AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Valérie Dayre (Traducteur)
EAN : 9782844208408
282 pages
Editions Thierry Magnier (15/05/2010)
3.65/5   23 notes
Résumé :
Asha, Reet et leur mère doivent aller vivre à Calcutta dans la famille de leur père, parti chercher du travail à New York. Bientôt, elles le rejoindront, c'est sûr. Les mois passent, loin de Dehli, rien n'est pareil, les filles ne font plus ce qu'elles aiment. Le départ pour New York est sans cesse reculé. La charge est lourde pour l'oncle qui les héberge. Il faut marier Reet. Un vieil homme se présente. Asha est désespérée pour sa soeur, elle va chercher une soluti... >Voir plus
Que lire après En attendant New YorkVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Baba, Ma et leurs deux filles, Asha et Reet, vivent une existence paisible à Calcutta. Les deux filles sont éduquées dans une école anglaise et tout va pour le mieux jusqu'au jour ou Baba perd son emploi. Bien décidé à assumer sa famille, il décide de partir aux USA pour trouver un poste d'ingénieur. En effet, l'Inde souffre d'une instabilité politique qui n'est pas favorable à l'embauche.

Durant son absence, il est convenu qu'Asha, Reet et leur mère Sumitra (Ma) vivraient à Delhi chez le frère de Baba. le voyage ne se fait pas sans stress. En effet, les filles laissent beaucoup plus qu'une maison derière elles, elles laissent leurs amis, leur éducation, leurs privilèges et leur confort. Pour ne pas être des fardeaux dans la maison de leur oncle, elles aident au ménage, à la cuisine et aux devoirs. A leur grand désespoir, les télégrammes de Baba arrivent au compte goutte et il n'a pas encore déniché cet emploi qui leur permettrait de partir pour New York. Chez l'oncle, les tensions s'installent et les nouvelles arrivantes sentent qu'elles sont un poids économique dont tout le monde ce serait bien passé.

Pour tromper l'attente, Asha écrit dans son journal intime, fait la connaisance de Jay (le voisin de son oncle), aide aux devoirs de ses petites cousines et dispense des cours de maths à son cousin Raj. Elle l'aide également avec ses entrainements sportifs de criquet et de tennis. Reet, quand à elle, essaie d'ignorer la masse de prétendants qui se pressent devant la porte de son oncle tandis que Ma attend avec impatience le prochain télégramme de son mari.

Malheureusement la pression financière devient plus forte et l'on décide de marier Reet à un bon parti. Asha est révoltée par cette décision, par le fait qu'elle sera probabement séparée de sa soeur, par le manque de révolte de Reet. Elle va donc redoubler d'ingénuosité pour éviter à sa soeur un mariage de convenance.

C'est un beau livre sur l'Inde, sur sa situation politique en 1975 et sur la condition de la femme. La famille est dirigée par l'homme car c'est lui qui maintient financièrement ses proches. Suite au départ de Baba pour les USA, l'oncle d'Asha doit donc assumer 3 femmes supplémentaires à celle de son ménage et, financièrement, cela s'avère difficile.

A travers ce livre, on constate l'inégalité homme/femme. Les femmes ayant les moyens de faire des études sont de réelles privilégiées. Dans ce roman, le seul à pouvoir faire des études est Raj. Les femmes n'ont pas le droit de se promener seules, de mettre des shorts, de faire du sport, de choisir leur mari, de se remarier une fois veuve. Bref, il n'est pas toujours facile d'être une femme en Inde. Sans parler des castes et de l'honneur familial.

Ce fut une bonne lecture, sans pour autant être un coup de coeur. L'écriture est fluide et le livre est rédigé sous forme de journal intime.

Sumitra, que ses deux filles appellent Ma, est dévastée par le départ de son mari en Amérique. Elle n'est guère appréciée de sa belle-mère qui lui reproche de ne pas venir de la même classe qu'elle. Une fois chez son beau-frère, on la sent s'enfoncer dans une dépression dont elle ne sort qu'à de courtes périodes.

Reet, est la plus agée et la plus belle de ses deux filles. Chaque apparition de Reet provoque un défilé de prétendants faisant le pied de grue devant la maison de leur oncle. Elle n'a pas envie de se marier mais n'est pas prête à désobéir à son oncle et à infliger à sa mère une déception supplémentaire. Pour elle, la beauté n'a aucune importance, seul la bonté d'âme compte. de temps en autre, je l'aurais bien secouée pour qu'elle réagisse. Cependant, je comprends qu'elle souhaite suivre les traditions et ne pas déshonorer son nom.

Asha est une petite fille extraordinaire qui a beaucoup prit sur elle, qui se fait rabrouer et dénigrer en permanence (elle n'est pas assez jolie, n'a pas assez de formes, n'est pas assez féminine, pas assez polie,…Bref pas assez!!!). Elle voue à son père un amour infini et essaie de faire ce qu'il y a de mieux pour sa famille. Elle ira même au-delà de ce dont j'aurais été capable. Une belle leçon de vie, un livre qui démontre qu'il faut croire en ses rêves même si en réaliser certains signifie faire une croix définitive sur d'autres.

Lien : http://feelisa.be/2015/12/en..
Commenter  J’apprécie          31
Un très beau roman sur la condition de la femme en Inde, dans une époque qui pour moi est toute récente, le milieu des années 70.
Alors que nous avions vécu depuis un moment mai 68, et que toutes les libertés s'ouvraient à nous, les jeunes femmes indiennes, notamment des castes importantes, étaient encore soumises au poids de traditions ancestrales très strictes.
Impossible de se marier tant que l'aînée ne l'était pas. Obligation d'attendre qu'un homme (forcément plus âgé que la jeune fille) fasse sa demande en mariage, par l'intermédiaire des hommes de la famille.
Interdiction de sport pour les filles sitôt la puberté. Interdiction d'adresser la parole à un garçon.
Obligation pour les femmes de se soumettre à la femme du fils aîné.
Interdiction pour les veuves de manger viande et poisson le restant de leur vie, et obligation de ne plus porter que du blanc, comme si elles étaient déjà mortes aussi. etc ...
Et comme souvent dans les cas de soumission de la femme, ce sont les autres femmes qui sont le plus sévères et qui surveillent le plus les manquements.

Tout ceci présenté au travers d'un roman extrêmement agréable et facile à lire. Je l'avais lu il y a quelques années, sans bien m'en souvenir, et j'ai eu grand plaisir à le relire.
Après le tour de l'Inde en 80 trains, je retourne donc en Inde, pour une promenade plus limitée dans l'espace, mais qui m'a nettement plus intéressée, que j'ai trouvée bien plus prenante.

Deux jeunes filles doivent quitter Delhi, où elles vivaient heureuses, scolarisées dans une bonne école. Suite au départ de leur père parti chercher du travail à New York, elles vont avec leur mère vivre provisoirement dans la famille du père à Calcutta, famille qui a très mal accepté la mère, issue d'une famille pauvre.

Raconté par la plus jeune des filles, et la plus révoltée, on voit se dérouler, entre deux trains, une année d'espoirs et de désespoir, une année qui les voit grandir plus vite quelles ne devraient.
Quand ça va trop mal, Asha se confie à son journal intime, infime lien qui la relie à son père, qui lui offrait chaque année un carnet fermant à clé.

Avec en filigrane, juste évoquée, la situation politique au moment du durcissement du gouvernement d'Indira Gandhi.

L'autrice connait bien son sujet, puisque née à Calcutta, elle a émigré avec sa famille en Amérique.

Ça se lit très facilement, on y apprend beaucoup et ça fait pas mal réfléchir.
Un très bon roman, pour ado et pour adultes. Mais lisible il me semble même par les plus jeunes.
Lien : http://livresjeunessejangeli..
Commenter  J’apprécie          50
Dans l'Inde des années '70, Asha et Reet, deux adolescentes, attendent avec impatience des nouvelles de leur père parti chercher du travail à New York. Elles séjournent à Calcutta, chez leur oncle paternel, en compagnie de leurs mère, cousins et grand-mère. Et si le père était plutôt libéral, l'oncle est résolument traditionnaliste, cherchant avant tout de bons partis pour ses nièces. Asha, l'aînée et la narratrice de ce beau roman, est partagée entre sens du devoir et désir d'émancipation. C'est finalement son dévouement à sa mère et à sa soeur qui l'emportera, elle fera en sorte de les rendre indépendantes, mais le récit n'est pas manichéen : certains personnages incarnent parfaitement les deux aspects d'une Inde à la croisée des chemins, entre émancipation à l'occidentale et respect des traditions.
Commenter  J’apprécie          30
Très bon roman démontrant qu'en Inde traditions et modernisme ne font pas bon ménage et que cela ne date pas d'hier.
L'auteur traite d'une période dure de l'histoire indienne sur le plan politique et économique.
Même si elle a toujours pratiquement vécu aux Etats-Unis, Mitali Perkins reprend entre autre les souvenirs de ses parents. Elle nous brosse un portrait fidèle d'une jeune fille indienne des années 70.
Commenter  J’apprécie          10
Un livre passionnant et émouvant, découvert par hasard dans la bibliothèque de mon quartier, et qui m'a plu dès les premières pages. Par le biais d'une intrigue intéressante, on en apprend beaucoup sur l'Inde de cette époque, ses castes et sa culture . Bravo à l'auteur ! :)
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Asha, Reet et leur mère doivent aller vivre à Calcutta dans la famille de leur père, parti chercher du travail à New York.

Bientôt, elles le rejoindront, c'est sûr. Les mois passent, loin de Dehli, rien n'est pareil, les filles ne font plus ce qu'elles aiment. Le départ pour New York est sans cesse reculé. La charge est lourde pour l'oncle qui les héberge. Il faut marier Reet. Un vieil homme se présente. Asha est désespérée pour sa soeur, elle va chercher une solution, la moins pire...
Commenter  J’apprécie          10
- Comment pourrait-il t'aimer avant de t'avoir épousée ? demanda Grand-Mère, absolument stupéfaite que la question soit soulevée. Il ne te connait même pas.
Commenter  J’apprécie          50
- Nous avons une femme à la tête du pays, chuchota-t-elle à sa soeur. Pourquoi n'accorde-t-elle pas un peu de pouvoir aux autres femmes ?
- Ce sont précisément les femmes qui sont les plus dures avec leurs semblables, soupira Reet. Tu n'as pas remarqué ?
Commenter  J’apprécie          20
Commenter  J’apprécie          10

Video de Mitali Perkins (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mitali Perkins
Vidéo de Mitali Perkins
autres livres classés : indeVoir plus


Lecteurs (39) Voir plus



Quiz Voir plus

Le textile en s'amusant

Savez-vous quelle est la plus ancienne fibre textile dérivée du pétrole ? Indice : cette matière a rapidement pris sa place dans l'histoire du vêtement féminin.

le nylon
le feutre
le ramie

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Thèmes : textile , Textiles et tissus , industrie , plantations de coton , culture générale , vêtements , habillement , détente , maillot de bain , laine , humour , Chanvre , confection , Fibres textiles , laine , grande-bretagne , histoire , indeCréer un quiz sur ce livre

{* *}