AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330055486
464 pages
Éditeur : Actes Sud (03/06/2015)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 168 notes)
Résumé :
Tandis que le Vieux-Québec scintille sous la neige et s'égaye des flonflons du carnaval, Armand Gamache tente de se remettre du traumatisme d'une opération policière qui a mal tourné. Mais, pour l'inspecteur-chef de la SQ, impossible d'échapper longtemps à un nouveau crime, surtout lorsqu'il survient dans la vénérable Literary and Historical Society, une institution de la minorité anglophone de Québec. La victime est un archéologue amateur connu pour sa quête obsess... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
jeunejane
  18 août 2019
L'inspecteur chef Armand Gamache se remet d'une opération qui a failli tourner mal dans le Vieux Québec chez son ami et ancien supérieur Emile Comeau.
Il parcourt les rues calmement avec son chien Henri et compulse les livres de la Literary and Historical Society.
Dans les caves de cette vieille bibliothèque, on retrouve le corps d'Augustin Renaud qui effectue des recherches sur l'endroit où Samuel de Champlain a pu être enterré.
Parallèllement Jean-Guy Beauvoir, l'adjoint d'Armand Gamache se remet aussi de ses blessures et continue à chercher des précisions auprès d'Olivier, enfermé pour le meurtre du vieil ermite habitant une cabane à Three Pines.
L'enquête d'Armand Gamache m'a plu car on y apprend en même temps de multiples facettes de l'histoire de Québec, de ses lieux remarquables et tout cela en hiver. Il semble y faire plus que froid.
La deuxième enquête en parallèle, celle De Beauvoir ajoute du piment au livre et évite de tomber dans des longueurs inutiles.
J'ai beaucoup apprécié les expressions québecoises et l'écriture traduite de l'anglais par Claire et Louise Chabalier.
A Québec, vit une petite communauté anglophone et la scène où Armand Gamache décrit comment entrer en communication avec un anglophone est fort semblable à celle que l'on rencontre dans notre pays avec les néerlandophones ou les Hollandais qui viennent en vacances dans notre coin.
De même, nos expressions wallonnes sont parfois très colorées.
Ma préférée dans le livre est le "lance-moi" : engin servant à lancer une balle de tennis à son chien. Ce jour-là, je revenais justement de chez ma fille et ma petite-fille avait beaucoup joué avec le chien et le même objet.
De même, la couleur du plafond de la cathédrale couleur des oeufs de merle est charmante.
Tout cela occupe quand même une petite partie du livre mais l'enquête est présente.
Cela ne m'étonne pas que l'auteure remporte le prix Agatha car l'ambiance tout autour rappelle les romans de la célèbre romancière anglaise.
Une lecture très agréable.
Challenge pavés 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
LePamplemousse
  13 octobre 2015
Sixième et dernière enquête à ce jour de l'inspecteur chef Armand Gamache, cette histoire se passe, comme les précédentes, au Québec, à notre époque.
Cette enquête est très particulière car, en plus d'une intrigue policière classique, cette enquête-ci revient sur la précédente (Révélation brutale) et il vaut donc mieux l'avoir lu, car c'est une suite directe, et, pour ceux qui ne l'auraient pas encore lue, cela gâche tout le plaisir ensuite.
Armand Gamache est en arrêt maladie après une opération de police qui s'est très mal passée, et c'est un peu par hasard qu'il va se retrouver confronté à un décès suspect.
C'est en tant que simple consultant qu'il va donner son avis aux policiers chargés de résoudre ce crime, qui nous plonge dans l'Histoire du Québec et de ses fondateurs.
Je me suis totalement plongée dans les vieux livres poussiéreux, les bibliothèques oubliées et l'histoire du Québec.
Cette intrigue est passionnante, et vu que j'avais lu la précédente enquête très peu de temps auparavant, j'avais encore à l'esprit les derniers rebondissements.
J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre une fois encore Gamache, mais aussi son acolyte Beauvoir, l'agente Lacoste (si, si, on dit agente là-bas !) et tous les habitants du petit village de Three Pines : les couple d'artistes-peintres, la poétesse aigrie, les gérants du gîte et du bistrot, et toute une galerie de personnages attachants et terriblement humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Sachenka
  24 juillet 2020
Pour ce sixième tome des aventures d'Armand Gamache, Enterrez vos morts, on se déplace dans la ville de Québec. L'inspecteur-chef y rencontre son vieil ami Émile Comeau et, pendant son séjour, un homme est retrouvé assassiné. La Vieille capitale ne fait pas partie de sa juridiction mais on sollicite sa participation. Cet endroit est un de mes préférés, je l'ai visité à quelques reprises, j'adore son charme européen, ses bâtiments centaines, l'art et l'histoire qui en émane. Gamache n'y est pas insensible. Et, visiblement, l'autrice Louise Penny non plus : elle a très bien su l'évoquer. J'ai appris plusieurs faits intéressants sur cette ville et son histoire. L'intrigue du roman tourne autour de la mort suspecte d'Augustin Renaud, un individu bien entêté qui pense avoir retrouvé les restes du fondateur de la ville, Samuel de Champlain. (C'est vrai, son tombeau demeure introuvé à ce jour.) Et cela dans le sous-sol de la Literary and History Society. de quoi raviver les dissensions entre Français et Anglais. Bref, si l'intrigue me semblait prometteuse et passionnante, elle a été rapidement diluée dans d'autres intrigues secondaires qui ont un peu gâché mon plaisir. D'abord, il y a eu ces échanges entre Gamache et son ami Comeau, qui fait des recherches sur Bougainville et Cook, présents à la bataille des plaines d'Abraham : cela aurait pu être intéressant mais, mélangé à celle de l'enquête, elle-même faisant référence à Champlain et la fondation de Québec, ça devenait lourd. Puis, il y a eu ces revirements dans l'enquête précédente (dans le roman Révélation brutale), celle qui a mené à l'arrestation d'Olivier. Que Gamache ait des doutes, que ça le tracasse, c'est une chose ; qu'on y revienne régulièrement, c'en est une autre. Mais bon, je suppose que Louise Penny ne peut rester longtemps loin de Three Pines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
bilodoh
  08 août 2016
Un polar en trois temps, qui revient sur les erreurs du passé et qui explore des coins peu connus de la belle ville de Québec.

En convalescence à Québec chez son ancien chef Émile, il semble très éprouvé. Avec son chien, il arpente inlassablement les petites rues et les parcs de la vieille ville pour trouver un peu d'apaisement et soulager le choc traumatique. Peu à peu, avec lui, on remonte le temps pour apprendre les détails de la grande tragédie qui a décimé l'équipe.

Le retour sur le passé, c'est aussi celui de la dernière enquête où son ami de Three Pines a été trouvé coupable de meurtre. Mais un doute s'insinue dans la tête de Gamache. Et si Olivier n'avait pas assassiné l'Ermite ? Il charge donc Beauvoir, aussi en convalescence, d'aller tenter encore une fois d'élucider l'affaire.

Troisième fil à suivre, un meurtre a eu lieu dans une bibliothèque de Québec. La victime est un passionné du passé qui recherche depuis des années la dépouille du fondateur de Québec, Samuel de Champlain. Un bon prétexte pour raconter un brin d'histoire tout en y mêlant des hypothèses plus ou moins vraisemblables pour résoudre le crime.

J'aime beaucoup l'humour « british » de Penny et ses personnages colorés. L'écriture est agréable et inclut de belles réflexions. L'émotion et le suspens lui auraient valu un bon 4 étoiles si ce n'était d'une impossibilité géographique un peu irritante.


Si on fait abstraction de ce détail, c'est un polar intéressant, qui aurait pu être un des meilleurs de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Kassuatheth
  02 février 2014

Il y a trois histoires dans ce roman : la première nous est donnée dans la 4ème couverture. Armand Gamache, enquête sur le meurtre, d'un archéologue amateur qui cherchait la tombe de Champlain; pendant ce temps, l'inspecteur Jean-Guy Beauvoir reprend l'enquête racontée dans "Révélation brutale", pour voir si Armand Gamache ne se serait pas trompé de coupable; finalement, en flash-back, Armand Gamache et Jean-Guy Beauvoir nous racontent l'histoire d'une opération qui a mal tourné, qui a causé des morts, qui a physiquement et mentalement atteint les deux principaux personnages de ce roman.
L'enquête sur la mort de l'archéologue nous montre une communauté anglophone qui se sent réellement minoritaire et qui non seulement craint sa disparition mais qui en plus souffre de constater que les francophones ne savent même pas qu'elle existe. J'ai ressenti une curieuse de sensation en me familiarisant progressivement avec cette communauté. Comprenant les sentiments qu'une minorité peut ressentir tout en sachant que c'est une communauté anglophone, dominatrice par définition qui vit cette situation.
J'adore le personnage d'Armand Gamache qui est heureux en ménage et qui par son attitude, ses prises de position et ses réflexions fait preuve d'un rare équilibre et d'une maturité qu'on ne voit pas souvent chez les héros de romans policiers.
J'ai mal réagi au premier contact en croyant irréaliste cette chasse au tombeau de Champlain mais un article trouvé sur le net m'a convaincu du réalisme d'un tel scénario. Je ne veux pas vendre la mèche mais le roman est bien ficelé et les rebondissements qui surviennent au cours de cette enquête la rend intéressante à lire. Je trouve aussi que la description de l'adaptation des Québécois à notre hiver, tout en étant cocasse, respecte cette réalité hivernale.
Un seul bémol dans cette histoire, elle confond "séparatiste" et "indépendantiste". Ceux qui veulent faire un pays du Québec se considèrent comme des indépendantistes, (qualificatif positifs) alors que leurs adversaires les traitent de "séparatistes", (qualificatif négatif). Jamais Émile Comeau, son mentor n'aurait accepté qu'on le traite de "séparatiste".
Au cours de son enquête Jean-Guy Beauvoir modifie progressivement sa perception des gens, il a des relations plus humaines avec les personnes qu'il interroge et commence à faire preuve d'une sagesse qui ressemble étrangement à celle d'Armand Gamache.
Maintenant, la troisième histoire, racontée par les deux principaux personnages nous montre à la fois les sentiments de l'un et l'autre et le "conflit" entre Gamache et Francoeur, son supérieur. Par contre, je pense que le passage de ce roman, du livre à l'écran, risque de déplaire aux cinéphiles. Je vois mal les deux personnages nous faisant part de leurs souffrances.
Finalement, vous comprendrez que la lecture de ce roman est souvent déroutante lorsqu'on passe d'une histoire à l'autre en changeant de ligne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


critiques presse (3)
LesEchos   17 août 2015
Les meilleurs romans policiers sont aussi de merveilleux guides de voyage - dans l'espace et dans le temps. Le sixième opus (en français) de la Canadienne Louise Penny, « Enterrez vos morts », en est un parfait exemple.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LaPresse   21 janvier 2013
Intéressé par la bataille des plaines d'Abraham? Amateur de romans policiers intelligents? Fasciné par Champlain? Les complots? La ville de Québec? La question référendaire? La poésie? La minorité anglophone? Les lieux inédits? Pour tout cela et plus encore, il faut lire Enterrez vos morts.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   21 janvier 2013
L'intrigue s'entremêle [...] entre la tentative de guérison de Gamache, l'enquête qu'on pensait dénouée dans le précédent tome (En plein coeur) et le meurtre d'un archéologue reconnu pour ses recherches sur le tombeau de Samuel de Champlain. Un bon prétexte pour replonger dans l'histoire de Québec, et la bataille des plaines d'Abraham de 1759.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   18 août 2019
La statue au sommet représentait un homme regardant la ville qu'il avait fondée quatre cents ans auparavant.
Samuel de Champlain.
...
Et même Gamache, pourtant pas un fanatique du nationalisme, éprouvait du respect et de l'admiration pour cet homme qui, grâce à sa vision et à son inébranlable courage, avait accompli ce que d'autres avant lui avaient essayé de faire mais sans succès.
C'est-à-dire de ne pas se contenter de venir sur les berges du fleuve pour faire provision de fourrures, de poissons et de bois, mais de vivre ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
KassuathethKassuatheth   01 février 2014
Jamais Gamache ne le dirait à Henri, mais tous les deux savaient qu'il n'était pas le chien le plus courageux: Il n'était pas non plus, faut-il préciser, très intelligent. Il était cependant d'une loyauté absolue et savait ce qui importait: les repas, les promenades, les balles. Mais par-dessus tout, sa famille. Son cœur remplissait sa poitrine et s'étendait jusqu'à l'extrémité de sa queue et de ses oreilles énormes. Il remplissait sa tête et comprimait son cerveau. Or Henri, le chien trouvé, était un humaniste, et, bien que pas particulièrement futé, il était l'animal le plus brillant que Gamache connaissait. Tout ce qu'il savait, c'était son cœur qui le lui avait appris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
bilodohbilodoh   05 août 2016
Il se souvenait de ce qu’il ressentait dans la bibliothèque, à l’abri d’attaques possibles, mais entouré de choses encore plus dangereuses que ce qui traînait dans les corridors de l’école.

Car une bibliothèque abritait des pensées.

(Flammarion, p.77)
Commenter  J’apprécie          200
KassuathethKassuatheth   01 février 2014
Cette citation décrit la réalité québécoise :

Elle vit l'étonnement sur tous les visages. Si elle avait dit
« Dracula», les administrateurs n'auraient pas été plus stupéfaits, ce qui, chez des anglophones, se traduisait par des sourcils levés....

De temps en temps, il grimpait sur un banc de neige pour laisser passer des familles avec des enfants enveloppés comme des momies pour les préserver du froid glacial de l'hiver québécois....

Ils mirent chacun leur lourd manteau d'hiver, leurs bottes, leur chapeau et leur écharpe, si bien que, lorsqu'ils eurent terminé, presque plus rien ne permettait de distinguer le chef du service des homicides de la Sûreté de la vieille dame de soixante-quinze ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sagesse66sagesse66   08 janvier 2018
Habituellement, G.... se concentrait sur les yeux de ses interlocuteurs tout en étant conscient du reste de leur corps.
Les indices étaient codés, y compris la façon dont les gens communiquaient, et il fallait les interpréter.
Bien souvent, ce n'était pas les mots qui donnaient le plus d'information.
Les personnes les plus exécrables, aigries ou méchantes disaient souvent des choses gentilles, mais sur un ton doucereux, avec un petit clin d’œil ou un sourire hypocrite.
Ou alors elles se croisaient les bras sur la poitrine, agrippaient leurs genoux ou entrelaçaient leurs doigts, en les serrant si fort que les jointures devenaient blanches...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Louise Penny (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Penny
Sa première mission royale : espionner le prince de Galles. Londres, 1932. Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu?en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain ! Georgie, qui refuse qu?on lui dicte sa vie, s?enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même. Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d?une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine? Entre Downton Abbey et The Crown, une série d?enquêtes royales so British ! « Bien plus qu?un simple roman policier, Son Espionne royale mêle avec brio amour, histoire, humour et mystère. Captivant ! » Louise Penny, auteure de Nature morte.
+ Lire la suite
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Louise Penny : Les personnages de la série Armand Gamache enquête

Quels sont les propriétaires de l'hôtel-restaurant du village ?

Gabri et Olivier
Ruth et Sarah
Clara et Peter
Armand et Reine-Marie

8 questions
62 lecteurs ont répondu
Thème : Louise PennyCréer un quiz sur ce livre

.. ..