AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757808429
416 pages
Éditeur : Points (03/04/2008)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 70 notes)
Résumé :
A Madrid, le capitaine Alatriste, profite l'époque d'accalmie pour assister à la nouvelle pièce de Tirso de Molina. A la fin, il retrouve Maria de Castro dans les coulisses, et la belle actrice s'offre à lui. Sa liaison lui vaut bientôt de s'attirer les foudres d'un jaloux, le roi Philippe IV en personne. En restant fidèle à son amour, le capitaine va se mettre à dos toute la couronne d'Espagne.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Arakasi
  08 janvier 2016
Le capitaine Alatriste a un coeur. Franchement, qui l'aurait cru ? Et ce coeur bat pour une belle garce de comédienne qui lui donne – quelle générosité ! – ce qu'elle ne fait que vendre aux autres. le problème, c'est que le capitaine n'est pas le seul homme à quêter les faveurs de la dame et certains de ses nombreux prétendants ne sont pas partageurs. Or celle-ci a attiré les regards de Philippe IV lui-même, roi futile plus intéressé par le jupon que par les affaires d'état. Voici la comédienne devenue chasse gardée ! Mais le capitaine ne veut pas en démordre : nus dans un lit roi et valet se valent et malheur à celui qui voudrait le dissuader de continuer de fréquenter sa belle ! Bien entendu, son obstination et son sens de l'honneur rigide le mettront vite dans une situation intenable. D'autant plus que de vieux ennemis rôdent dans la place et que quelques coups d'épée pourraient suffire à transformer le marivaudage en drame sanglant…
Youhou, un tome de presque 400 pages, Pérez Reverte fait des efforts ! (Marre d'avoir des tout petits bouquins, j'aime les gros pavés, moi) Et un bon tome en plus toujours aussi immersif et délicieusement dépaysant. C'est l'occasion de découvrir de nouvelles facettes des personnages, notamment de l'ombrageux capitaine dont on devine l'étendue de la solitude par la façon acharnée dont il s'accroche à sa belle maitresse. La personnalité de son petit page Iñigo se développe également ainsi que sa liaison avec le venimeuse Angelica d'Alquezar, une vraie petite Milady en bouton. le tout donne un agréable mélange d'histoires galantes, d'intrigues politiques et de complots emberlificotés. Au vu du titre, « Corsaires du Levant », le suivant se déroule en mer : que du plaisir en perspective !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
Fahred
  08 avril 2017
Même critique pour l'ensemble de la série des aventures du capitaine Alatriste :
Chacun des tomes relate une aventure distincte. Les épisodes se suivent néanmoins, on y retrouve un certain nombre de personnages récurrents.
Cette série est à la fois un hymne à l'Espagne du XVIIe siècle (notamment à Madrid superbement dépeinte) et un bel hommage aux romans de cape et d'épée d'antan !
Quel héros magnifique que ce Diégo Alatriste ! Ancien soldat devenu mercenaire, il n'est pas "capitaine" au sens militaire du terme, mais il impose un tel respect à ses compagnons d'armes, que son surnom n'a rien d'usurpé. Ses aventures nous sont narrées par son jeune disciple, Inigo Balboa, fils d'un ancien compagnon d'armes d'Alatriste. le jeune Inigo vénère le capitaine presque autant que moi !
Arturo Perez-Reverté est un grand admirateur de Dumas. Moi aussi ! Avec "les trois mousquetaires", "les aventures du capitaine Alatriste" sont les meilleurs romans de cape et d'épée que j'ai eu le plaisir de lire.
Personnellement je n'ai pas lu les épisodes les uns à la suite des autres, j'ai toujours laissé du temps entre chaque aventure (souvent, comme en ce moment, contraint et forcé d'attendre la parution du prochain épisode !). le premier épisode n'est pas le meilleur, loin de là, mais il "plante le décor". J'ai également trouvé les 6 et 7 un peu moins bon. Je pense que l'auteur doit maintenant achever sa série (j'ai entendu dire qu'il prévoyait encore 2 épisodes) et nous offrir le duel final tant attendu avec l'ennemi juré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elyan
  09 août 2017
Une découverte des aventures du capitaine Alatriste. Étant amateur des romans de cape et d'épée, l'ambiance est assez sympathique de ce coté là. Mais j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. La tournure des phrases est longue, alambiquée, on se perd dans tous les noms et récits de ces auteurs de théâtre dont certains sont morts, d'autres non, d'autre en désuétude... sans qu'on arrive bien à retracer l'intérêt de cette description très détaillée pour l'ensemble de l'histoire. Et on a parfois passablement envie de secouer Inigo de Balboa dans sa relation avec Angelica de Alquezar, tant on a parfois mal pour lui de ce faire manipuler ainsi.
Bref, avis mitigé sur ce roman, dont l'aspect "Cape et épée" est par contre bien réussit.
Commenter  J’apprécie          20
Folfaerie
  15 avril 2010
Dans ce cinquième volet, une autre facette du caractère du capitaine nous est révélée. Cette fois, Alatriste s'oppose à son roi pour les beaux yeux d'une femme. C'est qu'il a des principes, on ne plaisante pas avec l'honneur. Il va devoir également batailler contre ses ennemis de toujours, dont le cruel Bocanegra, et se tirer d'un très mauvais guêpier qui risque de lui coûter sa tête. Pendant ce temps, Inigo va connaître sa première et dangereuse nuit d'amour auprès de cette diablesse d'Angelica, qui ne sera pas sans conséquences sur la vie de notre héros. un seul regret, l'omniprésence de cette jeune beauté fatale qui m'agace...
Commenter  J’apprécie          20
Aurelie3594
  25 octobre 2013
Un très bon Alatriste. Peut être le meilleur de la série à mon sens. D'habitude je trouve les phrases de perez reverte très longues et alambiquées, dans ce volume le style est beaucoup plus lisible et enfin j'ai été complètement happée dans cette Espagne avec ses rois, ses comploteurs et ses bandits.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   13 mars 2016
Diego Alatriste était d’une humeur massacrante. On jouait une nouvelle comédie au théâtre de la Croix, et il était là, sur la côte de la Vega, en train de se battre contre un quidam dont il ne connaissait même pas le nom. La première représentation d’une pièce de Tirso de Molina était un grand événement dans la capitale. Toute la ville remplissait la cour de comédie ou faisait la queue dans la rue, prête à se chercher querelle pour des motifs raisonnables tels qu’un fauteuil ou une place debout, et non pour une vétille telle qu’une bousculade fortuite au coin d’une rue comme c’était présentement le cas: rien que de fort ordinaire au demeurant, dans ce Madrid où la coutume voulait que l’on dégainât comme d’autres se signent. Sacrebleu, monsieur, regardez un peu devant vous. Regarde donc toi-même, si tu n’es pas aveugle. À Dieu ne plaise, monsieur. À Dieu ou au diable. Ce tutoiement inopportun du personnage – un jeune gentilhomme facilement irascible – rendait le duel inévitable. Je vous invite, monsieur, à me donner du «tu» autant que vous voudrez à quatre pas d’ici sur la côte de la Vega, avait dit Alatriste en passant deux doigts sur sa moustache. Avec épée et dague, si vous êtes assez bien né pour avoir un instant à me consa-crer. Apparemment, l’autre l’avait. Et donc ils étaient là, sur le versant dominant le Manzanares, après avoir marché ensemble comme deux camarades sans échanger un mot ni tirer prématurément leurs bonnes lames qui maintenant s’entrechoquaient vigoureuse-ment, cling! clang!, en reflétant le soleil vespéral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
GrouchoGroucho   04 janvier 2018
Tant il est vrai que dans cette Espagne singulière qui était la nôtre, extrême dans le bien comme dans le mal, nul médecin n'était puni pour avoir tué un malade à force de saignées et d'incompétences, nul homme de loi ne perdait son office du fait de ses intrigues, nul commis du roi ne se voyait privé de son privilège pour s'être servi dans les coffres ; mais que l'on ne pardonnait pas à un poète de s'égarer dans ses vers et de ne point trouver le mot juste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
GrouchoGroucho   16 janvier 2018
- Je vous souhaite bonne chance, capitaine... Et si, quelque jour, on veut vous pendre ou vous donner du garrot, appelez-en au roi... Dorénavant, vous avez le droit d'être décapité comme un hidalgo et un gentilhomme.
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho   16 janvier 2018
- Bien que le plus grand danger soit encore Alatriste lui-même, ironisa-t-il, comme s'il devinait ma pensée. Tu ne crois pas ? ... Guadalmedina et Saldana rossés, deux argousins occis, un autre qui ne vaut guère mieux, et tout cela en moins de temps qu'il n'en faut pour réciter un Pater Noster...
[...]
- Ce n'est pas une épée que porte ton maître, conclut-il, c'est une faux.
Commenter  J’apprécie          00
GrouchoGroucho   04 janvier 2018
L'escrime, quand vie ou santé sont en jeu, requiert de garder la tête froide en plus d'un bon poignet, sous peine que la colère ou toute autre disposition d'esprit s'échappe du corps en même temps que l'âme par quelque boutonnière imprévue dans le pourpoint.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Arturo Pérez-Reverte (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arturo Pérez-Reverte
En quête de bons livres à lire ? Découvrez l'actualité de Babelio et les livres du moment en vidéo.
Ce mois-ci, on s'est intéressés aux couvertures de livres, et surtout, à ce qui fait qu'un livre peut d'abord nous attirer à travers sa couverture. En début de vidéo, Pierre et Nicolas reviennent sur une étude Babelio sur le livre en tant qu'objet, et vous proposent quelques exemples de livres dont ils ont particulièrement apprécié les couvertures dernièrement. le reportage suit cette idée, avec le témoignage d'un libraire et de trois lectrices, qui nous expliquent leur rapport aux couvertures des livres qu'elles lisent et achètent.
Retrouvez aussi une présentation des différents défis de lecture 2020 sur Babelio, ainsi que nos interviews récentes…
0:01 Présentation du sujet par Pierre et Nicolas Notre étude sur l'aspect physique des livres : https://babelio.wordpress.com/2018/10/15/couvertures-quatriemes-de-couvertures-bandeaux-quen-pensent-les-lecteurs/ Notre liste (très subjective) des 25 plus belles couvertures de livres de 2019 : https://babelio.wordpress.com/2019/12/30/les-plus-belles-couvertures-de-livres-de-2019/ Les livres présentés : Ben Marcus, ‘L'Alphabet de flammes' : https://www.babelio.com/livres/Marcus-Lalphabet-de-flammes/575718 Jean-Marie Blas de Roblès, ‘Dans l'épaisseur de la chair' : https://www.babelio.com/livres/Blas-de-Robles-Dans-lepaisseur-de-la-chair/953393 Capucine et Simon Johannin, ‘Nino dans la nuit' : https://www.babelio.com/livres/Johannin-Nino-dans-la-nuit/1109603 Jamey Bradbury, ‘Sauvage' : https://www.babelio.com/livres/Bradbury-Sauvage/1111399 Patrice Gain, ‘Le Sourire du scorpion' : https://www.babelio.com/livres/Gain-Le-Sourire-du-scorpion/1191031
8:46 Reportage à la librairie la Manoeuvre, Paris 11e Les livres présentés : Neely Tucker, ‘Seules les proies s'enfuient' : https://www.babelio.com/livres/Tucker-Seules-les-proies-senfuient/1158845 Kim Un-Su, ‘Sang chaud' : https://www.babelio.com/livres/Kim-Sang-chaud/1182330 D.B. John, ‘L'Etoile du Nord' : https://www.babelio.com/livres/John-Letoile-du-nord/1098431 James Carlos Blake, ‘Crépuscule sanglant' : https://www.babelio.com/livres/Blake-Crepuscule-sanglant/55986 Erik Orsenna, ‘L'Exposition coloniale' : https://www.babelio.com/livres/Orsenna-Lexposition-coloniale/12746 Trevanian, ‘Shibumi' : https://www.babelio.com/livres/Trevanian-Shibumi/91361 Gérard Mordillat, ‘Quartiers de noblesse' : https://www.babelio.com/livres/Mordillat-Quartiers-de-noblesse/1199025 Roxane Gay, ‘Hunger' : https://www.babelio.com/livres/Gay-Hunger/1204139 Valérie Manteau, ‘Le Sillon' : https://www.babelio.com/livres/Manteau-Le-sillon/1048733 Manu Larcenet, ‘Thérapie de groupe' : https://www.babelio.com/livres/Larcenet-Therapie-de-groupe-tome-1--Letoile-qui-danse/1192698 Toni Morrison, ‘Beloved' : https://www.b
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Arturo Pérez-Reverte ?

De quelle nationalité est-il ?

espagnole
argentine
colombienne
mexicaine

8 questions
113 lecteurs ont répondu
Thème : Arturo Pérez-ReverteCréer un quiz sur ce livre