AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782850258848
237 pages
Éditeur : Fernand Hazan (31/08/2003)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
- La peinture de la fin du XIXe siècle fait apparaître l'enfant d’un œil neuf. Elle cible le naturel enfantin, aux antipodes de l'enfant modèle. Elle s'intéresse à l'enfance comme répertoire de gestes et de postures spécifiques, loin du portrait de famille qui fait poser l'enfant.

Une écriture de l'enfance naît sous le pinceau des peintres, qu'ils se nomment Gauguin, Valadon, Vallotton, Bonnard. Écriture corporelle, faite de mouvements rompus et de li... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
clude_stas
  27 septembre 2014
Toute ma gratitude à Emmanuel Pernoud, professeur d'histoire de l'art contemporain à l'Université Paris 1-Panthéon Sorbonne (en 2012), pour cet ouvrage très complet ! Une de mes formes esthétiques préférées est l'Art brut. Et le dessin d'enfant, quoiqu'en pensent certains grincheux, relève de ce domaine plastique. Il était grand temps que gribouillis, griffonnages et petits bonshommes informes trouvent leur vraie place en histoire de l'art. Par contre, les dénominations m'ont toujours paru stigmatisantes : l'art « des sauvages », l'art « des fous », l'art « des gays », l'art « des femmes », l'art « des enfants »… alors que l'important, c'est que l'art s'en sorte grandi.
Entre 1900 et 1914, de nombreuses expositions, articles, commentaires et reproductions de dessins qualifiés de « naïf » mettent en avant l'expression graphique des enfants. A la même époque, des pédagogues commencent à analyser ce genre de production et les artistes, eux-mêmes en recherche d'une spontanéité du regard pleine de fraîcheur, s'en inspirent tout en enviant leur liberté d'expression. Pourtant, dès les oeuvres de Gustave Courbet ( 1819-1877), les critiques ricanent : les artistes dessinent comme des enfants. En effet, l'apprentissage du dessin se fait à l'école, sous la férule de l'instituteur de la IIIe République, et inculque à l'apprenant un certain concept de l'enfance. « Vous étiez naïf. Aujourd'hui, le dessin que vous maîtrisez vous fait quitter l'enfance ».
Ce livre, un des rares sur le sujet, est très original. Il met en parallèle d'une part une histoire de l'enseignement du dessin, de l'autre, une histoire de ces gribouillages, sans omettre de se pencher sur l'analyse psychologique du dessin d'enfant. Bref, les enfants inventent une abstraction, sans nom, sans message réel, comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir. Mais, surtout, l'auteur brosse l'histoire inédite des relations entretenues par les artistes du début du XXe siècle. Dans ce livre, « le Père Ubu » d'Alfred Jarry et les dessins d'Antonin Artaud dialoguent avec les neuf dessins publiés dans l'Almanach du Blaue Reiter, en 1912, sous le regard bienveillant de Wassily Kandinsky. Celui-ci collectionnait les dessins d'enfant. Klee les citait dans ses oeuvres. Matisse a souvent déclaré : « Il faut être enfant toute sa vie. » Quant à Picasso, il disait qu'il avait dû désapprendre à peindre comme Raphaël pour parvenir à une telle clairvoyance, celle de l'enfance. Evidemment que les artistes sont fascinés par le mirage de l'enfance, d'une innocence présumée, qu'Emmanuel Pernoud resitue dans un contexte historique jusque-là très peu étudié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60


Video de Emmanuel Pernoud (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Pernoud
Vidéo de Emmanuel Pernoud
autres livres classés : naïfVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
843 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre