AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782490426102
102 pages
Flatland (29/09/2021)
4.19/5   26 notes
Résumé :
‘Angélus des ogres’, volume de la collection La Tangente, dernier opus en date de Laurent pépin, est paru le 6 octobre 2021.

‘Angélus des ogres’
Roman court de Laurent Pépin
Couverture à rabats conçue par Jef Benech’ à partir d’une illustration de Kawanabe Kyōsai (1831-1889)
La Tangente #04
8,50 €

« J’habitais dans le service pour patients volubiles depuis ma décompensation poétique. Au fond, je crois av... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 26 notes
5
9 avis
4
12 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Tandarica
  31 octobre 2021
Je trouve que Laurent Pépin a un don véritable pour raconter des histoires qui sortent de l'ordinaire. J'aime son écriture aux confins de la poésie et de l'absurde.
Ici, le narrateur, psychologue clinicien ou plutôt patient-salarié (si cela peut exister) et Lucy, la thanatopractrice pratiquant la sorcellerie s'aiment passionnément et se le disent (cf. p. 45). La nuit Lucy devient une ogresse alors que le jour elle se meurt. Elle souffre, en effet, d'une anorexie sévère depuis qu'elle a perdu un bébé. Les « traits unaires » sont son domaine, tandis que le narrateur lui aussi malade, a été hospitalisé d'office. Je n'en dirai pas plus sur ce texte âpre mais lumineux à la fois. Voici ce que déclare (et cela résume beaucoup) le narrateur : « J'ai des… Monstres, dans ma tête, depuis mon enfance. On les a sortis de là pour les mettre en bocaux, avec Lucy, et puis on a fait l'inventaire. » (p. 61)
Comment fait-on pour « rentrer chez soi quand le monde du dehors est méconnaissable » ? Il y a dans ce texte sur le terreur d'être dans le monde un peu de la cruauté et de la candeur des anciens contes pour enfants. En filigrane se décèle aussi une pensée critique sur cette psychiatrie qui n'offre plus l'asile, mais qui « filtre » outrageusement la pensée.
Vers la fin j'ai bien ressenti moi aussi « l'impression de douceur » féérique, « malgré le froid mordant » (p. 93). Tout comme je crois avoir compris ce titre oxymore. Un angélus est une « prière à Marie qui se dit le matin, à midi et le soir ». Les ogres que nous sommes, nous ces cerveaux malades, nécessitent des prières quotidiennes, ne serait-ce que par le truchement de la littérature salvatrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1220
lyoko
  24 mars 2022
Laurent Pépin nous livre la suite de Monstrueuse féérie avec l'Angelus des ogres.
Une suite plus sombre, mais toujours poétique. Elle est elle aussi dérangeante.
L'auteur pousse plus profondément l'immersion dans la folie.
Toujours en jouant entre réalité et folie.
Néanmoins j'ai trouvé l'auteur plus efficace, plus direct dans la "critique" de la normalité. Enfin direct est un bien grand mot puisque le récit est très imagé.
Je ne suis toujours pas très a l'aise avec ce type de récit, mais j'aime la construction et l'écriture.
Un roman qui questionne puisque aujourd'hui la norme est de rentrer dans des cases, déjà au niveau scolaire la moindre déviance est considérée anormale... et tout est fait pour que l'on rentre dans le moule. Alors quand on est résident en hôpital psychiatrique......
Une nouvelle atypique, plaisante, intéressante, poétique et dérangeante.
Commenter  J’apprécie          834
mcd30
  07 mars 2022
Après Monstrueuse féerie voici l'Angélus des ogres avec dès le départ cette dualité dans le titre comme un avertissement de ce qui nous attend.
Quelle joie de retrouver Laurent Pépin repartir pour une nouvelle aventure car il s'agit de s'aventurer dans la tête des autres.
C'est parfois foutraque et j'aime bien. Et c'est toujours aussi poétique. C'est beaucoup plus torturé aussi.
Le narrateur a grandi, ses monstres aussi.
De nouveaux personnages arrivent : les invisibles. Êtres aux pensées filtrées qui s'évaporent, s'évanouissent, disparaissent, une fois dépossédés de leur imaginaire, de leurs contes.
Il y a aussi Lucy, anorexique, piégée dans un univers morbide. Les pages la concernant sont belles et terribles. Au risque d'aggraver mon cas, j'y vois aussi une critique du système qui veut compartimenter, mettre dans des cases, vive le conformisme à tout va. Adieu l'imagination ! Au secours je disparais…
Beaucoup de souffrance, de monstres, d'ogres. Certains doivent rester cacher au plus profond, sinon on risque de perdre l'amour des autres. Dans cet aveu excessivement sombre, demeure une toute petite flamme qui rend conscient, vulnérable et empêche de dévoiler la vérité.
L'angélus est une prière peut-être celles de tout ces êtres qui parviennent à se comprendre et s'entendre. La prière de tous ces êtres qui ont besoin de contes, de poésie, de mots, d'imaginaire, d'autres mondes où se réfugier et vivre.
Merci Laurent pour cette très belle et encore une fois atypique lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
LydiaB
  22 février 2022
Voici la suite de Monstrueuse Féérie, un bouquin déjanté dans lequel on entrait dans l'univers de l'auteur. Angélus des ogres nous raconte la vision du narrateur qui, de médecin dans un centre d'aliénés, en devient cette fois le patient-salarié. Il tombe amoureux de Lucie, la thanatopractrice, qui a cette faculté à se transformer en sorcière la nuit et plus particulièrement en ogresse…
On ne quitte pas cet univers de dingues ! Mais après tout, comme je le mentionnais déjà pour le premier opus, ne retrouve-t-on pas ces personnages dans les contes ? Je trouve cet univers à la fois intéressant et complexe. En effet, la folie revêtant une multitude de formes, il est difficile d'en comprendre les rouages. C'est aussi pour cela qu'on préfère souvent donner des traitements chimiques plutôt que de soigner le mal à la racine… Mais encore faut-il la trouver cette racine !
Merci à Laurent Pépin pour m'avoir envoyé si gentiment ce deuxième tome de sa trilogie et bravo à lui pour ce texte qui se laisse lire avec plaisir.
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Le_chien_critique
  07 octobre 2021
La physique des patates folles expliquée par le savant fou Laurent Pépin
dans le monstrueux laboratoire Flatland.
Après une première novella flamboyante et très étrange, voici la suite des aventures du narrateur. Monstrueuse Féérie poussait l'imaginaire psychiatrique très loin, Angélus des Ogres nous plonge dans un début plus terre à terre où notre narrateur nous conte son quotidien asilaire et le changement de paradigme psychiatrique. Fini les méthodes où on laissait les fous explorer leur folie, comme dans le documentaire La moindre des choses, place à la rationalité, au neuroleptique et au retour à la norme. Bref, des méthodes efficientes pour la société, moins pour ceux qui les subissent. Moins de folie, plus de réalité.
Mais l'auteur a plus d'un lapin dans sa caboche et nous pond un twist qui rebat les cartes et nous fait repartir dans un imaginaire débridé dans la psyché sombre de son personnage. Plus noir que son prédécesseur, le grain de folie est cependant présent pour nous permettre quelques respirations bienvenues. Comme je l'avais déjà dit dans mon avis sur Monstrueuse Féérie, j'ai du mal avec ce qui est psy, mais ici, je ne sais pas pourquoi cela passe. Est ce du fait que Laurent Pépin nous met dans la tête d'un malade mental comme si nous en étions un ? Est ce dû à la physique des patates ? Ou simplement au talent de l'auteur ?
Même si j'ai une préférence pour le premier tome, plus déjanté, j'ai une attirance vers cette vision folle de la psychiatrie. Est ce si grave d'avoir des pensées et des comportements hors normes ? Est ce aux fous de s'adapter à la société ou à la société d'intégrer une part de folie ? A l'heure où l'on parle d'inclusion, j'ai le sentiment que l'auteur nous montre que c'est plutôt l'inverse qui se produit. Que sous les mots nouveaux, c'est tout un changement de société qui s'impose en douceur.
J'aime lorsqu'un texte m'amène à réfléchir hors des sentiers normalisés et laissent mon imagination vagabonder, m'offrir des "décompensations poétiques".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
SamDLitSamDLit   08 février 2022
On aimait bien ça, jouer aux Monstres dans le noir:
on prenait des airs d’écoliers, les yeux baissés, tout penauds,
et on les regardait s’agiter et rugir
en nous livrant leurs récits. (*)

On se mettait au lit, à n’importe quelle heure,
du moment qu’il n’était pas encore minuit.
Alors, on faisait une cabane avec la couette
et une lampe torche et on se racontait des histoires
en frissonnant délicieusement
et en regardant les Monstres en colère sous le faisceau lumineux.

Puis, L.(---) entrouvrait très légèrement les bocaux
– pas assez pour qu’ils s’enfuient et me terrorisent à nouveau,
mais suffisamment pour qu’ils puissent diffuser leur halo blême
qui venait s’étaler contre les murs de la chambre transformés
en écrans de cinéma.

(*) On aimait bien ça, jouer aux Monstres dans le noir:
on prenait des airs d’écoliers, les yeux baissés, tout penauds,
et on les regardait s’agiter et rugir
en nous livrant leurs récits.

- Lucy -

Lucy in the sky with diamonds
https://www.youtube.com/watch?v=O4hTUPFBaaQ

Picture yourself in a boat on a river
With tangerine trees and marmalade skies
Somebody calls you, you answer quite slowly
A girl with kaleidoscope eyes

Cellophane flowers of yellow and green
Towering over your head
Look for the girl with the sun in her eyes
And she's gone

Lucy in the sky with diamonds
Lucy in the sky with diamonds
Lucy in the sky with diamonds
Ah

Follow her down to a bridge by a fountain
Where rocking horse people eat marshmallow pies
Everyone smiles as you drift past the flowers
That grow so incredibly high

Newspaper taxis appear on the shore
Waiting to take you away
Climb in the back with your head in the clouds
And you're gone

Lucy in the sky with diamonds
Lucy in the sky with diamonds
Lucy in the sky with diamonds
Ah

Picture yourself on a train in a station
With plasticine porters with looking glass ties
Suddenly someone is there at the turnstile
The girl with the kaleidoscope eyes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
TandaricaTandarica   31 octobre 2021
Parce que, si l’on y réfléchissait, même juste un peu, on comprenait que l’esprit n’était qu’un caméléon qui se teintait des mille nuances du désir de l’Autre, afin de rêver du corps d’une femme comme d’un ciel en forme de parapluie où les étoiles tombent par les petits trous qui laissent filtrer quand même un peu de poussière de monde.

(p. 66-67)
Commenter  J’apprécie          390
Charybde2Charybde2   02 avril 2022
En tout cas, j’étais fier de mon intronisation auprès d’eux. À présent que je faisais partie des leurs, ils m’avaient d’ailleurs confié quelques-uns de leurs secrets. J’avais appris, par exemple, qu’ils quittaient régulièrement le Centre, à l’heure des ombres. Qui à cheval sur un mouton d’écume, qui traversant des catacombes secrètes, d’autres encore attachés aux pattes d’oiseaux de nuit, ils s’en allaient rendre visite aux enfants malades.
Peut-être parce que je leur avais lu Les Araignées, de Boris Vian, en leur expliquant ce que voulait dire ce poème : les enfants malades veillés par les vieilles personnes n’y meurent pas de leur maladie, mais leur maladie est elle-même une construction des vieilles personnes qui engendre leur mort.
Alors, les Monuments s’en allaient et entraient par les fenêtres des enfants malades pour leur faire le récit de vies extraordinaires, de trouvailles miraculeuses : ils réveillaient l’imagination éteinte des enfants malades de la pensée filtrée. Puis ils revenaient et n’en parlaient plus. Sauf, à demi-mots, dans mon bureau.
Et parfois, ils ne rendaient pas visite aux enfants. Quand la pensée était trop lisse, qu’il n’y avait plus de prise pour y accrocher les émotions humaines et que la pesanteur s’en trouvait si complètement altérée qu’on ne pouvait plus marcher droit, ils s’amusaient à terrifier leurs parents. Enfin, ils considéraient cela comme leur devoir, mais il me semble tout de même que ça les amusait beaucoup. Ils les réveillaient en pleine nuit, dans leur chambre d’honnêtes gens anesthésiés, et ils leur parlaient des fantômes des noëls passés ou de la vieillesse en gelée qui vit dans la télévision. Je savais qu’ils pouvaient être très impressionnants. Si les honnêtes gens étaient trop sages, ils les secouaient doucement. C’était nécessaire. Et ils n’aimaient pas abîmer leurs affaires, mais en prélevaient des échantillons qu’ils rapportaient au Centre.
Quelques jours plus tard, ils retournaient voir les enfants. S’ils n’étaient plus malades et que leurs pensées avaient brisé leurs chaînes, il y avait des sourires d’enfants qui se dessinaient dans les fines particules au-dessus des oreillers, pour indiquer qu’ils rêvaient. Il faisait nuit, mais les sourires d’enfants qui rêvent projettent toujours une lueur pâle autour d’eux quand il y a des Monuments. Alors les Monuments rapportaient aux parents les échantillons de leurs affaires, emballés comme des cadeaux de Noël. Normalement, les enfants n’étaient plus malheureux, après.
Cependant, parfois, cela ne fonctionnait pas, lorsque les circonstances familiales étaient compliquées. Peu après, certains parents disparaissaient, sans laisser de trace. Comme ça, le hasard. Ou alors, les Monuments avaient simplement fait leur travail.
Puis, l’on pouvait voir des sourires revenir dans la chambre des enfants…
Certes, j’étais le plus souvent incapable de les suivre, n’étant en somme que novice dans le registre de la décompensation poétique, et mon esprit se perdait rêveusement au fil de l’onirisme ambiant.
En somme, j’étais là où je devais être depuis que je vivais dans le Centre. Même si je n’ai jamais cessé d’y penser avec nostalgie, comme si je savais déjà que cela prendrait fin prochainement.
Je savais que je devrais quitter le Centre, mais un retour à la vie normale me terrifiait.
Parce qu’il signifiait devoir réapprendre à faire avec moi-même et mes petits passagers clandestins…
À moins que…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mcd30mcd30   08 février 2022
Par exemple, j'ai toujours considéré que mon métier de psychologue consistait, en quelque sorte, en un poste d'assistant auprès d'inventeurs. Cela me semblait le seul positionnement défendable. Mais aujourd'hui, ce n'est plus cela qu'on nous demande. On attend du psychologue qu'il entrave l'avènement de la pensée singulière. On nous impose même des outils de mesure : on estime la quantité de pensée singulière d'une personne par rapport à une norme établie par des experts. Ensuite, en fonction des résultats, on la filtre à l'aide des nouvelles méthodologies en vigueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mcd30mcd30   05 février 2022
Blanche-Colombe, par exemple, me déposait régulièrement son tamis de vent agglutiné qui lui servait à passer le temps, afin que je le répare. Je partais alors capturer les aquilons et les papéliotes en bas âge, dans le parc, avec une éolienne de poche, puis j'enfermais les vents dans le tamis. Ce n'était pas évident : les vents se tordaient comme des cordes, se brisant dès lors que l'imagination venait à manquer. La moindre pensée filtrée, qui pouvait me visiter à mon insu, en affectait le dynamisme propre et je n'avais plus qu'à retourner courir dans les bois à l'affût des bris d'air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152

Video de Laurent Pépin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Pépin
Vidéo de Laurent Pépin
autres livres classés : imaginaireVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Laurent Pépin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
378 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre