AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782709665735
230 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (15/01/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
François Hollande avait annoncé que la France n’interviendrait pas au Mali. L’objectif était seulement d’appuyer une éventuelle opération de paix des Nations-Unis pour rétablir l’ordre à Bamako où des mutins avaient pris le pouvoir. Un mois plus tard l’armée française intervient.L’auteur, chercheur, spécialiste des questions africaines et du djihadisme, écoute les partisans de l’opération Serval, les discours, les déclarations d’intention qui balaient toute critique... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Jeanmarc30
  04 février 2020
Une étude brillante sur un sujet d'actualité et qui malheureusement témoigne des dessous sombres des liens entre la France et le continent africain alors que l'enjeu (la lutte contre le djihadisme et ses mouvements radicaux au Mali) est d'importance.
L'oeil averti et expérimenté de l'auteur nous offre un éclairage nouveau et pertinent sur un scandale et enlisement prévisibles.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Jeanmarc30Jeanmarc30   04 février 2020
Dans un tel contexte, on voit à quel point le défi est insurmontable pour l’armée française au Sahel. L’objectif relève tout simplement de la mission impossible. En effet, il consiste à lutter contre des groupes dits terroristes en s’appuyant sur les forces corrompues et prédatrices d’alliés locaux dont les exactions nourrissent et exacerbent les hostilités. En principe, l’armée française est intervenue au Sahel pour ramener l’ordre et sauver des vies face à « l’abomination djihadiste ». Mais en pratique, elle s’est retrouvée à former et équiper des « forces d’insécurité » qui ont grandement contribué à déstabiliser la région, trop souvent en tuant davantage de civils que les terroristes.

De fait, les États faibles de la région jouent un rôle central dans la prolongation des hostilités : soit de façon active lorsque leurs armées tuent des civils et attisent le ressentiment contre les gouvernements en place ; soit de façon passive lorsque l’absence d’État et de services publics de base ne permet pas de protéger la population et légitime l’émergence de contre-pouvoirs qui contestent l’ordre établi sur une base religieuse. Il convient certes de nuancer le tableau. Pour diverses raisons, les armées du Niger et de la Mauritanie se comportent mieux que celles des autres États membres du G5 Sahel, cela sans parler des militaires sénégalais, qui sont réputés être les plus professionnels de la région et qui, néanmoins, n’ont pas été conviés à participer aux combats contre les groupes djihadistes.

La soldatesque tchadienne, elle, constitue un cas un peu à part car le régime du président Idriss Deby, qui est arrivé au pouvoir par la force en 1990, ne s’est jamais complètement départi de son caractère guerrier. À cet égard, il est assez étonnant d’entendre le ministre Jean-Yves Le Drian la présenter régulièrement comme l’armée la plus performante du G5 Sahel. En réalité, les forces tchadiennes s’étaient littéralement écroulées en 2008 ; n’auraient été les bombardements in extremis de l’armée de l’air française à l’époque, Idriss Deby aurait été pris au piège dans son palais présidentiel, encerclé par les insurgés qui étaient arrivés jusqu’aux portes de la capitale Ndjamena. En guise d’armée, la soldatesque du régime évoque plutôt une bande de guerriers et non de militaires : des combattants valeureux, certes, mais peu disciplinés. Connus pour leurs nombreuses exactions, ils ont largement contribué à déstabiliser la Centrafrique voisine, à tel point que les Nations unies ont dû officiellement demander leur départ du pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Jeanmarc30Jeanmarc30   04 février 2020
Aujourd’hui, le constat est à l’échec. Les mouvances djihadistes ont proliféré et étendu leur rayon d’action en dehors du Mali. De plus, les groupes signataires des accords de paix conclus à Alger en 2015 n’ont pas désarmé. Enfin, les violences intercommunautaires se sont multipliées, le banditisme de grand chemin sévit toujours et l’État malien continue d’avoir une présence très faible en dehors des grandes villes. La question maintenant est de savoir si, pour l’armée française, il vaut mieux rester en vain, sans être en mesure d’améliorer la situation, ou bien se retirer, pour se dédouaner de toute responsabilité directe dans les événements en cours, quitte à laisser le Mali prendre lui-même en charge ses défis sécuritaires, pour le meilleur comme pour le pire.

Ce livre, on le voit, se focalise donc sur l’engagement militaire de la France et de ses alliés. Il ne préjuge en rien de la poursuite d’une aide au développement accompagnée de coopérations poussées dans les domaines linguistique, éducatif, culturel et scientifique. Autre précision d’importance, la réflexion englobe les pays de la force du « G5 Sahel » que la France essaie de mettre en place pour prendre le relais de l’opération Barkhane avec les États membres du « Groupe des cinq » : le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. Sont aussi évoquées les expériences d’autres luttes antiterroristes engagées avec le Nigeria contre Boko Haram autour du lac Tchad ou avec le Kenya contre les Chebab de Somalie dans la Corne de l’Afrique.

À sa manière, le cas malien illustre en effet des problématiques beaucoup plus générales sur l’ensemble de la zone. Réciproquement, les modalités de la réponse d’autres pays africains au défi djihadiste nous aident à mieux comprendre les difficultés de l’armée française dans la région aujourd’hui. Les problématiques se recoupent souvent. Deux des quatre pays membres de la coalition qui lutte contre Boko Haram, le Niger et le Tchad, combattent ainsi aux côtés de l’armée nigériane tout en faisant partie de la force dite du « G5 Sahel » qui est censée prendre le relais de la France au Mali.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jeanmarc30Jeanmarc30   04 février 2020
Du Mali à la Somalie, on pourrait multiplier les exemples d’abus perpétrés par les forces chargées de combattre les groupes qualifiés de terroristes. Ces « débordements » sont parfois dénoncés par les organisations de défense des droits de l’homme, ce qui leur vaut d’être de temps en temps relatés par les médias. Mais d’autres passent complètement inaperçus, sachant qu’il est toujours difficile de trouver des informations fiables dans les zones de conflits armés. Bien souvent, on ne sait tout simplement pas ce qui se passe dans les campagnes. Dans le cas des régions rurales du Macina, par exemple, les exactions commises par l’armée malienne n’ont en fait été rapportées qu’à partir du moment où les populations locales ont fui vers Bamako et ont pu témoigner de leurs tourments après avoir été prises en charge par la Croix-Rouge internationale et les agences des Nations unies.

La difficulté tient aussi à un certain parti pris. Beaucoup d’observateurs et de décideurs rechignent à évoquer les exactions des forces qui combattent « l’abomination djihadiste », incarnation contemporaine et presque parfaite du mal à l’état pur. Pour ne pas compromettre la justesse de leur cause, certains vont même jusqu’à minimiser, voire nier les tueries commises par les armées engagées dans la lutte antiterroriste. Le Mali n’est bien entendu pas seul en cause. Les autres pays de la ligne de front antiterroriste sont tout aussi concernés. En Irak, les Nations unies ont ainsi entrepris d’enquêter de façon exhaustive sur les crimes perpétrés par l’organisation État islamique. En revanche, leurs rapports sont restés « étonnamment succincts sur les violations des droits humains par les forces armées irakiennes, leurs supplétifs et leurs alliés étrangers ». À propos des frappes aériennes de la coalition antiterroriste sur la ville de Mossoul entre octobre 2016 et juillet 2017, les Nations unies avançaient par exemple un bilan de 461 morts civils, bien inférieur à celui d’une ONG britannique, Airwars, qui comptait jusqu’à 1 579 victimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jeanmarc30Jeanmarc30   04 février 2020
Janvier 2013 : l’armée française intervient au Mali. C’est officiellement sa plus grosse opération militaire à l’étranger depuis la guerre d’Algérie. Je ne suis pas le seul à être surpris. Un mois auparavant, le président François Hollande avait annoncé que la France n’enverrait pas de soldats au Mali. À l’époque, l’objectif était seulement d’appuyer une éventuelle opération de paix des Nations unies pour rétablir l’ordre à Bamako, où des mutins avaient pris le pouvoir, avant d’essayer de repartir à la conquête des territoires du Nord tombés dans l’escarcelle de groupes djihadistes.

À peine sortie de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire, l’armée française allait faire exactement l’inverse. Elle partit d’abord à l’assaut des djihadistes avant d’accompagner le retour à un ordre constitutionnel à Bamako. Le ton martial de l’Élysée était d’autant plus étonnant que le président n’avait pas la réputation d’être un foudre de guerre. Comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy, François Hollande avait officiellement proclamé la fin de la « FrançAfrique » et adopté les mots d’ordre de la communauté internationale en vue de promouvoir « des solutions africaines aux problèmes africains ». Dans un tel contexte, l’idée n’était sûrement pas de voir l’ancienne puissance coloniale débarquer des milliers de soldats pour suppléer aux défaillances de l’État malien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jeanmarc30Jeanmarc30   04 février 2020
Dans des tribunes publiées début 2013 dans Libération et Le Figaro, afin de couvrir un large spectre politique, je prédis l’ensablement d’une intervention militaire qui consiste « à se substituer à un État et une armée défaillants ». À sa manière, la poussée djihadiste dans le nord du Mali ne constitue jamais qu’un des symptômes les plus visibles de la crise structurelle de l’État dans la région. C’est aussi le constat auquel arrivent les spécialistes et collègues qui ont participé à un livre collectif écrit dans l’urgence. Avec un appel à contributions lancé peu après le début de l’opération Serval, en janvier 2013, et des manuscrits reçus trois mois plus tard, notre ouvrage sort en librairie le jour de l’élection du président Ibrahim Boubacar Keita à Bamako en juillet suivant : un temps record pour les standards habituels du monde académique, mais nos analyses ne sont guère entendues des politiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Marc-Antoine Pérouse de Montclos (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc-Antoine Pérouse de Montclos
Presque sept ans après le lancement de l'opération Serval devenue Barkhane, l'intervention française reste débordée par les groupes djihadistes, et est de plus en plus critiquée sur place. Faut-il privilégier la diplomatie ? Qu'est-ce qui justifie une intervention ? Pour en parler Emmanuel Laurentin reçoit Renaud Girard (correspondant de guerre et chroniqueur international du Figaro), Marc-Antoine Pérouse de Montclos (directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement) et Niagalé Bagayoko (politologue, présidente de l'African Security Sector Network).
Le Temps du débat d'Emmanuel Laurentin – émission du 20 décembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/temps-du-debat
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤19Renaud Girard9¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : témoignageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
156 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre