AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757866276
192 pages
Éditeur : Points (14/09/2017)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :
1957. Georges Perec a vingt-et-un ans. Il est un étudiant (en histoire) qui n’étudie plus. Il voudrait écrire, n’y parvient guère. En juin 1956, il commence une psychanalyse. Fin juillet 1957, il part pour la Yougoslavie. Le 8 septembre, à peine revenu, il rédige dans l’urgence un roman tout imprégné de son expérience yougoslave, L’Attentat de Sarajevo. C’est un galop d’essai mené au galop. C’est, littéralement, son premier « Cinquante-trois jours ». Tel Stendhal di... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
boubili
  07 avril 2020
Premier roman de Perec mais publié à titre posthume, l'attentat de Sarajevo est presque une histoire d'amour, mais une vraie histoire de jalousie.
A Paris, le narrateur rencontre un yougoslave et tombe sous le charme de sa maitresse. Il est sur que cet amour naissant et réciproque. Quelques mois plus tard, il la rejoint à Belgrade. Va-t-il réussir à la séduire et à se débarrasser de son rival ?
En parallèle, Perec raconte l'attentat de Sarajevo qui a coûté la vie à l'archiduc François-Ferdinand en 1914.
Ce roman avait été refusé à l'époque par les éditeurs. Je ne peux que comprendre pourquoi. C'est assez faible, je n'ai pas accroché à cette histoire.
Commenter  J’apprécie          30
francoisvaray
  30 janvier 2017
Dans la Yougoslavie de Tito, une histoire d'amour magnifique entre l'auteur et Mila, une Yougoslave dont un autre homme est épris. Stendahlien, bouleversant, fin et fougueux à la fois, ce premier roman retrouvé 60 ans après est étonnant de maîtrise
Commenter  J’apprécie          60
gielair
  14 septembre 2018
Il s'agit ici d'une oeuvre de jeunesse de Georges Perec dont le tapuscrit a récemment été mis à jour par la cousine germaine de l'auteur, Ela Bienenfeld, qui veille à la publication des écrits de Perec. Une oeuvre de jeunesse, mais aussi une oeuvre toute personnelle où l'auteur de retour d'un voyage à Belgrade, la capitale yougoslave en 1957, où il avait suivi un groupe d'intellectuels et d'artistes duquel il s'était approché, narre une aventure de déception amoureuse en la plaçant en parallèle avec un événement bien réel celui-là, l'attentat contre l'archiduc François-Ferdinand. le voyage à Sarajevo sera celui d'un idéaliste qui se lance à la conquête d'un coeur déjà pris. Il veut séduire Mila, compagne de Branko, déjà par ailleurs marié. le protagoniste fomentera également son attentat, l'élimination de Branko par personne interposée.
Le Georges Perec de vingt et un ans n'a pas l'habileté d'écriture qu'il développera par la suite, mais il utilise ici un artifice qui reviendra plus d'une fois dans son oeuvre, l'écriture en contrepoint de deux univers. Comme le souligne Claude Burgelin en préface de cette édition, il demeure pertinent pour un perecquien amateur (ce que je crois bien être) de plonger dans la lecture du premier roman abouti de Perec pour y trouver ici et là des traces presque imperceptibles de ce que deviendra son écriture.
Lien : http://rivesderives.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Bibliobs   12 mai 2016
Son «Attentat de Sarajevo» se donne des allures de thriller psychologique à la première personne.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   12 mai 2016
Je rencontrai Branko pour la première fois à Paris un soir de novembre. C’était au Dôme, je crois, ou au Select, enfin dans l’un de ces cafés de Montparnasse que les étrangers, je ne sais pourquoi, aiment tant. J’étais là en compagnie de quelques Yougoslaves que je connaissais plus ou moins, et nous buvions du vin rouge en parlant de n’importe quoi, histoire d’attendre qu’il soit l’heure d’aller dormir. Je ne sais d’ailleurs plus très exactement à quelle occasion j’étais là, mais si je commence à me perdre dans de telles considérations je ferais mieux de partir tout de suite de ma tendre enfance (c’est parfaitement ridicule). Bref, j’écoutais un médecin qui venait faire un stage de perfectionnement en France me parler de la lutte contre la tuberculose en Macédoine. Au bout d’une demi- heure, mon médecin partit. Je me tournai alors vers le reste du groupe, cherchant une conversation intéressante à laquelle je puisse me mêler. Mais, à part une discussion orageuse en serbe, il n’y avait qu’une fille décrivant les beautés touristiques du Calvados à un ingénieur qui n’y comprenait pas grand- chose, bref, rien qui soit susceptible de me passionner. C’est alors que je remarquai, un peu à l’écart, un homme qui, je crois bien, m’avait été présenté quelques minutes auparavant, lorsque j’étais en train d’écouter le médecin ; j’avais vaguement levé la tête et fait bonsoir d’un air distrait. Il semblait s’ennuyer. Je me levai et vins m’asseoir à sa table. Pendant tout le reste de la soirée, nous restâmes ensemble. Il était professeur et venait en France pour un an préparer une thèse. Nous parlâmes d’énormément de choses, d’une manière assez nonchalante au début, puis avec de plus en plus de chaleur au fur et à mesure que nous nous découvrions des vues communes. Cette conversation, que j’avais entreprise par pure politesse, ne tarda pas, à ma grande surprise, à devenir passionnante, au point que nous nous isolâmes à peu près complètement des autres pour la poursuivre plus tranquillement. Vers une heure toutefois, je jugeai qu’il était temps pour moi de rentrer. Je pris son adresse et lui promis de lui rendre bientôt visite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NievaNieva   06 décembre 2016
Et ce n'est pas sans une sorte de terreur que je prends conscience que plus j'avance, plus j'approche du dénouement, plus alors il m'est difficile de me souvenir. Comme si j'allais à reculons, comme si ces jours, pas tellement lointains au fond, n'avaient existé qu'à la condition d'être oubliés...
Commenter  J’apprécie          30
AwanAwan   29 mai 2018
il dévoilait dans un grand élan de confiance, avec cette naïveté spontanée qu'ont toujours les êtres qui se rejoignent après s'être longtemps cherchés. Ca ressemblait peut-être à la dernière rencontre de Frédéric et de Madame Arnoux (ce qui, d'ailleurs, ne serait pas très flatteur pour moi !), c'était peut-être touchant, ou faux, ou ridicule, que sais-je ?
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   01 décembre 2016
Maintenant, il m'est un peu difficile de me rappeler ce que je ressentis lorsque, quelques minutes après être sorti de la librairie, je me trouvai en face de Mila. Que l'on me comprenne, je l'ai tellement connue depuis, tellement regardée. Il me semble curieux qu'elle ait pu être un jour une étrangère que je rencontrai pour la première fois.
Commenter  J’apprécie          10
gielairgielair   14 septembre 2018
Elle me glissait sans cesse entre les doigts, échappait toujours à la définition dans laquelle je tentais de l'encercler. C'est peut-être en partie pour cela que j'en devins amoureux.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Georges Perec (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perec
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Le dernier des Camondo" de Pierre Assouline, Éditions Folio "Les Camondo ou L'éclipse d'une fortune" de Nora Seni et Sophie le Tarnec , Éditions Babel "La rafle des notables" de Anne Sinclair, Éditions Grasset "Pourquoi les Juifs ?" de Marek Halter, Éditions Michel Lafon "Je rêvais de changer le monde" de Marek Halter, Éditions J'ai lu "Ellis Island" de Georges Perec, Éditions POL "Il est de retour"de Timur Vermes, Éditions 10/18 "Le charlatan" de Isaac Bashevis Singer, Éditions Stock "La Source" de James A. Michener, Éditions Robert Laffont
+ Lire la suite
autres livres classés : belgradeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Je me souviens de Georges Perec

Quel était le nom d'origine (polonaise) de Georges Perec ?

Perecki
Peretz
Peretscki
Peretzkaia

15 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : Georges PerecCréer un quiz sur ce livre