AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Franck Steffan (Collaborateur)
ISBN : 2253108995
Éditeur : Le Livre de Poche (15/03/2006)

Note moyenne : 4/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Compétition pour la lumière dans la forêt, où les arbres les plus chétifs meurent étouffés par les plus forts ; conquête massive de territoires par de redoutables envahisseurs ; déploiement d'armes chimiques sophistiquées : les plantes ont mille manières de se faire la guerre. Mais nul ne dirige ces entreprises belliqueuses, car les plantes sont un monde sans chef.

Les animaux s'affrontent pour la nourriture, le territoire, le partenaire sexuel ou la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Pacomeux
  26 avril 2014
MULTIRECIDIVISTE EN AGGRESSIONS !
Vous-vous sentez agressé ?
Par le bruit qui vous environne ? Par des attitudes belliqueuses en voiture ? Par le manque d'espace sur une plage ? Par le nombre de publicités intrusives ? Etc.
Pas de panique ! Vous n'avez pas l'exclusive…
Il semblerait même que ce soit une constante des plantes aux sociétés humaines, en passant par les animaux (soit les 3 chapitres du livre).
Jean-Marie PELT documente de manière remarquablement imagée l'état des connaissances en matière de « loi de la jungle ». Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'y connaît en agression, un vrai multirécidiviste !
« Ainsi n'existe-t-il ni temps ni lieu où, vives ou feutrées, des confrontations se manifestent. L'agression est inhérente à la vie même. Voire, par extrapolation, à la non-vie, au monde minéral. »
Bon le décor est posé, il s'agit d'une loi universelle au même titre que la loi de la gravitation ou la théorie de la relativité restreinte.
Ensuite, comme pour toute théorie, les axiomes suivent :
- « Aimez-vous les uns les autres !» mais au sens « aimer la chair fraîche. (p.118)
- « Ôte-toi de là que je m'y mette ! », que ne ferait-on pas pour de la photosynthèse. (p.117)
- « Tu me pompes l'air ! », et pas seulement pour le trèfle (p. 47)
- « Paix à l'intérieur, guerre au dehors ! », que vous soyez fourmi ou cigale. (p.158)
Pour les plantes, les descriptions imagées fleurissent :
- « le monde des plantes est un monde sans chef ! » (p65)
- « Si le monde végétal, par le système des strates, évoque plutôt l'Inde ou notre Moyen Âge, les lianes sont une belle illustration du processus d'ascenseur social » (p.73)
- « … chez le cocotier, nous avons affaire à une structure typiquement centralisée, « jacobine », alors que le chêne manifeste une structure décentralisée d'essence « fédérale », sans réel pouvoir central » (p.109)
-
Tour à tour nous visitons le monde végétal des bambou, caulerpe, chardon, colchique, ivraie, lichen, scabieuse, piloselle et autres mélisses.
Il en va de même pour le monde animal des cestodes, cichlide, copépode, cyclope, douve, épishure, piloselle tardone et autres trématodes.
Si vous y rajoutez les « substances allélopathiques » (qui font souffrir les autres) et autres « mécanismes de télétoxie » (toxicité à distance) (p.57), nul doute qu'à la fin de ce livre vous serez plus intelligent.
Enfin, l'analyse des sociétés humaines trouve son intérêt dans leur mise en perspective de l'arrière-plan des flux agressifs et violents du règne animal.
Conclusion : lisez cet excellent essai - pour mieux affronter le « Struggle for life » qui vous attend au dehors...
P@comeux - 2014/04 ©
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Suny
  03 septembre 2015
La loi de la jungle, sous-titré « L'agressivité chez les plantes, les animaux, les humains », traite, comme son sous-titre l'indique, de l'agressivité chez les êtres vivants, doués ou non de conscience. Ayant déjà lu deux autres livres de Jean-Marie Pelt, je savais d'avance que ce livre allait me passionner. Je n'ai pas été déçue. On y lit entre autres que l'agressivité, particulièrement chez les plantes et les animaux, est principalement liée à la territorialité et à la survie et/ou la perpétuation de l'espèce. Chez les humains, il y a souvent un peu de ça, mais pas que, m'enfin je suppose que, à moins de vivre dans une caverne au fin fond de la Creuse, tu sais de quoi il retourne… Ce qui m'a plus passionné ici c'est le sujet des plantes. Pas que j'aime pas les animaux, mais qui n'a jamais vu des animaux se mettre sur la gueule ? Alors que les plantes, sérieusement, t'en as déjà vu en train de se crêter les pétales ? Non, c'est bien plus subtil que ça, mais bien réel. Il suffit parfois d'observer un peu ce qui se passe autour de nous. Entre celles qui jouent à celle qui envahira l'autre le plus vite, et les autres qui empoisonnent carrément la terre à plusieurs mètres à la ronde, on découvre dans ce livre des stratégies végétales de malade, dignes des plus fins stratagèmes inventés par l'homme. Après avoir lu ce livre, tu ne regarderas plus tes gentilles petites fleurs de la même façon…
Lien : http://jaimeleslivresetjensu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ecureuil
  03 novembre 2009
Une approche biologique, et non pas uniquement sociologique ou psychologique, de la violence humaine... Idée intéressante. Partant de quelques comportements constatés chez les plantes et les animaux (la "violence" inter- ou intraspécifique par exemple), l'auteur cherche à comprendre l'expression de l'agressivité chez l'Homme : quels sont les points communs ? quelles sont les différences ?
C'est bien expliqué, les parties consacrées aux plantes et aux animaux sont bien construites et claires. La dernière partie est, elle, beaucoup plus floue, ce qu'on pardonne aisément à Jean-Marie Pelt : comment pourrions-nous avoir sur nos propres comportements le même recul que sur ceux de nos colocataires planétaires ?
A noter, du même auteur : "La Solidarité : Chez les plantes, les animaux, les humains" (http://www.babelio.com/livres/Pelt-La-Solidarite--Chez-les-plantes-les-animaux-les-h/22048)
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
EcureuilEcureuil   29 octobre 2009
Il faudra beaucoup de temps, beaucoup d'intelligence et beaucoup de cœur pour hisser l'humanité jusqu'à la reconnaissance d'une morale universelle, d'un code de valeurs communément admises dont les droits de l'homme constituent une première ébauche et qui, sans mettre à mal l'irréductible liberté de conscience, nous permettra de relire et de conformer nos propres comportements à l'aune de ces valeurs. Ainsi passerions-nous de l'amour de nos traditions (ce qui nous distingue) à la tradition de l'amour (ce qui nous unit).

(p121)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiertyMPiertyM   17 octobre 2014
Nous voulons être débarrassés des violences qui nous gênent, qui portent tort à nos intérêts; mais nous avons une certaine compréhension pour les violences qui ne nous gênent pas et qui sont plutôt de nature à servir nos intérêts
Commenter  J’apprécie          70
PacomeuxPacomeux   27 avril 2014
"Pour la toute premère fois dans l'histoire de l'humanité, des systèmes d'éducation à rebours se mettent en place: c'est par leurs enfants que les parents apprennent à manipuler les ordinateurs et l'Internet; ce sont leurs enfants qui les sensibilisent à l'écologie et à l'écocitoyenneté.
D'où, chez certains parents, de nouvelles interrogations sur l'opportunité de transmettre à leur progéniture les savoirs et savoir-faire qu'ils ont eux-mêmes hérités de leurs propres parents: la religion, dont les valeurs ne sont plus transmises, la "bonne éducation", les principes de moralité, les légendes et histoires qui font l'immémoriale culture d'un peuple, etc." (p.255)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PiertyMPiertyM   17 octobre 2014
Le sport apparaît ainsi comme un des moyens les plus puissants de détourner l'agressivité guerrière des peuples et des nations.
Commenter  J’apprécie          40
PacomeuxPacomeux   23 avril 2014
(réf. le lichen qui envahit les pierres) "... un agresseur somme toute timide, qui finit un jour par se faire évincer lorsqu'il a accumulé sur la pierre assez de substances organiques pour que des graines d'herbes ou d'arbustes parviennent à s'installer à sa place et à l'éliminer. Il connait dès lors le sort habituel des pionniers: celui de se voir évincer par des compétiteurs dont ils ont permis l'installation, mais qui ne leur en témoigne aucune gratitude." (p.28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean-Marie Pelt (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Pelt
Rencontre avec Jean-Marie Pelt à l'occasion de la sortie de son livre "L"évolution vue par un botaniste".
>Sciences sociales : généralités>Interaction sociale>Relations Individu/Société (34)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
306 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre