qui devra se plier à l'exigence d'une écriture envoutante qui l'entraînera dans le tourbillon de longues phrases distillant atmosphères et sensations que seul ce sorcier des mots est en mesure de maîtriser. On distingue ainsi le chatoiement des couleurs et de la lumière, le détail de l'écorce des arbres et de la mousse recouvrant les pierres, l'odeur du feu dans l'âtre ou celle des chevaux et de leurs cavaliers parcourant les sentiers des Vosges. Une écriture brute, dépourvue de toutes fioritures inutiles, où l'on perçoit surtout les sentiments et les émotions de ces femmes et de ces hommes qui constituent un patchwork social aussi singulier qu'explosif. A n'en pas douter Pierre Pelot est un grand conteur qui nous livre, avec Braves Gens du Purgatoire, un roman bouleversant qu'il convient de découvrir impérativement.

Pierre Pelot : Braves Gens du Purgatoire. Editions Héloïse d'Ormesson 2019.
A lire en écoutant : So Hard To Move de Dana Fuchs. Album : Brocken Down Accoustics Version. 2015 Antler King Records.
Lien : http://monromannoiretbienser..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
fuji
  25 avril 2020
Le bonheur de retrouver l'écriture, flamboyante comme un coucher de soleil, de Pierre Pelot ne se boude pas. le lecteur se délecte d'un vocabulaire riche, de phrases longues mais nécessaires, car ce diable d'homme sait où il veut nous emmener.
L'intrigue de ce roman noir est touffue mais jamais confuse.
Nous prenons connaissance d'un drame la mort d'un couple Maxime Dansher et sa compagne Anne-Lisa. A priori Maxime aurait tué Anne-Lisa et se serait pendu. L'enquête est close et le curé interdit les obsèques religieuses.
Lorena, petite-fille de Maxime, ne croit en rien à cette thèse. Pour cela elle interroge celui qui… Simon Clavin, ami du défunt, vivant lui aussi à part, car il suit son bonhomme de chemin.
Le chapitre 3 est juste, à mon avis le modèle absolu, de ce qu'il faudrait faire pour installer une atmosphère et renforcer l'impression de mystère.
Par l'attitude de chacun, d'un côté la famille Dansher, de l'autre le clan Derandier, le lecteur sent immédiatement les non-dits, les secrets, qu'il peut y avoir. C'est d'un réalisme, que seul un oeil avisé peut livrer, pour montrer à la fois ce que chacun peut avoir à cacher, ce que sont les diktats sociétaux et comment chacun va se dépatouiller de tout cela.
Lorena décrit sa famille ainsi : « Ça se réduit à ça, en fait, la famille Bansher, le tronc et les branches. Un gros tas de cousins-cousines. Même si c'est pas toujours l'appellation, à la lecture des fiches d'état civil, ou sur les réseaux sanguins… je sais pas. On arrange, c'est la manière, et c'est comme ça que ça marche. Tout ce qui descend des deux Américains : des cousins… La tribu. Des fois, on se dit qu'il n'y a que cette engeance, dans Purgatoire… dans Purgatoire, et même que ça en déborde… »
Peu à peu on découvre la vie et ses habitants. Les moeurs du coin, les vérités et les « on dit ». Lorena arrivera-t-elle a percé le secret et à faire éclater la vérité.
« Quelques personnes descendaient la rue à pied, des habitants de Purgatoire étrangers à l'enterrement de l'Homme des loups, qui ne faisaient qu'aller à leurs propres occupations. Une grosse dame à vélo, un cabas de paille tressé arrimé sur son porte-bagages, pédalant comme une forcenée dans la montée de la route et qui devait avancer deux fois moins vite en zigzaguant un peu que si elle s'était contentée de marcher. »
La lectrice que je suis aime les beaux textes, ceux qui sont ciselés par l'auteur qui pense que le lecteur est un être intelligent et qu'il sait lire.
J'aime lorsque chaque phrase me fait sentir que je vis, le temps de l'histoire, à Purgatoire ce village des Vosges, et que je vais découvrir l'histoire de cette famille. Car Lorena ne lâchera rien, elle sera l'ongle qui gratte la peau écorchée. Pour cela elle n'aura de cesse que de mettre à contribution Simon Clavin, écrivain, misanthrope, peu loquace mais qui sait beaucoup.
L'histoire est si finement construite que j'ai l'impression d'ouvrir un vieux meuble remisé dans un grenier, d'ouvrir ses multiples tiroirs et de sentir que je vais découvrir des fonds secrets.
Un peu de cocasserie ne nuit pas dans le noir, et le personnage de Henri Rouy alias Zébulon est inénarrable sur son vélo, criant à se faire péter les cordes vocales.
« — Il m'a dit, et c'est pour ça qu'il est venu, il m'a dit avoir vu des gars rôder dans la forêt. Des gens armés. C'est de ça qu'il est allé avertir ton père, je pense.
— C'est Zébulon, dit Lorena.
— C'est Zébulon mais c'est Henri Rouy, aussi. D'abord. »
L'art subtile de créer un tableau de la ruralité, d'une justesse incontestable, tant dans la gestuelle que dans les dialogues. Des dialogues tellement vrais, qui sous une simplicité apparente implique mille choses. Alors non, il n'y a pas de longueurs ni d'égarements au fil des pages. Chaque mot donne à voir, à penser, induit des situations, des morceaux de voile qui se déchire sur le mystère.
Très savoureuse la façon dont Simon joue au chat et à la souris avec Lorena. Chaque face à face déroule l'histoire sur un credo :
« —C'est sûr qu'il y a beaucoup à savoir, que tu ne sais pas, mais la plupart ne savent pas non plus. Ou ne veulent plus savoir. Sauf certains. »
Et soudain, comme un orage qui tonne dans un ciel noir, le lecteur perçoit que Simon est le double de l'auteur, un portrait du duo père-fils. La véracité même transposée saute au coeur. Des images emplies de tendresse, d'amour désespéré voilées de pudeur. L'amour filiale éclate comme un produit révélateur met au jour un négatif argentique.
Absolue subtilité est de savoir que Simon a écrit un livre qui lui a valu une notoriété et que son titre est Braves gens du Purgatoire.
Cette mise en abyme du livre qui est entre les mains du lecteur est juste géniale.
Pierre Pelot joue avec nos nerfs, mais pas seulement, c'est comme s'il voulait à travers le mystère de ce meurtre nous faire vivre dans ses Vosges, terre dure où le paysage n'est pas seul à pouvoir inquiéter.
C'est dense comme une forêt peut l'être, le vocabulaire est d'une richesse à servir d'exemple, la construction si subtile que le lecteur ralentit sa lecture pour mieux savourer ce bel ouvrage. Pas de précipitation il faut savourer la beauté de l'écriture, la majesté des métaphores, cette poésie et l'humanité qui se dégage du tout.
Il est si rare l'écrivain, celui qui sait raconter une histoire qui a du fond et de la forme, en plus de cinq cents pages sans redondances, sans surenchères. de beaux portraits particulièrement ceux des femmes.
Au mitan du livre se trouve un passage sur le travail de l'écrivain qui est aussi savoureux que désespérant, car d'une justesse qui broie le coeur du lecteur, celui que les mots attirent comme le miel pour les abeilles.
L'ensemble est d'une densité éblouissante.
Un livre rare qui m'a donné envie de relire C'est ainsi que les hommes vivent, lu en 2003 à sa sortie.
©Chantal Lafon-Litteratum Amor 25 avril 2020.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Gehenne
  25 février 2019
C'est le "petit dernier", dis-tu. L'expression, cher Pierre, est quelque peu réductrice. Car, "dernier" : à voir... Et "petit" : certainement pas.
"Petit dernier", revenons un moment sur cette expression qui, tu t'en doutes, m'attriste et je suis loin d'être le seul. Entre sa signification de "nouveau-né" et celle de "der des ders", s'étire une fructueuse oeuvre multiforme riche de quelque 200 naissances, d'après ceux qui comptent. En ce qui me concerne, j'en avais lu et majoritairement aimé 15 (je fais aussi mes stats!) avant d'entrer en Purgatoire. Autrement dit, ma déception due à ton abandon est atténuée. du Pelot, il m'en reste une belle cargaison à découvrir pour ma très égoïste satisfaction.
Abordons maintenant ce Purgatoire : c'est à nouveau un grand roman que tu nous proposes, ancré au plus près de tes racines, étoffé par cette prose chantournée à merveille par le véritable artisan de la langue que tu es devenu. Allez, pour le plaisir, quelques petits bonheur d'écriture : "le fugace troussis d'un sourire narquois", "la nuit chichement enlunée", "toutes fenêtres éteintes derrière les volets clos comme des paupières pâlies aux coulées passagères de lune". C'est en cela que Pelot est grand et son style séduisant.
Son travail, c'est du cousu-main, du pur local (et pourtant tellement universel) avec une galerie de personnages authentiques et passionnés. Avec "L'ombre des voyageuses", tu faisais le grand écart des Vosges à l'Amérique. Cette fois, chemin inverse avec le jeune couple, Joshua et Kate Bansher, qui débarque dans les Hautes-Vosges en provenance de la Louisiane à la fin du XIXe siècle. Plus d'un siècle après, un de leurs descendants trouve la mort avec sa compagne dans des conditions pour le moins suspectes. Un assassinat suivi d'un suicide qui sentent la mauvaise mise en scène et la résurgence de vieilles jalousies sur fond de secrets de famille. Un terreau propice à l'imagination de Pelot, jamais aussi vive et affûtée que lorsqu'il s'agit de traquer dans le passé des comportements déviants, des rancoeurs accumulées, des haines recuites.
Jamais personnage n'a été aussi proche de Pelot que ce Simon Clavin, écrivain, pour qui "l'ordre des choses est une invention imbécile de ceux qu'épuise la moindre imagination". Aurait-on là le plus autobiographique des recueils du Vosgien ? Ce qui est sûr en tous cas, c'est que la nature occupe une place de choix, dangereuse ou hospitalière, séduisante ou dégradée, dans la geste pelotienne. Elle est l'occasion de pages d'un grand lyrisme, un hymne à la forêt, aux arbres, aux éléments.
Faut-il vraiment croire que Pelot nous abandonne en rase campagne et que cet opus est l'ultime aventure littéraire d'un écrivain à nul autre pareil ? Touchons du bois, celui de ses sapins hauts-vosgiens pour imaginer que ce n'est là qu'une trêve et que les Emeline, Lorena, Simon, Lazare, Maria, Mo et toute la galerie de la comédie humaine de l'écrivain auront une nouvelle descendance pour notre plus grand bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
manolle
  16 février 2019
Bienvenue au Purgatoire, lieu d'expiation et de purification en vue d'une situation meilleure ? Et c'est bien à cela que nous convie Pierre Pelot dans ce très beau roman. Dans ce petit village des Vosges, tout part de la mort du couple Maxime et Anne Lisa. Un voile de mystère plane sur cette mort.
Meurtre, suicide ? Ils sont nombreux dans le village à s'interroger, à commencer par Lorena leur petite fille. Secrets de famille, règlements de comptes, rancoeurs, non dits...
Quel pacte de l'oubli relie tous les habitants de ce village depuis plusieurs générations ?
L'histoire est âpre, sauvage à l'image de cette région vosgienne. Présent et passé se mélangent en un récit puissant.
Les personnages ont des caractères bien trempés, tantôt bourrus, taiseux, tantôt loufoques, on les aime ou on les déteste.
Le lecteur est embarqué dans des aventures captivantes où le suspense est habilement mené.
Porté par une écriture pointue, marqué par une appréciable érudition, on retrouve ici le style bien particulier de l'auteur.
Et « C'est ainsi que les hommes vivent » pour reprendre un autre titre de Pierre Pelot.
Une très belle fresque à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnitaMillot
  09 janvier 2019
La lecture de ce roman est une grande aventure qui se mérite et en atteindre le bout sans encombre est un sacré challenge !
À bon entendeur : salut !
Pierre Pelot nous annonce d'emblée la mort de Maxime, le grand-père de Lorena, Il se serait pendu après avoir tué Anne Lisa, sa compagne, d'un coup de fusil. Une dispute qui aurait mal tourné ou un coup de folie d'un vieil homme perdant la tête ... Sauf que Lorena et ses parents, Adelin et Pauline, ne croient pas un seul instant que Maxime, "l'homme aux loups" ait pu faire une chose pareille !
Voilà le décor est planté ...
Enfin, pas tout à fait car Pierre Pelot va lentement nous diffuser des informations sur la famille Bansher et distiller le doute, tel un poison. Un doute qui va partager les habitants de la vallée vosgienne et les monter peu à peu les uns contre les autres ... Dans un style littéraire bien à lui, l'auteur fait de nombreux allers-retours, du passé au présent, pour nous éclairer dans un premier temps, enfin semble-t-il, et pour mieux jeter la confusion par la suite.
Un suicide ? Un assassinat ? Et dans ce cas pourquoi ? Quel est le rôle de Simon l'écrivain dans tout cela ? Qui sont exactement les ancêtres d'Adelin ?
Dans ce village perdu des Vosges, les habitants y mettent tous un peu leur grain de sel ... La vie y est dure, les gens plus ou moins mauvais ... Lorena rêve d'en partir avec Justin, "l'étranger" venu du Jura ...
Attention, si vous ne voulez pas vous y perdre totalement, vous n'avez pas intérêt à en oublier une seule ligne ! Il vous faudra parfois revenir sur le chapitre précédent pour vérifier que vous avez bien tout compris ! Pierre Pelot écrit avec beaucoup d'humanité mais néanmoins il reste intraitable, il faut décortiquer, partir et revenir à plusieurs reprises sur des détails du passé, un peu comme on le ferait pour une enquête policière. Et surtout, surtout, s'armer d'une immense patience !
Pierre Pelot aurait dit qu'il s'agissait de son dernier roman car il est fatigué : un récit pareil, je peux comprendre ! ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeSoir   18 juillet 2019
« Braves gens du Purgatoire » déploie, en 500 pages d’une écriture souveraine, une intrigue touffue.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
VLaurelineVLaureline   30 janvier 2020
On n'écrit pas pour raconter une histoire inspirée de la sienne, ni pour l'avouer, on écrit pour vivre une histoire, qu'elle parle de soi ou non, il n'y a pas à chercher d'autre vérité, sous-jacente ou pas, dans une histoire racontée, que celle qu'elle porte en elle, par projection, et dans sa vérité, et dans ce qu'elle est, non pas dans ni d'où elle vient.
Commenter  J’apprécie          10
manollemanolle   11 février 2019
Cela semblait pourtant être une belle journée d'avril, désincarcérée dans la lumière claire et fragile de sa chrysalide hivernale enfin tombée en morceaux.
Commenter  J’apprécie          10
VivibiblioVivibiblio   15 mars 2019
Elle emporta un peu de son odeur de tabac, sans être fichue de se rappeler s'il fumait encore ou non.Son odeur de p'pa.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Pelot (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pelot
Immense Pierre Pelot, avec plus de 200 livres en 53 ans d?écriture : littérature générale, science-fiction, policiers, romans noirs, récits fantastiques, BD, théâtre, contes, sagas... L'auteur était à Poirel le 7 octobre pour un entretien aux côtés de Françoise Rossinot autour de son dernier roman, "Braves gens du Purgatoire" (Éditions Héloïse d'Ormesson).
autres livres classés : vosgesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

... ENCE ou ... ANCE

...

Médisence
Médisance

14 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , mots , orthographeCréer un quiz sur ce livre
.. ..