AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782914581196
136 pages
Éditeur : Editions HB (01/09/2004)
2.89/5   9 notes
Résumé :
Depuis que j'ai ouvert cette librairie, j'ai toujours été entouré de voix. Dès les premiers jours, les gens découvraient un libraire qui savait les écouter. Plus tard, j'ai appris que l'on m'appelait " la grande oreille ". J'ai acheté un cahier. Besogneux du crayon et du papier, j'écrivais chaque jour le produit du rapt quotidien, les paroles ramassées au-dessus des livres, les confidences, les cris, les murmures, les angoisses, les appels au secours. J'ai la même p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fertiti65
  14 avril 2021
François, l'auteur de ce livre, vient d'ouvrir sa librairie et y entend de nombreuses voix, la voix de ses clients. C'est un condensé de ses réflexions, des souvenirs de ses clients lecteurs. Une sorte de journal intime sans les dates, écrit de façon pêle-mêle.
L'intention est poétique mais j'avoue que toutes ces pensées sont fouillies. Un peu comme si on lisait une prise de notes à la va vite.
Désolée pour ce commentaire mais c'est mon ressenti.
Commenter  J’apprécie          386
zabeth55
  23 mars 2013
François Perche, poète, a longtemps été libraire.
Très à l'écoute de ses clients, il est souvent devenu leur confident, et sa librairie leur refuge.
Et toutes les voix de ces personnes, il les a notées dans un cahier, pêle-mêle, sans ordre chronologique. Les rencontres, les impressions, les discussions.
« J'ai la même perception pour « mes » voix que pour les livres que j'expose dans les rayons et sur les tables : une commune vibration d'humanité. »
En même temps, l'Italie et Venise en particulier occupent une grande place dans ses pensées.
La lecture de ce témoignage est très agréable ; ses clients de passage, plutôt particuliers, sont très sympathiques.
On sent beaucoup de respect pour l'autre, beaucoup de chaleur humaine.
J'aimerais un jour entrer dans une telle librairie, et surtout, rencontrer un tel libraire.
Commenter  J’apprécie          170
PeregrinateurLitteraireCompulsif
  10 octobre 2018
« L'Oreille du libraire » est une longue lettre dans laquelle le narrateur, libraire, met en scène des personnes qui ont croisé sa route à la librairie, en relatant des bribes de conversation ou en se livrant à des évocations plus développées. Souvent attachantes, ces personnes, du simple SDF au grand écrivain, en passant par la vieille dame, l'artiste-peintre ou l'original de service, réunies ici dans un étrange ballet par la plume de François Perche, forment une petite communauté, un concentré d'humanité très hétéroclite mais également liée par la présence des livres. Vivent les librairies !
Commenter  J’apprécie          40
Lizzy135
  03 octobre 2013
C'est écrit par un libraire. Ce roman sans nous dévoiler les ficelles du métier, nous fait tourbillonner dans un monde commun. le parcours du libraire ses pensées, farandole de phrases, de pensée de lecture et de lecteur du quartier
Commenter  J’apprécie          20
brinvilliers
  15 octobre 2014
François ouvre une librairie. Il nous raconte sa vie au sein de celle-ci à travers les paroles de visiteurs. Les mots, les livres, sont à la fois un remède et une évasion qui permettent aux humains de se confier. Livre moyen, j'aurais apprécié un développement plus dense.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
fertiti65fertiti65   13 avril 2021
Je lui confie la librairie, pendant que je vais à la boulangerie. Quelques instants plus tard, elle dévore un sandwich, et la dernière bouchée avalée, elle reste longtemps, là, à dévorer cette fois-ci les livres qui se trouvent à sa portée.
Ses éditeurs la paient uniquement au pourcentage. Ce sont des livres de poésie. Donc elle a faim, naturellement.
Commenter  J’apprécie          160
fertiti65fertiti65   13 avril 2021
- Le Socrate fou, c'est moi.
C'est Marcel.
Il adore venir parader à la librairie. Il ne parle que de lui. Il se dit fou. Et supérieurement intelligent. Il est professeur de mathématiques, à l'université.
- Vous, François, vous êtes intelligent. Mais par rapport à la mienne, votre intelligence ne dépasse pas la partie supérieure de la semelle de mes souliers.
Commenter  J’apprécie          152
fertiti65fertiti65   12 avril 2021
Dès la naissance de la librairie, j'ai été immédiatement entouré de voix. Je me suis mis à les collectionner comme d'autres les cartes postales.
Commenter  J’apprécie          140
zabeth55zabeth55   22 mars 2013
Un livre, c’est fait de quoi ?
De mots, de phrases.
Et puis de murmures.
D’autres mondes.
Et surtout de plaisir.
Le plaisir
Commenter  J’apprécie          142
brinvilliersbrinvilliers   15 octobre 2014
J'ai l'impression que la partie centrale du labyrinthe est ma librairie. Je suis à la fois le Minotaure et Thésée. J'ai atteint le centre grâce au fil d'Ariane. C'est à la librairie que j'ai retrouvé ma liberté.
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : librairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2606 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre