AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213608695
Éditeur : Fayard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Une scène d'exode près de Chartres pendant la Seconde Guerre mondiale : sur les routes, de nombreuses familles surprises par les bombardements aériens sont couchées dans les fossés. Certains sont blessés, d'autres déjà morts. Un chaos de véhicules trône sur la chaussée.

Florence, une jeune bourgeoise parisienne de trente ans environ tente de protéger Sylvie, sa fillette, et son fils, Philippe. Au beau milieu de cette tempête de l'histoire, Je... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
brigittelascombe
  03 octobre 2012
"Celui-là qui montre qu'il a la trouille, c'est même pas la peine il est mort d'avance." confie Jean le garçon aux yeux gris, "vaillant David" venant de se conduire en héros, à Flo, une mère de famille on ne peut plus bourgeoise qu'il vient de sauver d'un viol.
Partie de Paris, avec ses deux enfants, pour retrouver ses beaux-parents à Chantilly, alors que son mari polytechnicien est mobilisé, cette femme hautaine, "d'une consternante frivolité" et pleine de préjugés, fuit éperdue dans la violence de l'exode de juin 1940.
Jean, qui "à seize ans n'a pas l'air d'un adolescent" mais d'un enfant, débrouillard et dévoué, les secourt et les protège dans une maison inhabitée jusqu'à l'arrivée de deux dangereux individus se disant soldats français.
Tout le talent de Gilles Perrault, outre le fait de bien faire ressortir la différence des milieux sociaux puis de les accorder sur une même longueur d'onde est de nous dépeindre l'étrange relation qui va se nouer entre le dit apprenti "à l'oeil faux-jeton" et la femme "au bonheur paisible" garce à ses heures. Faut-il toujours trouver dans l'enfance l'explication de certains comportements? Un gros stress peut-il enclencher des réactions insoupçonnées? de quoi une mère est-elle capable pour défendre les siens et ceux des autres?
Gilles Perrault brosse ici deux portraits forts (Jean et Flo) qui bouleversent le lecteur ainsi que des portraits annexes impressionnants (les deux "gros porcs") ou ridicules (les deux gendarmes zélés).
Petite critique:la couverture du livre qui m'a choquée (chut! ne rien déflorer).
L'auteur, journaliste et écrivain connait pourtant bien son sujet puisqu'il a fait des recherches et a déjà écrit sur la deuxième guerre mondiale: le secret du jour J a reçu le prix du Comité d'action de la résistance. le livre le garçon aux yeux gris a été adapté au cinéma par André Téchiné sous le titre Les égarés.
Vite le CD, que je compare les scénarios!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bouvy
  04 mai 2015
Elle (son prénom, s'il est cité dans ce récit s'efface de votre mémoire durant la lecture), femme bourgeoise, se retrouve en plein exode avec sa fillette et son garçon de 10 ans. Elle fuit Paris et la fulgurante avancée allemande du début de cette deuxième guerre mondiale. Comme des milliers de Français, elle se retrouve sur les routes. Les colonnes de civils se font mitraillées par les Stuka à la sinistre sirène. Lors d'une attaque, sa voiture est détruite. Elle couvre sa petite fille, ne pouvant de son seul corps protéger ses deux enfants. C'est alors que surgit ce garçon aux yeux gris, qui sauve la vie de Philippe, son garçonnet de 10 ans. Devenus, bien malgré elle, compagnon de route et d'infortune, ils échouent dans une maison abandonnée et isolée. L'adolescent, Jean, mal dégrossi, rustre et peu éduqué va devenir un précieux allié dans cette quête de survie, ...
J'ai découvert ce roman en "zappant" sur ARTE, où j'ai pu voir la fin d'un film "Les Égarés". le peu que j'en ai vu a suffi pour que l'histoire me séduise. Sur le générique de fin, j'ai pu lire : "histoire librement inspirée du roman ...". J'ai de suite téléchargé le livre sur ma tablette.
Dès les premières phrases, je me suis emballé pour le style. L'histoire est peu compliquée. On est dans un microcosme. Presque toute l'intrigue se déroule au même endroit. Peu à peu, la guerre et la nécessité de survivre arasent les classes sociales. Femme futile, bourgeoise, elle se sent fragile dans ce début de guerre. Elle devient plus humble, remettant son fragile avenir entre les mains du jeune homme. Parfois, la guerre semble loin, elle n'est qu'un décor, un prétexte à l'histoire. Fond de guerre, fond d'amour, fond de politique, fond social, ce roman effleure plusieurs thèmes sans jamais en développer un en profondeur. L'histoire n'en est pourtant jamais superficielle. Ce roman reste un moment agréable de lecture, le style est enchanteur même si le livre terminé, on reste un peu sur sa faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ADAMSY
  04 février 2015
Une jeune femme d'une trentaine d'années avec ses deux jeunes enfants décide de s'exiler et quitter Paris occupé. le trajet est dur et les stukas font des ravages. Sa voiture est incendiée mais elle réussit à se cacher dans un fossé et un jeune homme de 16 ans sauvera in extremis son garçon des bombardements. Ils continuent ensuite la route ensembles. Ils finissent par se réfugier dans une maison abandonnée. de nouvelles déconvenues les attendent et chaque fois, le jeune homme aux yeux gris les sauvent du malheur. Ils réussissent à survivre. Une intrigue amoureuse va naître entre cette femme et le jeune homme. Elle ne sait rien de lui et ne cherche pas à savoir.
Un peu dérangeant étant donné la différence d'âge... Un beau petit roman cependant.
Commenter  J’apprécie          00
johnny2770
  07 février 2014
Je n'ais pas reussi à rentrée dans ce livre. Je trouve que la psychologie et les sentiments des personnages sont peu décrit. Un livre qui me laissera pas un grand souvenir
Commenter  J’apprécie          10
manueandre
  28 octobre 2013
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BouvyBouvy   30 avril 2015
Aux militaires de tenir, aux civils de se tenir. Paris n'était pas menacé par des hordes barbares. Le père de Robert, qui avait laissé un bras au Chemin des Dames et ne manquait aucune réunion de réconciliation entre anciens combattants naguère ennemis, répétait que l'armée allemande n'avait pas changé : stricte, rigide même, mais irréprochable sur les principes. Beaucoup d'officiers parlaient en souriant du caporal bohémien Hitler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombebrigittelascombe   03 octobre 2012
Tu te bats souvent? Pas souvent mais des fois faut bien.Où tu as appris? Ben, j'ai pas appris.Et tu n'as pas peur? Celui-là qui montre qu'il a la trouille, c'est même pas la peine il est mort d'avance.
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombebrigittelascombe   03 octobre 2012
Il n'arriverait plus rien aux enfants.Une part d'elle-même exultait.C'était comme au cimetière,après l'inhumation,quel que soit le chagrin la vie reprend ses droits,des petits groupes se forment,on échange des nouvelles,ça fait une paye qu'on ne s'est pas vus,excusez-moi un rendez-vous urgent.
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   03 octobre 2012
Je sais que je pourrais compter sur toi s'il arrivait quoi que ce soit. Philippe se rengorgeait.Petits ou grands, les hommes comme c'est simple.
Commenter  J’apprécie          50
BouvyBouvy   03 mai 2015
Vous savez, quand un avion vous mitraille, vous n'échangez pas des cartes de visite.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Gilles Perrault (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Perrault
Dictionnaire Amoureux de la Résistance, Gilles Perrault
autres livres classés : exodeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle