AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919242740
Éditeur : Editions 2024 (22/08/2017)
3.38/5   17 notes
Résumé :
Paul, Sofia, Karl et Ottö, deux agents humains accompagnés de deux androïdes, s'aventurent sur une planète lointaine à la recherche d'une équipe scientifique disparue. Sur les arbres, les plantes, les roches, des excroissances géométriques défigurent le paysage, symptômes d'une expérience de grande ampleur ayant mal tourné. Bientôt piégés par une nature hostile, soumis à de violentes tempêtes gravitationnelles et de mystérieuses distorsions temporelles, nos quatre h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Erik35
  20 février 2018
NOUS SOMMES SI PETITS...
Quatre petits bonshommes aux traits minimalistes, dessinés au rotring, sur des scènes aux tonalités bichromatiques à dominante rouge et noire puis bleue et noire - dans lesquelles s'intercales quelques moments mystérieux à la dominante jaune-noire - se déplacent dans un univers terraformé qui, peu à peu les dépasse. C'est ainsi que Paul et Sofia, deux scientifiques humains accompagnés de Karl et Ottö, deux androïdes ultra-polyvalents partent à la recherche d'un groupe de quatre précédents scientifiques qui semblent avoir subitement disparus de leur station orbitale "Grand Central" sans raison justifiable. Voici, pour plus de détails, les propres mots du dessinateur et illustrateur de Crépuscule, cet étrange OVNI graphique paru aux éditions 2024 fin 2017, Jeremy Perrodeau :
« Ici commence le récit d'aventure, après un prologue. Car Crépuscule est avant tout une histoire d'exploration, et non de science-fiction. Quatre personnages — les principaux — atterrissent sur une planète qui pose question : une équipe scientifique y a disparu. Elle venait observer des phénomènes étranges, des protubérances géométriques sur des plantes et des roches, comme une altération de la nature… le groupe est constitué de deux humains et deux androïdes — dont la condition est seulement dévoilée ici, dans la cinquième case. Suite à un accident, ils se retrouvent bloqués. Leur seule option est d'atteindre un abri mentionné par un enregistrement de la station orbitale. Au début de cette page, ils font un bilan, cherchent comment atteindre leur but. Cela résume bien ma façon d'envisager le récit : aller d'un point A à un point B, comme dans un jeu vidéo.
Pour cet album, j'ai principalement utilisé un point de vue éloigné, avec des gros plans ici ou là pour créer du rythme, et mettre le doigt sur des séquences particulièrement intéressantes. Une voix off intervient dans la troisième case, mais j'y ai très peu recours dans le livre. J'ai voulu me tenir très près des personnages, et faire du lecteur leur cinquième compagnon. Il les suit, et ne peut pas voir ce qu'ils ne voient pas. »
Onirique, inquiétant, sans fin clairement définie puisque c'est bien plus la recherche, l'exploration, l'inquiétude métaphysique, la réflexion sans réponse définitive sur l'espace et le temps, sur la transformation de l'homme en démiurge dépassé par sa création, rattrapée par la puissance incontrôlable de mère nature - à moins que ces énigmatiques personnages sur fond jaune, potentiels représentants d'une société dite "première", n'aient été les patients et humbles gardiens d'un savoir ancestral permettant de conserver l'équilibre entre l'humain et la nature, jusqu'à ce que les hommes-science et les hommes-machine ne le détruise ? - qui feront peu à peu l'essence de cet ouvrage, plutôt qu'une hypothétique résolution dans une impossible conclusion. La Vie trouve-t-elle seulement jamais de définitive conclusion, n'est-elle pas une pérégrination sans fin, sinon sans but ? Plus on s'enfonce dans le coeur du lire et plus l'on songe que les amateurs de "Walden ou La vie dans les bois" de Henry David Thoreau seront très certainement parmi les moins surpris par les thématiques tout autant que les procédés narratifs de ce volume si original et particulier.
Difficilement classable - SF ? Aventure ? Expérience graphique ? Proposition écologique et humaniste d'un genre inconnu ? - ce Crépuscule ne cesse d'intriguer, d'interroger, sans jamais permettre au lecteur d'être certain qu'il a tout compris à cet ensemble étrange, pour autant que tout soit à saisir... On peut rester parfaitement de marbre devant un tel "roman graphique", ne serait-ce qu'en raison de son dessin aux caractéristiques presque enfantines, stylisé à l'extrême et très géométrique, mais impossible de se résoudre à affirmer qu'il est dénué d'intérêt tant s'en dégage un bizarre envoûtement. le genre d'ouvrage qui, lecture après lecture, s'acharne, à travers ses grandes plages de silence, à garder sa part de mystère : n'est-ce pas une définition possible de la poésie...?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
jamiK
  01 avril 2021
Le graphisme est réalisé en bichromie. Ce choix technique est très important pour l'impression qu'il nous procure. En réalité, il y a trois bichromie, une jaune et noir, une orange et noire et une bleue et noire, à noter qu'il y a une page unique en trichromie où le orange et le bleu ne se touchent jamais. Ce ne sont pas des couleurs quadrichromiques, ce sont des couleurs très saturées, très lumineuses, fluorescentes. Chacune crée un univers qui lui est propre. C'est une colorisation assez unique dans l'univers de la bande dessinée, déjà rien que pour cela, la bande dessinée vaut le coup d'oeil.
L'histoire est assez étrange, les dialogues paraissent froids, il y a deux personnages robots,mais les humains ne sont pas plus incarnés, ce sont des scientifiques et leur rôle s'arrête là. C'est un récit de science-fiction pure et dure, une équipe se rend sur une planète en terraformation où il s'est passé un phénomène inexplicable, c'est un récit d'exploration peuplé de phénomènes étranges, ils vont être confrontés à des accidents temporels, un dérapage dans l'évolution qu'ils ont voulu instaurer sur cette planète.
Le ton froid ne nous embarque pas au premier abord, celui de la narration technique, celui du trait raide, géométrique, schématique, et pourtant on sent un foisonnement, une richesse, c'est les couleurs puissantes et la créativité foisonnante des décors qui nous entraînent. le récit est comme un labyrinthe, fait de paradoxes temporels, de dimensions non euclidiennes, monté en boucles, pas très facile à reconstruire, mais quand les pièces commencent à s'assembler, cela prend une dimension vertigineuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Trebulle
  11 mai 2018
Des humains qui jouent aux apprentis-sorciers avec l'environnement d'une autre planète, une première équipe de scientifiques dont on n'a plus de nouvelles après la découverte d'une anomalie, une seconde équipe venue leur porter secours mais qui se retrouve coincée et coupée de tout elle aussi... j'avoue que cet air de déjà vu ne m'a pas aidé à accrocher avec cette BD (j'ai trouvé Aamâ de Frederik Peeters terriblement meilleure dans cette veine).
Est-ce le graphisme minimaliste, que je trouve pourtant intéressant, mais je ne suis pas parvenue à m'intéresser vraiment au sort des personnages humains et androïdes, dont je n'ai même pas retenu le nom ?
L'idée de départ était pourtant prometteuse : une réflexion sur la place de l'homme dans l'univers, la distorsion de la matière, du temps et de l'espace... j'étais également intriguée par ces mystérieuses formes géométriques envahissant toute la végétation locale.
Mais il m'a définitivement manqué quelque chose de plus, un je-ne-sais-quoi, peut-être un récit un peu plus long, un petit souffle d'aventure en plus, des personnages plus incarnés...
En revanche, il s'agit d'un bel objet, à la présentation soignée, presqu'en décalage avec l'épure du graphisme.
Ne passez pas forcément votre chemin car c'est un album qui mériterait d'être étoffé d'autres avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Caligari
  25 novembre 2018
Une odyssée SF avec des choix graphiques originaux. Enthousiasmant…
Commenter  J’apprécie          00
grossefab
  06 juin 2018
original mais trop "fouillis" pour moi !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
BoDoi   14 novembre 2017
Et si le récit ne frustre pas malgré tout, c’est que la quête est plus importante que son horizon, Perrodeau « géométrisant » le réel pour mieux le réenchanter et insuffler la vie.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   11 octobre 2017
"Crépuscule", one-shot de Jérémy Perrodeau, nous plonge dans une (en)quête spatio-temporelle colorée.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Erik35Erik35   20 février 2018
- C'est ironique quand on y pense...

- Quoi donc ?

- Nous sommes missionnés pour retrouver ces scientifiques.
Et nous nous retrouvons dans la même position qu'eux.
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Jérémy Perrodeau (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémy Perrodeau
- "Blanc autour" de Wilfrid Lupano, Stéphane Fert chez Dargaud https://cutt.ly/vksU7gz
- "Le long des ruines" de Jérémy Perrodeau chez Editions 2024 https://cutt.ly/sksIwak
- "Gousse & Gigot Contes du Marylène. Volume 4" de Anne Simon chez Misma https://cutt.ly/WksItRN - "Faux accords Connexions. Volume 1" de Pierre Jeanneau chez Tanibis https://cutt.ly/pksIi1H
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3620 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre