AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234061245
Éditeur : Stock (30/01/2008)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Dimanche 1er octobre. Une journée comme les autres aux Bégonias, maison de retraite de la banlieue parisienne. Il est 9h15. Nini, la vieille excentrique attend la visite de sa petite Camille, sous l'oeil attendri et bienveillant de Josy, l'auxiliaire de vie cartomancienne. Louise Alma ressasse quatre-vingt-douze années de souvenirs. Jocelyne Barbier, la bureautière, et Marthe Buissonnette, la femme du pasteur, reprennent leur querelle quotidienne. Robert Leboeuf cou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
marina53
  13 novembre 2014
Les Bégonias, un bien joli nom pour une maison de retraite. Et pourtant, c'est à reculons et un peu penaud que Jean-François franchit les portes de cet établissement aux côtés de sa femme. Parce qu'il devait choisir entre elle et sa maman, il a cédé aux caprices de sa femme. Alors, ils ont pris rendez-vous avec Philippe Drouin, le directeur. Et c'est en cet agréable dimanche d'octobre qu'ils vont visiter la future et probable dernière demeure de sa mère...
Pourtant, elle ne va pas s'ennuyer ici. Entre Nini, l'excentrique et la râleuse qui ne cesse d'appeler l'infirmière pour tout et n'importe quoi; le capitaine Dreyfus toujours à bord de son bateau et qui rêve de s'échappper; Louise qui a eu une vie bien remplie et dont la fille s'est exilée au Ghana; Jocelyne, la buraliste que son fils a installé ici; Marthe, la femme du pasteur qui a trouvé en Louise une fidèle amie; Thérèse, la silencieuse et la timide sur laquelle Monsieur Leduc semble avoir des vues, La Baronne atteinte d'Alzheimer dont le mari éperdument amoureux est aux petits soins... Il y a aussi Josy, la femme de ménage cartomancienne, Christiane, l'infirmière, toujours à l'écoute... Des journées remplies de petits riens, d'attentes, d'espoir...
Bienvenue aux Bégonias où l'on passe une journée en compagnie de tous ces résidents. Camille de Peretti nous offre un roman empli de tendresse et d'émotion. Entre les souvenirs remémorés d'une vie bien remplie, les photos jaunies cornées, les mains ridées à peine effleurées, le couinement des déambulateurs sur le lino, la messe du dimanche à la télé, les visites écourtées, la maladie et la mort qui approche, cette résidence est malgré tout un lieu plein de vie où chacun se raccroche à un fil, fut-il tenu. Tantôt drôle tantôt plus dramatique, l'on écoute patiemment et avec une certaine empathie les souvenirs de ces petits vieux et l'on découvre les raisons de leur présence ici. Ce roman vraiment touchant mais sans être larmoyant dépeint, en cette seule journée d'octobre, ces petits moments du quotidien, à la fois délicats et émouvants où se mêlent joie, solitude, amour et amitiés. L'on referme ce roman avec un petit pincement au coeur, l'impression de laisser ces résidents seuls... et pourtant, l'on tourne la page pour aller vivre notre vie...
Nous vieillirons ensemble... une belle promesse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          651
myloubook
  01 octobre 2008
Avec ce roman, nous pénétrons au coeur d'une maison de retraite où nous découvrons le quotidien monotone des résidents et le travail, non moins routinier, des membres du personnel. Passant un dimanche en compagnie des retraités et de leur entourage, le lecteur ira de surprise en surprise, ne s'ennuyant pas une seconde entre le lino taupe moucheté de gris, les déambulateurs et les croque-monsieur (éventuellement) mixés. Chez Nini, vieille enfant exubérante dont les caprices ont fini par insupporter sa filleule Camille, La Baronne, dont les infidélités passées hantent un mari attentif, Madame Barbier, ancienne bureautière au grand coeur, Madame Alma, grande dame très populaire, son amie Marthe à la langue de vipère ou le Capitaine et M. Leboeuf, amoureux transi, les passions se déchaînent, les alliances se forment et les cancaneries ne manquent pas. Entre les repas, les pauses au patio, la messe sur France 2, Voici et les visites familiales, les résidents voient peut-être le temps passer mais le lecteur, lui, ne s'ennuie pas !
La vieillesse et ses vicissitudes sont bien sûr dépeintes dans ce roman qui, bien que dévoilant les malheurs et les faiblesses de beaucoup, reste léger et amusant. Portant un regard lucide sur les personnes âgées et leurs proches, Camille de Peretti parvient à aborder avec humour et tendresse un sujet sensiblement triste. le remord des enfants, l'amour et la répulsion ressentis face à la maladie et la mort ne sont pas en reste dans ce livre profondément humain qui, pourtant, est souvent terriblement amusant. Les personnages ne s'apprécient guère et s'observent tour à tour, nous dévoilant les faiblesses des uns et autres et offrant un regard global qui rend chacun d'entre eux au final très attachant.
Lien : http://www.myloubook.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mimienco
  19 septembre 2009
4ème de couverture: Dimanche 1er octobre. Une journée comme les autres aux Bégonias, une maison de retraite de la banlieue parisienne. Il est 9 h 15. Nini, la vieille excentrique, attend la visite de sa petite Camille, sous l'oeil attendri et bienveillant de Josy, l'auxiliaire de vie cartomancienne. Louise Alma ressasse quatre-vingt-douze années de souvenirs. Jocelyne Barbier, la bureautière, et Marthe Buissonette, la femme de pasteur, reprennent leur querelle quotidienne.
Robert Leboeuf couvre Thérèse Leduc d'un regard plein d'espoir. le capitaine Dreyfus prépare sa grande évasion... Et les familles des résidents accomplissent, bon gré mal gré, leur devoir dominical. La vie s'écoule doucement entre joie et souffrance, amitié et solitude, amour et ennui, maladie et envie. Camille de Peretti propose, avec son acuité habituelle, une immersion insolite et bouleversante dans l'univers singulier des maisons de retraite.
Mon avis : coup de coeur.
Voilà un roman qui a été un vrai coup de coeur ! Camille de Peretti plonge son lecteur au coeur d'un lieu qui évoque pour la majeure partie des gens la mort, l'ennui, la vieillesse : une maison de retraite.
Alors oui ! Camille de Peretti avec son écriture vive et ironique aborde brièvement des questions difficiles comme la dépendance, la démence, la solitude… Mais en aucun cas elle ne bâtit son roman sur ces problématiques. Au contraire à chaque chapitre qui s'attache à un lieu, un moment et un personnage précis, elle nous raconte l'histoire des résidents, leurs sentiments, leurs souvenirs, leurs rapports à leur famille…
C'est touchant, drôle, des fois un peu triste mais c'est avant tout un roman très humain qui raconte la vie !
Lien : http://laboitealectures.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michoko
  26 octobre 2011
Avec ce livre on pénètre dans l'intimité d'une maison de retraite. On côtoie la vieillesse, la maladie, la peur, la solitude, la mort... mais aussi l'amour qui ne s'éteint jamais.
J'ai aimé ce livre, je l'ai trouvé touchant. Je me suis attachée aux personnages, j'aurais aimé les suivre encore plus longtemps.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   13 novembre 2014
Là où défilent les mines déconfites des familles, une boîte d'orangettes enrubannée sous le bras, là où se pressent les souliers des infirmières et des médecins, piluliers à la main. Là où serpentent les rumeurs et les dernières mesquineries de ceux qui s'accrochent à leur fil, là où se déversent les chagrins et où naissent les ultimes joies offertes par l'acharnement thérapeutique. Les souvenirs de vies ô combien différentes se terminent tous ici, de la même façon.
Oui, cela pourrait se terminer ainsi, au bout du couloir, dans l'angle, juste avant le tournant à droite. En face de l'ascenseur qui monte vers les autres étages. Là où d'autres petites vieilles et d'autres vieillards dorment, avec leurs photographies jaunies enfermées à double tour dans leurs armoires. Dans la répercussion des souffles entrecoupés de tous ceux-là qui ne sont pas encore morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
marina53marina53   13 novembre 2014
Camille ne reste jamais une heure entière, elle pense que Nini n'a plus la notion du temps. Mais Nini a un sablier d'amour greffé dans le cœur, et il indique toujours que c'est trop court.
Commenter  J’apprécie          390
marina53marina53   14 décembre 2014
Les gens tiennent à la vie plus qu'à n'importe quoi, c'est même marrant quand on pense à toutes les belles choses qu'il y a dans le monde.
Romain Gary, La vie devant soi
Commenter  J’apprécie          211
marina53marina53   18 novembre 2014
Les sensations ne sont rien que ce que le cœur les fait être.
Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
Commenter  J’apprécie          300
marina53marina53   14 novembre 2014
Quand la vie ne tient plus qu'à un fil, c'est fou le prix du fil.
Commenter  J’apprécie          370
Videos de Camille de Peretti (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille de Peretti
Payot - Marque Page - Camille de Peretti - le sang des mirabelles
autres livres classés : maison de retraiteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2035 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre