AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020550806
Éditeur : Seuil (18/05/2004)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 42 notes)
Résumé :
L'homme descend du singe, et le singe descend de l'arbre... La boutade n'est pas anodine. Même s'il nous est difficile de l'admettre, nos plus lointains ancêtres, sur cette planète, étaient assurément des plantes... De la première algue bleue au récent maïs transgénique, c'est cette grande épopée des plantes que l'on raconte ici. Jean-Marie Pelt retrace la conquête de la planète par les végétaux sauvages, de l'océan originel à l'adaptation à la terre ferme, avant de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  18 juin 2015
La plus belle histoire des plantes est aussi la nôtre, c’est l’histoire de notre arbre généalogique, de nos racines.
« Le tronc de l’arbre de vie s’est scindé en deux branches principales : celle des animaux … dont nous sommes la dernière pousse. Et celle des plantes… »
Jean-Marie Pelt , botaniste, interrogé par le journaliste Jacques Girardon, nous raconte cette odyssée.
De catastrophes en catastrophes, notre terre a subi des modifications, la vie s’est adaptée, s’est améliorée, a opéré des sélections, des essais. L’homme est la dernière de ces catastrophes pour le monde animal et végétal. Il vit dans ce jardin qu’est la vie sur terre, il est l’un de ses enfants. Il s’en nourrit. Il a su le domestiquer, s’en servir à sa guise, le manipuler.
De cueilleur, chasseur, nomade, il est devenu agriculteur, sédentaire, comme nous le raconte Marcel Mayozer, ingénieur agronome. Au début il ne prend que ce dont il a besoin, il est l’acteur de la diversité et de la propagation des plantes sur toute la planète. Les plantes et les hommes vivent en harmonie.
Puis, l’homme devient un dangereux manipulateur de la nature. Il ne la respecte plus. Il pense égoïstement, profit, production, au lieu de penser bien-être, environnement, solidarité et partage. Nous pourrions nourrir la planète entière si nous le décidions.
Enfin, Théodore Monod, scientifique naturaliste, nous raconte les dangers de la déforestation, de la désertification. Les plantes ont des ressources insoupçonnées, elles savent s’adapter et survivre.
Mais jusqu’à quand ? Si l’homme, ce primate violent et arrogant ne réagit pas assez vite et ne se met pas activement à penser en homme qu’il devrait être, en "roseau pensant", à utiliser son savoir, ses atouts, avec sagesse, il risque de saccager le jardin, la Terre, l'oasis de l’univers et… lui-même. Les plantes et les hommes sont « UN ».
Le jardin est unique et exceptionnel, il est le fruit d'une longue évolution. Il serait temps de se rendre compte de sa valeur, de le préserver, de le respecter, de le partager. Pour l’instant, et avant longtemps, nous n’avons pas d’autre oasis dans l’univers…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Ecureuil
  17 septembre 2015
Encore un bel opus de la série "La Plus Belle Histoire de..." !
Sous la forme d'une discussion animée par un journaliste scientifique, trois scientifiques abordent chacun leur tour trois sujets en rapport avec les plantes. J-M Pelt nous raconte l'évolution des plantes : de l'apparition des premières algues bleues aux plantes à fleurs. Puis, M Mazoyer raconte l'histoire de la relation entre les plantes et les hommes : l'agriculture donc, mais aussi... l'horticulture ! T Monod nous alerte sur l'état de la vie botanique aujourd'hui, de son besoin de protection.
Enfin, petite touche finale et originale : le dernier chapitre rassemble tout le monde pour une conversation à bâtons rompus pour un exercice d'anticipation (risques écologiques, prise de conscience populaire, protection, etc.).
Commenter  J’apprécie          50
PhilOche
  16 avril 2014
Superbe odyssée traversant plus de deux milliard d'années d'évolution. Et l'orientation portée sur les plantes est vraiment passionnante. J'ai également été impressionné par la présentation du grand brassage que notre humanité a produit sur les céréales et les plantes et comment les variétés présentes dans notre région d'Europe se sont enrichies et diversifiées ces dernières centaines d'années. Un livre foisonnant d'informations fascinantes qui a élargi ma vision de l'évolution.
Commenter  J’apprécie          51
cyberugo
  26 mai 2012
Ce petit ouvrage présente de façon très synthétique l'évolution des plantes depuis les premiers êtres vivants végétaux jusqu'aux plantes à fleurs. Cette partie est traitée avec le strict minimum de jargon et est accessible à tous.
On trouve ensuite une explication concernant les plantes, céréales, fruits et légumes que l'agriculture a développé au fil des années, ainsi que comment et pourquoi cela a été le cas.
On a ensuite un bref mais instructif passage nous décrivant le fonctionnement si particulier des plantes dans le désert, limite extrême de l'adaptation.
On aura enfin une ouverture sur les pratiques actuelles et le devenir du monde vivant et végétal en particulier.
Commenter  J’apprécie          20
lesptitchats
  02 février 2013
J'ai eu un peu de mal avec le format entretien du livre.
Mais j'ai appris énormément de choses et ce livre m'a vraiment passionné.
C'est un livre de vulgarisation scientifique et il est vraiment accessible à tous.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   19 juin 2015
- Qu’est-ce que le blé noir, avec lequel les Bretons font des crêpes,
- Rien à voir avec le blé. C’est une céréale domestiquée en Asie centrale, quelque part entre l’Afghanistan et la Mongolie. On l’appelle aussi sarrasin, peut-être parce que ce sont les Arabes qui nous l’ont apportée. Cette plante a longtemps été importante : elle poussait là où le blé ne donnait rien, ni l’orge, ni même le seigle. On semait du sarrasin sur les pentes, dans les hauts de champs, moins fertiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PhilOchePhilOche   17 avril 2014
Tous les chasseurs-cueilleurs du monde connaissent les plantes à la perfection. Seuls quelques savants peuvent être meilleurs botanistes qu'eux ! Ils comprennent parfaitement que, lorsqu'on sème une graine, une plante pousse. Et quand l'agriculture est née, les hommes de la fin du paléolithique savaient déjà cela depuis des millénaires. Nomades, ils retrouvaient d'année en année les débris de ce qu'ils avaient laissé à leur passage précédent. Les graines qui étaient tombées à côté du foyer avaient germé... Ces gens récoltaient des centaines de plantes qui avaient toutes un usage, soit médicinal, soit alimentaire. Ils les connaissaient si bien qu'ils en cueillaient des vénéneuses, comme le manioc amer, et ils savaient leur faire subir, avant de les manger, les traitements nécessaires pour éliminer les substances toxiques. Dans certains cas, ils étaient même capables d'en extraire des poisons qu'ils utilisaient pour la chasse. Depuis des centaines de milliers d'années, ces gens vivaient au contact des végétaux, en les observant avec une attention d'autant plus grande que leur survie était en jeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gouelangouelan   19 juin 2015
- Peut-être l’industrie alimentaire trouvera-t-elle un jour le sorgho intéressant…
- Bien-sûr, en cherchant à diversifier, à offrir des produits nouveaux. Il y a une autre raison de s’occuper de ses plantes oubliées : chacun s’accorde aujourd’hui sur le fait qu’il est urgent d’améliorer la situation des paysans pauvres. Il va falloir faire un véritable effort pour qu’ils soient payés correctement quand ils vendent leurs produits sur le marché mondial. C’est la seule façon d’enrayer l’exode rural qui grossit des villes invivables, qui n’offrent ni emploi, ni logement. La misère paysanne se transforme en misère urbaine. Actuellement, on bidonvillise le monde en abandonnant les gens des campagnes qui ont faim. Il faut comprendre que les plantes orphelines, ce sont des hommes orphelins. L’histoire des plantes, c’est l’histoire des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gouelangouelan   19 juin 2015
Heidegger avait une jolie formule : « Les origines se cachent sous les commencements. » Cela signifie que, pour saisir un phénomène, il faut qu’il existe déjà. On ne peut donc jamais affirmer avec certitude que le plus ancien fossile découvert est celui de la créature originelle. Personne ne trouvera jamais l’empreinte de la première cellule qui fixa la chlorophylle.
Commenter  J’apprécie          90
gouelangouelan   18 juin 2015
- La méfiance du public face à ces plantes dont on a manipulé le patrimoine génétique n’est-elle pas un peu irrationnelle ?
- Marcel Mazoyer : Lorsqu’ils s’inquiètent de voir des scientifiques essayer de reconstruire les formes de la vie à leur idée, les gens, qu’ils croient en Dieu ou non, réagissent par respect de la création, par considération pour ce que 3 milliards d’années d’évolution ont produit depuis les algues bleues. Pourquoi ont-ils confiance dans cet héritage ? Parce qu’il est le produit de multiples essais, de multiples erreurs, d’une fantastique sélection, et que ça marche. Ils savent bien qu’il y a eu des ratés, des maladies génétiques, etc. Mais le public n’est pas convaincu que les manipulateurs pressés vont trouver mieux. Cette espèce de foi dans la nature que moquent certains du haut de leurs certitudes arrogantes, ce n’est que du bon sens : le respect de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Marie Pelt (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Pelt
Rencontre avec Jean-Marie Pelt à l'occasion de la sortie de son livre "L"évolution vue par un botaniste".
Dans la catégorie : Botanique généraleVoir plus
>Sciences de la nature et mathématiques>Botanique>Botanique générale (50)
autres livres classés : évolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
302 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre