AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352079683
Éditeur : Audie-Fluide glacial (28/07/2017)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Quand on est "différent", un petit village, de province n'est pas exactement le meilleur endroit pour être heureux. Fane ne demande pourtant qu'une chose qu'on lui fiche la paix. Il veut vivre tranquillement, en buvant de la bière, entre son frère un peu simple et sa jolie petite amie. Mais c'est sans compter avec la morale, la jalousie et la haine... jusqu'à l'explosion finale.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
greg320i
  14 juin 2017
En préambule de cet ouvrage à bulles ,comprenez bande Dessiné, je tiens à remercier la bien belle masse critique de Babélio, jamais critiquable mais toujours impeccablement servi à notre table pour un plaisir de polyvalence intense et dont le choix n'en reste que plus Génial.
Merci l'éditeur pour sa carte postale , j'en suis Touché.
En voici donc ma patte .

L'été en pente douce, ô si douce, tel une vallée tentante à la vision,prenante au cou , entraînante par de sa longueur ,, que j'ai envie de chanter (pour moi,,)
LAa, a,♪ a, Musique ♫ euhh, ♪ ? NON ?
Alors bon, sauvegardons et préservons l'ouïe de nos apôtres ici et gardons
Nicoletta pour d'autre occasion oui :une star Academy peut-être ?
Avis aux amateurs.OU pas.Ou à demi seulement et encore,,Au corps (surtout)
Mais si douce, -pourvue qu'elle reste douce-,, je fonds devant la dame .
Premier regard oblique, oh que je n'en souhaite pas forcément lubrique ,
cette pente là, m'est ma foi trop forte à mon goût pour m'en cacher le côté pair . .de ce vers
Que voulez-vous, je n'en suis pas voyou , mais j'aime faire rimer certaine valeur verticale avec Nec-plus-Ultra , ,c'est un peu ma mode à moi .

BREF,;
Revenons à ce charmant paysage; ce personnage de couverture qui semble aimer les deux côtés majestueux pour se Prendre au jeu . .
Et jamais sans scènes déplacés s'il vous plait !
Le livre reste correct; dialogues de même,quoi qu'un tantinet répétitifs..
Alors oui , de derrière ou devant, debout,de dos, le pantalon reste levé.
Nous verrons bien quelques petits oreillers glisser sur desseins aperçu,
A moindre classe pour le côté x;mais ce n'est que prix à payer s'il l'on Veux
Persévérer. La lecture . Coûte que coûte, vaille qui vaille ..
Sans perdre courage des obsessions premières (avouons le péché) le tout tourne à la manière de 'comment Fane prendre Lilas ' sous couvert de quelques astuce bien triste au regard de la fin ,,

En tête il me reste donc: les cheveux sublimes, le côté coquine, l'envie Intense parfaitement décalé en rapport à l'histoire ( Quelle histoire au fait ?? ) et ce bon Matou de Criminou . Non, ne riez pas, c'est son nom ..
Le chat oui,parlons-en un brin,il appartient à ce doux simplet de MO
Attardé selon vilaine expression,mais dont la pression ultime va portant,
NON:résistons au S'poil.Tout comme il résista lui-même..ou pas..
A l'ultime coup coupable pour venger son 'Criminel' (Alias Criminou.. mdr)
Résumé de mon avis :
Vous l'aurez compris (j'espère) Avec cette pente dont l'auteur nous arpente
L'été sera chaud,l'été s'ra Chaud ! Des côtes d'Azur bronzée à ces seins- maillot-mouillé.
De jolis dessin pour un destin qui prendra rapidement court.
Un prétexte comme un autre pour prendre son pied .
Mais allez-y ; lisez, lisez , déguster le conte de fée, il en vaut le secret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          254
Renod
  20 août 2017
Fane revient au pays à la mort de sa mère. Il compte s'installer dans la maison familiale avec son frère, Mo, handicapé mental et Lilas, son amie. Il a troqué la jeune femme à un copain de boisson contre une caisse de vin, un lapin et cinquante francs. le couple peut surprendre : Fane a été défiguré et a perdu quatre doigts de la main droite dans un accident ; Lilas, de vingt-cinq ans sa cadette, a de faux airs de Jane Fonda, est plantureuse et pue la sensualité. Fane souhaite mener une vie oisive, vivre sur sa pension et celle de son frère et écrire des romans policiers. Mais très vite des tensions apparaissent avec ses voisins qui souhaitent acquérir la maison pour agrandir leur garage. La tension monte. Ce village des Vosges est écrasé sous une canicule étouffante. La chaleur et le corps de Lilas excitent les esprits et les vieilles rancoeurs. L'orage ne va pas tarder à éclater…
J'ai commencé ce livre en ayant en mémoire quelques images du film tiré du roman. Et ces images ont un visage, celui de Pauline Lafont. Un corps d'une sensualité à couper le souffle qui allume le désir des hommes. Ses formes débordent de ses robes trop courtes ou de son tee-shirt serré. « Elle ne pouvait pas faire un mouvement, rien, sans que ce soit tout un spectacle. » Un charme naturel et sans calcul. Tout ce que désire Lilas, c'est se marier et avoir des enfants avec un homme qui ne la bat pas. L'autre clef du roman, c'est le village hostile qu'on devine situé dans les Vosges (on y cueille des brimbelles). le patelin est peuplé de vieilles femmes et s'il est traversé par les touristes en saison, chacun s'épie et médit des autres. le retour de Fane aux bras de Lilas est loin de passer inaperçu. Surtout dans cette ambiance caniculaire où l'on s'assomme de bières discount, de pastis et de mauvais vin.
Un roman étouffant, électrisant et sensuel. Je ferme et range le livre mais je garde Pauline/Lilas bien au chaud, dans mon armoire à fantasmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
littleone
  20 juin 2017
"L'été en pente douce" ce titre vous dit sans doute quelque chose ? le livre écrit en 1980, le film il y a trente, lequel a rencontré un vif succès populaire. Pour fêter cet anniversaire, une bande dessinée, réécrite par son auteur Pierre Pelot, illustrée et coloriée à l'aquarelle par Jean-Christophe Chauzy vient tout juste de paraître ! J'ai la chance de l'avoir reçue de Fluide Glacial grâce à ma participation à Masse critique. Un grand merci à tous.
Fane, enfant du pays, revient au village après une longue absence, juste au moment de l'enterrement de sa mère ! Il est accompagné de Lilas une pin-up incendiaire vers qui tous les regards se tournent ! Fane retrouve Mo, son frère, un débile léger. Gamins ils jouaient dans la rivière quand une grenade oubliée par la guerre leur a pété à la figure ; l'un y a laissé des doigts, l'autre y a perdu la raison et craint qu'on ne le mette à l'hôpital. C'est l'été, il fait très chaud, le trio s'installe dans la maison de la mère, un petit coin de paradis d'après Lilas qui a suivi son voisin de HLM pour échapper au mec qui la brutalisait. Mais la maison est convoitée par les garagistes voisins prêts à tout pour l'absorber ! Jalousies et querelles de voisinage se réactivent tandis que le trio mène une vie plutôt agitée ! les sentiments sont exacerbés, avec sous-jacentes les difficultés liées au retour au pays. La tension monte, jusqu'au drame...
A mon humble avis, c'est parfaitement réussi, et des trois versions je crois que c'est celle que je préfère, bien que n'étant une spécialiste de la BD. Il y a ce qu'il faut de texte, un dessin très fin, expressif, avec le souci des détails, juste à la limite de la décence ! C'est très suggestif tout de même ! A tout ceci s'ajoute le jeu des couleurs ce qui donne vie à toutes les émotions, car comme le dit Pierre Pelot : "Chauzy a vraiment transcendé mon scénario... les potes qui boivent de la bière, ça transpire de partout... A les voir on est mort de rire !! c'est rudement bien mis en scène" ! Je suis plutôt d'accord avec lui ! la maison, le garage au bord de la route, l'atmosphère, tout y est !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
soazcongar
  10 juillet 2017
Fane vient d'hériter de la maison de sa mère puisque celle-ci vient juste de se faire « tartiner » par un camion sur la Nationale qui passe devant chez elle. Il s'y installe avec Lilas la jolie pin-up aux tenues légères et suggestives. Shawenhick, le mec de Lilas, l'a laissé partir contre un lapin, une caisse de bières et cent balles. L'arrivée inattendue de Fane et de sa « poule » vont permettre à Mo, le grand frère à l'esprit troublé et obsessionnel, de rester vivre dans la maison familiale.
Dans la moiteur de cet été suffocant et torride qui glisse en « pente douce » les conflits de voisinage vont se réactiver. Les garagistes voisins veulent acheter la maison de Fane et de Mo pour pouvoir agrandir et moderniser leur entreprise.
Trente-sept ans après la sortie de son roman, trente ans après le film éponyme, Pierre Pelot réinvente l'histoire de Fane, de Mo et de Lilas en s'alliant avec Jean-Christophe Chauzy dessinateur de bandes dessinées. L'association est plutôt heureuse, ils signent ici une oeuvre réaliste et minutieuse. La vie de débauche, la lascivité des personnages transpirent et débordent de chaque planche créant une atmosphère pernicieuse et malsaine. Chaque dessin, chaque élément de l'histoire concourent à la chute finale et inévitable.
Si je reconnais de grandes qualités à cette bande dessinée, la précision descriptive des dessins, le choix des couleurs, je ne me suis jamais accordée avec ces personnages que j'ai trouvés veules, violents, cupides et balourds. La tension dramatique se délite dans la fournaise des premiers dessins qui annoncent déjà l'épilogue ! Un rendez-vous inaccompli entre cette histoire torride et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          74
Julver
  10 septembre 2017
J'ai adoré détester ces personnages crados, racoleurs et bas du front!! du pur Fluide Glacial, puisque c'est justement l'éditeur de cet ouvrage. On pense immédiatement aux rednecks américains, ambiance "Délivrance"... Je n'ai ni lu ni vu les opus originaux, mais cela me donne envie de m'y pencher.
On se sent un peu voyeur sur les bords et on se demande bien comment cela finira, mais on va au bout de la bd avec plaisir! Au départ, le dessin un peu grossier ne m'emballait pas; puis les caricatures se mettent en place : la fille vénale et vénéneuse, le bourrin au grand coeur et son frère arriéré, et enfin les voisins prêts à tout...
C'est parfois vulgaire, souvent cracra et toujours flirtant avec les limites... mais on adore ça bien-sûr!
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (3)
Sceneario   24 juillet 2017
Une excellente adaptation du roman de Pierre Pelot, revue pour l’occasion dans une finalité dramatique qui ne vous laisse pas indemne. Un très bon moment de lecture pour cet été !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   02 juillet 2017
Pelot et Chauzy livrent, avec L’Été en pente douce, ce que la bande dessinée est capable de meilleur dans le registre du polar français.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   19 juin 2017
Ses couleurs réalisées à l’aquarelle subliment personnages et décors, accentuent la tension palpable de l’intrigue, jusqu’à sa bouleversante conclusion : une rencontre réussie entre deux auteurs que rien ne semblait pouvoir réunir un jour.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
RenodRenod   19 août 2017
L'œil de Fane brilla. Il avait quarante-sept ans et pour la première fois de sa vie l'occasion lui était donnée de promener dans sa voiture une fille comme Lilas. Rien à voir avec les pauvres lamentables qui avaient, ici et là, jalonné le parcours de son existence sentimentale et sexuelle. Elle avait vingt-deux ans, Lilas. Une jeunesse, propre, la peau lisse, pas de moustache ni de verrues, ni de bedaine croulante, ni de varices. Non. Au contraire. Une liane. Des seins épanouis qui dégageaient une odeur de poison délicieux, un cul bien rond, ferme, des jambes... Nom de Dieu, tout cela dans un petit tee-shirt de rien, un blue-jean dont la couture se perdait avec une précision spectaculaire dans la raie de ses fesses étroitement comprimées...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
voiliervoilier   23 juin 2015
Maintenant, c'était fait : elle avait changé de logement. Fait sa valise, ramassé ses revues de cinéma pour émigrer de l'autre côté du palier. Elle vivait avec Fane. Depuis cette nuit de mercredi à jeudi. Fane l'avait achetée à Claude Shawenhick pour une caisse de vin, un lapin et cinquante francs. Ils avaient bu la caisse de vin ensemble, tous les trois, et mangé le lapin ; le lendemain matin, Fane avait donné les cinquante francs à Claude qui, dessoûlé, avait fait mine de vouloir revenir sur sa décision, mais c'était trop tard.

On était vendredi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Pierre Pelot (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pelot
Pierre Pelot - C'est ainsi que les hommes vivent
autres livres classés : eteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1182 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre