AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266160885
Éditeur : Pocket (24/03/2006)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Pour protéger les fantômes qui dorment dans une maison en ruine, un forcené abat les ouvriers chargés de la détruire. Pendant ce temps, dans ce village des Vosges, témoin de cet acte de folie, un homme revient sur les lieux de son adolescence. Il est à la recherche d’un indice, d’une piste. Flic ou journaliste, il semble en savoir long. Mais doit-il ressusciter les ombres du passé?
Tipol, le fidèle, et Zan, l’intrépide, avaient alors 13 ans. C’était l’été 57,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  10 août 2014
Etonnant ! Aucune critique pour ce livre pourtant sorti en 2005 pour sa première édition.
Il ne mérite vraiment pas cette indifférence.
En 1957, les vacances d'été s'annoncent radieuses pour les enfants des collines vosgiennes avec la pêche, le tir à l'arc, le vagabondage en culottes courtes avec le chien sur les talons. C'est le temps des enfantillages, la liberté heureuse des années 50, quand juillet commençait au rythme du Tour de France.
Mais l'enfance a aussi ses démons et ses jeux interdits et la bande de P'tit Grand Marcel va entamer une guerre de clans en culottes courtes qui va tourner au drame. le petit caïd, déjà stigmatisé en « petit dur » par un drame familial en fera les frais en responsabilité et en gardera un sentiment d'injustice tenace.
En 2004, l'été s'annonce également sanglant avec le massacre de cinq ouvriers par la violence d'un forcené en tireur isolé. Chacun s'interroge et s'étonne d'un visiteur inconnu sur les lieux du drame, ouvrant une enquête en souvenirs et mémoire pour solder les comptes d'un vieil été meurtrier.
Le lecteur se doute rapidement de la corrélation entre les deux époques mais il faut savoir attendre car Pierre Pelot prend son temps, installe un contexte, s'attarde sur une ambiance villageoise et des campagnes boisées avec le plaisir qu'il prend toujours à évoquer sa région.
Il sait créer une relation père-fils avec beaucoup de sensibilité, parler de la difficulté du passage vers l'âge adulte, du deuil de l'enfance brisée par la perte d'une mère et d'un frère. Ses petits garnements sont attachants, et le talent de conteur de l'auteur fait le reste pour nous embarquer dans une histoire dramatique aux relents de culpabilité.
Du Pelot comme je l'aime, fort et dramatique, à l'écriture fine et sensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          377
Maxie
  29 décembre 2016
Zan est un garçon de presque 12 ans, dont l'enfance n'a pas été facile. Après le décès accidenté de son petit frère, son père sombre dans l'alcool et sa mère se suicide. Il est donc plus ou moins livré à lui-même et mène sa barque comme il le peut avec son chien et sa bande de camarades dans un village des Vosges. Puis les choses changent, une assistante sociale fait son apparition dans la vie du père de Zan et donc dans la sienne, venant tout chambouler. Méchamment dimanche se déroule sur un été, l'été 1957, celui qui marquera un tournant dans la vie de Zan, mais également en 2004, année où a lieu un drame dans ce village des Vosges, drame qui réveillera les mémoires… Méchamment dimanche est un roman plutôt lent à démarrer. Il ne se passe presque rien dans la première moitié du livre, et j'ai eu beaucoup de mal à accrocher et à poursuivre la lecture. Mais une fois que les choses bougent, cela devient un roman assez captivant. Son ambiance est très particulière, rurale, terre à terre, les descriptions sont telles qu'on se retrouve vraiment plongé dans ce petit microcosme villageois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Patience82
  23 avril 2017
Méchamment Dimanche est un roman régional et un roman d'apprentissage. On plonge dans ce village de Saint-Maurice sur Moselle que Pierre Pelot aime tant, et on fait la connaissance de Zan, de sa bande et de son père. A 12 ans, Zan a déjà connu bien des malheurs que le lecteur va découvrir petit à petit et l'été 1957 ne va pas être de tout repos.
Ne vous attendez pas à un récit haletant. L'auteur prend tout son temps pour aller à la rencontre de ses personnages, pour tisser les liens entre Zan et son père. Il décrit avec minutie les lieux et les sentiments. Ca apporte parfois quelques longueurs, mais j'aime son écriture, il sait éviter l'ennui.
L'histoire n'est pas morale, elle est réaliste.
Commenter  J’apprécie          90
LesLecturesDeRudy
  01 février 2019
Pierre Pelot est un conteur né et si dans sa plantureuse production tout n'est pas parfait " Méchamment dimanche " est incontestablement une réussite. Pas de grands effets de manche ni de bain de sang mais une histoire presque banale de gens ordinaires qui un jour dérapent . Dans ce roman en occurrence un jeune gamin, plus vraiment un enfant mais pas encore un ado, va découvrir la vie avec ce qu'elle peut avoir de cruelle. Pelot prend son temps pour mettre son histoire en place et c'est petit à petit au fil des pages où s'entremêle le présent et le passé que se dessine une histoire superbe d'amitié éternelle et d'amours contrariés dans cette petite bande de village. Et puis comme souvent chez Pelot un des acteurs principal du roman est cette région des Vosges pour qui on sent l'énorme attachement et l'amour de l'auteur. Un récit sur le passage de l'enfance à l'adolescence et l'âge adulte dans une ambiance de village d'autrefois avec ses non dits, ses personnages pittoresques ou banaux mais terriblement humains . Une histoire avec un zeste de fantastique mais surtout basé sur le remords et la culpabilité. « Méchamment dimanche » est le récit de l'incompréhension malgré tout l'amour qui les unit entre un fils et son père et surtout d'une superbe amitié d'enfance et des serments manqués. Un grand Pierre Pelot qui a sa place dans toute bonne bibliothèque qui se respecte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kristian
  27 juillet 2017
Pelot est un écrivain prolifique et éclectique et ses ouvrages vont du pire au meilleur. Celui-ci fait partie des meilleurs, comme toujours dans sa veine régionale les paysages sont ciselés, les atmosphère rendues et délicates. Ses personnages sont toujours profonds et complexes, et dans celui-ci, les enfants rappellent terriblement notre jeunesse à ceux de ma génération. Il est question d'amitié, de fidélité, de départs et d'actions irréversibles, de félures et de grandeur.
Bref un grand roman, dans la langue savoureuse de Pelot qui n'hésite jamais à reconstruire la langue française pour la rendre plus savoureuse.
A recommander chaudement.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
michdesolmichdesol   08 juin 2018
A son retour de l'hôpital, P'pa béquilla en long et en large d'un bout à l'autre d'une convalescence qui l'amena au printemps. Il se remettait difficilement de sa dégringolade de l'échelle, ou de son hospitalisation – ou des deux. Il avait pris un coup de vieux. Ses cheveux, qui restaient drus, avaient blanchi, pas seulement aux tempes -pour s'en apercevoir, il fallait bien sûr que le Grand Marcel retirât sa casquette, ce qu'il ne faisait pratiquement plus ; il devait se laver avec, quand il se lavait, dormir avec... Les rides de son visage semblaient s'être creusées plus profondément en quelques jours. Mais c'était son regard, surtout. Un regard de verre dépoli qui traversait les choses sans s'y arrêter, dans lequel la lumière se dissolvait et se fondait, s'engloutissait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienneladesiderienne   22 mars 2014
C’était pourtant bien du bonheur, nom que l’on donne à ce frisson plat dont on surprend parfois la coulée dans les veines, du bonheur aussi de le savoir et d’en ressentir cette sensation de précarité essentielle. Il apparut à Zan que le bonheur sous cape pouvait aussi rire en tranchant.
Commenter  J’apprécie          50
LesLecturesDeRudyLesLecturesDeRudy   31 janvier 2019
Il replaça la bouteille de pastis sur l’étagère de verres et choisi de se servir un blanc, appliquant le vieux et sage principe que les mélanges tuent quatre fois plus vite que ce qui tue quatre fois moins.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pierre Pelot (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pelot
A l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec Pierre Pelot autour de son ouvrage "Braves gens du Purgatoire" aux éditions Héloïse d'Ormesson.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2283222/pierre-pelot-braves-gens-du-purgatoire
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : vosgesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2008 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre