AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781021010452
180 pages
Éditeur : Tallandier (03/05/2018)
4/5   2 notes
Résumé :
Peu de régions auront autant que l'Andalousie sollicité l'imagination et le rêve. Peut-être même est-elle la région d'Europe où les vérités et les légendes ont fait le plus de ravages dans les esprits parfois les plus éminents.
On a fini par attribuer à toute l'Espagne certains de ses traits : les patios, le flamenco, Carmen, les gitans, les courses de taureaux, l'architecture hispano-mauresque, la fiction d'un lieu où chrétiens, juifs et musulmans auraient v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pecosa
  26 février 2021
L'Andalousie, ses Gitans, ses toreros, ses danseuses de flamenco, Carmen, les contes de l'Alhambra d'Irving, caractéristiques et clichés devenus peu à peu associés à l'Espagne toute entière.
Dans cette étude qui se lit d'une traite, l'historien Joseph Pérez s'attaque aux « Vérités et légendes » associés au passé des trois grandes villes que sont Séville, Grenade et Cordoue.
De la Bétique à l'Andalousie, Pérez part de l'Espagne telle qu'on la perçoit au XIXè siècle pour arriver à l'Espagne médiévale et bien sûr à al-Andalus qui reste au coeur de sa démonstration, ce mythe de la "convivencia ». Al-Andalus éden perdu des trois religions et des trois cultures a ici du plomb dans l'aile et sa thèse n'est pas sans rappeler l'ouvrage de l'arabisant Serafín Fanjul (Al Andalus, l'invention d'un mythe)
Dans cet ouvrage assez différent donc de ce qu'on a pu lire chez l'Espagnol Juan Vernet (Ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne) l'auteur montre que cette vision du passé relève du fantasme plus que de la réalité
Andalousie est un essai succinct mais fort intéressant qui offre des pistes de lecture et des points de vue divergents et montre de quelle manière s'est construit le mythe d'une province espagnole très ancrée dans l'imaginaire européen, parce qu'on a voulu en faire assez rapidement la préfiguration du multiculturalisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5314


critiques presse (1)
LeMonde   25 mai 2018
L’historien rétablit dans sa complexité le devenir tumultueux de la province espagnole, du califat à l’Europe, du folklore à l’entrée dans la modernité.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   26 février 2021
La littérature dite aljamiada du XIVè siècle est le fait de mudéjares ou de juifs qui écrivent en langue romane (romance), mais utilisent l’écriture arabe ou hébraïque. on connait ainsi, en hébreu, des manuscrits des Proverbes moraux de don Sem Tob (1290?-1360), rabbin de Carrión, et les Strophes de Yoçef -en arabe, le poème de Yùçuf; autrement dit, l’histoire de Joseph vendu par ses frères. C’est à propos de Juan Ruiz, l’archiprêtre de Hita, auteur du Livre du bon amour (XIVè siècle), que la polémique sur le mudéjarismo s’est concentrée. Juan Ruiz était-il aussi imprégné de culture musulmane qu’on l’a dit? Il a pu connaître par des traductions beaucoup de contes orientaux qu’il inclut dans son poème sous forme d’apologues: ce que pourrait être notamment le cas pour Calila et Dimna . L’influence du Collier de la Colombe sur le même Juan Ruiz serait aussi problématique. Il s’agit de l’oeuvre d’un poète cordouan, Ibn Hazm (994-1064), en partie autobiographique, qui constitue en vingt-neuf chapitres une sorte de traité sur l’amour et les amants. Plus sérieuse parait la thèse soutenue par Asin en 1919, sur les sources arabes de la Divine Comédie de Dante. Le lien serait un livre, L’Echelle de Mahomet, dont on connait trois versions: une en français, les deux autres en latin, toutes trois faites à partir d’une traduction en castillan de l’original arabe que le roi Alphonse X avait commandée à son médecin juif Abraham Alfaquin (al-Hakim).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PecosaPecosa   27 février 2021
La victoire de Grenade a eu un retentissement extraordinaire dans toute la chrétienté; on y a vu la revanche sur la prise de Constantinople par les Turcs en 1453. Partout on célèbre l'évènement. A Paris, on imprime le récit d'un témoin oculaire; on chante le Te Deum de même qu'à Londres. C'est en Italie que les festivités sont les plus nombreuses et les plus fastueuses; A Naples, au palais de Castel Capuano, Sannazaro fait jouer deux pièces, La Prise de Grenade et Le Triomphe de la renommée. A Rome, où l'on apprend la nouvelle le 2 février, les cloches sonnent dans toutes les églises; on organise des feux d'artifice; on se rend en procession de Saint-Pierre à Saint-Jacques-des-Espagnols; le pape Innocent VIII célèbre une messe solennelle et donne sa bénédiction aux fidèles. Les réjouissances se poursuivent jusqu'à la fin du mois d'avril: tournois, joutes, récitations publiques, concerts, distributions de repas et de boissons; sur la place Navona, on construit une tour de bois et l'on simule le siège de Grenade; des défilés représentent les rois Catholiques dans un carrosse avec Boabdil à leurs pieds; l'Espagnol Rodrigue Borgia -qui, six mois plus tard, sera élu pape sous le nom d'Alexandre VI-offre une course de taureaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
PecosaPecosa   24 février 2021
Ce n'est pas un hasard si la corrida se développe plus particulièrement à ces trois moments privilégiés: la fin du XVIIIè siècle, la fin du XIXè et le régime de Franco. Il s'agit à chaque fois de périodes de crise où l'Espagne s'interroge sur la voie à suivre: refus des réformes imposées d'en haut par l'élite éclairée, difficile installation d'une monarchie constitutionnelle qui coïncide, en 1898, avec la perte des dernières colonies, et enfin victoire d'un régime pour lequel les Lumières, les libertés publiques et la démocratie sont incompatibles avec l'essence de l'Espagne. Chaque fois, la modernisation est présentée comme contraire à la tradition; pour la rejeter, on en appelle au peuple contre lés élites qui prétendent lui imposer des institutions ou des coutumes inspirées par l'étranger, contraires, par conséquent, au génie de la nation. Chaque fois aussi, la corrida est proposée comme conforme à la tradition -typical spanish, dira t-on, vers 1960- et, en même temps qu'elle, des formes de divertissement jugées "populaires".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          206
PecosaPecosa   23 février 2021
L'exemple le plus caricatural de cette Espagne antichambre de l'Orient est offert au public français lors de l'Exposition universelle de Paris, en 1900. Les Espagnols ne voulaient pas entendre parler d'un pavillon qui aurait présenté les pires clichés sur l'Andalousie; ils redoutaient à juste titre une "espagnolade". Mais les Français y tenaient. Devant le refus des Espagnols, ils créèrent une société par actions, qui se chargea de financer un pavillon intitulé "L'Andalousie au temps des Maures". Les décors en étaient Grenade, Cordoue et Séville. On avait reconstitué l'Alcázar, la Giralda -où l'on pouvait monter à dos d'âne-, l'Alhambra. Bien entendu, on voyait défiler des toreros, des brigands, des Gitanes qui chantaient du flamenco et qui dansaient des zambras. Le comble du ridicule, c'était l'affiche sur laquelle figurait un charmeur de serpents! Les organisateurs avaient confondu Séville et Marrakech...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
PecosaPecosa   22 février 2021
Chateaubriand a mis l'Alhambra à la mode, mais, depuis le XVIè siècle au moins, les Espagnols étaient fascinés par la Grenade des derniers émirs. Ce n'est pas Mérimée qui a créé l'Espagne de Carmen; il s'est contenté d'en tirer une nouvelle que Georges Bizet a mis en musique, mais cette Espagne -là -celle des majos, des Gitans, des toréadors- était née dans la seconde moitié du XVIIIè siècle. Ce sont encore des Espagnols qui ont imaginé une Espagne musulmane tolérante et ouverte. Hispanistes et voyageurs étrangers ont développé ces thèmes; il les ont parfois poussés jusqu'à la caricature, mais ils ne les ont pas inventés. Du XVI siècle à nos jours, a ainsi pris forme une Espagne méridionale plus orientale qu'européenne: l'Andalousie telle que nous croyons la connaître aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Lire un extrait
autres livres classés : Andalousie (Espagne)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2335 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre