AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226025944
290 pages
Éditeur : Albin Michel (04/03/1986)
4.17/5   6 notes
Résumé :
Ce document exceptionnel retrace pour la première fois un aspect extraordinaire de la guerre du Vietnam où s'opposèrent les Vietcongs et les commandos spécialisés de l'infanterie américaine appelés "rats de galeries". le lieu: un labyrinthe de 300 km de tunnels et de salles souterraines creusés par les Vietcongs autour de Saigon. Les tunnels de Cu Chi est le récit fabuleux, incroyable mais vrai, de l'endurance et de l'héroïsme dont on fit preuve des deux côtés.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kielosa
  09 avril 2017
Peu après la parution de ce livre, je me trouvais au Vietnam et fort impressionné par le récit de ces 2 journalistes, je voulais absolument voir ces fameux tunnels. A cette époque, toutefois, il y avait très peu d'étrangers et il fallait une authorisaťion du bureau de tourisme. Ma demande de visite a d'abord été refusée. Pendant plusieurs jours j'ai fais le siège de cette officine et n'y croyais plus, lorsque finalement j'ai, à ma grande surprise, non seulement obtenu cette autorisation, mais qui plus est, droit à un traitement VIP : voiture avec chauffeur et réception par un colonel qui y avait été basé pendant des années.
Comme je venais de terminer ce livre, j'étais évidemment déjà bien renseigné par la description minutieuse des auteurs. Néanmoins, j'ai été pris à la gorge quand je me suis rendu compte peu à peu comment ces gens y ont du vivre! Ç'est la seule fois de ma vie que j'ai ressenti ce qu'est la claustrophobie. Il y a des corridors à n'en pas finir, très bas et étroits, allant dans tous les sens. Avec la meilleure volonté du monde, il est impossible de s'imaginer la réalité quotidienne de ses occupants, même en faisant abstraction de la guerre.
Maintenant, pour les besoins du tourisme, des accommodements ont été effectués qui respectent les conditions originales tout en rendant la circulation dans ces tunnels moins problématique pour nous autres occidentaux n'ayant pas fait de service militaire. C'est, en effet, un ensemble tellement ingénieux et surprenant que cela mérite très certainement une visite. Et pour la préparer soigneusement vous avez l'excellent guide de Tom Mangold et John Penycate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
kawasu
  05 avril 2014
- Livre très intéressant et bien documenté; les auteurs, deux journalistes anglais, ont interrogé des vietnamiens et des américains.
- Chaque chapitre révèle un aspect spécifique de ces tunnels situés près de Saigon lors de la guerre du Vietnam : importance de l'emplacement (en dessous de la base américaine de Cu Chi), la chirurgie, la vie des vietnamiens dans ces tunnels, les difficultés rencontrés lors de l'exploration par les américains (Rat Six et Batman). L'inspecteur Harry Bosch, de Michael Connelly, a participé à la guerre du Vietnam comme Rat.
- Les booby (nigaud) traps : (traquenard).
- La destruction incomplète des tunnels et les conséquences du manque de patience des américains sur la fin de cette guerre.
Commenter  J’apprécie          60
soleil23
  22 mars 2012
La guerre souterraine du Vietnam et ses fameux Tunnels de Cu Chi !
Ce document exceptionnel retrace un aspect extraordinaire de la guerre du Vietnam : un tunnel-labyrinthe long de 300 km où s'opposèrent les combattants. Un témoignage de l'endurance et de l'héroïsme dont on fit preuve des deux côtés.
A lire et à découvrir un aspect particulier du combat des vietnamiens.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
soleil23soleil23   22 mars 2012
voila ce que vous devez savoir sur ces fameux tunnels (source internet)

Les tunnels de Cu Chi

Le réseau de tunnels de Cu Chi a joué un grand rôle dans la guerre du Vietnam. Ils se situent au nord-ouest de Hô Chi Minh-Ville, à une quarantaine de kilomètres. Ils furent creusés dès la fin des années 1940 par des combattants déterminés mais sous-équipés face à des forces françaises puis américaines disposant d'artillerie, de bombardiers et d'armes chimiques.

S'étendant sur une quarantaine de kilomètres, ces tunnels permettaient aux zones contrôlées par le Viet-Cong de communiquer entre elles, lorsqu'elles étaient isolées dans des zones américaines ou sud-vietnamiennes. Ils servaient également d'abris à la population lors des attaques aériennes. Vers 1965, grâce à eux, le Viet-Cong pouvait se livrer à des attaques-surprise et s'évaporer sans laisser de traces. Les Américains décidèrent de frapper fort et transformèrent la zone de Cu Chi en ce qui fut appelé par la suite "la région la plus bombardée, gazée, défoliée et dévastée" de tous les temps par la guerre. Surnommée le "Triangle de fer", ils commencèrent par installer une vaste base dans le district de Cu Chi. Sans le savoir, ils la construisirent juste au-dessus d'un réseau de galeries. La 25° division mit des mois à comprendre pourquoi ses soldats se faisaient abattre le nuit sous leurs tentes.

Puis, pour priver le Viet-Cong d'abris et d'approvisionnements, ils déversèrent des défoliants ("l'agent orange") sur les rizières, rasèrent une énorme superficie de jungle, évacuèrent et laminèrent les villages. Quelques mois plus tard, ils arrosèrent d'essence et de napalm la végétation asséchée. Mais l'humidité de l'air tropical associée à la chaleur intense déclenchèrent des pluies qui permirent au Viet-cong de survivre dans ces abris souterrains.

Incapable de gagner cette bataille par des armes chimiques, l'armée américaine envoya des hommes à l'assaut des tunnels. Cette armée de "taupes" subit de lourdes pertes. Les Américains utilisèrent alors des chiens bergers-allemands spécialement dressés. Pour les dérouter, les soldats vietcongs mirent du poivre sur leur chemin. Ils se lavèrent avec du savon américain et revêtirent les uniformes de leurs prisonniers pour tromper l'odorat des chiens.

Les Américains déclarèrent alors Cu Chi "Zone de tir à volonté". Les GI's pouvaient faire feu sur tout ce qui bougeait. Des tirs d'artillerie avaient lieu de nuit, les pilotes pouvaient déverser leur surplus de bombes et de napalm avant de rentrer à leur base. Le Viet-Cong résista. A la fin des années 60, exaspérés, les Américains donnèrent l'ordre à leur B 52 d'en finir avec cette région. Les bombes détruisirent la plupart des tunnels et la campagne environnante. Néanmoins il était trop tard : les Etats-Unis se retiraient déjà de la guerre. Les tunnels avaient rempli leur mission.

Dans ces tunnels, les soldats vietcongs vécurent dans des conditions extrêmement pénibles et essuyèrent de terribles pertes. Seuls 6000 des 16 000 combattants survécurent. Un nombre incalculable de civils périrent dans cette horreur.

Les villages du district de Cu Chi eurent droit à de nombreux honneurs. Le gouvernement les décora, les déclara "villages héroïques". Depuis 1975, de nouveaux hameaux ont été construits, et la population de la région a plus que doublé, atteignant aujourd'hui 200 000 habitants. La terre et l'eau contiennent cependant toujours des défoliants, et les récoltes demeurent bien maigres.

La section que nous avons visitée est celle de Ben Duoc. Ils ne s'agit pas de véritables tunnels mais d'une reconstitution précise pour les touristes. Elle permet de voir techniques simples et efficaces utilisées par les Viet-Congs pour rendre ces souterrains quasi indécelables. Ils camouflèrent les trappes de sortie en bois sous de la terre et des feuillages et en piégèrent certaines par des mines ou plus simplement par des pics metalliques acérés. Ils trouvèrent même le moyen de bâtir des issues secrètes sous l'eau des rivières. Ils préparaient leurs repas sur des cuisinières qui dégageaient leur fumée très loin du lieu de cuisson grâce à un système de conduits. Des trappes empêchaient les gaz lacrymogènes, la fumée et l'eau de se propager dans les tunnels. Ces tunnels font environ 1,20 m de haut sur 0,80 m de large. Ils débouchent parfois sur des salles servant de cuisines, de dortoirs ou d'infirmeries reconstituées.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LoongAlain91LoongAlain91   21 octobre 2017
Personne n'avait contraint Vo Thi Mo à faire ce choix, mais, en allant dans les galeries de Cu Chi pour combattre les Américains, elle devenait l'héritière d'une tradition féministe d'émancipation exclusivement vietnamienne, fort en avance du point de vue des critères tant asiatiques qu'européens. La femme vietnamienne peut hériter la terre, partager la propriété du mari, diriger la plupart des secteurs financiers des activités commerciales ou domestiques, et bien sûr participer à la guerre comme combattante. (p. 232)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LoongAlain91LoongAlain91   21 octobre 2017
Dans le camion qui rentrait en cahotant à Cu Chi, Gutierrez gardait le silence. Tout ce qu'il avait appris sur la façon de se battre ne lui avait été d'aucun secours pour ce qu'il avait à faire aujourd'hui. Toute l'école du soldat, toute la technique, tout le soutien de l'artillerie et de l'aviation, les hélicoptères qui pouvaient amener et évacuer une demi-division en l'espace de quelques heures, à quoi tout cela pouvait-il servir contre un ennemi qu'on ne voyait jamais vivant, qui se terrait dans des galeries et sur lequel on ne pouvait avoir l'avantage que par la chance et la force physique ? (p. 28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : -1949Voir plus
>Histoire du Vietnam>Histoire du Viet-nam>-1949 (59)
autres livres classés : Guerre du Viet-Nam (1961-1975)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1017 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre