AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754800587
128 pages
Éditeur : Futuropolis (10/01/2008)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Martha Jane Cannary est certainement l'une des personnalités les plus connus des États Unis d'Amérique, sous le nom de Calamity Jane. Mais qui est-elle réellement ? Christian Perrissin et Matthieu Blanchin se sont penchés sur les écrits de Calamity Jane, Les Lettre à sa fille, et sur de nombreux autres écrits pour nous raconter la vie de cette aventurière, célèbre, mais assez méconnue, qui a croisé le Général Custer, et dont le grand amour se nommait Wild Bill Hicko... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  04 janvier 2014
Je commencerai cette critique par une citation que j'ai emprunté aux auteurs de cet ouvrage ; "Car rien r'est jamais sûr avec Martha Jane Cannary. Il existe souvent un tel fossé entre la réalité et la légende de sa vie que tous les scénarios sont possibles...". Aussi, les auteur / illustrateur essaient-ils seulement d'âtre au plus proche de la vérité concernant l'histoire de cette femme qui, lorsque l'on prononce son nom (du moins son surnom, celui de "Calamity Jane") près de deux siècles plus tard, tout le monde ou presque en a entendu parler.
Dans ce premier tome, le lecteur découvre ce que fut l'enfance de et l'adolescence de Martha. Née le 1er mai 1853 près de Princeton, Martha sera l'aînée et aura au tout et pour tout cinq frères et soeurs. Lorsque l'argent commence à manquer, la famille Cannary décide de prendre la route, une route qui s'avèrera périlleuse puisque c'est durant ce long voyage que la mère pourra. Premier malheur qui s'abattra donc sur Martha et les siens. Lorsque son père rend l'âme quelques années plus tard, Martha doit assumer seule l'éducation de ses cadets ainsi que leur trouver de quoi manger chaque jour. Cependant, cette vie est trop rude à mener pour une jeune fille qui n'a même pas seize et qui ne rêve que d'une chose : reprendre la route, voyager à travers les plaines et vivre au jour le jour sur son fidèle cheval, Pilgrin.
Mais, rien n'est jamais aussi simple. Dans un monde tout juste sorti d'une guerre qui partagé le Nord et le Sud (la guerre de Sécession) et où le peuple indien (avec ses différentes tribus) est encore victime de persécutions de la part de l'homme blanc. Celui-ci profite d'ailleurs du manque d'instruction de la part du peuple indien pour lui faire signer des soit-disant traités de paix pour pouvoir mieux le contrôler par la suite, voire (et c'est d'ailleurs ce qui se passera plus tard) le parquer dans des réserves.
Aussi, la vie de vagabondage dont avait rêvé Martha Jane n'est pas facile tous les jours mais elle s'en sort, s'installant parfois dans des villes où elle nouera des amitiés qui pourront lui être précieuses par la suite...
Même si l'histoire est passionnante, elle est parfois un peu difficile à suivre car la masse d'informations est parfois trop importante pour un tel ouvrage et que les didascalies, imprimées dans un style qui se rapproche le plus de l'écriture manuelle, sont parfois difficiles à déchiffrer. Quant au graphisme, il est grossier (cela est fait exprès bien entendu mais cela m'a un peu dérangé car par moments, j'ai trouve que cela était plus proche de la caricature que du dessin à proprement parler,donnant une impression d'un dessin vite fait) et en noir et blanc (ça, par contre, j'adore).
Une bande-dessinée (enfin disons plutôt, roman graphique) instructive. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
boudicca
  29 novembre 2014
Figure emblématique de la conquête de l'Ouest, Calamity Jane est de ces personnages dont la légende a pris une telle proportion qu'il devient impossible de discerner la réalité de la fiction. Éclaireur pour l'armée américaine à l'heure des heurts avec les Indiens puis vedette d'un spectacle itinérant consacré à ses propres exploits, il faut dire que le parcours de cette jeune femme est loin d'être atypique ! Proposer un récit cohérent et le plus proche possible de la réalité ne se fait donc pas sans mal, mais Mathieu Blanchin et Christian Perrissin y parviennent brillamment avec ce premier album consacré aux années 1852 à 1869 de la vie de l'aventurière. On y découvre son enfance et ses premiers exploits, jusqu'à sa décision de rejoindre l'Est du pays où l'attendent de nouvelles aventures qui seront relatées dans les deux albums suivants. Tous les événements marquants qui contribuèrent à forger la légende de Calamity Jane sont ici relatés : son premier voyage en convoi avec toute sa famille pour Salt Lake City, la mort de ses parents qui l'oblige à veiller sur ses cinq frères et soeurs, sa décision de partir afin de subvenir à leurs besoins, et enfin le début de sa vie d'aventurière. La jeune femme voyage dans un premier temps seule puis, consciente des risques qu'elle encoure, décide de s'installer à Laramie où elle travaille comme lavandière avant de rejoindre un convoi partant pour Fort Kearney et de traverser le territoire cheyenne, travestie en homme. C'est là qu'elle acquerra le surnom de « Calamité » qu'elle gardera fièrement jusqu'à la fin de sa vie.
Au-delà de l'histoire de Martha Jane Cannary, Mathieu Blanchin et Christian Perrissin brossent un portrait saisissant de l'Ouest américain de la fin du XIXe. Une époque à laquelle les États-Unis sont en fait coupés en deux : d'un côté l'Est, très peuplé et structuré par un réseau d'infrastructures ferroviaires élaboré ; de l'autre l'Ouest sauvage constitué de vastes territoires où seuls quelques forts et relais de poste témoignent de la présence des Blancs et où les tribus indiennes sont encore nombreuses. La bande dessinée nous permet de nous faire une idée un peu plus précise de la vie menée dans les colonies par tous ces hommes et femmes qui se sont lancées à l'assaut de l'Ouest, aussi bien des repris de justice désireux de se faire oublier que des familles entières en quête de l'eldorado, ou encore des militaires accompagnés de leur épouse et stationnés sur tel ou tel fort. Un mélange très hétéroclite qui, comme on peut s'en douter, va rendre la cohabitation un peu difficile. Sans oublier les conditions de vie très rudes dans lesquels ces pionniers doivent vivre : habitations constituées de simples tentes ouvertes à tous les vents ou de cabanes de fortune pour les plus chanceux ; besoin constant d'attendre le ravitaillement, en nourriture aussi bien qu'en matériel ; longueur des liaisons entre les différents postes... (NB : de ce point de vue, la bande dessinée m'a beaucoup fait penser à deux oeuvres cinématographiques vues récemment : le film « The Homesman » qui donnait un aperçu glaçant de ce que pouvait être la vie des femmes vivant dans ces territoires sauvages et désertiques de l'Ouest, et la série « Deadwood » qui nous dévoilait presque au jour le jour la création et l'évolution d'une colonie).
Le lecteur prend conscience de la dureté des conditions de vie imposées à ses pionniers non seulement grâce aux personnes ou communautés que l'héroïne rencontre mais aussi par son parcours à elle. Car la vie aventureuse a un prix, et la jeune femme va vite en faire la rude expérience. On l'a voit par exemple obligée de se travestir en homme afin d'échapper aux assauts des hommes (souvent d'anciens criminels désireux d'échapper à la justice), ce qui ne l'empêchera pas d'être malgré tout victime de viol et de nombreuses humiliations. Au-delà de l'empathie ressentie par le lecteur au vue des épreuves traversées par l'héroïne, c'est surtout la personnalité de celle-ci qui la rend attachante. Il faut dire que Calamity Jane a du caractère à revendre ! Maladroite et un peu brusque mais aussi courageuse et déterminée, la jeune femme force l'admiration par son habilité à s'adapter à n'importe quel travail (lavandière aussi bien que cocher) et amuse par son extravagance qui la pousse souvent à l'exagération dès qu'il est question de relater ses propres exploits. Les graphismes sont pour leur part très simplistes, uniquement des coups de crayon qui esquissent des paysages, des formes et les contours des personnages, le tout en noir et blanc. Un choix artistique qui peut légèrement déstabiliser au début mais auquel on se fait rapidement, ce dépouillement n'étant au final pas sans un certain charme et permettant au lecteur de véritablement s'immerger dans le récit et l'histoire de ces personnages qui, pour la plupart, vivent dans un grand dénuement.
Mathieu Blanchin et Christian Perrissin signent avec ce premier album de « La vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane » une bande dessinée de qualité qui ne manquera pas de ravir les amateurs de western. Nul doute que les deux autres volumes qui nous entraînent jusqu'à l'année 1903 sauront se montrer aussi convaincants et aussi passionnants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Fifrildi
  25 octobre 2020
Je connais vaguement Calamity Jane pour l'avoir vue dans un épisode de Lucky Luke quand j'étais gamine.
https://www.youtube.com/watch?v=VeoJ2Y7vbTM
Matthieu Blanchin et Christian Perrissin lui consacrent une bande dessinée en 3 tomes.
Martha Jane Cannary (1852-1903) est la femme la plus célèbre de la conquête de l'Ouest. Ce premier tome retrace les 17 premières années de sa vie.
Elle est née dans le Missouri, dans une famille mormone de 6 enfants. Elle a 13 ans quand ses parents décident de partir vers Salt Lake City dans l'Utah dans l'espoir d'une vie meilleure. À cette époque, les voyages sont longs et dangereux. Sa mère meurt avant d'arriver à destination. Son père meurt un an plus tard, laissant Martha seule pour élever ses 5 frères et soeurs.
Dépassée par les événements, elle s'enfuit dans le but de faire fortune et d'offrir une meilleure vie à ses frères et soeurs. C'est le début de sa vie aventureuse…
Dans l'ensemble, je n'ai pas trop apprécié les graphismes (dessins/monochrome sépia). Quoi qu'il en soit, c'est toujours intéressant de découvrir la vie d'une femme qui refusait d'entrer dans le moule.
Je ne suis pas très motivée pour lire la suite…

Challenge BD 2020
Challenge livre historique 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
Aelinel
  09 février 2015
Je ne connaissais strictement rien de Calamity Jane : pour tout vous dire, je pensais même qu'il s'agissait d'une hors-la-loi comme Billy The Kid! J'ai donc lu d'une traite ces trois bandes dessinées qui lui ont été consacrées. Et bien, je n'ai pas été déçue! Les dessins et l'écriture ne sont infantiles qu'en apparence car ils nous permettent parfaitement bien de nous immerger dans l'histoire de cette femme hors du commun. La couleur sépia utilisée tout au long du récit nous plonge également dans cette époque et m'a fait penser à ces anciennes cartes postales de la fin du XIXème - Début XXème siècle que je collectionne. le contexte historique est très bien reconstitué également. Malheureusement, il ne reste pas beaucoup de sources sur Calamity Jane. Et es auteurs ont donc dû être contraint de broder et de faire avec la mythomanie du personnage, ce qui n'est pas une mince affaire!
Je reviens donc à l'héroïne principale : le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'une personnalité hors-norme et douée d'un fort caractère! Dans les deux premiers tomes, je me suis beaucoup attachée à elle car la vie qu'elle mène, surtout pour une femme, est d'autant plus rude qu'elle doit cacher sa féminité aux hommes. Mais, avec le temps et dès ses 25-30 ans (troisième tome), j'avoue qu'elle m'a beaucoup agacée : c'est certainement dû à son alcoolisme et à son côté Bad Girl qui m'a un peu déplu. Néanmoins, Calamity Jane reste une personnalité attachante et qui a le courage de bousculer les codes surtout dans une époque où les conditions de vie ne laissaient pas beaucoup de choix à une femme. Bref, je recommande la lecture de ces trois bandes dessinées qui en fin de compte est davantage pour moi un biographie romancée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Under_the_Moon
  10 janvier 2018
Poussée par les souvenirs d'enfance des westerns avec les grands espaces sauvages et lutte pour la survie des Blancs sur les terres indiennes, je suis allée vers cet album pensant en apprendre davantage sur la fameuse Calamity Jane, cette figure de l'Ouest si curieuse à plus d'un égard !
Le premier tome de cette série montre les débuts de Martha Jane Canary qui devient peu à peu Marty grâce à l'art du travestissement.
Après avoir abandonné ses petits frères et soeurs dont elle s'occupait depuis le décès de ses parents pour échapper au mariage elle se lance à l'aventure en solitaire. Tantôt femme, tantôt homme, elle oscille en fonction de l'opportunité.
Le scénario et les graphismes mettent bien en avant ce paradoxe d'une femme du 19ème qui évolue seule dans un monde de rustres qui laisse peu de place pour le sentimentalisme ou l'épanouissement des femmes en tant qu'individus à part entière.
Bien sûr on voit aussi les convois qui s'aventurent sur les terrains de chasse des tribus indiennes.. Grandes images d'Epinal.
Mais le graphisme au crayon et le lettrage assez pénible à lire , en plus d'un scénario qui n'a pas eu la flamme nécessaire pour retenir mon attention... Tout cela me fait dire que l'aventure de l'Ouest s'arrêtra là pour moi..
Dommage le sujet de départ était vendeur..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
PavlikPavlik   16 octobre 2014
Toute la journée, le conducteur de bœufs marche à côté de son attelage faisant claquer son fouet pour maintenir la colonne dans la bonne direction et l'injuriant pour garder la cadence. On dit que Marthy devint très vite à l'aise dans ce dernier domaine. Comme si sa langue, après des années d'abstinence auprès des mormons, se déliait d'un trop-plein d'injures retenues.
Commenter  J’apprécie          100
FifrildiFifrildi   20 octobre 2020
- (...) Des chrétiens se sont mis à pendre des nôtres, les mormons. A cause des mariages, vous savez, les hommes qui prenaient plusieurs femmes, quoi.
Commenter  J’apprécie          60
mikaelunvoasmikaelunvoas   23 octobre 2018
Mé chéri
Quand vous auré cette lettre entre vos mains je traversai le territoire des indiens cheyennes à travailler dur comme convoyeuse de l'armée pour vous faire parvenir de koi vivre.
Commenter  J’apprécie          20
BibliotekanaBibliotekana   23 juillet 2013
Je vais vous dire, MISS CANNARY : vous êtes une véritable calamité, pour ce convoi et pour l'armée des États-Unis toute entière ! Voilà ce que vous êtes : une CALAMITÉ !!!
Commenter  J’apprécie          20
BibliotekanaBibliotekana   23 juillet 2013
Martha Jane doit se résigner à renfiler robe et jupons, se coiffer et se farder pour redevenir une jeune femme présentable...
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Christian Perrissin (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Perrissin
Février sera un mois de voyages. Chacun à sa manière, nos albums Futuro raconteront de grandes migrations : une expédition autour du monde dans Le Voyage du Commodore Anson, le quotidien des réfugiés dans Chez Nous, les migrations des Oiseaux et l'exil d'Inna Shevchenko dans le tome 2 de Prénom : Inna.
autres livres classés : calamity janeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous la vrai vie de Calamity Jane ?

Dans quel état des États-Unis Martha Jane est-elle née ?

Misraton
Mississippi
Missouri
Michigan

7 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Martha Jane Cannary (la vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane), Tome 1 : Les années 1852-1869 de Christian PerrissinCréer un quiz sur ce livre

.. ..