AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2812603925
Éditeur : Editions du Rouergue (12/09/2012)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 150 notes)
Résumé :
Bon, comme ça, vous voulez que Maxime Mainard vous déballe sa life, une fois de plus ?
Vous voulez qu'il vous raconte avec quelle bande de dingues il va fonder son (fameux) groupe de rock ?
Tout découvrir sur les secrets (brésiliens) de sa mamie Lisette ?
Ouvrir (enfin) les yeux sur la vie privée d'Alex, sa meilleure pote ?
Découvrir (avec stupeur) qui a osé rouler une pelle à Natacha, sa petite copine ?
Et vous demander comment, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  31 juillet 2014
Alors que se profilait à l'horizon un superbe week-end en amoureux chez les Rosbeefs, Maxime voit d'un coup d'un seul son rêve se dématérialiser lorsqu'il se fait arrêter par les douanes. Son téléphone portable Sansong acheté chez le petit Pakistanais du coin ne semble pas aux normes... Il a eu beau essayer de les entourlouper, rien n'y fait.. Adieu, veau, vache, cochon... Alors que Natacha est partie seule, lui reste gentiment à Paris. Mais, comment annoncer à papa et maman qu'il a encore tout foiré. Et pas question d'aller mater Derrick chez Mamie*. Direction Creil chez tonton Christian, alias tonton Déprimos. Toujours prêt à rendre service (ou presque), il accueille gentiment son neveu chéri, après tout, c'est bientôt Noël... Son projet de monter un groupe de rock lui tenant toujours très à coeur, il lui en parle, sachant que ce dernier avait aussi, dans sa jeunesse, monter un groupe avec son frère. Et quelle n'est pas sa surprise de constater qu'il a toujours sa Stratocaster, qu'il en joue tous les jours et qu'il touche sa bille, ce con! Ça bouillonne dans la tête de Max... y'a les neurones qui s'entrechoquent... Mais comment annoncer à ses parents son envie de former un groupe et son non-voyage à Londres? Est-ce que Natacha va lui faire la gueule parce qu'il l'a plantée toute seule? En plus, c'est l'année du bac et il a plutôt intérêt à le décrocher s'il veut intégrer Sciences Po... 
A défaut de devenir une rock star (ou pas, je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même), Maxime est LA star du Kremlin. L'on retrouve toujours avec plaisir cet ado plein de vie et d'entrain dans ce troisième épisode, tout aussi drôle et loufoque que les précédents. Après avoir passé nos vacances avec lui et suivi sa vie sentimentale chaotique avec Natacha, on le retrouve ici au moment des vacances de Noël. Volontaire et plein d'énergie, il fera tout pour concrétiser son rêve: monter un groupe de rock. Il risque bien d'avoir quelques surprises... Anne Percin réussit à merveille à rendre ces aventures passionnantes et captivantes. Loin de nous lasser, elle a su se renouveler et l'on s'attache tellement à Max que c'est toujours un plaisir de passer quelques heures avec lui. Autour de lui gravitent encore ses meilleures amis, Alex et Kévin, toujours aussi drôles et déjantés, sa petite amie Natacha, tonton Christian et Mamie Lisette. A cela, ajoutez encore d'autres personnages encore plus barges (mention spéciale à Julius!). L'auteur fait cette fois encore dans l'humour potache et bon enfant mais sait aussi intelligemment glisser ici ou là quelques petits moments d'émotion, tout en finesse. L'écriture enjouée pimente encore plus ces péripéties. Elle signe un roman à la fois vivant et subtil où l'on ne peut qu'admirer sa prouesse de s'être glissée dans la peau d'un ado. 
Comment devenir une rock star (ou pas)... accords parfaits...
*voir "comment (bien) rater ses vacances"... pour les retardataires, fallait être là à temps... pour une fois que le train partait à l'heure!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
latina
  16 avril 2017
Qui a dit qu'un adolescent de 18 ans habitant la banlieue parisienne, celle des HLM et des joints, n'était qu'un voyou glandeur ?
Sûrement pas Anne Percin ! Dans ce 3e tome des aventures de Maxime Maynard, elle nous offre un festin d'actions de toutes sortes : sentimentales, amicales, familiales, musicales. Et ça nous donne un cocktail explosif ! Que de rires, d'émotions, d'autodérision, de « kifs à donf », avec insertions régulières de petites pensées très mûres, qui ne prennent pas la tête, mais qui tombent juste à point.
J'ai adoré ce 3e tome qui peut se lire indépendamment des 2 autres, vu que Maxime, sans complexe, y va de ses explications en bas de page à pouffer de rire, bien concrètes et précises.
En bref, qu'arrive-t-il à notre Maxime ?
Il est en terminale, il prépare son bac et son entrée à Sciences Po.
Nous sommes en décembre, il a été arrêté à l'embarquement de l'Eurostar vers Londres, lui qui partait en amoureux avec Natacha. En effet, son gsm a fait des siennes...Refoulé, il ne veut surtout pas revenir chez lui, trop honteux ; il trouve donc refuge chez son oncle Deprimos, comme il dit, son encore jeune oncle guitariste hors pair, qui vit seul dans un appartement crado, plein de cartons à pizzas entamées et de joints. Ces quelques jours vont lui ouvrir les yeux ou plutôt les oreilles, d'autant plus que la petite annonce qu'il avait postée pour trouver un batteur afin de former un groupe vient de se concrétiser...Et quelle concrétisation, mazette ! (c'est la grand-mère qui habite à Kremlin-Bicêtre qui l'accueille lorsqu'il vient sonner à la porte...Je ne vous dis pas le dialogue à hurler de rire.... !). le groupe peut donc naitre, formé de Maxime – chanteur -, de l'oncle en question – guitariste -, du batteur et d'un jeune très...spécial, bassiste.
N'oublions pas Kévin et Alex(andra, mais elle déteste la fin de son prénom), ses 2 meilleurs potes, ainsi que Natacha, sa toute belle, sa princesse.
Et c'est parti pour quelques mois de folie, mais surtout de musique. Car on en parle, de musique, ici ! Ou plutôt, on en joue ! Vous auriez dû me voir, scotchée à Youtube pour écouter tel ou tel morceau...J'avais l'impression d'assister à toutes les répèts du groupe.
Attachant, marrant, farceur, déconneur, sensible, ouvert, fragile...Maxime, je l'adore.
Littérature pour adolescents ? Pas que ! Maxime nous entraine dans « sa life », avec son « staïle » bien particulier, et on ne demande qu'à le suivre.
D'Anne Percin, j'avais lu « le premier été » et « Les Singuliers », au style complètement différent, des pépites. Je me suis follement amusée à la lecture des aventures de Maxime. Anne Percin est une écrivaine qui se diversifie, qui arrive à adopter un style différent à chaque roman, et ça, franchement, c'est rare. Elle m'épate, tout comme son héros, petit banlieusard passionné au coeur tendre, plein d'autodérision. J'en redemande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
Jumax
  20 juillet 2012
J'ai bien aimé cette troisième saison des aventures de Maxime ado plein d'ironie, légèrement asocial et plein d'idéaux. Il a déjà eu les vacances de ses rêves, une copine, il ne lui manque plus que… son groupe de rock bien sûr (et quelques petits problèmes avec la justice). Au chant Maxime l'enragé, à la guitare Christian, dit Batman, l'oncle déprimé, chômeur professionnel, à la batterie Stéphane flic de la saison 1, un esprit saint dans un corps saint, et à la basse Julius, extra-terrestre exubérant aussi connu sous le nom de Tinkiwinki. S'ajoute à cette drôle de bande, Natacha la copine, Kévin et Alex les meilleurs amis, et la famille Mainard. Problèmes, père noël et rock'n roll en perspective !
Commenter  J’apprécie          200
lizly
  03 avril 2013
A la fin du volume précédent, nous laissions Maxime, notre anti-héros sarcastique et narcissique mais néanmoins amoureux, sur le quai de l'Eurostar, arrêté par la police pour possession d'un téléphone portable de contrebande. Natacha, elle, sur l'insistance de Maxime, s'en allait alors seule vers Londres.
Ce tome commence plus ou moins au même moment. Après quelques heures au poste et avec une amende de 150 € à régler, Maxime se retrouve seul dans Paris. Que faire ? Qui appeler ? L'option retour à la maison et explication avec les parents n'emballent pas Max plus que ça et il va finir par s'échouer... chez son oncle Christian alias Tonton Déglingos, à Creil. Découvrir l'intimité de cet oncle dont Max ne sait après tout pas grand chose, c'est entrer dans une vie dans laquelle la musique a une place très particulière. Après avoir passé des heures à écouter les vinyles de son oncle, Max prend sa décision : il va fonder son groupe de rock. Et cette décision va avoir des répercussions sur toute sa famille.
Ce volume voit donc le retour de l'oncle Christian, croisé dans le tome 1. Il va devenir guitariste pour le groupe de Maxime. Et comme les répétitions se passent au sous sol de la maison du Kremlin, forcément, au milieu de tout ça, il y a la grand-mère de Max (la mère de Christian). Traîne aussi dans les parages la petite soeur, les parents, et les meilleurs amis de Max : Alex et Sa Kévinerie. Et pour que la fête soit complète, ce tome verra aussi le retour du surnommé Lazlo Carreidas, le policier qui a arrêté Maxime pour le vol présumé du sac à main de sa grand-mère dans le volume 1. Sans oublier évidemment notre pokémongirl préférée : Natacha. Et quelques nouveaux, au cas où on s'ennuierait !
Au delà de la fondation d'un groupe de rock, ce tome nous fait entrer dans les vies de tout ce petit monde : secrets éventés, maladresses, psychologie de hall de gare et sentiments confus sont au programme. Ce tome se détache peut-être un peu plus de Maxime (même s'il reste au coeur de tout) pour s'intéresser davantage à son entourage. Peut-être parce que Maxime lui-même s'intéresse un peu plus à cet entourage.
D'un point de vue musical, c'est un bonheur de rencontres, de découvertes et de références. Les univers des différents musiciens du groupe se rencontrent et c'est explosif ! Si tant est qu'on ait la curiosité d'aller un peu creuser les références que l'on ne connait pas (ce qui peut prendre du temps car il y a énormément de groupes cités, de chansons, de titres... Mais ça vaut le coup).
Les notes de bas de page sont toujours là, avec, j'ai trouvé, un peu plus de "sérieux" que dans les deux tomes précédents. Attention : on se marre toujours. Mais elles sont moins souvent "gratuites" et apportent, en plus de l'humour, de vraies infos, ce qui ne gâchent rien.
En bref : Pour moi, c'est le meilleur tome des 3. Les personnages prennent de la profondeur, Maxime évolue, il y a des scènes inoubliables, l'ensemble garde beaucoup de cohérence, et on se régale.
Un bémol ? Moi qui suis très Gibson, je regrette que nos guitaristes soient branchés Fender... Et oui, je pinaille, mais je suis sûre que Maxime et Christian adoreraient avoir une discussion sur la question !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
yuukikoala
  29 avril 2014
Comment résumer le flot d'émotions de ce livre hum ? C'est difficile vous savez ? Quand on a passé trois heures à lire un livre comme ça sans s'arrêter sauf pour mettre quelques musiques qui nous intriguait vraiment histoire de tenter de calmer le courant de commentaires passant dans la tête, il est difficile de résumer ce livre en une critique. Peut-être juste en disant qu'il est trop bien ? Bon, on retrouve donc Maxime après ces mésaventures suite à un portable contrefaçonné, et on découvre ainsi qu'il prend très au sérieux son idée de monter un groupe. Ainsi, c'est par là qu'on nous fait découvrir plusieurs personnages. Son oncle Christian tout d'abord, qu'on connait un peu plus dans ce livre, et qui m'a fait rire, même si c'est un pessimiste dépressif pas content. Son côté drogué m'a quelque peu dérangé, mais bon on peut rien y faire non ? Je l'ai beaucoup aimé quand même, parce que j'aime bien les gens grognons, je trouve ça marrant moi ! Ensuite, Stephane, le batteur. Bon j'avais un peu de l'inquiétude quant à lui, parce qu'il me stressais légèrement, mais ça va, je l'aime bien quand même, il est tout de même sympa, et vu qu'en ce moment je suis droguée aux livres, films et séries policières, j'ai eut du mal à pas l'aimer, haha. Puis, le meilleur de tous que j'ai adoré dès sa première phrase, et dont j'avais des doutes sur certaines choses, et que c'était vrai, bref, le télétubbies du livre, le type qui a réussi à me faire aimer Tinky Winky, j'ai bien nommé Julius. Il est vraiment trop bien quoi. Je l'ai adoré ! J'avais envie de le rencontrer et tout. En plus, c'est un type qui utilise Photoshop attend ! (oui, beaucoup de gens utilisent photoshop...) et il est gaucher ! Comme moi ! Wouhou ! Bref, après, bah Maxime...Est resté Maxime. Un type génial avec un humour génial, et une culture musicale qui m'a laissé un peu ignorante, vu que ma culture se résume aux musiques que ma soeur et mes amis me font découvrir, et à la radio de Nostalgi que ma mère mettait tous les jours quand elle m'emmenait à l'école. Donc c'est limité. Mais du coup j'ai découvert pleins de trucs. Et puis, j'ai adoré, il a cité pleins de trucs que je connaissait cette fois pour avoir fait Arts appliqués, donc, qu'il parle de Dubuffet (le type qu'a donné un nom à l'art brut), et du quart d'heure Warholien ça m'a fait super plaisir. Et puis, ses notes en bas de page était juste excellentes, et tout ces termes et sa façon de parler, je l'ai vraiment suradoré ! Après, les autres personnages sont excellents aussi. la Mamie est trop mignonne, j'adore comment elle parle, Alice était marrante, et j'adore sa relation avec son frère ! le père de Maxime était bien aussi, pour le peu de fois qu'on le voit. Et j'ai beaucoup aimé Alex que je trouve excellente. Kevin m'a légèrement déçu, mais il reste Sa Kévinerie, alors je l'adore quand même. Natacha, bien sûr, n'a pas changé dans mon coeur, bien que mon estime pour elle soit légèrement remonté, mais je ne l'aime toujours pas, dommage pour elle hein ? L'histoire est trop bien aussi, tout ce qui s'enchaine, tout le truc autour du groupe et tous les dialogues étaient juste trop bien. J'avais envie de faire pleins de commentaires mais je pouvais pas vraiment, et pis quand il me restait plus que vingt pages j'étais trop triste, et en plus, là, j'ai fini quoi. Mais vu comment ça se fini, y a limite moyen de sortir un quatre (oh, grande déesse Percin, sortez un quatrième. Un cinquième. Un soixante huitième aussi si vous voulez). Parce que si tous les livres sont comme ça, rempli de culture, d'humour et d'histoires comme ça, moi je suivrais les livres comme un toutou. Et, là, je suis entrain de faire le test de personnalité de fin. Je trouve que pour une compile, c'est bien : Si on veut savoir la réponse au test, on est obligé de découvrir les musiques ! Enfin bref, maintenant, je vais devoir attendre son prochain livre s'annonçant plein de country. Dur d'attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   31 juillet 2014
- Bon, alors, keskipass, Lapin crétin? 
C'est son nouveau surnom, à cause du lapin d'Alice au pays des merveilles (oui, je sais, c'est un peu capillotracté, comme référence). 
- Ben, j'ai entendu chanter, je voulais écouter. Et le cake au Carambar est raté, Mamie dit qu'il est ciré, c'est collant dedans. Et puis, ça sonne à la porte. 
Je ne voyais pas le lien entre tout ça, mais il devait y en avoir un, en creusant bien. Ou pas. Parfois, on se demande quand même ce qui lui passe par la tête. 
A part des peignes. *

*La vanne n'est pas de moi: elle est d'Alain Bashung (Martine boude). Ma grande référence en chanson française, vous l'aurez remarqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
canelcanel   07 novembre 2012
Les plus grands groupes de rock ont été formés dans des banlieues sordides, à des époques tristes, un jour sans soleil, par des types désespérés à qui la vie n'avait pas souri et l'amour faisait la gueule.
Ma théorie, si vous la voulez, c'est que c'est pas un hasard.
C'est rarement dans les beaux endroits qu'on a le plus d'instinct créatif. Je dirais même que c'est pas compatible. Il suffit de comparer les Beach Boys et les Clash pour comprendre que le soleil sur les plages, c'est joli, mais c'est pas bon pour les neurones.
(p. 48)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
canelcanel   07 novembre 2012
Si ça se trouve, tu n'es qu'un adolescent égoïste, qui croit avoir inventé l'eau chaude et qui adopte un comportement farfelu pour se donner un genre, en attendant d'avoir du plomb dans la cervelle - ce qui ferait de toi quelqu'un d'excessivement ordinaire. La plupart des ados sont comme ça, et tu sais quoi ? Le pire, c'est que la plupart des adultes aussi. (p. 121)
Commenter  J’apprécie          150
canelcanel   07 novembre 2012
C'est bizarre de grandir : les adultes autour de vous, que vous avez toujours considérés comme des "grands", vous apparaissent soudain beaucoup moins vieux, étrangement proches, limite immatures. Bon, évidemment, ça ne marche pas avec tout le monde, ce truc-là. Les parents, les grands-parents, c'est comme des tomates confites dans l'huile d'olive, ça bouge pas. Mais les fruits pas très mûrs de l'arbre généalogique, genre tonton Christian, ça vous prend soudain un coup de jeune. (p. 27)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
JumaxJumax   13 juillet 2012
"Cette voix douce bouleversée par l'angoisse existentielle, ça ne pouvait être que lui : Tonton Déprimos, fils naturel de Caliméro et de Woody Allen."
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Anne Percin (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Percin
?Miroirs?, la web-série : Anne Percin .13 écrivains de la nouvelle vague de la littérature pour ados et Young Adult font face à de jeunes lecteurs, âgés de 14 à 17 ans, pour des portraits chinois croisés en 13 capsules vidéo. Scénariste et réalisateur : Andrés Jarach sur une idée originale du Salon du livre et de la presse jeunesse
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .