AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782956492900
192 pages
Éditeur : Simon Perdrix (05/05/2019)
4.67/5   6 notes
Résumé :
Certaines routes ne devraient jamais être empruntées, et surtout pas de nuit.A vos risques et périls, embarquez pour un voyage en six étapes sur des chemins de traverse ténébreux où horreur, folie, abomination et surnaturel se mêlent au gré d'un paysage aussi mystérieux qu'envoûtant.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Melaniedesforges
  17 avril 2021
I. Simon, auteur de romances…
On rigole, on rigole, mais Amazon a quand même classé Simon en romance et… Bah, en regardant de + près, c'est pas si déconnant que ça. Attends deux secondes que je m'explique avant de me lancer des poignards à la figure ! Bien sûr que non, Simon n'écrit pas de la romance, mais il n'empêche que les relations homme/femme, c'est un thème assez récurrent chez lui.
On est clairement pas sur des histoires d'amour dégoulinantes, et pour être honnête, on est même carrément PAS DU TOUT sur des histoires d'amour. Au mieux, Simon nous décrit des relations obsessionnelles et toxiques, au pire, ce sont de simple one-shot derrière une poubelle. Mais toujours est-il qu'il nous parle presque quasi systématiquement de l'attraction sexuelle entre deux individus. Et ça, c'est un truc que j'avais déjà repéré dans ses romans. Il faut croire que c'est son sujet de prédilection.
Redondant, tu me dis ? Pas du tout ! Parce que là où certains ne nous serviraient qu'un et un seul même schéma au point de lui donner des relents de vomi pré-mâchés, Simon se renouvèle à chaque fois. Mieux encore, les dynamiques sont différentes pour chaque histoire. Un coup le pouvoir de domination se trouve du côté de la femme, un autre de l'homme et surtout, il aborde différentes relations.
Et attention, c'est là que ça devient casse-gueule mon histoire : il parle de relation entre homme et femme. Tu as bien saisi ? de relation ! Donc à aucun moment, je n'ai précisé que ces relations étaient saines ou encore consenties par les deux parties… C'est bon, tu comprends ce que je veux dire ? Ouais, je vais pas rentrer dans les détails pour pas te spoiler, mais Simon aborde le sujet du viol du point de vue des deux parties. Et je salue la performance, parce que c'est horriblement bien réalisé.
Bon, tu as compris, la romance, c'est pas vraiment ça dans ce recueil !
II. de l'horreur, en veux-tu, en voilà
A la base, c'est quand même un recueil d'horreur, donc même si on te parle de relation charnelle, est-ce que ça fout les pétoches ? Alors, en fait, les relations de cul foutent les pétoches aussi, on va pas se mentir ! Clairement, si tu as besoin de te convaincre que le célibat et l'abstinence, c'est cool, fonce !
Non, mais même en dehors de ça, il y a vraiment une ambiance horrifique, et ça passe par l'environnement, mais aussi les personnages. On retrouve encore et toujours un début de cliché pour qu'il soit ensuite détruit à la hache par Simon Perdrix. C'est un peu sa marque de fabrique, après tout.
Dans ce recueil, et du coup, contrairement à ses romans, je dirais que les codes du genre sont + présents. On ressent vraiment l'inspiration des années 80-90. Décidément, pour moi Simon est vraiment un auteur nostalgique d'une époque passée et pour tous ceux qui aiment cette ambiance, c'est la meilleure façon de voyager dans le temps.
J'ai vraiment aimé la façon dont il faisait monter la pression, petit à petit pour finir dans un vrai feu d'artifice. le final de chaque nouvelle vaut vraiment le détour.
III. Et il y avait un fil rouge !
J'adore les recueils avec un lien entre les nouvelles. Et ici, ce lien, tu le devines au fur et à mesure. Ça commence par cette petite ville que tu retrouves toujours sur la route des personnages. Et puis vient le tour des faits divers, des personnages eux-même qui réapparaissent çà et là.
La comparaison est ultra pétée, je te préviens tout de suite, mais j'ai eu une petite impression « Dôme » de Stephen King. Genre, cette ville, elle pue grave l'embrouille et tu y suis différents protagonistes pour qu'au final, leurs histoires se recoupent par moment.
Et pourtant, même avec ce fil rouge et ce cadre similaire, Simon arrive à te faire 6 nouvelles au style totalement différent. OK, on est sur de l'horreur, mais le truc c'est que tu pars du fantastique pour te retrouver dans de la névrose bien réelle. Chaque nouvelle a ses propres règles niveau environnement et ça rend le recueil super riche.
IV. L'après-lecture
J'ai vraiment apprécié ma lecture, et j'ai retrouvé la signature de l'auteur dans sa dynamique, ses thèmes abordés mais… pas tant que ça dans sa plume ! Route de nuit est son premier livre publié et je ne sais pas du tout s'il est également son premier écrit. Pour ma part, j'ai publié mon recueil en premier, mais c'est bien mon roman qui a été clôturé en premier !
En tout cas, je trouve que la plume a muri entre les deux. Dans Route de nuit, on commence à sentir naitre le style si caractéristique de Simon Perdrix, mais il n'est pas encore mûr et marquant comme il peut l'être dans sa trilogie.
Bon, après, très honnêtement, que ce soit pour l'un ou pour l'autre, j'aime tout autant la plume de l'auteur, parce qu'au final il y a une même base. Cette lecture a vraiment fait son taff de recueil d'horreur et même au-delà de mes espérances. Simon ose. Il veut écrire un truc, il l'écrit et fuck la censure, il y en a pas quand on est auto-édité, de toute façon !
On sent que c'est écrit avec les tripes et surtout que l'auteur prend des risques et j'aime ça.
V. PÉPITE OU PAS PÉPITE ?
C'est un très bon recueil d'horreur. On y retrouve l'hémoglobine, la tension, le cash et aussi le trash qu'on attend du genre. Clairement, je le conseillerai pas à tout le monde, parce que comme je disais, ça prend aux tripes, donc si tu n'es pas prêt à lire quelque chose d'aussi violent, c'est mal barré.
Et quand je parle de violence, ce n'est pas simplement un couteau dans le bide et des corps éviscérés. Non, parce que la violence peut prendre tout un tas de formes et ce ne sont pas les plus visuelles qui sont forcément les plus marquantes.
Pour ma part, une scène en particulier a été très dure à lire, au point où j'en ai eu mal au ventre. Est-ce que c'était une scène de torture ? Non. Est-ce qu'il y a avait une explosion de violence ? Non. Est-ce que ça venait des propos des personnages ? Non. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais Simon a réussi l'exploit de nous faire vivre un crime au travers de son exécuteur. Il a réussi à retranscrire le manque de scrupule, voir même la jouissance de ce dernier. Il a « banalisé » le crime, exprès pour qu'on soit encore + rebuté par lui. Et ça marche. Ça marche tellement, que l'on ressent l'émotion de haine et d'impuissance comme si ces faits étaient réels. Si tu n'es pas prêt à vivre ça, je ne te conseille pas de te lancer dans l'aventure.
Lien : https://www.melaniedesforges..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AdelineRogeaux
  15 janvier 2021
Envie de balade en pleine nuit, tranquillou dans votre voiture, en traversant le vent, les villages perdus, au travers d'une nationale peu fréquentée ? Envie de vous donner des frissons en imaginant un buisson bouger, une silhouette postée en bord de route ? Vous pouvez le faire en toute sécurité avec ce superbe recueil. (enfin… en toute sécurité, c'est vite dit…)
Ayant déjà lu un livre de cet auteur, je m'attendais à quelque chose de super, mais j'avoue que la surprise était de taille !
Une plongée directe dans les enfers. Six nouvelles parfaitement maîtrisées, reliées entre elles d'une façon brillante. Les unes les autres s'entrelacent dans une danse effrénée contre le surnaturel, l'effrayant, les forces venues d'en-bas. Une danse rondement menée, avec le style particulier de Simon. Humour noir, sarcasmes, érotisme poussé ou même porno, osons le dire (miam), tous les ingrédients sont réunis pour des nouvelles à dévorer d'une traite.
J'ai noté la grande richesse de références cinématographiques, bien ancrée dans les histoires, qui ont parfaitement leur place dans la narration qui est fluide et riche. J'ai noté aussi le goût particulier d'une certaine pizza qui fait monter l'horreur à son comble. Simon possède une folle décomplexion des choses, laissant son grain de folie mener la sarabande dans ses phrases et ses scénarios, ce qui les rend vivants et Ô combien délicieux à lire.
Simon nous fait entrer dans des mondes obscurs, peuplés de créatures ou de psychopathes divers, et pourtant liés en quelque sorte, au travers de personnages soit très antipathiques, (comme s'il avait essayé de nous faire détester son livre, ce qui est raté) ce qui fait que nous sommes comme le/les prédateurs, heureux de voir ce qui peut arriver aux protagonistes, ou au travers des persos beaucoup plus cool… Une très belle imagination, ça on ne peut le nier.
J'aime beaucoup aussi le fait que les prénoms soient français et classiques, c'est d'une rareté !
J'apprends ce soir qu'il n'y aura probablement plus de recueils de la part de cet auteur, et je trouve ça fort regrettable, même si son talent a mué pour nous offrir des romans qui lui ressemblent et qui sont, du moins pour celui que j'ai lu, parfaits.
J'aimerais raconter chaque chose que j'ai ressenti en lisant les nouvelles, une par une, mais je risquerais de spoiler. La seule chose que je peux dire, c'est que ce voyage de nuit vaut carrément le détour. Et je ne peux que vous conseiller de démarrer votre voiture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HababouZoe
  22 mars 2020
Étant fan de l'auteur, je savais pertinemment que je tenais dans les mains un très bon livre, mais jamais je n'aurais soupçonné à quel point...
C'est avec un plaisir presque sadique que je me suis laissée entrainer sur cette route, tout droit après les portes des ténèbres, direction ce no man's land de l'univers où l'auteur est le maitre de cérémonie, comme s'il habitait ces lieux hantés depuis au moins une ou deux éternités...
Accrochée par un style des plus personnel, envoutée par ce ton si particulier que Mr. Perdrix instille dans chacune de ses phrases, parfois pétrifiée (mais avec les yeux qui continuent à lire) par l'horreur sans limite et le malaise viscérale que ces différentes histoires ne craignent pas de répandre comme une trainée de sang tout frais sur du bitume, ce recueil où les nouvelles se recoupent m'a totalement réjouie ! A chaque fois, on se dit : "Nan, impossible qu'il aille jusque-là, il n'osera pas... "
Mais si. Simon Perdrix ose, et va même encore plus loin...
Comment parvient-il à produire chez le lecteur cette sorte de jubilation malsaine, de plaisir que ne renierait pas Le Marquis de Sade, face aux ignobles faits et gestes de ses protagonistes ? Et de quelle manière réussit-il le miracle de faire entrer de la poésie, et aussi du rire, dans son univers glauque et détraqué ?
Je ne vois qu'une solution : Continuer à lire chaque nouvelle oeuvre tordue du bonhomme, en espérant un jour parvenir à déterrer le mécanisme complètement barré et pourtant si efficace qui fait de cet auteur un élément essentiel de la nouvelle littérature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erzuli_Capote
  22 mars 2020
Route de Nuit, c'est le croisement de l'enfer, plusieurs voies qui semblent mener au cauchemar de ceux qui viennent y perdre le peu de conscience restante. Agitation, perdition, tout ceci au rythme infernal d'un conteur au style direct et incisif. le recueil de nouvelle est facile à appréhender, toutes ces histoires finissent par se recouper pour un final qui semble faire office de point de départ. À lire assurément.
Commenter  J’apprécie          40
Larpenteurk
  04 août 2021
Route de nuit ou le recueil choral d'histoires de série B, ou l'auteur nous convient de nous perdre avec l'appétit de ténèbres qu'il nous faut, nous montrant d'un bras tendu avec son sourire luciférien, que nous pouvons si nous le souhaitons, avec le coeur et notre courage, attrapé le manège d'atrocités !
Ne vous inquiétez pas cher lecteurs, l'amour existe dans ce recueil de nouvelles ; dans quelle condition, dans quelle position ? Délétère croyez moi !
Écris avec la crudité de rigueur, ce livre ne vous laissera pas indifférents, pour ma part je m'y suis plus, découvrant l'auteur dans sa forme primaire si je puis décrire les choses ainsi. À lire donc, si toutefois les spectres flâneurs ne vous effrayent pas ; toutefois si les artères dégoulinantes d'on ne sait quoi, attisent bien plus que votre peur et votre curiosité.. à bon entendeur !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
HababouZoeHababouZoe   23 mars 2020
Il était devenu dingue, il le savait, mais il s’en fichait. La folie était toujours préférable à l’affreuse réalité et constituait un sympathique refuge dans lequel se planquer pour le restant de ses jours. Il passerait désormais son temps en pyjama dans une institution spécialisée à manger des petits pots pour bébés qu’il chierait dans un bac, et ce serait le Paradis.
Commenter  J’apprécie          30
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   22 mars 2020
"Sa surprise n'en fut donc que plus grande quand, après quelques interminables secondes de silence seulement perturbé par le souffle pesant du bûcheron, celui-ci se mit à émettre de sa voix gutturale un gémissement angoissant qu'il cherchait sûrement à rendre attendrissant, mais qui ne faisait que renforcer l'aspect improbable de cette scène."
Commenter  J’apprécie          10
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   22 mars 2020
"Elle se releva péniblement, les poumons en compote et les muscles en charpie, et jeta tout aussi péniblement un coup d'oeil vers son agresseur désormais neutralisé"
Commenter  J’apprécie          20
Erzuli_CapoteErzuli_Capote   22 mars 2020
"J'ai toujours eu le sérieux souci d'être attiré par les plus cinglée de toutes."
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre