AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernard Magné (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782012376434
104 pages
Hachette (05/11/2008)
  Existe en édition audio
3.48/5   131 notes
Résumé :
"Ayant mûrement réfléchi, ayant pris votre courage à deux mains vous vous décidez à aller trouver votre chef de service pour lui demander une augmentation vous allez donc trouver votre chef de service disons pour simplifier car il faut toujours simplifier qu'il s'appelle monsieur Xavier c'est-à-dire monsieur ou plutôt Mr X donc vous allez trouver Mr X là de deux choses l'une ou bien Mr X est dans son bureau ou bien Mr X n'est pas dans son bureau."

Geo... >Voir plus
Que lire après L'art et la manière d'aborder son chef de service pour lui demander une augmentationVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,48

sur 131 notes
Lecteurs, êtes-vous prêts pour le grand marathon ? Alors, on inspire…on expire…et on y va !
Car s'il est toujours difficile d'avoir "l'art et la manière d'aborder son chef de service pour lui demander une augmentation", avec Georges Perec, la situation se corse d'autant plus qu'il n'y pas de ponctuation…
Sans virgule, ni point-virgule, ni point de suspension, encore moins d'exclamation, et donc sans point du tout, son récit, qui a tout d'une démonstration, est une seule et grande phrase s'alignant gentiment sur près de 80 pages.
Mais ah quelle phrase !
Une phrase qui recense toutes les possibilités qui pourraient advenir si d'aventure vous souhaitiez demander une augmentation à votre chef de service.
Est-il dans son bureau ? Ou non ? Et que faut-il faire s'il ne s'y trouve pas ? Attendre dans le couloir ? Aller voir Mlle Yolande ? «Faire le tour des différents services dont l'ensemble constitue tout ou partie de l'organisation qui vous emploie »?...
Une multitude d'éventualités, options, choix et autres alternatives que le génial Perec, avec un esprit tout mathématique doublé d'une imparable logique et d'une délicieuse fantaisie, inventorie point par point, évaluant à l'infini les divers obstacles rencontrés (et Dieu sait s'il y en a !) pour aviser ce fameux chef de service.
Répétitions, reprises, recommencements sempiternels - toutefois jamais à l'identique - offrent une lecture jubilatoire, rythmée, énergique, entraînante, vivifiante, revigorante…bref réjouissante.

Adepte des jeux littéraires, des contraintes grammaticales et des exercices de style aussi ardus que farfelus, l'auteur de la « Disparition » - véritable tour de force dans lequel la voyelle « e » n'apparait jamais - nous entraîne dans une folle équipée, une course effrénée qui nous laisse, au terme de la démonstration, certes un peu essoufflés mais avec le visage fendu jusqu'aux oreilles d'un grand sourire de reconnaissance.
Livre ludique s'il en est, « L'art et la manière… » n'en dépeint pas moins avec une ironie fine les petites aberrations d'une entreprise au fonctionnement souvent surréaliste.

Deux fois primé, en 1965 avec son premier roman « Les choses », puis en 1978 pour son chef-d'oeuvre « La vie mode d'emploi », membre de l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle) au côté de Raymond Queneau et d'Italo Calvino, Georges Perec (1936-1982) réalise encore une fois une remarquable épreuve littéraire, un travail synthétique, analytique, aussi olympien qu'« oulipien ».
Ecrit en 1968, ce petit ouvrage a conservé une modernité, une fraîcheur et un allant qui, pour « simplifier car il faut toujours simplifier », est un régal d'humour et d'esprit.
Commenter  J’apprécie          796
Avec un texte aussi facétieux que l'illustre Georges Pérec nous sert, il va sans dire que des situations cocasses pleuvent dans cette pièce où le comique de répétition a largement sa part. "L'augmentation", c'est l'histoire du parcours du combattant qu'est appelé à connaitre un modeste employé dans une grande entreprise et qui s'emploie à utiliser tous les arguments et stratagèmes possibles et imaginables pour bénéficier (lui et pas les autres !) d'une augmentation auprès de son chef. C'est tout à la fois, beau, intelligemment pensé, malicieux, épatant mais aussi féroce et cruel ...
Bref, l'univers du travail dans toute sa splendeur et ses travers, et c'est drôle.
Commenter  J’apprécie          614
Ne tournons pas autour du pot, c'est un ratage monumental.

Paru en 1968, L'Art et la manière... appartient au mouvement de l'OuLiPo, dont l'un des principes réside dans l'écriture sous contrainte. Ici, la contrainte se situe pour Pérec dans le défi de faire de son texte la transcription littéraire d'un organigramme décisionnel, directement inspiré de celui d'une entreprise existante. Son objectif, déclare l'auteur lui-même, est « d'arriver à un texte réellement linéaire donc totalement illisible ».

De fait, ce bref ouvrage n'y va pas par quatre chemins : reproduit en encart dans le livre, l'organigramme en question vaut déjà son pesant de cacahuètes. Mais surtout, il donne naissance à un texte de quatre-vingt pages se composant en tout et pour tout d'une seule et même phrase dénuée du moindre signe de ponctuation. Voilà déjà à n'en pas douter quelque chose qui pourrait bien faire frémir le lecteur dès l'instant où il se saisit du livre pour lire la quatrième de couverture et par voie de conséquence le pousser à se demander tout en le feuilletant d'un air faussement nonchalant s'il aura vraiment le courage de lire une prose pareille surtout qu'il se sent un peu las en ce moment voire à tout simplement reposer le livre sur le rayonnage de la librairie sans même l'ouvrir et bien entendu sans l'acheter ce qui constituerait en somme la démonstration exacte de ce que souhaitait faire Pérec en l'écrivant à savoir la preuve qu'il est possible de produire un texte si parfaitement illisible que personne ne s'essayera seulement à tenter de le lire prouesse qui reconnaissons-le n'est pas permise à tout le monde j'en sais quelque chose moi qui peine déjà au bout de seulement quelques lignes aussi profitons de l'occasion pour revenir plus sagement au sujet de ce billet.

Pérec pensait accoucher d'un texte illisible : c'est en cela que réside selon moi le caractère incontestable du ratage.

Non seulement son livre est tout à fait lisible, et à vrai dire sans le moindre effort, mais il constitue même un moment de joie pure, de jubilation littéraire intense et de franche poilade. C'est d'une absurdité délicieuse et parfaitement rationnelle, ça déborde d'un humour pince-sans-rire qui ne peut laisser indifférent. En refermant cet opuscule, nul n'oubliera plus jamais l'importance fondamentale qu'il y a à savoir si Mr x se trouve ou non dans son bureau. Car de deux choses l'une, ou il y est ou il n'y est pas, et il n'est après tout pas interdit de penser en frappant à sa porte que votre vie tout entière pourrait bien s'en trouver changée.
Commenter  J’apprécie          4117
Comme à son habitude la critique de TiriNoiret de ce court récit mais cette longue phrase de Perec va analyser le rapport de la narration avec le temps ou alors il va à travers le thème de la répétition dévoiler le rapport de l'écrivain à son geste d'écriture à moins qu'il ne déduise du geste de l'écriture le facteur de transformation du temps réel avec celui de la lecture elle qui n'a rien à voir avec la durée de l'écriture ni celle du vécu du héros c'est à dire vous oui oui vous qui tâchez de lire vite fait ce court livre qui pas de chance revient sans cesse à son début à sa situation de départ à l'absence d'augmentation première fonction des fonctions narratives de Vladimir Propp tandis que vous vous vieillissez vous vieillissez tellement qu'il sera bientôt temps de prendre votre retraite retraite qui pourrait se baser sur un salaire sans augmentation augmentation que pourtant vous ne cessez de réclamer mais que le récit vous refuse en vous ramenant toujours à la case départ devant le bureau de votre chef qui s'il est absent vous vous égarez dans les couloirs ou discutez le bout de gras avec une collègue s'il est présent vous vous dissolvez mais comment avez vous pu vieillir autant en lisant un récit de moins de 100 pages et en être toujours là où vous étiez en en commençant la lecture en omettant de lire l'organigramme du début ce qui a causé ce piétinement de l'intrigue et cette dilatation temporelle

Vous voilà prévenu, ne lisez pas cette critique sans queue ni tête.
Trop tard ? Tant pis ! Joyeuses fêtes !
Commenter  J’apprécie          276
Voici la description la plus drôle, la plus absurde et, pourtant, combien réelle des affres d'un employé qui souhaite solliciter une augmentation de salaire.

On se croirait dans le monde de Raymond Queneau. Un petit bijou de non sens. Sans un seul signe de ponctuation.

Premier livre lu chez Georges Perec et assurément pas le dernier.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation

... des considérations que l'on finirait par trouver oiseuses parmi lesquels nous citerons donc la bonne humeur de mlle Yolande la fraicheur des oeufs l'inaristophagisme du chef de service l'absence de rougeole ces conditions remplies l'on admettra plus volontiers que votre chef de service vous reçoive et qu'il ne trouve pas a priori illégitime que vous lui réclamiez une augmentation lui-même ne passe-t-il pas son temps à essayer d'en obtenir
une de mr z néanmoins il est bien connu qu'aucun chef de service n'accorde
d'augmentation ni même n'envisage avec un semblant de sérieux la question ...
Commenter  J’apprécie          120
[Incipit.]

Ayant mûrement réfléchi ayant pris votre courage à deux mains vous vous décidez à aller trouver votre chef de service pour lui demander une augmentation vous allez donc trouver votre chef de service disons pour simplifier car il faut toujours simplifier qu'il s'appelle monsieur xavier c'est-à-dire monsieur ou plutôt mr x donc vous allez trouver mr x là de deux choses l'une ou bien mr x est dans son bureau ou bien mr x n'est pas dans son bureau si mr x était dans son bureau il n'y aurait apparemment pas de problème mais évidemment mr x n'est pas dans son bureau vous n'avez donc guère qu'une chose à faire guetter dans le couloir son retour ou son arrivée mais supposons non pas qu'il n'arrive pas en ce cas il finirait par n'y avoir plus qu'une seule solution retourner dans votre propre bureau et attendre l'après-midi ou le lendemain pour recommencer votre tentative mais chose qui se voit tous les jours qu'il tarde à revenir en ce cas le mieux que vous ayez à faire plutôt que de continuer à faire les cent pas dans le couloir c'est d'aller voir votre collègue mile y que pour donner plus d'humanité à notre sèche démonstration nous appellerons désormais mlle yolande mais de deux choses l'une ou bien mlle yolande est dans son bureau ou bien mlle yolande n'est pas dans son bureau si mlle yolande est dans son bureau il n'y a apparemment pas de problème mais supposons que mile yolande ne soit pas dans son bureau en ce cas étant donné que vous n'avez pas envie de continuer à faire les cent pas dans le couloir en attendant l'hypothétique retour ou l'éventuelle arrivée de mr x une seule solution s'offre à vous faire le tour des différents services dont l'ensemble constitue tout ou partie de l'organisation qui vous emploie puis retourner chez mr x en espérant que cette fois il est arrivé or de deux choses l'une ou bien mr x est dans son bureau ou bien mr x n'est pas dans son bureau.
Commenter  J’apprécie          10
... donc vous allez trouver mr x de là deux choses l'une ou bien mr x est dans son bureau ou bien mr x n'est pas dans son bureau si mr x était dans son bureau il n'y aurait apparemment pas de problème mais évidemment mr x n'est pas dans son bureau vous n'avez donc guère qu'une chose à faire guetter dans le couloir son retour ou son arrivée mais supposons...
Commenter  J’apprécie          40
a-t-on jamais vu un chef de service s'intéresser à une idée que lui propose un de ses subordonnés au mieux il y voit pour lui-même une suggestion intéressante qu'il va s'empresser d'aller proposer à son chef à lui p. 43
Commenter  J’apprécie          30
Si vous ne voulez pas attraper ma rougeole mieux vaut ne pas aller demander une augmentation à votre chef de service
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Georges Perec (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perec
En 1981, l'écrivain Georges Perec livrait ses 20 choses à faire avant de mourir. Et vous, quelles sont les vôtres ?
#litterature #todolist #franceculture _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
autres livres classés : oulipoVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (321) Voir plus



Quiz Voir plus

Je me souviens de Georges Perec

Quel était le nom d'origine (polonaise) de Georges Perec ?

Perecki
Peretz
Peretscki
Peretzkaia

15 questions
111 lecteurs ont répondu
Thème : Georges PerecCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..