AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Florence Hertz (Traducteur)
EAN : 9782714444639
384 pages
Éditeur : Belfond (15/10/2009)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 78 notes)
Résumé :

Un roman déchirant qui s'appuie sur un épisode relativement méconnu de la Seconde Guerre mondiale : les Lebensborn, ces " haras humains " créés par l'administration du Troisième Reich, afin que des sujets de pure race aryenne procréent pour constituer l'élite du futur empire.

1940. La Hollande est occupée. Cyrla, dix-neuf ans, pensait avoir échappé au pire en quittant sa Pologne natale pour trouver refuge dans la famille de sa mère. Mais,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
akhesa
  18 septembre 2017
Voila une tres belle histoire d'amour qui vaut la peine d'etre lue.L'amour,il faut y croire malgré les circonstances,malgre l'epoque dans laquelle on vit,malgre les mauvais tours du destin,malgre les autres et malgré la mechancete des hommes.
L'auteure nous emmene dans un lebensborn,a travers l'Allemagne et a travers les destins des différentes femmes ou filles que l'on rencontre.Histoire tres dure qu'ont endure volontairement ou non ces femmes prises au piege de leur sentiment,de leur conviction ou de leur histoire d'amour.
C'est un livre plein d'espoir,d'emotions qui m'a souvent fait venir les larmes aux yeux,je le recommande vivement,car tant qu'il y a de l'amour,il y a de l'espoir.
Commenter  J’apprécie          200
Beli_LivreSaVie
  21 septembre 2020
C'est un roman qui était dans ma pile à lire depuis pas mal de temps déjà, impossible de ne pas acheter un roman qui traite de la seconde guerre mondiale, j'aime trop lire cette période. J'ai profité de la pause estivale du blog, pour le lire.
Ce que j'apprécie dans mes lectures de cette période, c'est entre autres, de parfaire un peu ma connaissance de cette guerre. Ici, c'est tout un pan de l'histoire de la guerre côté allemand que j'ai pu découvrir, avec la création de ces « Lebensborn ». Ce sont des lieux qui accueillent des jeunes femmes et jeunes filles aussi, enceintes d'allemand et qui confient leurs bébés aux allemands pour la suprématie de ce peuple. Tout un pan de l'histoire que je ne connaissais, et qui nous prouve encore qu'au delà d'une guerre, c'est toute une société qui a subit tant de contraintes et d'adaptation de vie.
C'est en Hollande que débute l'histoire, la guerre a déjà commencé, le monde subit déjà l'invasion allemande. Tous les pays les uns après les autres subissent les lois de Nuremberg, contraignant les juifs à perdre leurs droits, d'exercer, d'être et de vivre au fil du temps qui passe. L'héroïne de cette histoire, Cyrla a dix-neuf ans et elle vit chez un oncle, auprès de sa tante et de sa cousine, Anneke, et ce depuis quelques temps maintenant. Elle est à moitié juive, mais ça, c'est quelque chose qui ne s'ébruite pas et ce, d'autant plus avec l'inquiétude grandissante de ces lois contre les juifs qui finissent par être actées aussi en Hollande. Cyrla a vécu quelques belles années en compagnie de sa cousine, de leur ami Isaak, juif lui aussi. C'est le temps pour eux des premiers amours, des premiers émois et nous allons découvrir ainsi ce que chacun d'eux vit, alors que la guerre se rapproche petit à petit. C'est la direction que prennent les amours de Anneke, qui détermineront un peu l'avenir prochain de Cyrla, car sa cousine va se retrouver enceinte d'un soldat allemand et qu'il va l'abandonner. Son père prévoit alors de l'envoyer dans un lieu où elle pourra vivre sa grossesse sans porter la honte sur leur famille. Anneke, qui vit déjà une énorme déception amoureuse, finira par succomber suite à un avortement raté, c'est ainsi que la vie de Cyrla prendra un sacré virage.
En effet les deux cousines se ressemblent, et Cyrla va bénéficier de l'identité de sa cousine, pour ne pas subir le glas de sa nationalité juive et être ainsi à l'abris. Elle prendra donc sa place dans cette institution après être elle aussi tomber enceinte, mais de l'homme qu'elle aime depuis plusieurs années et qui n'est autre qu'Isaak. Cyrla est une jeune femme, dont la jeunesse engendre une certaine naïveté, elle s'imagine bien qu'Isaak viendra la délivrer de ce lieu et qu'ensemble, ils vivront heureux avec leur enfant à venir. Mais elle a toutefois la tête sur les épaules, et la guerre vous fait voir les choses telles qu'elles sont plus abruptement, elle se posera bien des questions sur les rapports qu'elle a entretenu avec lui et sur cet avenir qu'elle aura.
Nous allons donc oeuvrer autour d'un certain nombre de personnages, assez restreint mais qui joueront tous un rôle déterminant dans l'histoire de Cyrla. L'un d'entre eux, n'est autre que le fameux soldat qui avait mis sa cousine enceinte, Karl, qui va refaire surface alors que Cyrla ne s'y attendait pas du tout. Cela lui causera bien des angoisses, à l'idée qu'il ne la dénonce, et le fait de devoir revoir cet homme qui a tant fait souffrir sa cousine, à cause de qui elle est morte, occasionnera colère et ressentiments dont elle aura du mal à se défaire. Leur histoire débutera donc dans les murs de ces lieux, et si Karl cherchera par tous les moyens à l'aider, elle aura toujours cet instinct de garder ses distances et de ne pas lui faire totalement confiance. Elle n'oublie pas qu'elle est juive et qu'il est allemand ! Mais Karl est un personnage qui a su me séduire, j'ai beaucoup apprécié son attitude tout au long de ce récit, attentive, protecteur et à l'écoute et ce malgré les réactions de la jeune femme.
C'est donc au coeur d'un Lebensborn que nous suivrons Cyrla, devenue Anneke, avec toujours en elle, cette peur d'être dévoilée. Nous découvrirons ainsi la vie de toutes ces jeunes femmes qui vivent un temps dans ces lieux, la façon dont elles sont tombées enceintes, la décision qu'elles ont prises : adoption, mariage… Mais ce sont aussi les travers et les horreurs d'un système nazi, mené ici par Himmel en personne, qui avec cette perspective de fondée la nouvelle nation allemande nazie, appliquera des critères très précis aux bébés qui seront aptes ou pas à devenir un citoyen allemand. Les conditions de vie ont beau être « idéale » en tant de guerre, toutes ces femmes n'en restent pas moins des pions dans une machine de conquête du monde.
J'ai beaucoup apprécié ma plongée dans cette période trouble, de constater un peu comment le peuple hollandais, ainsi que les allemands ont vécu un pan de leur histoire. J'en apprends toujours autant à chaque lecture et chacune d'elle est passionnante de par ces découvertes. J'ai mis toutefois pas mal de temps à me sentir bien auprès des personnages, il y a une certaine distance avec eux, que j'ai eu de mal à franchir, et j'ai été plus intéressée par le personnage masculin, que de l'héroïne alors que c'est elle que nous suivons tout du long. Après ce temps d'adaptation et l'acceptation aussi des personnalités qui nous présentées dans ce roman, j'ai passé un bon moment à découvrir ce qui allait bien pouvoir leur arriver.
Lien : http://www.livresavie.com/da..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
july57
  14 février 2017
Dans le berceau de l'ennemi de Sara Young est un roman qui traite de la tragédie absurde des Lebensborn: ces "pouponnières" destinées à engendrer de parfaits soldats nazis, créés par Himmler.
Ces bébés "aryens purs" sont nés, en général, de mères célibataires, ou hors mariage, de pères allemands, pour la plupart des soldats. Ce thème est rarement abordé dans les écrits sur la 2ème Guerre Mondiale d'où mon intérêt pour ce roman.
Cyrla, une jeune fille aux origines juives, doit endosser l'identité de sa cousine, décédée lors d'une tentative d'avortement ratée, pour éviter d'être arrêtée par les nazis. Mais le danger est immense car elle devra faire confiance au soldat allemand qui a mis sa cousine enceinte. Cyrla va intégrer le Lebensborn dans lequel sa cousine devait être admise et va se retrouver dans le sein même de l'ennemi pour se réfugier...
A travers ce livre, très bien documenté, Sara Young décrit la vie particulière des femmes et du suivi de leur grossesse dans ce genre d'établissements. Cet ouvrage aborde également la terrible réalité de ces bébés abandonnés à leur naissance avec ou non le consentement de leur mère. Si ils sont "aptes" les bébés sont alors confiés à une famille d'adoption (celle du père si celui-ci le reconnait). Dans l'autre cas, si les bébés ne sont pas conformes aux critères nazis, leur sort n'est pas clairement défini, mais on suppose, entre les lignes, qu'ils sont exterminés. La description d'un baptême nazi est à glacer le sang...
Un roman dont je recommande la lecture car touchant pour l'histoire d'amour inattendue qui se dévoile au fil des pages et intéressant du point de vue historique car il apporte un éclairage sur l'absurdité du IIIème Reich.
Seul bémol: la fin aurait mérité d'être un peu plus étoffée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Eroblin
  09 avril 2018
J'avais entendu beaucoup de bien sur ce livre et je l'avais mis dans ma pile de livres à lire depuis longtemps. C'est chose faite maintenant et je dois dire que j'ai été plutôt déçue par ce roman. Même si je sais que c'est une fiction, je suis toujours agacée quand l'auteur prend des libertés avec la chronologie. L'action débute en septembre 1941, à ce moment précis, si à l'Est, les allemands ont commencé à exterminer les Juifs, le camp d'extermination situé à côté du camp principal d'Auschwitz est à peine élaboré, la « Solution finale » n'a pas encore été décidée et donc l'ami de Cyrla, Isaac ne peut pas lui dire (comme il le fait) que les nazis ont commencé à gazer des familles entières à Auschwitz. Cette grossière erreur chronologique m'a alors amené à poursuivre ma lecture avec plus de méfiance et je n'ai pas réussi à adhérer à cette histoire de cousine échangée et qui part dans un Lebensborn au départ pour se cacher et poursuivre une grossesse qu'elle démarre à peine, alors que les responsables du site attendent une jeune fille à la grossesse déjà avancée. Ce que j'ai trouvé étonnant, c'est qu'aucun médecin ne la reçoit à son arrivée ! Un simple contrôle et c'était la fin pour Cyrla. Là-dessus, Sara Young ajoute une histoire d'amour entre Cyrla et l'amant allemand de sa cousine à laquelle je n'ai pas adhéré. Sans compter la fin abrupte qui nous est balancée en deux trois coups de cuillère à pot. Bref, une grosse déception !
Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
YsaM
  15 octobre 2018
Il y a des livres qui nous hantent et dont on n'arrive pas à s'extraire, celui-ci en fait partie, je l'ai dévoré, freinant mon envie d'arriver à la fin parce que je voulais partager encore et toujours des moments avec Cyrla et sa terrible histoire derrière laquelle il y a néanmoins de l'amour, de l'humanité et une belle leçon d'espoir.
Cyrla, d'origine polonaise, vit dans un petit village Hollandais, chez la soeur de sa maman qui est décédée quand elle était plus jeune. Elle y a été envoyée par son père qui est juif et qui, par ce geste, tente de la protéger de l'Allemagne nazie qui chaque jour promulgue de nouvelles lois anti-juives et gagne du terrain.
La Hollande est occupée, Cyrla n'est pas à l'abri d'une dénonciation, sa tante et son oncle prennent des risques en l'hébergeant. Cyrla trouve du réconfort auprès d'Anneke, sa cousine à qui elle ressemble physiquement et dont elle est très proche. Elle est également amoureuse d'Isaac, très engagé dans la communauté juive de la ville. le bonheur est fragile il l'est encore plus en temps de guerre……. le risque augmente quand Anneke se met à fréquenter Karl, un officier Allemand dont elle tombe rapidement enceinte.
Cyrla n'aime par Karl, il est l'ennemi par excellence, elle a peur qu'il ne la dénonce et se sent soulagée quand elle apprend qu'il a quitté la ville, mais elle est en colère parce qu'il a laissé tomber Anneke que son père a décidé de placer dans un lebensborn parce qu'elle fait honte à la famille d'avoir succombé au charme de l'ennemi.
Abandonnée par Karl et maintenant par son père qui veut qu'elle quitte la maison, Anneke déprime, elle veut se débarrasser de l'enfant qu'elle porte, et meurt dans sa tentative d'avortement. Sa mère a alors l'idée d'échanger les identités des deux filles, Cyrla deviendra Anneke, elle sera ainsi protégée et n'aura plus rien à craindre.
Seules ombres au tableau, Cyrla va devoir rejoindre le lebensborn où Anneke est inscrite mais il y a plus grave, elle n'est pas enceinte…….pas au moment de l'inscription de sa cousine dans l'établissement en tout cas……
Dans ce livre, l'auteure a voulu nous parler des Lebensborn, organisation fondée par Himmler dont le but était de favoriser le développement de la race aryenne. Elle aborde le sujet de façon romancée mais ce fait d'histoire reste néanmoins tragique et douloureux, peut-être pas assez connu ni relaté dans les livres d'histoire.
Avec Cyrla, on entre dans l'horreur de ce lieu, son fonctionnement inhumain, le non respect des femmes -qui sont considérées comme des machines à procréer-, mais surtout des bébés à venir qui, pour certains, seront tués à la naissance parce qu'ils ne correspondent pas aux normes de la pureté de la race. D'autres seront placés dans des orphelinats en attente d'adoption et enfin, pour les plus chanceux, -ce qui reste à démontrer- ils rejoindront leurs pères biologiques.
On va passer un long moment dans cet endroit, à échafauder des plans de fuite, vivre des espoirs déçus, attendre une issue qui ne viendra peut-être jamais, à moins qu'elle ne provienne d'une personne que l'on n'attendait pas……
C'est parfois étouffant et ni la sécurité des murs et des gardes, ni l'abondance de nourriture (rare en temps de guerre) n'arrivent à nous rassurer. Cyrla est dans les griffes de l'ennemi, une prison dorée dans laquelle elle s'est jetée toute seule et dont elle ne pourra pas sortir si elle ne trouve pas quelqu'un pour l'aider.
Voilà vous l'avez compris on reçoit plein d'émotions, l'horreur de la guerre d'abord, la solitude de l'héroïne ensuite, la perte de ses proches et l'éloignement. Sa volonté de vivre et de mener à bien sa grossesse tout en cachant sa réelle identité, la peur de chaque instant, l'amour et la confiance, parce qu'ils sont les moteurs qui aident à tenir et avancer.
C'est un beau roman d'amour, parce que l'amour est plus fort que tout, il n'y a plus de frontière, plus de religion ni de nationalité, l'amour déplace les montagnes, ouvre la mer, et peut tout réaliser. C'est un roman d'espoir aussi, tous les allemands n'étaient pas des adeptes du régime nazi et Sara Young nous le démontre parfaitement dans ce livre.
J'ai vraiment adoré, j'aime quand les différences se rejoignent pour ne former plus qu'un, quand l'invraisemblable devient possible, quand tout semble perdu et qu'une lumière éclaire le bout du chemin…. Il y a une phrase qui m'a marquée et que j'ai trouvée très belle » moi je dessine des oiseaux mais toi tu as des ailes »…. les ailes de Cyrla étaient immenses et quand elles étaient déployées, rien ne pouvait l'arrêter….
Lien : https://jaimelivresblog.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
july57july57   13 février 2017
-Je ne veux plus jamais voir ça de ma vie. Ils couchent les bébés sur des coussins devant une énorme croix gammée, avec l'hymne allemand à plein volume, et puis ils posent une épée en travers de leurs petits ventres...L'épée est beaucoup plus grande que les bébés! C'était tellement barbare...Tu imagines une lame d'épée sur un nourrisson. Quelle idée monstrueuse!
Commenter  J’apprécie          40
july57july57   13 février 2017
-Evidemment, approuva-t-il. Ces berceaux sont frappés de la croix gammée. Tu connais le slogan "Faites des enfants pour le Führer"? On pousse les femmes allemandes, qu'elles soient mariées ou non, à donner des enfants au pays. Il faut de bons Allemands pour peupler les territoires envahis. Et puis des soldats. Tu sais ce qui m'effraie le plus? C'est la façon dont ils planifient l'avenir à long terme. Pour les nazis, les nouveau-nés ne sont pas des bébés. Ce sont des ressources matérielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
catherinemassoncatherinemasson   16 janvier 2014
J'avais compris que le bonheur n'était pas un dû, qu'il ne fallait rien espérer. Les moments de plaisir se dérobaient au passage.
Commenter  J’apprécie          40
YsaMYsaM   15 octobre 2018
Moi je dessine des oiseaux mais toi, tu as des ailes....
Commenter  J’apprécie          00
PREFACEPREFACE   11 octobre 2013
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : lebensbornVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pax et le petit soldat

Comment s'appelle le jeune garçon ?

Martin
Noah
Peter
Alex

13 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Pax et le petit soldat de Sara PennypackerCréer un quiz sur ce livre