AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253071161
Éditeur : Le Livre de Poche (04/10/2017)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 433 notes)
Résumé :
Justine, vingt et un ans, vit chez ses grands-parents avec son cousin Jules depuis la mort de leurs parents respectifs dans un accident. Justine est aide-soignante aux Hortensias, une maison de retraite, et aime par-dessus tout les personnes âgées. Notamment Hélène, centenaire, qui a toujours rêvé d'apprendre à lire. Les deux femmes se lient d’amitié, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre. Grâce à la résidente, Justine va peu à peu affronter les secrets de sa prop... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (147) Voir plus Ajouter une critique
Deslivresalire
  04 décembre 2017
Les oubliés du dimanche ce sont tous ces vieux, bien souvent abandonnés par leurs familles dans cet hospice de Milly, en Bourgogne.
Justine y est aide-soignante. Elle les aime ces vieux. Et parfois elle collecte leurs histoires, comme elle le fait pour Hélène, 93 ans, pour ainsi leur relire et leur rappeler leurs vies.
Car sa vie à elle, est décalée... parce qu'à 21 ans elle vit avec ses grands-parents depuis que son père et sa mère se sont tués dans un accident de voiture avec son oncle et son épouse. Parce qu'elle fait tout pour son cousin, qu'elle considère comme son frère depuis l'accident. Parce qu'elle ne vit qu'avec des vieux sauf quand elle va se défouler au "Paradis", la boîte de nuit du coin, et qu'elle couche avec "je-ne-me-rappelle-plus-comment"...
Entre la vie d'Hélène, celle de Justine et ce qui se passe depuis quelques temps avec ce corbeau qui appelle les familles des oubliés du dimanche pour leur faire croire qu'ils sont décédés, on est entraîné dans un chassé-croisé d'histoires à faire voyager au passé, au présent et au futur.
A mon avis :
Malgré un pitch peu attirant, j'avais néanmoins décidé de m'attaquer avec un peu d'appréhension à la lecture de ce livre après avoir vu plusieurs critiques très positives.
Bien m'en a pris, c'est une très belle surprise.
Ces deux tranches de vie, celle de Justine et celle d'Hélène, se font écho, par leur beauté et leur coté dramatique, vivant, intense.
L'écriture fluide et moderne de Valérie Perrin entraîne le lecteur dans un récit riche de poésie, parfois drôle, parfois triste, tendre et sentimental, qui émeut et passionne. Il est alors difficile de sortir de ce livre avant la fin.
On trouve une vraie sensibilité dans la description des personnages et de leur histoire, on est emporté véritablement par le récit, qui pour ma part ne m'avait pas bouleversé autant depuis l'Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafón.
Photographe et scénariste, Valérie Perrin (épouse de Claude Lelouch) a mis tout son talent dans la mise en scène de ce récit qu'il ne faut pas rater.
Il est des livres dans lesquels on retrouve son humanité.
Abonnez vous à mon blog : https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
pour d'autres avis sur d'autres lectures.
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          881
Annette55
  05 décembre 2015
Justine, vingt et un ans, est aide soignante dans une maison de retraite à Milly, petit village de Bourgogne, oú elle se sent bien.
Elle vit avec un grand- père, taciturne et solitaire, une grand-mère peu affectueuse et son cousin Jules qu'elle considère comme son frére.
Marquée par l'accident qui a coûté la vie à ses parents, Sandrine et Christian et Alain, son jumeau époux d'Annette, la jolie suédoise ......alors qu'elle n'avait que quatre ans....Elle se jette à corps perdu dans le travail et les histoires des autres car la sienne lui échappe...Murés dans le silence, ses grands- parents refusent d'évoquer le passé " surtout ne pas parler du drame ".
Elle se tourne vers Hélène, sa résidente préférée retranchée sur une plage imaginaire de laquelle elle dévoile par morceaux l'histoire de sa vie....sa rencontre en 1933 avec Lucien, leur amour défiant les convenances, le café de Milly qu'ils ont fait prospérer, la guerre, le juif Simon caché dans la cave, la trahison, la Gestapo, Lucien déporté dans un camp de travail, Lucien amnésique, un amour intense qui a survécu au malheur et à l'oubli....Justine passe des heures à l'écouter et consigne son récit dans un cahier bleu....
Grâce à Hélène, Justine, bienveillante, tendre et lumineuse, à l'écoute des anciens affrontera les secrets de son histoire....
Voici un très joli ouvrage, sensible,profond et poétique à l'écriture soignée, drôle et bouleversant, pétri d'émotions qu'on ne lâche pas, que l'on pourrait offrir à ses parents ou grands- parents..... sur l'amour, la mémoire, la transmission, la douleur et les non - dits, la famille et les liens qui s'y tissent ou non...jamais larmoyant...... C'est une lecture magnifique, positive,optimiste, sur les amours passées, présentes , inavouées, éblouissantes....car on ne sait jamais rien de ceux que l'on connaît." il faut toujours mettre de la vérité dans ses rêves ou le contraire".
Ce récit d'une grande beauté, passionnant de bout en bout empreint d'humanité ne nous fera pas oublier de sitôt l'histoire d'Hélène et de Justine.....
Grand merci à Marylin , mon amie de la médiathéque qui m'a fait découvrir cette pépite....
Ce n'est que mon avis, bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          623
jeunejane
  11 octobre 2017
Justine Neige a vingt et un ans, elle travaille comme aide-soignante dans une maison de retraite à Milly, le village où elle habite.
Elle a été élevée par ses grands-parents paternels avec son cousin Julien.
Leurs pères sont les enfants, jumeaux d'Armand et Eugénie, leurs grands-parents mais ils sont morts dans un accident de la route avec leurs deux épouses alors que Justine et Julien étaient de petits bébés.
Justine adore soigner les vieilles personnes et surtout, elle écoute les confidences d'Hélène, une toute vieille dame qui lui raconte sa vie. Justine rassemble tous ses souvenirs dans un cahier bleu sous forme d'une histoire délicieuse : un vrai conte dans le roman. J'emploie "conte" pour la beauté de l'écriture et la délicatesse des sentiments.
Elle admire la beauté et la délicatesse du petit-fils d'Hélène, Roman qui rend régulièrement visite à sa grand-mère.
Parallèlement, la jeune fille découvrira un grand secret entourant les parents de Julien, découvrira aussi la vraie personnalité de ses grands-parents.
Justine a aussi une vie de fille de son âge et va s'éclater en boîte le samedi soir. Elle y fait la connaissance anonyme d'un jeune homme qu'elle surnomme "Je-ne-me-rappelle-plus-comment".
Le livre passe de réflexions très amusantes à des passages plus sérieux, parfois poétiques, romantiques.
J'ai mis beaucoup de temps à me plonger dans le roman car le quatrième âge dont je ne suis pourtant pas si loin.... n'est pas mon sujet d'évasion littéraire favori.
J'avoue que j'assiste plus que régulièrement une vieille tante atteinte d'Alzheimer et les aides soignantes ont la délicatesse de dire que je lui ressemble. Du coup, je me projette et vous êtes priés, mes chèr(e)s ami(e)s babeliotes de ne pas rire de mes peurs.
Ceci dit, le roman était très beau et je l'ai qualifié d'intergénérationnel dans l'étiquette pour l'échange de pensées entre Justine et les personnes âgées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
Ziliz
  20 mars 2016
Justine, vingt ans, se voit comme une « une petite gonzesse mal coiffée qui remue du popotin le samedi soir au 'Paradis' et pousse des chariots de désinfectant en tout genre. » Une fille comme il doit « en exister en un tas d'exemplaires ». C'est ce qu'elle croit ! Parce que moi je l'ai trouvée exceptionnelle, cette jeune aide-soignante, d'une générosité, d'une douceur et d'une patience rares. Elle fait des heures supplémentaires aux Hortensias, la maison de retraite où elle travaille, pour écouter les résidents s'épancher, raconter leur passé, et elle consigne les souvenirs d'Hélène dans un cahier. Ça leur fait du bien, à eux, mais à elle aussi. Une façon de passer moins de temps auprès de ses grands-parents, mutiques, murés dans leur chagrin. Elle vit chez eux, ils l'ont élevée avec son cousin Jules, depuis que les parents sont décédés dans un accident de la route - Justine avait quatre ans.
Jamais je n'aurais lu ce roman si je n'avais pas entendu l'auteur le présenter sur un salon, et la journaliste le mettre si bien en valeur. Le "quatrième âge" m'effraie, me rebute, je suis de ceux qui n'aiment pas rendre visite aux personnes très âgées, qui n'ont rien à leur dire, qui sont agacés par leurs manies, leur surdité, leur lenteur (j'en passe)... Valérie Perrin, au contraire, dit les aimer, ces vieux (comme Eloïse Cardine, la jeune aide-soignante qui a inspiré ce roman). En effet, le regard qu'elle porte sur eux est tendre, mais sans complaisance - certains puent, d'autres sont mesquins, cruels...
Autre raison pour laquelle je n'avais pas envie de lire cet ouvrage : je fuis les livres pleins de bons sentiments.
J'ai été plusieurs fois sur le fil, au cours de cette lecture - beau ou mièvre ? Il suffit de se dire que la narratrice a vingt ans, est fraîche et naïve et tout de suite, ça passe mieux. Malgré les poncifs, les formules et ressorts déjà vus dans ce genre d'histoire, j'ai été touchée par des petits détails du quotidien qui sonnent terriblement juste, sur le couple, l'amour, la famille, le bistrot du village... Ce bouquin se dévore, je me suis extasiée à maintes reprises, j'ai coché, recopié, lu à haute voix pour des proches de nombreux passages.
Un très beau récit émouvant, tendre et souvent plein d'humour. Son ton m'a parfois rappelé celui de Marie-Sabine Roger. Si je ne lui attribue pas un immense coup de coeur, c'est seulement parce que l'intrigue m'a paru surchargée, quelques secrets de famille et rebondissements m'ont semblé superflus. La description des univers de Justine et d'Hélène m'aurait suffi, nul besoin d'en rajouter dans le spectaculaire, même si la vie, c'est ça : des surprises, des tuiles et des virages glissants à gogo, pour le meilleur et pour le pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
NathalC
  16 mai 2017
Globalement, j'ai été entraînée dans l'histoire de Valérie Perrin. Enfin, dans ses histoires. Ses histoires, car il s'agit en fait de plusieurs histoires d'amour à des époques différentes.
Il y a Justine, jeune fille de notre époque, aide-soignante dans une maison de retraite qui répertorie les histoires des résidents, et plus précisément l'histoire d'Hélène.
A travers ce roman, l'auteur nous relate l'histoire d'Hélène/Lucien/Edna, des parents de Justine, de ses grands-parents, et un peu celle de Justine (en tout cas les prémices !). Les histoires sont plus ou moins entremêlées.
L'histoire d'Hélène est très attachante. On aimerait même qu'elle soit un peu plus approfondie.
Ce qui m'a en revanche gênée dans cette lecture, c'est le nombre de personnages. On passe d'un souvenir à un autre, et il m'a fallu parfois un temps de réflexion pour remettre les personnages dans leur contexte.
Je crois que l'auteur a voulu relier différentes histoires mais peut être aurait-il mieux valu les différencier et en faire un petit recueil de nouvelles. C'est son choix, et pourquoi pas... mais j'ai bien failli me perdre.
En revanche, ce livre donne envie de rendre visite à ses grands-parents et les faire parler de ce passé qui n'existe pas réellement pour nous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473

critiques presse (1)
Lexpress   30 juin 2015
Un beau premier roman porté par une écriture sensible.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   19 mars 2016
Tu devrais mettre ton haut rouge, ça t'irait mieux, t'es mal coiffée aujourd'hui, range ta chambre, ne laisse pas traîner tes affaires, c'est toi qui m'as piqué mon rouge à lèvres, d'accord, ça va ma puce, aide-moi à débarrasser, tu viens avec moi au magasin, je passe te reprendre à 16 heures, tu me demandes mon avis, je te donne mon avis, j'ai pas le temps là, t'as fait tes devoirs, mais qu'est-ce que c'est que ça, t'as vu si c'est beau, tu n'iras pas, je t'ai acheté ça, fallait pas commencer, va mettre la table, non, non, non, bon d'accord mais une seule fois, ne rentre pas trop tard, pas de chocolat, pas de soda après 18 heures, tu ne pars pas sans prendre un petit déjeuner, mets ta veste il fait froid dehors, mais qu'est-ce que c'est que ce bordel, tu t'es brossé les dents, il serait peut-être temps de grandir, va prendre ta douche, ne t'inquiète pas, ce n'est pas grave, je t'aime, bonne nuit, qu'est-ce que t'es belle ce matin, j'adore ce truc sur toi, ton prof d'histoire-géo vient d'appeler, il est tard, va te coucher, mais si c'est important les maths, ça va mon amour, c'est qui ce garçon, je sais que tu n'aimes pas lire mais ça tu vas adorer, je te récupère à quelle heure, ils font quoi ses parents, éteins les lumières, ne marche pas pieds nus, on va aller voir un médecin, ne discute pas, viens faire un câlin, si tu n'obéis pas, j'appelle ton père.
Avoir une mère, même chiante, même dingue, même mère.
(p. 136-137)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ZilizZiliz   19 mars 2016
- Vous ne vous ennuyez jamais ici ?
- Jamais.
- Mais ce n'est pas trop dur votre travail ?
- Si, c'est super-dur. Je n'ai que vingt et un ans. Mes collègues sont plus vieilles que moi. Elles ont toutes commencé plus tard. Ce métier c'est souvent un deuxième métier. A mon âge, ce n'est pas normal de voir des corps fatigués. Enfin, ce que je veux dire c'est que... c'est violent. Et puis, il y a la mort... Les jours d'enterrement, je ferme les fenêtres parce qu'on entend les cloches de l'église jusqu'ici...
- C'est quoi le plus dur ?
- Le plus dur, c'est d'entendre : 'Il ne se rappelle jamais mes visites alors je ne viens plus.'
Silence.
- Pourquoi vous ne cherchez pas un autre travail ?
- Parce qu'il n'y a pas un seul travail où je pourrais entendre les histoires que me racontent les résidents d'ici.
(p. 133-134)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
fanfanouche24fanfanouche24   05 août 2015
Mon amour, la première fois que je t'ai embrassée j'ai senti un battement d'ailes contre ma bouche. J'ai d'abord cru qu'un oiseau se débattait sous tes lèvres, que ton baiser ne voulait pas du mien. Mais quand ta langue est venue chercher la mienne, l'oiseau s'est mis à jouer avec nos souffles, c'était comme si on se le renvoyait de l'un à l'autre. (p.243)
Commenter  J’apprécie          470
ZilizZiliz   22 mars 2016
Avant de s'endormir, madame Gentil m'a raconté ce qu'elle nous raconte depuis des mois à Jo, Maria et moi. C'est toujours la même histoire : elle est née en 1941, sa famille vivait dans la cave de la maison pour se protéger des bombes. Elle entendait les sirènes et les avions quand ils passaient dans le ciel. Un matin, elle s'est réveillée dans une chambre inconnue. Il y avait des fleurs sur la tapisserie et de grandes fenêtres traversées par le soleil. Elle a pensé qu'elle était morte, qu'elle était au paradis. En vérité, la guerre était finie et ses parents l'avaient montée d'un étage dans la maison pendant qu'elle dormait.
(p. 377)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LeonieeLeoniee   31 décembre 2017
Tu ne pars pas sans prendre un petit déjeuner, mets ta veste il fait froid dehors, mais qu’est-ce que c’est que ce bordel, tu t’es brossé les dents, il serait peut-être temps de grandir, va prendre ta douche, ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave, je t’aime, bonne nuit, qu’est-ce que t’es belle ce matin, j’adore ce truc sur toi, ton prof d’histoire-géo vient d’appeler, il est tard, va te coucher, mais si c’est important les maths, ça va mon amour, c’est qui ce garçon, je sais que tu n’aimes pas lire mais ça tu vas adorer, je te récupère à quelle heure, ils font quoi ses parents, éteins les lumières, ne marche pas pieds nus, on va aller voir un médecin, ne discute pas, viens faire un câlin, si tu n’obéis pas, j’appelle ton père.
Avoir une mère, même chiante, même dingue, même mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Valérie Perrin (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Perrin
L'invitée spéciale : Valérie Perrin - Thé ou Café - 18/03/2018
autres livres classés : maison de retraiteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Valérie Perrin (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3139 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..