AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Charlotte Gastaut (Illustrateur)
EAN : 9782210989757
38 pages
Éditeur : Magnard Jeunesse (09/03/2009)
4.13/5   59 notes
Résumé :
Il était une fois une veuve qui avait deux filles.
L'aînée était le portrait de sa mère pour la méchanceté et la cruauté.
Au contraire, la plus jeune des soeurs n'était que douceur, gentillesse et grâce.
La mère adorait sa fille aînée et était très dure avec la cadette.
Mais une bonne fée, qui passait par là, décida de punir cette injustice...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 59 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Nastasia-B
  16 avril 2016
Les Fées, tout en étant un très, très grand conte classique de Charles Perrault est peut-être le moins célèbre des huit contes qui constituent le fabuleux recueil qu'il intitula Contes de Ma Mère L'Oye.
La raison de cette (très) relative mauvaise fortune de ce conte par rapport aux autres, je l'ignore. On constate que c'est l'un des plus courts du recueil (le deuxième plus court pour être exacte) et il aurait pu être tentant de faire un rapprochement entre sa brièveté et sa popularité. Or, force est de constater que l'explication ne tient pas puisque le conte le plus court (Le Petit Chaperon Rouge) est quant à lui le plus célèbre, donc, mystère.
Il est vrai que la mécanique de ce conte est fort simple, mais ce n'est pas une exception. Jugez plutôt : une veuve marâtre, deux filles, l'une choyée, l'autre exécrée qui est le bouc émissaire du foyer. Bonne à tout faire, surtout si la tâche est pénible, la malheureuse enfant est envoyée, un jour, chercher de l'eau dans une fontaine au loin ; ouvrage ingrat s'il en est.
Au pied de la fontaine, la bonne fille croise une vieille dame qui lui quémande de l'eau. Malgré les mauvais traitements qu'elle subit, la jeune fille est douce et secourable et n'hésite donc pas à rendre service à l'étrangère.
Étrange, cette étrangère, car elle est en fait une fée camouflée en ancêtre et elle remercie sa bienfaitrice en lui octroyant un don : celui d'engendrer dans sa bouche des fleurs et des pierres précieuses à chacune de ses paroles. (Un drôle de don vous avouerez, surtout quand on parle la bouche pleine !)
De retour chez elle, la marâtre s'émeut positivement de cette métamorphose subie par sa fille honnie. Mise au courant de la cause de ce changement, elle n'a de cesse d'envoyer sa fille favorite quérir pareille aptitude.
L'inconvénient, bien sûr, c'est que quand on est une mauvaise fille, il est dur de convenir à une fée, et celle-ci, si elle lui fait l'offrande d'un don, il n'est pas forcément celui qu'elle aurait souhaité. On peut même carrément dire que cela pose quelques problèmes à la mauvaise fille, lesquels problèmes je vous laisse découvrir si vous ne connaissez pas le conte.
Je signale au passage que dans cette version Magnard, la fin a été notablement modifiée et adoucie, pour la vilaine des deux filles, car initialement, Perrault lui avait taillé un autre sort, plus terrible et plus expéditif…
En somme, encore un beau conte, de cette plume alerte au parfum suranné qui nous ravit tant, qui est au conte ce que les tragiques grecs sont au théâtre. Une morale toujours plus subtile qu'il n'y paraît de prime abord.
Je ne parle pas trop des illustrations qui sont pourtant bien sympa car il existe une multitude de versions et d'éditions différentes de ce conte (rien que pour Magnard, au sein de cette même collection, il y a eu deux tirages avec deux illustrateurs différents). J'ajoute au passage que j'aime beaucoup cette collection Magnard des grands classiques en version album et adaptés pour la jeunesse.
Donc, pas mon conte de Perrault favori, mais bien plaisant tout de même, et d'ailleurs, ce n'est là que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          860
LiliGalipette
  26 décembre 2011
Une veuve a deux filles. L'aînée est aussi vilaine et mauvaise que sa mère alors que la cadette est douce et charitable. Pour avoir accepté ou refusé de donner à boire à une fée, chacune des filles recevra un don différent. « Dorénavant, à chaque parole que tu prononceras, il sortira de ta bouche une fleur ou une pierre précieuse. » (p. 12) Ainsi est bénie la cadette alors que l'aînée n'obtient que la juste mesure de sa méchanceté. « Puisque vous êtes si peu serviable, à partir de maintenant, à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche un serpent ou un crapaud. » (p. 25) Bonté et générosité triomphent finalement de la fureur de la veuve et de l'égoïsme de la vilaine soeur.
Ce conte était l'un de mes préférés quand j'étais enfant. J'imaginais avec ravissement les flots de fleurs et de trésors et avec dégoût les hordes de bestioles gluantes sortant des bouches des deux soeurs. de ce conte m'est resté le réflexe de remplir tous les verres d'eau sur la table au début de chaque repas. On ne sait jamais…
Les illustrations sont magnifiques et me rappellent à la fois les oeuvres de Klimt et celles du douanier Rousseau : le dessin est foisonnant et très dense, mais également extrêmement lumineux, avec des détails qui sortent presque de la page. Ce conte illustré est magnifique.
Merci Asphodèle pour ce beau cadeau de Noël !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
amandinelecuyer
  25 mars 2020
Critique de Mady
Charles Perrault est un homme de lettre français grand auteur du 17eme siècle, connu pour ses contes de ma mère l'Oye. Il est né le 12 janvier 1628 à paris et il est mort 16 mai 1703.Charles Perrault est un auteur de texte religieux chef de file de la querelle entre ancien et moderne. Il est l'un des formalisateurs du genre littéraire écrit du conte merveilleux.
Les Fées est un contes écrit par Charles Perrault dans ce conte il s'agit d'une famille vivant sans père au moyen-âge, la mère qui était donc veuve avait deux fille sa première fille lui ressembler énormément par le physique et par le mental. La deuxième fille elle ressemblaient à son père elle avait la même douceur et la même honnêteté que lui. L'ainée et sa mère était des femmes orgueilleuse et désagréable. La cadette était une fille très belle qu'elle en rendant jalouse sa mère et sa soeur qui la tuer à la tâche.
Ce texte ma plus car ce n'est pas une histoire qu'on entend tous le temps comme le petit chaperon rouge les trois petit cochon etc…. Cette histoire est très intéressante car ces remarquant de voir une mère qui négligent son enfant. Les personnages principaux sont la mère et ses deux filles néanmoins le personnage qui a le plus attiré mon attention est la cadette car malgré tout le mal que sa mère lui a fait elle ne la déteste pas pour autant. Grace à cette lecture j'ai appris ce qu'était l'honnêteté.
Le passage de cette histoire qui ma particulièrement plu est : "La pauvre enfant lui raconta naïvement tout ce qui lui était arrivé, non sans jeter une infinité de Diamants. Vraiment, dit la mère, il faut que j'y envoie ma fille ; tenez, Fanchon, voyez ce qui sort de la bouche de votre soeur quand elle parle ; ne seriez-vous pas bien aise d'avoir le même don ? Vous n'avez qu'à aller puiser de l'eau à la fontaine, et quand une pauvre femme vous demandera à boire, lui en donner bien honnêtement. Il me ferait beau voir, répondit la brutale, aller à la fontaine. Je veux que vous y alliez, reprit la mère, et tout à l'heure. Elle y alla, mais toujours en grondant. Elle prit le plus beau Flacon d'argent qui fût dans le logis." Ce passage est intéressant car quand la cadette raconte à sa mère qu'une fée lui a donné ce don grâce à son honnêteté elle se presse d'envoyer l'ainée a la fontaine pour faire boire une vieille dame est avoir ce don néanmoins arrive à la fontaine l'ainée ne vu pas de vieille dame mais une dame bien vêtu. L'ainé a était désagréable avec cette dame qui se révèle être la fée alors la fée lui donna le don de sortir des serpents et des crapauds de sa bouche à chaque parole tandis que la cadette elle sorte des pierres précieuses de sa bouche.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissMarty
  25 octobre 2012
Récit tout-à-fait plaisant mais la morale est trop vite arrivée et semble trop facile. À part cela, ce conte poétique est bien explicite et tout simplement sublime.
Commenter  J’apprécie          110
alucine
  24 novembre 2014
'ai craqué sur l'illustration en première de couv dont les couleurs très automnales m'ont tout de suite beaucoup plu !
Il s'agit d'un petit livre très court puisqu'il n'y a qu'une vingtaine de pages. Il est composé de deux contes de Charles Perrault joliment illustrés par Anne Defréville et brillamment raconté par Maureen Dor. Ce livre peut donc se lire de manière traditionnel mais aussi s'écouter puisqu'il est fourni avec un cd ^^.
J'aime beaucoup le format à l'italienne, pratique pour les petites mains et surtout idéal pour tourner les pages. Ce format laisse aussi une belle place pour les illustrations pages de droite et, à la narration pour les pages de gauche. le papier est épais et la couverture cartonnée donne au livre une belle finition, on sent que l'on tient un produit de qualité entre les mains. Les dessins sont très beaux, le nuancier est chouette, je parlais de couleurs automnales un peu plus haut et c'est tout à fait ça. Cela donne vraiment une belle harmonie à l'ensemble du livre. Personnellement, je connaissais déjà ces deux histoires que l'on m'a maintes fois contées lorsque j'étais enfant, et je suis ravie grâce à ce livre de pouvoir moi-même les transmettre à mes propres enfants. Maureen Dor excelle dans l'exercice de conteuse et emmène sans problème son auditoire avec elle, nous avons même le droit à une petite chanson de sa composition sur le thème des fées pour clore les histoires.
Je dirais que ce livre est adapté pour les 3/6 ans. le CD ne fait que 6 minutes, aussi, même si les enfants de cet âge ont bien dû mal à rester concentrés, le temps accordé à cette lecture n'est pas trop rédhibitoire pour nos tout-petits. Pour les plus grands, à contrario, il manque probablement d'un peu d'étoffe, ma fille de 8 ans en aurait voulu plus… 6 minutes ce n'est pas assez.
En bref : Un bel album aux couleurs enchantées qui ravira petits et grands, deux petites histoires peu connues du grand Charles Perrault pleine de magies narrées et illustrées avec brio. du coup, je pense fortement à me procurer d'autres albums de cette collection ^^ !
Lien : http://www.a-lu-cine.fr/les-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Ricochet   09 décembre 2015
On écoute avec plaisir et intérêt ces deux mises en voix proposée par Maureen Door. Le ton est enjoué et la voix est agréable.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
odin062odin062   17 juin 2012
L'honnêteté coûte des soins,
Et veut un peu de complaisance,
Mais tôt ou tard elle a sa récompense,
Et souvent dans le temps qu'on y pense le moins.
Commenter  J’apprécie          80
LiliGalipetteLiliGalipette   26 décembre 2011
« Puisque vous êtes si peu serviable, à partir de maintenant, à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche un serpent ou un crapaud. » (p. 25)
Commenter  J’apprécie          70
EwylynEwylyn   03 avril 2014
Pour qu'il t'arrive le même bienfait, lui dit-elle, il te suffit d'aller toi aussi à la fontaine et d'attendre que la vieille femme te demande à boire...
Commenter  J’apprécie          20
tessgeffroytessgeffroy   13 novembre 2014
Je vous donne un don, poursuivit la fée, quà chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche une fleur, une perle ou une pierre précieuse ; diamants, rubis ou émeraude.
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   26 décembre 2011
« Dorénavant, à chaque parole que tu prononceras, il sortira de ta bouche une fleur ou une pierre précieuse. » (p. 12)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Charles Perrault (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Perrault
Conférence de Pierre-Emmanuel Moog
Le Centre national de la littérature pour la jeunesse, service du département Littérature et art de la BnF, propose chaque année une dizaine de conférences qui donnent la parole à des historiens du livre ou des spécialistes de l'enfance et de la jeunesse venus présenter leurs travaux et offrir un état des lieux des Pierre-Emmannuel Moog, anthropologue, chercheur invité à l'EHESS, dévoile les multiples ressorts cachés du conte dramatique de Charles Perrault, Barbe bleue. Conférence organisée par le CNLJ et enregistrée le 12 février 2021 à la BnF I François-Mitterrand
+ Lire la suite
>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère

Lecteurs (457) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Contes de Perrault : Morales

La curiosité malgré tous ses attraits, Coûte souvent bien des regrets ; On en voit tous les jours mille exemples paraître. C'est, n'en déplaise au sexe, un plaisir bien léger ; Dès qu'on le prend il cesse d'être, Et toujours il coûte trop cher.

Le Petit Poucet
Riquet à la houppe
Cendrillon
Les Fées
Les Souhaits Ridicules
Peau d'Ane
La Barbe bleue
Le Petit Chaperon rouge
La Belle au bois dormant
Le Chat botté

16 questions
181 lecteurs ont répondu
Thème : Contes de Charles PerraultCréer un quiz sur ce livre