AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Baru (Adaptateur)
ISBN : 220301024X
Éditeur : Casterman (30/04/2008)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Quelque part dans l’Est de la France profonde, dans l’un de ces gros villages que fréquentent depuis toujours Pelot et Baru, un enfant disparaît lors d’une promenade scolaire en pleine nature. Un enfant handicapé, un mongolien. Issu de cet hospice Saint Maurice dont tout le monde ici, depuis des décennies, a appris à détourner le regard pour ne pas trop avoir à deviner ce qui s’y passe, entre orphelinat dévoyé et mouroir pour vieillards surexploités… L’ordre républi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  29 juin 2013
Dans un village campagnard, Nanase, comme on le surnomme, vit avec sa mère, alcoolique. Débrouillard mais fainéant, ils survivent tant bien que mal grâce aux maigres allocations et aux petits travaux de notre «zhéros», à savoir aller juste livrer les abats pour les chats de la vieille Yvonne. Même ça, ça l'emmerde! Il faut dire qu'une centaine de bêtes se jettent sauvagement sur lui dès qu'il essaie de rentrer dans la maison. Sa mère lui a réclamé aussi de lui installer un loquet sur la porte des toilettes car les gamins de l'orphelinat Saint Maurice n'arrêtent pas de l'embêter dès qu'elle est en train de chier! Mais, l'argent manquant et une ardoise déjà bien remplie, Nanase n'a trouver d'autre solution que de chaparder le fameux loquet et en profite pour voler en même temps quelques babioles. Il va alors les planquer chez son ami Albert. Il le retrouve en pleine panique: il est certain d'avoir aperçu un alien dans sa cour! Il en a la preuve puisqu'il possède son petit chapeau jaune.
Malheureusement, dans l'après-midi de ce même jour, un gamin de l'orphelinat, Joël, un mongolien a disparu, et ce pendant que la surveillante, Sylvette, était partie faire des galipettes avec José, un gars du coin...
Adapté du roman de Pierre Pelot par Baru, cet album fait dans l'authenticité et les bons comme les mauvais sentiments. Prenant comme point de départ la disparition d'un enfant de l'orphelinat, en grattant un peu, c'est finalement toute la société que dénonce Pelot, avec ses cachotteries, ses mystères et ses non-dits. Merveilleusement mis en image, ce fait divers met en avant une situation tragique. Baru nous livre ici un dessin magnifiquement travaillé, vivant et original. Les planches sont de toute beauté et les couleurs, tantôt tendres tantôt sombres, sont en parfaite adéquation avec ce scénario brut et touchant à la fois. Inspiré d'une anecdote de Pelot qui s'insurge ici contre les services sociaux administratifs de certains établissements, cet album, peut-être, aura fait réagir ses lecteurs...
Pauvres zhéros.... aux sombres zhéros de l'amer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Crossroads
  14 septembre 2013
Les éditions Rivages/Casterman/Noir ont pris la régulière et excellente habitude de transformer certains polars en BD . Plat du jour , Pauvres Zhéros de Pelot associé à Baru , le tout pour un résultat une fois de plus très convaincant .
Un petit village comme il en existe des milliers .
Des tronches incroyables y coexistent , gravitant tant bien que mal autour de ce qui semble représenter le monument incontournable de ce triste bled , l'Hospice Saint Maurice . Hospice qui fait dans l'éclectisme en accueillant gosses et petits vieux dans la panade sous l'égide de la mère Magard qu'a pas la réputation d'être une déconneuse de première .
Aujourd'hui , les enfants sont de sortie , encadrés par Sylvette qui préfère , la coquinette , conter fleurette au beau José plutôt que de surveiller ses petits poussins . Résultat final , l'un manquera à l'appel . Joël , le petit mongolien mutique , semble avoir pris la tangente alors que son niveau en math semble beaucoup plus proche du zéro absolu . le village est en émoi , les recherches s'organisent et pourraient bien dynamiter la pseudo tranquillité de cette petite bourgade aux secrets bien gardés .
Très très bon . Un propos dramatique porté par des personnages burlesques et un comique de situation venant délester talentueusement le tragique de la situation . Des gueules incroyables qui se suffiraient à elles seules pour en faire une histoire . Un récit tragi-comique qui n'est pas sans rappeler l'univers barré des frères Cohen dans Fargo .
Le trait de Baru , toujours aussi expressif et vivant , dessert magistralement une noirceur ambiante ne pouvant se solder que par un effroyable final . Des baltringues comme s'il en pleuvait , une ambiance pesante , de lourds secrets ne demandant qu'à se faire jour , une chronique de village très aboutie qui se dévore plus qu'elle ne se lit tant la tension monte crescendo chez les p'tits gars du cru .
Un conseil si vous traînez du coté de chez Albert , évitez tout déguisement suspect qui pourrait perturber cet innocent en puissance ne redoutant qu'une seule chose , d'être sugbergé par les esstraterresst ! C'est vous qui voyez...
Pauvres Zhéros , une BD en or massif !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
jeranjou
  09 juin 2014
Et un, et deux et trois Zhéros…
Non, non… Rassurez-vous, je ne vais pas vous parler de foot en cette période de coupe du monde. Jetez plutôt un coup d'oeil à la couverture de « Pauvres Zhéros » et observez ces trois personnages d'allure plutôt étrange, le plus petit d'entre eux portant à bout de bras un chat qui jouera également un rôle important dans l'histoire.
Eh bien figurez-vous que ce sont les trois pauvres héros, bien malgré eux, de cette histoire fichtrement bien foutue du duo Pelot- Baru (textes et dessins) !
Le plus grand Zhéro, Anastase Brémont, dit nanase, chapeau noir, cigarette au bec et queue de cheval, s'avère être un sacré feignant selon sa femme (si on peut appeler ça une femme) et semble être surtout le roi de la combine et du trafic avec son pote Albert.
Albert, parlons en ! Bien en chair dans sa salopette bleue, Albert dit Charou, adore regarder les films de science-fiction avec des petits bonhommes verts surement venus de la planète Zhérox (1). Justement, intrigué par des bruits à l'extérieur, Albert a aperçu ce soir un extraterrestre, une créature étrange avec des yeux très bizarres et qui pousse des cris du genre « GÂÂÂH ».
Enfin, le dernier Zhéro de la bande… dessinée s'appelle Joël, un petit garçon habillé tout en jaune qui vit dans un orphelinat, l'hospice saint Maurice. Et malheureusement, à l'occasion d'une sortie en plein air, le petit Joël disparaît alors que Sylvette, la personne sensée surveiller les enfants, s'est éclipsée un instant pour faire crac-crac dans les sous-bois avec le bon José.
Mais qui est vraiment Joël et où va-t-on le retrouver? Qui va endosser la responsabilité de la disparition de l'enfant ? Quels rôles vont jouer les deux Zéros Nanase et Charou dans cette intrigue ?
En ce mois de Juin, je vous conseille vivement d'aller cueillir les réponses bien mures à ces questions dans les feuilles de la bande-dessinée « Pauvres Zhéros » aux éditions Rivages/Casterman/Noir.
Parmi tous les romans ou nouvelles adaptés dans cette collection, ce livre se situe assurément dans mon Top 3, à la fois pour l'histoire extrêmement bien construite bien que dramatique et pour la galerie de portraits hauts en couleur très démonstratifs. Au final, « Pauvres Zhéros », très loin d'être nul !

(1) Zhérox : Une pure invention de ma part qui collait avec le titre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
tynn
  26 février 2014
Racaille!
Espèces de crevures!
Saleté de p'tits merdeux!
Trous du cul sans fesses!
Premiers dialogues! on est tout de suite dans l'ambiance!
Inconditionnelle des livres de Pierre Pelot depuis son magistral "C'est ainsi que les hommes vivent", je découvre une autre facette du talent de cet écrivain prolifique dans ce roman graphique impeccable.
Dans un univers campagnard des plus glauques, avec des personnages clochardisés et avinés, des zonards navrants de bêtise et de pauvreté, la noirceur de cette histoire de disparition d'enfant est parfaitement rendue par le trait de crayon de Beru qui nous offre des tronches burlesques et décalés de anti-héros ordinaires.
C'est sombre, méchant, tragique et le traitement final est radical.
Tout ce que notre société peut produire de plus minable se retrouve listé en peu de pages pour un coup de gueule contre l'incurie et le laxisme auprès des handicapés et des personnes âgées. Roman ou réalité?
Excellente BD.
Commenter  J’apprécie          282
monromannoir
  21 mai 2016
Voyage au Bout de la Nuit est l'un des premiers ouvrages classiques illustré par un auteur de BD. Il s'agissait d'une association entre les maisons d'éditions Gallimard et Futuropolis. de cette union surprenante est issu un ouvrage somptueux mis en image par l'immense Tardi que l'on ne présente plus. Depuis, d'autres auteurs se sont engouffrés dans la brèche avec le concours notamment des éditions Rivages et Casterman qui ont mis en place, en 2008, une série de BD adaptant les romans noirs et les romans policiers issus de l'illustre collection dirigée par François Guérif. Avec Rivages/Casterman/Noir vous découvrirez Winter's Bone (Daniel Woodrell) mis en image par Romain Renard ; Nuit de Fureur (Jim Thompson) et le Dahlia Noir (James Ellroy) mis en scène par Matz et Nymann. Parmi ces adaptations graphiques, il y a Pauvres Zhéros de Pierre Pelot brillamment mis en scène par Baru, un autre grand nom de la BD.
Autant le dire tout de suite, des héros vous n'allez pas en trouver beaucoup dans Pauvre Z'héros. Par contre des zéros, minables et enfoirés en tout genre ce n'est pas ce qui manque dans ce roman que l'auteur a publié en 1982 dans la collection Engrenage, aujourd'hui disparue. C'est donc à l'occasion de son adaptation en version BD que les éditions Rivages ont eu la bonne idée de rééditer cette perle du roman noir français.
Pour expliquer la genèse de Pauvre Z'héros, l'auteur raconte qu'en rendant visite à sa femme qui venait d'accoucher il a entendu des cris provenant d'un soupirail et s'est aperçu qu'il s'agissait d'un enfant de l'orphelinat qui jouxtait la maternité. le gamin suppliait qu'on le laisse sortir de son cachot. Alors en rentrant chez lui, Pierre Pelot a entamé l'écriture de Pauvre Z'héros en balançant toute sa colère, sa rage et sa souffrance dans un tourbillon de mots et de phrases qui malmèneront les lecteurs encore longtemps après avoir achevé la dernière phrase de ce roman explosif.
Il n'y a rien de poignant dans ce roman brutal qui vous plonge dans un monde rural calme et froid tout à la fois qui peu à peu prend la forme d'un conte cauchemardesque où les personnages ordinaires se transforment en monstres cruels guidés par la colère, la lâcheté et la survie. Une succession de scènes d'une violence crue relance régulièrement ce récit qui ne compte aucun temps mort. L'auteur ne cède pourtant pas à la fascination morbide d'une violence qu'il draine avec maestria dans une économie de mot qui accentue l'aspect dramatique de cette histoire cruelle.
Ce n'est qu'après avoir lu le roman que vous pourrez vous imprégner de l'adaptation de Baru qui est parvenu à restituer toute la noirceur du roman de Pierre Pelot. L'un des grands talents de Baru c'est de nous livrer des planches qui se passent du texte tant le dessin est suffisamment explicite. Habitué des histoires dans le milieu rural, le dessinateur ne pouvait qu'exceller dans cette adaptation qui est l'une des meilleurs de la collection.
La bêtise, l'ignominie et la lâcheté sont les traits de caractères principaux de ces Pauvres Zhéros qui vous feront froid dans le dos en suivant leurs trajectoires minables bâties sur la peur, la colère et la violence. Un roman taillé à coups de burin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
EveToulouseEveToulouse   21 octobre 2014
Ce que vous voulez que j'écrive, je ne le peux pas...
Ce que je peux vous dire, c'est que cet établissement est dirigé par un conseil d'administration, que son président est le maire d'un gros bled d'à côté, qu'il est P.D.G. de la plus grosse boîte de travaux publics du département, et conseiller général, qu'il bouffe tous les jours avec le préfet ou le député U.M.P., ou le député socialiste, mais surtout, qu'il est le grand copain du patron de mon journal... et moi, Jacques Meunier, je travaille aux chiens écrasés, à l'agence d’Épinal...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
jeranjoujeranjou   09 juin 2014
- Tu t’en fous pas mal que ces petits morveux y tournent autour d’not’ cabinet à la sortie de l’école pour me lancer des pierres…
… et pis qu’ils tapent à coup de pied dans la porte, pis qu’ils essaient de l’ouvrir !!
- T’as qu’à aller chier quand ils sont à l’école…
- L’heure que j’dois y aller, ça se commande pas !
Commenter  J’apprécie          160
JuinJuin   18 janvier 2014
Bougre de feignant qu"t'es ! Tu t'en fous pas mal que ces petits morveux y tournent autour d'not' cabinet à la sortie de l'école pour me lancer des pierres...
...Et pis qu'ils tapent à coups de pied dans la porte, pis qu'ils essaient de l'ouvrir !!

T'as qu'à aller chier quand ils sont à l'école...

L'heure que j'dois aller, ça s'commande pas !
Commenter  J’apprécie          90
HORUSFONCKHORUSFONCK   21 novembre 2016
À l'extérieur, le cri redescendit une fois encore et s' abîma dans les silences gluants de la nuit. il en subsista une empreinte sonore, une sorte de bourdonnement collé au tympan, comme parfois le fantôme lumineux d'une image reste imprimé pendant quelqques instants sur l'intérieur des paupières baissées.
- C'est pas de ma faute, dit Darou.
Commenter  J’apprécie          30
ninoule69ninoule69   02 janvier 2015
On rit, on rit jaune, on tremble, on pleure. Tout va crescendo vers l'inéluctable ! Une vraie BD-polar. Drôle, dure comme la vie mais parfaite. Il n'y a rien à ajouter !
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Pierre Pelot (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pelot
A l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec Pierre Pelot autour de son ouvrage "Braves gens du Purgatoire" aux éditions Héloïse d'Ormesson.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2283222/pierre-pelot-braves-gens-du-purgatoire
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : orphelinatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3377 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre