AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072981296
112 pages
Gallimard (01/09/2022)
3.36/5   64 notes
Résumé :
Rousseau fouillant dans la bibliothèque de sa mère, Emnia Bovary soupirant à la lecture de Paul et Virginie, la Petite Tailleuse chinoise et ses compagnons sauvés de l'enfer par Balzac, Nathalie Sarraute dévorant Rocambole, Montag, le pompier prêt à tout pour sauver les livres... Que de héros dont la vie a été bouleversée par la lecture de quelques pages! Ecrivains ou héros de romans, tous peuvent témoigner de ces moments de bonheur où plus rien n'existe, hormis les... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,36

sur 64 notes
5
3 avis
4
1 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Tandarica
  30 novembre 2021
Je sors de cette lecture, brève et agréable avec une folle envie de lireComme un roman de Daniel Pennac et la résolution, bien plus courageuse, de mettre dans ma pile à lireÀ rebours de Joris-Karl Huysmans.
Dans cette compilation de textes autour de la lecture et des livres, chaque fragment se lit avec plaisir, mais l'ensemble manque un peu d'ambition je trouve. Il y a de la part de l'éditeur une intention vague de regrouper les extraits en trois parties, non nommées mais désignées par des courtes citations. J'ai de loin préféré la dernière, tout comme j'ai « nimbé de marqueurs fluorescents » ce passage de Daniel Pennac : « Il n'y a pas si longtemps, j'ai vu de mes yeux vu une lectrice jeter un énorme roman par la fenêtre d'une voiture roulant à vive allure : c'était de l'avoir payé si cher, sur la foi de critiques compétents, et d'en être tellement déçue. le grand-père du romancier Tonino Benacquista, lui, est allé jusqu'à fumer Platon ! Prisonnier de guerre quelque part en Albanie, un reste de tabac au fond de sa poche, un exemplaire du Cratyle (va savoir ce qu'il fichait là ?), une allumette… et craque ! une nouvelle façon de dialoguer avec Socrate… par signaux de fumée. »
Je ne jette jamais les livres, car je me fie à babelio et que je ne suis ainsi presque jamais déçue. Pour ce qui est de fumer j'ai heureusement arrêté il y a longtemps. Ma drogue quotidienne reste la lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1709
Laurent_A
  24 novembre 2022
Ce recueil d'extraits sur le thème de la lecture est organisé autour de trois citations : la première de Jean-Paul Sartre :
"J'ai commencé ma vie comme je le finirai sans doute : au milieu des livres";
La deuxième de Louis Calaferte : "Les livres avaient sur moi un pouvoir hypnotique";
Et la troisième de Henry Miller : "Les livres sont une des rares choses que les hommes chérissent vraiment". Sous chacune de ces citations se trouve une petite compilation d'extraits littéraires qui l'illustre au mieux.
Les extraits sont ne m'ont cependant pas tous plu de la même façon, et j'en ai sauté allègrement certains, notamment ceux de Jean-Paul Sartre, Marcel Proust ou Nathalie Sarraute qui expriment leur plaisir de lire dans leur environnement petit-bourgeois : assommant et sans intérêt. Mais j'ai découvert aussi avec plaisir un court extrait de Bernhardt Schlink "Le liseur" dont l'adaptation au cinéma m'avait bouleversé, de Dai Sijie "Balzac et la petite tailleuse chinoise", de Danei Pennac "Comme un roman" dont on peut lire un extrait sur le 4ème de couverture...Aucun de ces auteurs ne m'était familier jusqu'alors...Alors oui, ce petit recueil est bien une petite merveille, mais comme une pierre aux multiples facettes, à chacun d'y trouver celles qui vous toucheront le plus à l'esprit et au coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cyberugo
  26 mai 2012
Quelle déception que ce petit recueil de textes qui s'annonçait pourtant comme enivrant... On s'attend à un livre nous faisant partager le plaisir de la lecture, des livres, des petites manies et autres tics, et on a en réalité que quelques textes de ce genre, mais surtout des textes évoquant un peu une lecture et surtout le contenu de cette lecture. Ce contenu l'importe peu en soi, mais c'est surtout les sentiments qui s'en dégagent qui rendent la lecture si agréable ou non, ce qui n'a pas toujours été le cas durant celle-ci, loin de là.
On n'est pas loin de penser que ces quelques textes ont été trouvé à la va-vite, certains étant adaptés avec justesse au thème, mais d'autres non, afin de publier ce recueil dans une collection à bas prix afin de "recycler" ces textes pour faire un peu de chiffre...
Dommage, car il avait pourtant un énorme potentiel !!..
Commenter  J’apprécie          50
antigoneCH
  20 janvier 2008
J'ai ressenti quelques désapointements à parcourir ce petit livre : trop d'extraits déjà connus sans doute, et une impression étrange de passer du coq à l'âne, d'un à l'autre, sans liens. Et pourtant, ce recueil est bien interessant, car il met en lumière cet étrange phénomène qu'est la naissance du plaisir de lire. Chaque lecteur se retrouvera dans une ligne, une phrase, un sentiment, au détour d'une page. Mon bonheur personnel a tout de même été de retrouver, par exemple, ce souvenir de lecture, ce personnage de Montag, dans cet extrait de Farenheit 451, roman d'anticipation qui se déroule dans un monde où l'on brûle les livres...
Commenter  J’apprécie          60
AnneVacquant
  31 mars 2020
Entre 4 et 15 pages (Proust, bien sûr !), des extraits de romans illustrent un moment de lecture ou ce que la littérature représente pour les écrivain.es ou leurs personnages.
Je me suis essayé à leur associer un mot et un seul, après ma lecture :
Flaubert : évasion, Proust : gourmandise, Rousseau : conscience, Sarraute : identification, Sartre : destinée, Calaferte : espoir, Laurens : contrôle, Schlink : sensualité, Stendhal : différence, Zola : émerveillement, Bradbury : trésor, Sijie : pouvoir, Huysmans : bijou, Montaigne : vérité, Pennac : intimité.
Il y en aurait bien d'autres, sans aucun doute, et notamment dans d'autres oeuvres…
voir plus sur anne.vacquant.free.fr/av/
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
antigoneCHantigoneCH   20 janvier 2008
Daniel Pennac, Comme un roman

"Peu d'objets éveillent, comme le livre, le sentiment d'absolue propriété. Tombés entre nos mains, les livres deviennent nos esclaves - esclaves, oui, car de matière vivante, mais esclaves que nul ne songerait à affranchir, car de feuilles mortes. Comme tels, ils subissent les pires traitements, fruits des plus folles amours ou d'affreuses fureurs. Et que je te corne les pages (oh ! quelle blessure, chaque fois, cette vision de la page cornée ! "mais c'est pour savoir où j'en suiiiiiiiis !") et que je te pose ma tasse de café sur la couverture, ces auréoles, ces reliefs de tartine, ces taches d'huile solaire... et que je te laisse un peu partout l'empreinte de mon pouce, celui qui bourre ma pipe pendant que je lis... et cette Pléiade séchant piteusement sur le radiateur après être tombée dans ton bain ("ton bain, ma chérie, mais mon Swift !")... et ces marges griffonnées de commentaires heureusement illisibles, ces paragraphes nimbés de marqueurs fluorescents... ce bouquin définitivement infirme pour être resté une semaine entière ouvert sur la tranche, cet autre prétendument protégé par une immonde couverture de plastique transparent à reflets pétroléens... ce lit disparaissant sous une banquise de livres éparpillés comme des oiseaux morts... cette pile de Folio abandonnés à la moisissure du grenier... ces malheureux livres d'enfance que plus personne ne lit, exilés dans une maison de campagne où plus personne ne va... et tous ces autres sur les quais, bradés aux revendeurs d'esclaves...

Tout, nous faisons tout subir aux livres. Mais c'est la façon dont les autres les malmènent qui seule nous chagrine..."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TandaricaTandarica   06 décembre 2021
Les livres me donnaient confiance. Sentiment assez indéfinissable. Ils représentaient une force sûre, un secours permanent.

(p. 43, extrait de Septentrion, de Louis Calaferte)
Commenter  J’apprécie          622
SpilettSpilett   23 mai 2016
J'ignore ce que je fis jusqu'à cinq ou six ans; je ne sais comment j'appris à lire; je ne me souviens que de mes premières lectures et de leur effet sur moi: c'est le temps d'où je date sans interruption la conscience de moi-même.
Jean-Jacques Rousseau ( Les Confessions)
Commenter  J’apprécie          160
SpilettSpilett   24 mai 2016
Les livres avaient sur moi un pouvoir hypnotique. Longtemps, mes rêves de la nuit ont été encombrés de librairies aux proportions fabuleuses où j'étais accueilli en ami bienvenu, où l'on mettait à ma disposition des bibliothèques cachées contenant des éditions introuvables.
Louis Calaferte (Septentrion)
Commenter  J’apprécie          120
pgremaudpgremaud   22 juillet 2017
Produit d'une société hyperconsommatrice, le livre est presque aussi choyé qu'un poulet gavé aux hormones et beaucoup moins qu'un missile nucléaire. Le poulet aux hormones à la croissance instantanée n'est d'ailleurs pas une comparaison gratuite si on l'applique à ces millions de bouquins "de circonstance" qui se trouvent écrits en une semaine sous prétexte que, cette semaine-là, la reine a cassé sa pipe ou le président perdu sa place.
(Daniel Pennac)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Daniel Pennac (112) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Pennac
Daniel Pennac et Florence Cestac ne sont pas réunis par hasard sur ce plateau. En effet, ils présentent ensemble "Les mots se mangent", une BD à destination des enfants publiée aux éditions le Robert. Il s'agit d'un lexique illustré de toutes nos expressions qui mettent l'eau à la bouche, sans jeu de mots. 
Cette oeuvre en duo est la deuxième. En effet, l'année dernière, ils signaient "Les mots ont des oreilles".
autres livres classés : anthologiesVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus