AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020496933
85 pages
Éditeur : Seuil (31/03/2001)
3.58/5   105 notes
Résumé :
Un cabinet d'amateur n'est pas seulement la représentation anecdotique d'un musée particulier : par le jeu de ces reflets successifs, par le charme quasi magique qu'opèrent ces répétitions de plus en plus minuscules, c'est une œuvre qui bascule dans un univers proprement onirique où son pouvoir de séduction s'amplifie jusqu'à l'infini, et où la précision exacerbée de la matière picturale, loin d'être sa propre fin, débouche tout à coup sur la Spiritualité vertigineu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 105 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
0 avis

Herve-Lionel
  11 avril 2014
N°487– Décembre 2010.
Un cabinet d'amateur – Georges Perec - Balland.
Les familiers de Perec pourraient probablement émettre des doutes au seul énoncé du titre de ce roman, se demandant où l'auteur de « La vie mode d'emploi » voulait bien les emmener une fois encore. L'exergue puisée chez Jules Verne donnait à penser qu'il allait s'agir de tableaux, mais attention, notre auteur à la fois érudit et génial provocateur n'aime rien tant que d'embarquer son lecteur dans un univers où lui seul possède la clé ! Il ne faut pas non plus perdre de vue sa parenté plus que naturelle avec Boris Vian qui, lui aussi excellait dans cet exercice. Il convient donc d'aborder ce livre avec circonspection, mais surtout en évitant de trop faire montre de préjugés puisque, bien qu'il s'agisse d'un roman, c'est à dire d'une fiction, il recèle des détails techniques, historiques et érudits qui font qu'il ne peut être autre chose que véridique !
Si on en croit Perec, « Un cabinet d'amateur » est une toile du peintre américain d'origine allemande, Henrich Kürz. Elle fut exposée pour la première fois en 1913 à Pittsburg en Pensylvanie (USA), mais passa quasiment inaperçue à cause de la présence, ce jour-là, de critiques célèbres et de collectionneurs illustres parmi lesquels Hermann Raffke, riche amateur d'art. L'exposition fut néanmoins un franc succès pour les autres artistes. On s'intéressa à partir de ce moment-là d'un peu plus près au tableau de Kürz notamment à cause de la notice, par ailleurs anonyme, du catalogue. Grâce à une description grandement laudative, on apprit qu'elle représentait Raffke lui-même, entouré des tableaux de sa collection. Dès lors on se passionna pour ce peintre inconnu. Ainsi organisa-t-on, la semaine suivante, une présentation de l'oeuvre dans une pièce qui reprenait la topographie exacte des lieux décrits dans le tableau de Kürz.
En réalité, Perec, s'est inspiré d'une tradition picturale ancienne pratiquée notamment par le peintre flamand du XVII° Guillaume van Haecht. Dans une série de mises en abyme, il emmène son lecteur où il veut, c'est à dire dans une sorte de maelström où la mise en scène le dispute au culte du plus petit détail et où le faux, qui est toujours possible en peinture, voisine avec les informations les plus crédibles, s'appuyant notamment sur des articles de la presse spécialisée de l'époque. Cela est rappelé par le papier d'un critique dont le thème était «  Toute oeuvre est le miroir d'une autre », ce qui constitue un terrain de réflexion intéressant en matière d'art et l'occasion d'une mise en perspective passionnante ! Il mettait l'acte de peindre le « cabinet d'amateur » dans une sorte de jeu de miroirs comme une « dynamique réflexive » au terme de laquelle l'oeuvre d'un artiste nourrit et inspire celle des autres.
Comme toujours, j'ai bien aimé, même si, je dois l'avouer, je me suis laissé un peu emporté, en me demandant où Perec voulait bien en venir, avec l'énoncé de cette liste un peu longue et très technique qui ressemble, pendant de nombreuses pages, davantage à un catalogue de vente à l'usage d'un commissaire-priseur ou d'acheteurs potentiels ! L'effet labyrinthique, bien dans l'esprit de la philosophie pataphysicienne, est justement obtenu par la rédaction de l'index de la deuxième vente initiée après la mort de Raffke. Les précisions techniques apportées par l'auteur en font un documents crédible et, de page en page, Perec réussit à convaincre son lecteur qu'il a entre les mains la description d'une collection authentique et qui d'ailleurs fait référence en matière d'art. Un véritable effet de trompe-l'oeil où le spectateur est à la fois mystifié et séduit par ce qu'il perçoit.
Il faut attendre la dernière ligne du dernier paragraphe de cette « histoire d'un tableau » pour en avoir le fin-mot, c'est à dire le mot de la fin.
La circonspection du début était donc parfaitement justifiée autant d'ailleurs que la référence à Vian puisque, à l'occasion de ce roman, il me souvient de l'exergue de « L'écume des jours » ainsi rédigée « Cette histoire est entièrement vraie puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c'est un procédé avouable s'il en fut.»

©Hervé GAUTIER – Décembre 2010.http://hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
POY1
  08 mai 2020
George Pérec m'a bien eu !

En lisant son Cabinet d'amateur, je me suis demandé ce qu'il cherchait à faire. Tout au long de ces pages, j'ai lu, subi, la description de tableaux de toutes les époques et de tous les mouvements, ainsi que les brochures de mise aux enchères. Quelle déception pour moi, alors que j'avais été ravi de ma première lecture de Pérec, la Vie mode d'emploi. Déçu, jusqu'à la dernière page où là je découvre… mais je n'en dirai pas plus.

Pérec aime brouiller les pistes. Comme des amateurs, laissez-vous porter jusqu'au bout de ce cours roman d'un écrivain qui aime jouer avec ses lecteurs.
Commenter  J’apprécie          110
Mimimelie
  20 mai 2018
1913 Nous sommes à Pittsburgh en Pennsylvanie, ville peuplée d'une forte minorité d'origine allemande, le peintre local Heinrich Kürz participe avec un tableau nommé « un cabinet d'amateur », à une manifestation Cette toile « un cabinet d'amateur », représente une pièce dans laquelle trois des murs sont entièrement recouverts de tableaux ; parmi lesquels le peintre a représenté sa propre toile, effet ripolin de la représentation dans la représentation … voilà voilà.
Une sorte de mystification potache façon sapeur Camember, mais…. « à thèse » quand même !.
Et puis ces listes qui n'en finissent pas… érudites, certes, mais… oh ! combien pénibles à mon goût… je croyais relire « La vie mode d'emploi ».
… et puis la fin ok il ne faut pas la dévoiler, mais quand même … faut être pas vraiment futé pour ne pas la deviner…
Mais quand même, au delà du propos poursuivi ici, cela a évoqué chez moi une tite réflexion sur l'accumulation, la collection, la juxtaposition et la rencontre d'éléments a priori hétéroclites de et dans nos vies…. Pas si mal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lDavidl
  23 septembre 2015
Voilà Perec dans un nouvel effet de style, à mon goût malheureusement raté. Celui-ci se mit en tête de traiter d'une collection de tableaux, chose qui durant les 30 premières pages est assez intéressante (puisque s'appuyant sur la description de ceux-ci). Pourtant le reste de ce tout petit livre m'a vraiment ennuyé, traitant essentiellement de l'histoire des tableaux. J'avais un peu l'impression de lire une succession de noms propres, de dates et de prix; un peu comme si je lisait une liste de commandes ou de courses. On connait la passion de Perec pour les listes, en étant un fervent amateur, mais celle-ci m'a vraiment ennuyé. Au final, s'il n'avait pas contenu que 80 pages, j'en aurais très certainement sautées - n'en déplaise à mes habitudes. Sans doute faudrait -il pousser à fond l'étude de ce livre, en décortiquer les moindres détails pour savourer le travail de Perec, mais le lire rapidement n'a pas vraiment d'intérêt selon moi (il vaut mieux se rabattre sur un de ses autres romans).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
petitours
  09 novembre 2010
Il y a des écrivains qui ont de la trempe, d'autres qui ont du style, d'autres qui ont du flair. Pérec lui a du génie. Avec cette écriture totalement dénuée de fioriture, presque sèche parfois, comme peut l'être un exercice oulipien ou une démonstration mathématique, il nous emmène dans un jeu intellectuel déroutant. Il y a quelque chose de Borges, et en même temps cela se lit comme un polar où les personnages principaux sont des tableaux (critique inachevée)
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
lanardlanard   17 juin 2014
Le matin du jeudi 2 avril 1914, Hermann Raffke fut trouvé mort. Ses obsèques eurent lieu huit jours plus tard selon un protocole qu'il avait très précisément décrit dans son testament et qui prolonge d'une façon quelque peu macabre certaines des analyses de Lester Nowak. Son corps, naturalisé par le meilleur taxidermiste de l'époque, que l'on fit venir tout exprès du Mexique, fut revêtu de la robe de chambre grise à liséré rouge qu'il portait sur le tableau de Kürz, et installé dans le même fauteuil que celui dans lequel il avait pris la pose. Fauteuil et cadavre furent alors descendus dans un caveau qui reproduisait fidèlement, mais à un échelle sensiblement réduite, la pièce où Raffke avait accroché les toiles qu'il préférait. Le grand tableau de Heinrich Kürz en occupait tout le mur du fond. Le mort fut placé en face du tableau dans une position très exactement semblable à celle qu'il y occupait. A la droite du tableau, à l'emplacement correspondant au portrait de Bronco McGinnis, on disposa sur un chevalet un portrait en pied représentant Hermann Raffke lui-même, un portrait exécuté une quarantaine d'années auparavant, alors que le brasseur séjournait en Égypte, et qui le montrait sur fonds d'oasis, vêtu d'un costume de flanelle impeccablement blanc, les mollets pris dans des guêtres de toile grise, et coiffé d'une casque colonial. Puis le caveau fut scellé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gielairgielair   14 juin 2020
Nombreux sont sans doute les visiteurs qui tiendront à comparer les oeuvres originales et les si scrupuleuses réductions qu’en a données Heinrich Kürz. Et c’est là qu’ils auront une merveilleuse surprise : car le peintre a mis son tableau dans le tableau, et le collectionneur assis dans son cabinet voit sur le mur du fond, dans l’axe de son regard, le tableau qui le représente en train de regarder sa collection de tableaux, et tous ces tableaux à nouveau reproduits, et ainsi de suite sans rien perdre de leur précision dans la première, dans la seconde, dans la troisième réflexion, jusqu’à n’être plus sur la toile que d’infimes traces de pinceaux : Un cabinet d’amateur n’est pas seulement la représentation anecdotique d’un musée particulier ; par le jeu de ces reflets successifs, par le charme quasi magique qu’opèrent ces répétitions de plus en plus minuscules, c’est une oeuvre qui bascule dans un univers proprement onirique où son pouvoir de séduction s’amplifie jusqu’à l’infini, et où la précision exacerbée de la matière picturale, loin d’être sa propre fin, débouche tout à coup sur la Spiritualité vertigineuse de l’Éternel Retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
StefEleaneStefEleane   30 juillet 2012
Au milieu de ces productions colossales dont les publicités fracassantes couvraient des pages entières de magazines, l'exposition de peintures, qui se tint d'avril à octobre dans les salons de l'hôtel Bavaria, faillit bien passer inaperçue .
Commenter  J’apprécie          50
petchpetch   22 novembre 2012
[...] le peintre a mis son tableau dans le tableau, et le collectionneur assis dans son cabinet voit sur le mur du fond, dans l'axe de son regard, le tableau qui le représente en train de regarder sa collection de tableaux, et tous ces tableaux à nouveaux reproduits, et ainsi de suite sans rien perdre de leur précision dans la première, dans la seconde, dans la troisième réflexion, jusqu'à n'être plus sur la toile que d'infimes traces de pinceaux [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MimimelieMimimelie   20 mai 2018
…il ne fallait pas s’y tromper : cette œuvre était une image de la mort de l’art, une réflexion spéculaire sur ce monde condamné à la répétition infinie de ses propres modèles.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Georges Perec (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perec
Mary Dorsan Méthode éditions P.O l': où Mary Dorsan tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Méthode", et où il est question notamment d'une ergothérapeute et de la souffrance au travail, de la différence ou de la confusion entre narrateur, un personnage de roman et un auteur, d'un permanence syndicale et d'une manifestation du premier mai, de Méthode Sindayigaya et de Georges Perec, du furur et du conditionnel, de souffrance au travail et d'hôpital, à l'occasion de la parution de"Méthode" aux éditions P.O.L à Paris le 29 avril 2021. "Méthode est un homme humilié. Ce récit est sa revanche. Mais il ignore tout de mon travail. Il ne me reste que l'écriture. Comment supporter autrement la grande douleur et la solitude de tant d'hommes et de femmes ?"
+ Lire la suite
autres livres classés : oulipoVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Je me souviens de Georges Perec

Quel était le nom d'origine (polonaise) de Georges Perec ?

Perecki
Peretz
Peretscki
Peretzkaia

15 questions
98 lecteurs ont répondu
Thème : Georges PerecCréer un quiz sur ce livre

.. ..