AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070250448
136 pages
Éditeur : Gallimard (01/03/1963)
4.21/5   19 notes
Résumé :
Il est souvent question de la Bretagne, dans ce petit livre. J’aimerais qu’on ne s’y trompe pas. C’est simplement le nom que je donne à certaines de mes obsessions, tout à fait absurdes. Ce que m’a donné la fréquentation assez poussée de ce pays ne tient pas à ma présence « effective » au bord de la mer. Je reste persuadé que tout ce qui émeut l’homme peut se déclarer n’importe où, et singulièrement entre quatre murs neutres et nus. La Bretagne est l’anecdote de ma ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
jamiK
  11 novembre 2019
"La musique des doigts de l'eau
Qui se font les ongles en silence
Au contact rugueux des galets
De ces galets que l'on ramasse
Que l'on caresse de la paume
Que l'on regarde sur la table
Quand on est loin de leur pays
Ils font se lever la mémoire
Comme un spectre de bon aloi.
Qui dit que la mer est à boire ?
Elle est trop salée
Mais l'homme a toujours besoin d'elle
Besoin de la savoir présente
Irréductible au pas humain."

Elle a récité cet extrait qui évoque tellement notre pays, notre enfance, notre vie, sa vie.
C'était la dernière fois.
Et nous avons pleuré.
Adieu maman.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LeFigaro   13 juin 2019
Des poèmes comme une fugue splendide vers le Finistère et ses villes aux noms âpres comme du granit.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
OttoDidaktOttoDidakt   21 juillet 2019
Ces envies de vivre qui me prennent
Et cette panique, cette supplication
Cette peur de mourir
Alors que je n'ai pas encore vécu
Et que dans ces moments
J'ai ma vie sur la langue
Il me semble que ça va être possible, enfin
Que je vais y aller d'une grande respiration
Que je vais avaler le soleil et la lune
Et la terre et le ciel et la mer
Et tous les hommes mes amis
Et toutes les femmes mes rêves
D'un seul grand coup
De poitrine éclatée
Quitte à en mourir, oui,
Mais pour de bon
Pas de cette mort ridicule
Déshonorante, inutile,
Qui accuse la parodie
Qui accuse le défaut, de ce qu'on appelle la vie
Sans trop savoir de quoi nous parlons.
On se renseigne auprès des autres
On leur pose des tas de questions
Avec cette hypocrisie de bonne société
On marque des points en silence
Ils souffrent autant que nous, tant mieux
On se dit même
Qu'on est un peu plus vivants qu'eux
Ô l'horreur
Et la fragilité
De nos amours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
coco4649coco4649   17 octobre 2018
Marines


Extrait 20

Au fur et à mesure que l’homme se raréfie
L’homme taupe
L’homme rat
L’homme puce
Qui saute ici et puis ailleurs
Dans son délire quotidien
Ce parasite qui suce le sang de la vie
Mais il en perd toutes couleurs, ainsi
Finissent pas mal d’hommes.
Alors voilà que c’est assez
Que c’est dans notre dos
Les entrevues jusqu’à nausée
Sur l’ennui d’être plutôt ceci que cela
Les amours propres qui sont sales
Les susceptibilités l’oeil en coin
Les défilés de mannequin
Qui portent la mort sous leur masque
Les petites bicoques loi Loucheur
Où les dimanches de l’ennui
S’écoulent près de la grand-route
Où l’on se tue à perdre haleine
Les conversations au sommet
Les grands coups de poing sur la table
Les politiques infernales
Les gratte-ciel ongles de nuit
Où l’on brasse
L’horreur d’être homme en ce monde
Foutez-moi tout çà dans la mer
Foutez-moi tout dans l’eau salée
Que la terre ouvre ses veines
Et se refasse en nouveauté
En compagnie tourbillonnante
De ces tziganes de poissons.
Respire ami et songe encore à d’autres mots
Ceux-là câlins, mots de laine
Oiseaux sous la langue
Qui disent le printemps marin
La gentillesse armoricaine
Qui tutoie l’univers entier
À ces mots :
       Forest Fouesnant
       Lannilis
       Landudal
       Landevennec
       Saint-Guennolé
       Plouhinec
       Clahars carnoët
       Rozermeur
À ces noms de rivière aussi
Ces rivières qui viennent doucement mourir
Dans l’énorme cuve qui bout de peur
Comme disait je ne sais plus qui :
       Aulne
       Aven
       Odet
       Ellern
       Ellé
       Blavet
       Goyen
       Laïta
Laisse-toi prendre dans ces mots
Comme dans une algue marine
Qui va sa vie au gré des flots

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   03 avril 2015
Il y a un bruit près de chez moi
Comment pourrai-je m'en passer
Celui de l'homme c'est la voix
Que je connais trop bien, assez.
Un bruit qui ne vient pas des hommes
Les hommes sont mes compagnons
Ce bruit qui vient de nulle part
Me rend bien fou quand je l'entends
Il ne ressemble à rien d'humain
Quoique les hommes de toujours
L'aient entendu.
Homère en parle avec génie
Il ne ressemble à rien d'ici
C'est un bruit féroce et têtu
Parfois plaintif comme une femme
Parfois meurtrier, je le nomme
Celui du flux et du reflux
Que fait la mer en mon oreille
La mer qui ne ressemble à rien
Que l'on regarde sans savoir
Ce que cache cette merveille
Pourquoi ce bruit m'enchante-t-il
Ce n'est pas demain ni après
Que je pourrai le dire, vrai
Je n'en sais plus long que personne
C'est que ce bruit a l'indicible
Dans la peau, comme nous avons
Ce sang qui coule dans nos veines
Sang bleu quand d'ici on le voit
Sous l'épiderme il est sournois
Sang rouge quand on y va
Un peu plus fort qu'il ne faudrait
La mort est près de nous si près
Qu'on fait semblant d'être des hommes
Il suffit d'une simple aiguille
Pour que le cœur donne son nom
Au dernier fil de la quenouille.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jmb33320jmb33320   09 janvier 2021
On meurt de rire on meurt de faim
On meurt pour blessure à la guerre
On meurt au théâtre à la fin
D'un drame où le ciel est par terre.

Il est cent façons de mourir
Pour vivre on est beaucoup plus sage.
Il s'agit de savoir moisir
Entre l'espoir et le fromage.

Georges Perros - Poèmes bleus (p. 98)
Commenter  J’apprécie          192
Annette55Annette55   15 janvier 2020
«  La mer est jeune, quel âge a- t- elle
Elle est ce mur horizontal
Où s’appuyer quand rien ne va
Et rien ne va plus trop souvent
Cette béquille infatigable
Qui n’en finit pas de jeter
Sa parabole au fond des sables
Dans le cœur mat d’un coquillage
On l’entend encore chanter. »
Commenter  J’apprécie          192

Videos de Georges Perros (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perros
VICTOR POUCHET - LA GRANDE AVENTURE - 18 questions sur la vie et la poésie
« le fil c'est peut-être une histoire très simple : tragi-comédie en cinq actes et deux personnages. L'un régulièrement menace de partir. L'autre se contente d'écrire des poèmes, dans l'espoir absurde de l'en empêcher. » Dans le roman-poème La Grande aventure, Victor Pouchet déroule une histoire à la fois bouleversante et légère en vers : une rencontre, des micro-aventures qui prennent des proportions de l'univers, des angoisses cosmiques, chansons tristes et verres de vin. Cette conférence-performance est l'occasion de traverser le livre et l'aventure de son écriture à travers une série de questionnements poétiques (ou presque) qui concerneront entre autres choses l'hypnose, Georges Perros, les récits épiques, Eugène Guillevic, les imprimantes laser avec option wifi, le doute et les chips au vinaigre.
À lire – Victor Pouchet, La grande aventure, Grasset, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre