AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352045495
Éditeur : Les Arènes (07/09/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Guyane française, 1923
La forêt vierge, les serpents venimeux, la chaleur étouffante...et le bagne.
L'existence des forçats ne tient qu'à un fil : l'espoir fou de s'évader de cette île du malheur.
Au milieu des ténèbres, deux hommes : l'anarchiste Eugène Dieudonné, incarcéré depuis 10 ans pour un crime qu'il n a pas commis, et le grand reporter Albert Londres, venu « porter la plume dans la plaie » de ce monde inhumain.
Leur amitié va cha... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  21 octobre 2016
« Émanations directes du corps des galères de l'Ancien régime les bagnes (…) d'abord maritimes ou portuaires (…) vont au milieu du XIXe siècle connaitre une orientation radicalement différente. La conjugaison de la révolution industrielle et de l'abolition de l'esclavage va amener le législateur à repenser l'utilisation de la main-d'oeuvre pénale. Ajouté à cela, la grande peur suscitée par les événements de 1848 et la tentation de se débarrasser à bon compte des opposants politiques, voilà grande ouverte la route des colonies pour les bagnards. Après un essai infructueux aux îles Marquises, jugées trop lointaines, et en Algérie, un peu trop près, c'est finalement la Guyane qui est désignée comme colonie pénitentiaire, dans l'article 1 de la loi sur la transportation du 7 mai 1854».
Les conditions de vie au bagne sont tellement épouvantables que les bagnards, qui doivent faire face à la dureté des travaux, aux maladies exotiques et à la malnutrition, ont une durée de vie moyenne qui ne dépasse pas cinq ans. L'anarchiste Eugène Dieudonné, incarcéré depuis dix ans pour un crime dont il est innocent, a tenté de s'évader de cet enfer, mais après avoir été repris, il est condamné à deux ans de réclusion dans un lieu pire encore, l'île Saint-Joseph surnommée « la mangeuse d'hommes » C'est là qu'en 1923, Albert Londres vient le rencontrer.
Dans cet album, imaginé à partir de l'enquête sur le bagne d'Albert Londres (publiée dans le Petit Parisien) - qui a eu pour effet la fermeture de ce lieu de malheur et de souffrance, la réalité des bagnards est parfaitement restituée. En effet, le dessin sombre et les couleurs tranchées de cette fiction historique nous plonge dans l'ambiance oppressante et malsaine du lieu. Et si le texte est souvent court, ce qui illustre plus encore la détresse physique et morale des bagnards, on est éclairé à la fin du livre par des explications historiques, claires et précises. Une vraie réussite pour cette création de Patrick Perna et Fabien Bedouel qui évoque un épisode peu glorieux de notre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          396
Dixie39
  19 décembre 2016
Le bagne. Une réalité qui nous paraît tellement loin. Et pourtant, il y a à peine un siècle, cela existait encore. Ce qui y a mis fin ? Le journalisme d'investigation et sa volonté farouche d'informer dans un soucis de vérité et d'impartialité, en la personne d'Albert Londres.
En 1923, le journaliste débarque au Bagne de Cayenne afin de découvrir la réalité de cette colonie pénitentiaire où sont envoyés, sans distinction, les assassins, les voleurs de pommes, les opposants politiques et tout individu a-social, débarrassant ainsi les honnêtes gens – et le territoire – de la racaille… Loin de France, qui peut bien se préoccuper de ces hommes dont l'espérance de vie ne dépasse pas les cinq ans, dans une nature tellement hostile qu'on en viendrait presque à préférer la cruauté de l'administration pénitentiaire, s'il n'y avait la liberté ?
Personne – ou si peu – avant la publication de l'article d'Albert Londres dans le Petit Parisien.
Le scandale et l'effroi que cela généra dans la population conduisirent à la fermeture du bagne. La république piquée au vif dans son orgueil, honteuse de cette barbarie d'un autre temps, qui s'accorde si peu avec son idéal, mais dont elle s'est si bien accommodée tout ce temps – quel outil merveilleux pour débarrasser la France et ses dirigeants politiques de toute persona non grata ! – jura qu'on ne l'y reprendrait plus. Donc Acte...
C'est cette enquête à travers les liens qui vont se tisser entre Albert Londres et Eugène Dieudonné – anarchiste accusé d'être membre de la bande à Bonnot, sans grandes preuves, mais parce que « ça en fait toujours un de moins» sur le territoire – que mettent en mots, dessins et couleurs Pat Perna et Fabien Bedouel dans ce tome 1 de Forçats : Dans l'enfer du bagne.
L'album est une petite merveille de justesse : l'ambiance est pesante, étouffante, les visages sont durs et sombres, les couleurs utilisées : noir, bleu sombre, métallique, rouge sang, donnent la réalité de ses lieux immondes.
Le texte nous donne à lire l'essentiel et les dernières pages nous apportent des précisions historiques utiles pour mesurer toute la répercussion de l'enquête effectuée par Albert Londres. On oscille entre récit d'aventure et récit historique, avec dans les deux cas, un fort militantisme qui fait écho aux convictions et au combat mené par le journaliste.
Une BD dont j'attendrais avec impatience la suite et que je vais m'empresser de faire connaître autour de moi. Un grand merci aux éditions les Arènes et à Babelio pour ses opérations masse critique.
Lien : http://page39.eklablog.com/f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
trust_me
  12 octobre 2016
« Vous voulez que je vous raconte le bagne ? Alors je vais vous parler de la Guyane. Parce que le véritable enfer n'est pas ici, entre les murs de ce cachot… mais dehors, tout autour. […] On peut dire, sans risquer de se tromper, que la Guyane est juste une putain de forêt vierge où l'homme n'a pas sa place. Pour avoir une chance d'y survivre, il faut se garder des serpents venimeux qui tombent des arbres ou se faufilent entre les herbes hautes de la savane. Des colonnes de fourmis s'y déplacent jour et nuit, dévorant tout sur leur passage. Certaines font deux centimètres de long et leur venin peut tuer un boeuf. Et puis il y a les mouches. Elles vous attaquent, pire que des abeilles et piquent au sang ou pondent leurs oeufs sous la peau, jusqu'à vous rendre dingue. Vous voulez que je vous dise, m'sieur ? Ici pas besoin de barbelés ni de gardiens ».
Ce témoignage est recueilli par le journaliste Albert Londres à Cayenne, en 1923. Il lui est fourni par Dieudonné, membre supposé de la bande à Bonnot envoyé au bagne après un procès inique. Enfermé suite à une tentative d'évasion, Dieudonné se confie et montre à Londres l'innommable réalité d'une vie de bagnard. Une prison à ciel ouvert où l'état français a mis en oeuvre une déportation de masse pour se débarrasser de ses criminels les plus dangereux. Une prison à ciel ouvert où la durée de vie moyenne n'excède pas cinq ans. Une prison à ciel ouvert où l'on paie pour attraper la tuberculose ou la lèpre afin de s'offrir un séjour prolongé à l'infirmerie et s'extraire de l'horreur du quotidien.
« Jamais je n'oublierai ce que j'ai vu ici. Quelle que soit la nature des crimes qu'ils ont commis, ces hommes ne méritent pas le traitement indigne que la république leur inflige. Rien ne justifie qu'on dépossède à ce point un homme de son humanité. La Guyane est une machine à broyer, sans distinction ni remords ».
Je crois que j'ai lu tout Albert Londres dans ma jeunesse. Au-delà de son engagement, de sa vision du journalisme (« notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie »), j'ai adoré son écriture, son lyrisme contenu et sa façon incroyablement puissante de vivre et de raconter chacun de ses reportages. C'est un plaisir de le retrouver ici dans cette libre adaptation de son recueil d'articles « Au bagne », adaptation fidèle à la réalité historique mais prenant parfois les accents d'un roman d'aventure.
Graphiquement, je découvre avec bonheur le trait aiguisé de Fabien Bedouel, ses grands aplats noirs, son bleu profond, son rouge sang, sa façon de retranscrire l'atmosphère suffocante et la violence de la colonie pénitentiaire, l'absence totale d'espoir et de lumière pour les condamnés.
Une plongée dans l'indicible sur les pas d'Albert Londres pour rappeler à quel point Cayenne et son bagne sont à jamais restés une honte pour la France (d'ailleurs l'enquête du journaliste aura un tel retentissement qu'elle aboutira à la fermeture du pénitencier de Saint-Laurent-du-Maroni).

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
Maks
  03 janvier 2017
Nous sommes ici directement plongés dans l'enfer de la jungle Guyanaise, l'album débute par une poursuite après une évasion du bagne.
Tout au long de cette lecture on passe de l'instant présent des personnages, alterné avec des flashbacks sur le pourquoi d'une condamnation.
Les personnages sont bien choisis et représentés avec de fortes personnalités, un plus pour la narration qui trouve donc ce côté très réaliste.
Dépaysement assuré avec des dessins en aplat (sans dégradés) superbement maîtrisés, on sent le grand soin apporté au choix des couleurs ce qui donne évidemment une ambiance très proche de la réalité du vrai paysage (et c'est une affirmation ayant moi même passé plusieurs mois en Guyane française et ayant visité les lieux présents dans la BD, notamment les îles du Salut, Saint-Laurent-du-Maronie ou encore Cayenne.) En lisant et voyant la moiteur des mangroves, on en transpirerait presque tellement le rendu est immersif.
Pour conclure, je conseillerai ce premier tome aux amoureux de la Guyane française, aux férus d'histoire, d'aventure, mais surtout aux amateurs de belles bandes dessinées, j'attend le second tome avec impatience.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Lune
  28 décembre 2016
Dès la première planche, le ton est donné.
Touffeur dans les corps, touffeur dans l'âme, dureté des éléments lors du flash-back racontant la tentative d'évasion de l'anarchiste Eugène Dieudonné condamné injustement au bagne en Guyane.
Nous pénétrons ensuite l'univers entourant les conditions de détention : jusqu'à l'abjection, jusqu'au degré zéro de l'horreur où l'homme perd toute identité.
Les dessins durs, sombres et acérés recréent ce monde parallèle et envoient parfaitement les ondes de la noirceur vécue par ces êtres (du plus petit délinquant au grand criminel) dont le retour était, pour le plus grand nombre, la mort ou la prolongation de leur peine en dehors du bagne où le pire était à venir. La France demeurait lointaine.
Le texte campe, réaliste, les paroles des uns, les citations des autres (l'extrait du réquisitoire du juge condamnant Dieudonné est éloquent d'une époque et de préjugés).
Puis apparaît Albert Londres, grand reporter, LE journaliste à l'éthique rigoureuse et dont la déontologie continue à rappeler en quoi consiste la grandeur du journalisme.
J'aime cette phrase "porter la plume dans la plaie". Elle résume parfaitement le regard que portait Albert Londres sur le monde et les hommes.
Une page d'histoire sociétale, une réflexion sur l'homme, un regard sur la justice, une interpellation sur les agissements de l'homme et de sa réponse à la violence, voilà ce qui ressort de cette bande dessinée qui ne peut laisser indifférent.
Le deuxième tome est vivement attendu.
Merci à Babelio et aux Editions Les Arènes BD
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (5)
ActuaBD   07 février 2017
Un récit aussi prenant qu’intéressant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   23 septembre 2016
Une bande dessinée qui oscille entre le glacial et le spectaculaire, sur un sujet âpre mais si romanesque. Pari réussi.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDZoom   20 septembre 2016
Après leur excellent « Kersten » consacré au parcours étonnant du médecin d’Himmler, le dessinateur Fabien Bedouel et le scénariste Pat(rice) Perna se retrouvent pour un nouveau diptyque qui s’annonce passionnant.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   12 septembre 2016
Œuvre généreuse et angoissante, ce premier volume de Forçats impressionne au premier abord, mais peine à convaincre totalement sur la longueur.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   06 septembre 2016
Les deux auteurs nous proposent une histoire extrêmement bien documentée, avec un travail minutieux pour coller au plus prêt de la vérité et ainsi nous montrer l'intensité extrême de la vie de bagnard, en cette époque pourtant encore si proche de la notre.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Dixie39Dixie39   18 décembre 2016
- Alors Monsieur Londres, que dîtes-vous de cela ? N'est-ce pas une terre paradisiaque ?
- Et bien, je n'ai pas pour habitude de me fier aux apparences, ni aux premières impressions, mais cette forêt au loin semble bien accueillante après 20 jours de mer...
- Ha ha ! Vous avez raison de ne pas vous y fier. Ce pays suinte la crasse et la pourritude par chacun de ses pores. Vous en avez eu un petit aperçu dans les cales de ce navire.
- Je n'ai vu pour l'instant que de pauvres bougres entassés comme du bétail dans des cages.
- Ne soyez pas naïf... N'importe lequel d'entre eux vous égorgerait sur le champ, et sans une once de remords, pour voler votre chapeau.
- Voilà un verdict aussi tranchant qu'une lame de guillotine...
- Vous ne croyez donc pas à la justice de votre pays ?
-Ma foi, contrairement à elle, j'accorde aux hommes le bénéfice du doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 septembre 2017
27 Février, Paris, Rue Nollet.

- Tu m'en veux ?
- Non.
- Est-ce que... tu l'aimes?
- Oui.
- Je l'aime comme je t'aime, toi. D'un amour libre et joyeux. Je sais que tu ne me comprends pas, mais c'est ainsi, Eugène.C'est la société qui a décidé que nous ne devions aimer qu'une seule personne à la fois. Mais c'est impossible. C'est une notion bourgeoise de l'amour. Moi, je suis vivante et je refuse de choisir.
- Je ne sais pas, Louise... J'ai juste... peur de te perdre.
- Mais on ne s'appartient pas, Eugène. Je ne veux pas te posséder, tu comprends ? Pas plus que je ne te laisserai disposer de moi...
- Je veux te choisir à chaque instant, parce que je ne peux aimer que sans compromis ni renoncement... (p. 28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Dixie39Dixie39   17 décembre 2016
Vous voulez que je vous dise, M'sieur ?
Ici pas besoin de barbelés ni de gardiens.
C'est la nature qui fait la loi.
Commenter  J’apprécie          230
palamedepalamede   29 octobre 2016
Je demeure convaincu qu'un journaliste n'est pas un enfant de cœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses.
Notre métier n'est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie.

Albert Londres
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 septembre 2017
On peut dire sans risque de se tromper que La Guyane est juste une putain de forêt vierge où l'homme n'a pas sa place. (p. 5)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Pat Perna (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pat Perna
Tous les quinze jours, le libraire Gérard Collard vous donne rendez-vous en compagnie de Thomas Raymond pour vous proposer leurs coups de coeur, leurs coups de gueule...
RIP, Tome 1 : Derrick : Je ne survivrai pas à la mort de Julien Monier et Gaët's aux éditions Petits à Petits https://www.lagriffenoire.com/124568-achat-bd-rip-t1-derrick-je-ne-survivrai.html
RIP, Tome 2 : Maurice : Les mouches suivent toujours les charognes de Julien Monier et Gaët's aux éditions Petit à Petit https://www.lagriffenoire.com/1012098-achat-bd-rip-tome-2-les-mouches-suivent-toujours-les-charognes.html
Darnand, le bourreau français, Tome 3 de Patrice Perna et Fabien Bedouel / Coloristes : Sandrine Bonini et Ariane Borra aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/1012363-achat-bd-darnand-tome-3---le-bourreau-francais.html
Darnand, le bourreau français tome 1 de Perna Patrice et Bédouel Fabien aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
Darnand, le bourreau français, Tome 2 de Fabien Bedouel, Sandrine Bonini aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/122045-achat-bd-darnand-tome-2.html
Rien n'est noir de Claire Berest aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1011542-romans--rien-n-est-noir.html
Tsugumi Project T01 de Ippatu aux éditions Ki-Oon https://www.lagriffenoire.com/1008405-livres-mangas-tsugumi-project-t01---volume-01.html
Tsugumi Project T02 de Ippatu aux éditions Ki-Oon https://www.lagriffenoire.com/1013724-livres-mangas-tsugumi-project-t02---volume-02.html
Une partie de badminton de Olivier Adam aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1011230-romans--une-partie-de-badminton.html
Les derniers jours de Marlon Brando de Samuel Blumenfeld aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1011538-divers-litterature-les-derniers-jours-de-marlon-b.html
Jamais de Bruno Duhamel aux éditions Bamboo https://www.lagriffenoire.com/103354-bd-jamais.html
#Nouveau contact de Bruno Duhamel aux éditions Bamboo 9782818967270
Parasite de Sylvain Forge aux éditions Mazarine https://www.lagriffenoire.com/144609-nouveautes-polar-parasite.html
La Mémoire des vignes de Ann Mah et Sophie Aslanides aux éditions Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/1009521-divers-litterature-la-memoire-des-vignes.html
Le grand Elysium Hôtel de Timothy Findley aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1010672-poche-le-grand-elysium-hotel.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Une ville, un état

Los Angeles se trouve ....

en Californie
au Texas
en Floride
Je n'en sais rien...

8 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : américain , amérique , états-unis , état , villes , villes américainesCréer un quiz sur ce livre