AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213681864
Éditeur : Fayard (07/05/2014)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 34 notes)
Résumé :


Toutes les cultures du monde se sont interrogées sur la question du « sens ». Dans notre société en perte de repères, la science, nous dit Jean-Marie Pelt, permet, en explorant le réel du big bang jusqu’à l’homme, d’apporter des éléments de réponse à cette question.

En effet, d’un bout à l’autre de la longue histoire de l’univers, l’évolution conduit des éléments simples à s’associer pour former des entités plus complexes, faisant éme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  25 décembre 2014
Toutes les cultures se sont intéressées à la question du sens, sens de la vie, sens de notre place dans notre Univers.
L'évolution conduit des éléments simples à s'associer, c'est ce que l'un des deux auteurs du livre, Jean-Marie Pelt, pharmacien et botaniste réputé, appelle "le principe d'associativité".
Jean-Marie Pelt montre que la vie doit davantage à l'alliance qu'à la rivalité, ce qui nous fait réfléchir, avec Pierre Rabhi, dans la deuxième partie du livre, aux questions sociales actuelles.
Les deux auteurs, Jean-Marie Pelt et Pierre Rabhi, sont des amis de longue date. M.Pelt est plus convaincant pour tout ce qui touche à l'Environnement, rappelons qu'il a fondé l'Institut Européen d'Ecologie.
Toute l'histoire du monde est retracée ici, depuis le big bang, le bal des particules, la vie des étoiles, le monde interstellaire, les origines de la vie, de la sexualité, le développement du cerveau, des sociétés humaines..
Le langage est adapté pour tous les publics.
Un ouvrage court mais c'est un concentré d'informations...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
kuroineko
  17 octobre 2017
Quelle excellente question pose ce titre! Et d'abord quel sens donner à "sens"? La direction? La signification? Dans cet essai à quatre mains, Messieurs Pelt et Rabhi s'efforcent d'éclairer nos lumières.
Jean-Marie Pelt consacre une dense première partie à explorer les origines de notre univers. Il prend donc le terme dans sa définition directionnelle, laissant le sens signification aux religions et philosophies. Même en terme de direction, le monde suit-il un cheminement spécifique?
La lecture de la genèse et de l'histoire de notre univers, du big bang jusqu'à l'apparition de l'humanité est vraiment passionnante à lire. L'auteur rend son texte facilement compréhensible, même en ayant de faibles connaissances scientifiques (ce qui est mon cas). Il procède par la démonstration d'associations au cours des derniers milliards d'années écoulées. Associations dans lesquels le tout est plus que la somme de ses parties. Et de m'émerveiller à chaque page devant les prodiges de l'univers et de la vie.
Pierre Rabhi, dans une seconde partie, s'attelle à la dimension sociétale de la question. Et pose les enjeux du poids humain, enjeux environnementaux bien sûr mais aussi économiques, etc.
Une chose est certaine, une fois ce livre lu, c'est qu'il y a du sens à protéger au mieux de nos petites capacités ce monde qui est le seul à notre disposition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
CS_Constant
  04 juin 2016
Le monde a-t-il un sens ? est un ouvrage collaboratif, où Jean-Marie Pelt traite du principe d'associativité dans l'évolution, du Big Bang à nos jours, et où Pierre Rabhi évoque l'humanité et son avenir, avec la nécessité qui s'impose d'appliquer le principe d'associativité - avant qu'il ne soit trop tard - pour sauver l'humanité de son auto-extinction.
Le monde a-t-il un sens ? le titre peut sembler vague et un peu pompeux, empreint de mysticisme et de métaphysique, mais on découvre vite dans le prologue qu'il s'agit d'envisager l'évolution de la vie à la lumière du principe d'associativité ou de la coopération dans la nature, et de voir si l'on peut considérer que celle-ci a un sens - une direction - qui résulterait de cette constante de l'univers qui est de créer un élément nouveau à partir de l'association de deux éléments préexistants.
On s'éloigne ainsi d'une vision exclusivement darwiniste du monde, où seule la compétition entre les êtres, pour leur survie, susciterait l'évolution ; le postulat de J-M Pelt est de montrer que la compétition existe, mais qu'elle va de pair avec une coopération que la recherche scientifique actuelle met de plus en plus en lumière. C'est une vision beaucoup plus positive du monde, que l'on prend plaisir à découvrir et qui, par effet de rebond, nous délivre un peu de l'idée du darwinisme social pour montrer au contraire qu'il n'y a de salut pour les individus que dans l'entraide.
J'ai énormément apprécié la démonstration de J-M Pelt - paix à son âme - qui abonde dans le sens de l'associativité en mettant d'une part en avant des grandes tendances générales, que l'on retrouve dans tous les domaines du vivant et du non-vivant ( à l'échelle des atomes, des particules, des minéraux, etc.) assorties d'autre part d'exemples très détaillés. Son texte est d'une grande cohérence, très clair et très bien construit, et il atteint clairement son but, qui est de faire voir au lecteur le monde sous un jour nouveau. Il nous apprend énormément de choses, notamment sur les plantes, qui relèvent de sa spécialité, mais aussi sur des sujets aussi variés que la physique, la fusion thermonucléaire, le phénomène de la symbiose ou encore la neurobiologie.
En revanche, j'ai trouvé le texte de Pierre Rhabi beaucoup moins percutant, malgré tout le respect et l'admiration que j'ai pour l'ensemble de ses actions militantes. Placé à la fin de l'ouvrage et beaucoup plus court que celui de J-M Pelt, celui-ci prend la forme d'une conclusion, en dressant le constat du monde actuel et en l'élargissant à l'avenir. Tout ce que dit Pierre Rhabi dans ce texte est juste et vrai, mais le ton est extrêmement réprobateur, condamne lourdement les excès de l'humanité - et il a raison - mais sans trop s'attarder sur les moyens de changer le monde grâce à l'associativité et la coopération, chose qu'il pratique pourtant au quotidien depuis des dizaines d'années, notamment avec son mouvement Colibris. du coup, j'ai été assez déçue par ce texte un peu lourd, au ton essentiellement accusateur, quand son titre, "quel avenir pour l'humanité ?" annonçait autre chose qu'une dénonciation de son état présent. de fait, il ne m'a rien appris. A la fin, la seule réaction qu'il m'a laissée, c'est : "oui, et alors ?"
En plus le texte manque de construction et me donne un peu l'impression que son auteur s'est laissé emballer, emporté par sa passion, perdant de vue son sujet de départ pour se lancer dans une longue diatribe improvisée.
J'ai noté aussi à plusieurs reprises qu'il a parlé du mal fait par "l'homme contre l'humain". Je m'interroge sur cette formulation : l'homme sans majuscule, contre l'humanité. Cela ne peut être anodin. Pierre Rabhi voudrait-il donc signifier qu'il estime que c'est uniquement l'homme masculin qui a fait du mal à l'humanité entière ? Si l'on prend les choses d'un point de vue quantitatif, on peut dire qu'il a globalement raison, puisque les femmes, jusqu'à une certaine époque, n'étaient pas en capacité de faire grand-chose, et donc de faire le mal. Il n'empêche que la formule me dérange ; n'est-ce pas là une forme de sexisme "positif", qui essentialiserait la femme du côté du bien, mais aussi, du même coup, de la passivité, de l'irresponsabilité et du statut de victime ? Cela n'a rien à voir avec le contenu du livre, mais il me semblait important de le souligner. N'enlevons donc pas aux femmes la capacité de faire le mal, car malheureusement, elles le peuvent aussi bien que les hommes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
bina
  16 août 2014
Ce titre est un ouvrage à quatre mains par deux penseurs du monde.
Dans une première grande partie, Jean-Marie Pelt retrace la création du monde des origines (scientifiques) à nos jours. Il fait le point sur les différentes étapes, en mettant en avant le principe d'associativité.
Il s'agit d'association de deux éléments simples, donnant naissance à quelque chose de plus complexe et d'enrichi (exemple, les insectes sociaux). Sa dernière étape est l'humanité, et ce qui la caractérise, en s'interrogeant sur la question du sens que pose l'homme.
Le terme de sens a deux acceptations : la direction à suivre (l'univers se développe-t-il selon une certaine direction ?) ou la signification de l'événement. Ainsi s'oppose la perception de l'univers selon les scientifiques (pour qui l'évolution relève surtout du hasard) et les religions qui apportent un sens.
Dans la seconde partie de l'ouvrage, Jean-Marie Pelt laisse la parole à Pierre Rhabi, qui livre ses réflexions sur la société aujourd'hui. IL remet en cause les fondements de notre société basée sur le temps-argent, impliquant une concurrence acharnée, le recours à la violence, le consumérisme à outrance.
Une oeuvre pour réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
celine85
  30 décembre 2017
2 parties , l'une écrite par Jean marie Pelt , l'autre beaucoup plus courte par Pierre Rabhi.
J'ai d'ailleurs été surprise et déçue car les parties sont vraiment inégales et ne font que se coller l'une à l'autre. Il ne s'agit pas vraiment d'une co -écriture dans le sens où je me l'imaginais.
D'autant plus déçue que j'avais pris ce livre pour en savoir plus sur Pierre Rabhi et que le nombre de pages qui lui est consacré est vraiment ridicule.
Il permet juste de voir un peu sa façon de penser mais pour le découvrir véritablement , je vais devoir prendre un autre livre.
J'ai eu l'impression que ce livre était là pour survoler les choses et présenter succinctement Pierre Rabhi.
Pour résumer le livre , ils nous indiquent que l'évolution est du au principe d'associativité. Il va être utiliser de nombreux spour illustrer ses propos. Il faut privilégier la coopération et non la compétition.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
LedraveurLedraveur   11 décembre 2014
"L'INVENTION DE LA SEXUALITÉ"
Faute de les posséder, l'adaptation est impossible, et la mort guette. Pour répondre à ce challenge, l'évolution a « inventé » la sexualité.
Deux individus, le père et la mère, possèdent chacun, dans leurs organes génitaux, des cellules sexuelles ou gamètes : spermatozoïdes ou ovocytes. En se rencontrant et en fusionnant, ces gamètes additionnent une moitié du patrimoine génétique de chaque parent, créant une cellule œuf qui, par divisions successives, donnera à son tour un embryon, un fœtus, puis un nouveau-né. Au gré des gènes reçus en héritage, l'individu nouveau différera plus ou moins des deux parents, car « qui crée un œuf crée du neuf » ! C'est ici qu'apparaît toute la subtilité de la sexualité : lors de la formation des gamètes, le patrimoine génétique de chaque parent, contenu dans le noyau de toutes ses cellules, se divise en deux dans leurs organes sexuels. Pour autant, après division, les gamètes ont tous des patrimoines différents, certains gènes passant dans tel gamète, d'autres dans tel autre.
Une image permettra de comprendre la subtilité de la formation des gamètes.
Si l’on coupait de haut en bas une maison par le milieu, certains meubles et bibelots resteraient d'un côté, d'autres de l'autre ; quand bien même la maison (le patrimoine héréditaire) abriterait tous les meubles (les gènes), ceux-ci ne seraient pas les mêmes dans chaque moitié. Il en ira ainsi lors de la division de chaque chromosome, élément porteur des gènes parentaux. À la formation des gamètes, une multitude de combinaisons génétiques apparaissent, et par leur fusion se forment de nouveaux patrimoines héréditaires. La sexualité conduit à un formidable brassage des gènes, avec apparition de toutes sortes de combinaisons nouvelles. Elle engendre à chaque génération des patrimoines génétiques nouveaux. Plus les combinaisons génétiques sont nombreuses et diverses, plus grandes sont les chances de résister à des crises environnementales, car il y aura toujours des biotypes capables de s'adapter et de franchir l'obstacle.
Il n’en va pas de même pour les clones : tous possèdent le même patrimoine génétique. Qu'un bouleversement des conditions environnementales survienne, et tous les clones, incapables de s'adapter s'ils ne possèdent pas le bon gène, seront éliminés.
p. 66 et 67
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LedraveurLedraveur   11 décembre 2014
LE MONDE A-T-IL UN SENS ? ... "LE BAL DES PARTICULES"

… la concordance entre les apports récents de la science et le texte de la Genèse. Le Vatican ne semble pas lui en avoir tenu rigueur, puisque Georges Lemaître fut bientôt nommé par Jean XXIII président de l’Académie pontificale des sciences.
Cette anecdote illustre la complexité du débat entre science et foi. Deux thèses s'affrontent : celle du concordisme et celle de l'autonomie réciproque. Pour le concordisme, les textes sacrés, pris au pied de la lettre, ne peuvent en aucune manière être contredits par les apports de la science. Cette position, encore majoritairement présente dans l’islam, découle de ce que les musulmans considèrent le Coran comme dicté par Dieu. Or Dieu ne saurait se tromper, donc la science ne peut que concorder avec ce que dit le texte sacré sur l’évolution de la vie et de l’univers. Le christianisme a une vision différente : il voit dans la Bible un texte inspiré. Il se réclame d’une expression bienvenue du grand paléontologue américain Stephen Jay Gould, récemment disparu : « le non-recouvrement des magistères » Science et foi exposent des points de vue différents parce qu'ils ne parlent pas la même langue : la Bible, par ses mythes, ses symboles et ses poèmes,parle un langage imagé et « fait sens ». Ce qu’il en faut retenir, c’est « la morale de la fable », la leçon à tirer du texte. La science, au contraire, est analytique et souvent réductionniste. Elle s'appuie sur des faits dûment constatés et prouvés. Elle ne prétend pas « faire sens » ; elle « fait science » !
La querelle autour du créationnisme, notamment aux États-Unis, illustre bien les risques du concordisme présent dans certains courants évangélistes. Vouloir faire concorder le récit biblique de la Création en six jours avec les acquis de la science des origines, c'est nier tous les apports scientifiques, que ce soit en astrophysique ou en biologie. Position intenable !
p.32 et 33
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CS_ConstantCS_Constant   07 juin 2016
Un faisceau de présomptions laisse penser qu'à l'époque de la conquête de la vie terrestre les algues vertes, pionnières, étaient parasitées par ces champignons qui y pompaient leur nourriture - la matière végétale qu'elles fabriquaient par photosynthèse - sans leur rendre de service en échange : simple parasitisme. Le phénomène se serait inversé au cours de l'évolution pour aboutir à une des plus brillantes symbioses du monde vivant, celle qui lie les racines des plantes aux champignons du sol. La plante apporte des sucres, du "sirop", au champignon, et celui-ci transfère dans les racines de la plante les sels minéraux et l'eau nécessaires à sa croissance : de l'eau... "minérale" ! Tel est le monde fascinant des mycorhizes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
ensialensial   28 juin 2014
L'être humain ne peut se passer de la nature. La nature peut se passer de l'être humain. Cette évidence devrait éclairer l'espèce humaine et inspirer sa posture majeure.
Commenter  J’apprécie          300
LedraveurLedraveur   11 décembre 2014
Dans cette chronique de la création des éléments, il suffit de remplacer le mot « fusion » par le mot « association », les atomes « lourds » résultant d’une association d'atomes plus simples et légers, pour voir resurgir le principe d’associativité à l’œuvre dans les étoiles. Si tous les atomes sont formés de protons, de neutrons et d'électrons, chacun possède des propriétés chimiques qui lui sont propres et signent sa singularité. Ces propriétés résultent du nombre et de la position des électrons à la périphérie des noyaux.
La fabrication des atomes dans les profondeurs du ciel met en œuvre une fois encore, dans le monde inanimé, le principe d’associativité, avec émergence de propriétés nouvelles. Celles-ci sont à la base de la chimie minérale : la chimie de la non-vie.
p. 40
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jean-Marie Pelt (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Marie Pelt
Rencontre avec Jean-Marie Pelt à l'occasion de la sortie de son livre "L"évolution vue par un botaniste".
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
407 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre