AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072845750
Éditeur : Gallimard (30/05/2019)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Il est souvent question de la Bretagne, dans ce petit livre. J’aimerais qu’on ne s’y trompe pas. C’est simplement le nom que je donne à certaines de mes obsessions, tout à fait absurdes. Ce que m’a donné la fréquentation assez poussée de ce pays ne tient pas à ma présence « effective » au bord de la mer. Je reste persuadé que tout ce qui émeut l’homme peut se déclarer n’importe où, et singulièrement entre quatre murs neutres et nus. La Bretagne est l’anecdote de ma ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Wozniaksandy
  21 novembre 2018
J'ai découvert très récemment les Poèmes Georges Perros grâce à une formidable émission de France culture avec pour ceux qui connaisse, la voix magnifique de Jean DAIVE. 3 livres m'ont tapé dans l'oeil, aujourd'hui je vous parle des Poèmes bleus.
Si vous aimez la Bretagne, je ne saurais trop vous conseiller de lire Perros, pour le regard juste qu'il porte sur ses paysages et ses habitants et pour ce petit tour du Finistère à travers ses écrivains et ses peintres. C'est beau, juste beau et émouvant. Sa langue est belle est douce. Il parle de la vie, de la mort, de l'amour, de la mer. Il est difficile de recenser la lecture d'un recueil de poésie, mon seul conseil, lisez ce livre pour mémoire d'un homme à la parole essentielle.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
LeFigaro   13 juin 2019
Des poèmes comme une fugue splendide vers le Finistère et ses villes aux noms âpres comme du granit.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   17 octobre 2018
Marines


Extrait 20

Au fur et à mesure que l’homme se raréfie
L’homme taupe
L’homme rat
L’homme puce
Qui saute ici et puis ailleurs
Dans son délire quotidien
Ce parasite qui suce le sang de la vie
Mais il en perd toutes couleurs, ainsi
Finissent pas mal d’hommes.
Alors voilà que c’est assez
Que c’est dans notre dos
Les entrevues jusqu’à nausée
Sur l’ennui d’être plutôt ceci que cela
Les amours propres qui sont sales
Les susceptibilités l’oeil en coin
Les défilés de mannequin
Qui portent la mort sous leur masque
Les petites bicoques loi Loucheur
Où les dimanches de l’ennui
S’écoulent près de la grand-route
Où l’on se tue à perdre haleine
Les conversations au sommet
Les grands coups de poing sur la table
Les politiques infernales
Les gratte-ciel ongles de nuit
Où l’on brasse
L’horreur d’être homme en ce monde
Foutez-moi tout çà dans la mer
Foutez-moi tout dans l’eau salée
Que la terre ouvre ses veines
Et se refasse en nouveauté
En compagnie tourbillonnante
De ces tziganes de poissons.
Respire ami et songe encore à d’autres mots
Ceux-là câlins, mots de laine
Oiseaux sous la langue
Qui disent le printemps marin
La gentillesse armoricaine
Qui tutoie l’univers entier
À ces mots :
       Forest Fouesnant
       Lannilis
       Landudal
       Landevennec
       Saint-Guennolé
       Plouhinec
       Clahars carnoët
       Rozermeur
À ces noms de rivière aussi
Ces rivières qui viennent doucement mourir
Dans l’énorme cuve qui bout de peur
Comme disait je ne sais plus qui :
       Aulne
       Aven
       Odet
       Ellern
       Ellé
       Blavet
       Goyen
       Laïta
Laisse-toi prendre dans ces mots
Comme dans une algue marine
Qui va sa vie au gré des flots

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OttoDidaktOttoDidakt   21 juillet 2019
Ces envies de vivre qui me prennent
Et cette panique, cette supplication
Cette peur de mourir
Alors que je n'ai pas encore vécu
Et que dans ces moments
J'ai ma vie sur la langue
Il me semble que ça va être possible, enfin
Que je vais y aller d'une grande respiration
Que je vais avaler le soleil et la lune
Et la terre et le ciel et la mer
Et tous les hommes mes amis
Et toutes les femmes mes rêves
D'un seul grand coup
De poitrine éclatée
Quitte à en mourir, oui,
Mais pour de bon
Pas de cette mort ridicule
Déshonorante, inutile,
Qui accuse la parodie
Qui accuse le défaut, de ce qu'on appelle la vie
Sans trop savoir de quoi nous parlons.
On se renseigne auprès des autres
On leur pose des tas de questions
Avec cette hypocrisie de bonne société
On marque des points en silence
Ils souffrent autant que nous, tant mieux
On se dit même
Qu'on est un peu plus vivants qu'eux
Ô l'horreur
Et la fragilité
De nos amours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   03 avril 2015
Il y a un bruit près de chez moi
Comment pourrai-je m'en passer
Celui de l'homme c'est la voix
Que je connais trop bien, assez.
Un bruit qui ne vient pas des hommes
Les hommes sont mes compagnons
Ce bruit qui vient de nulle part
Me rend bien fou quand je l'entends
Il ne ressemble à rien d'humain
Quoique les hommes de toujours
L'aient entendu.
Homère en parle avec génie
Il ne ressemble à rien d'ici
C'est un bruit féroce et têtu
Parfois plaintif comme une femme
Parfois meurtrier, je le nomme
Celui du flux et du reflux
Que fait la mer en mon oreille
La mer qui ne ressemble à rien
Que l'on regarde sans savoir
Ce que cache cette merveille
Pourquoi ce bruit m'enchante-t-il
Ce n'est pas demain ni après
Que je pourrai le dire, vrai
Je n'en sais plus long que personne
C'est que ce bruit a l'indicible
Dans la peau, comme nous avons
Ce sang qui coule dans nos veines
Sang bleu quand d'ici on le voit
Sous l'épiderme il est sournois
Sang rouge quand on y va
Un peu plus fort qu'il ne faudrait
La mort est près de nous si près
Qu'on fait semblant d'être des hommes
Il suffit d'une simple aiguille
Pour que le cœur donne son nom
Au dernier fil de la quenouille.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   30 mai 2019
Je t'invite à chercher avec moi…


Je t'invite à chercher avec moi
À chercher et gratter et palper
À mettre l'aiguille adéquate
Sur la cire molle
De cette carte encore imaginaire
Dont je te propose l'exploration
Dont je te demande de parcourir
Les lieux de haute sensibilité.
Que mes faibles mots
Profitent un peu du miracle
De nos mémoires conjuguées
Afin qu'au terme du voyage
Nous entendions battre le cœur
Fût-ce faiblement


p.48
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
coco4649coco4649   17 octobre 2018
Marines


Extrait 18

Elle vous flanque par-dessus
Ceux qui l’aiment jusqu’à la mort
Et les poissons croisent alors
Un équipage qui descend
Les mains crispés dans le néant.
La mer s’en lèche les babouines
Comme un tigre après avoir bu
Tout le sang d’une chair humaine
Elle est extraordinairement monotone
Comme tout ce qui est important
La vie l’amour
Jean-Sébastien Bach
La mort j’imagine...
Il y a un proverbe breton
Qui dit que la poésie est plus forte
Que les trois choses les plus fortes
Le mal le feu et la tempête
Et c’est bien la poésie
Qui s’est enfoncée jusqu’à la garde
Dans la gorge de la Bretagne
De la baie du Mont Saint-Michel
À Locmariaquer
Mais qu’est-ce que la poésie
Le proverbe ne le dit pas
Elle est peut-être je m’avance
Les sables ici sont mouvants
Elle n’est peut-être
Que ce qui ne s’oublie pas
Ce qui ne se découvre que les yeux fermés
Le jour et la nuit ensemble
Derrière une porte condamnée
Qui ne peut jamais s’ouvrir
Que si on ne la force pas
Le poète est celui-là qui ne cherche pas mais trouve
Par haute fidélité
À ce qui n’existe pas
Comme l’homme existe et s’en va.
Qu’elle nous soit présente, la Bretagne
Dans ses humeurs, ses élans, son mystère,
Son mystère surtout
Approchons-nous-en-doucement
Laissons-nous faire et défaire
Par cette magie enfantine
Qui vient des mots tout simplement
Laisse-toi guider, conduire, vivre
Je veux dire rêver tout haut
Grâce à ses mots qui savent être durs comme le granit
Entre avec moi dans cette brume
Toujours provisoire ici
La tête de l’homme, fragile sémaphore,
Comme la tête du vent, ce buffle aveugle
Écoute ces mots qui ont des gueules terribles
Comme on en voit sur les calvaires
Ou dans les romans de Victor Hugo
Écoute :
       Grouannec Coz
       Kerhornaouen
       Boudoushin
       Treouergoat
       Louxourougoen
       Couxenzen
       Keralleunoc
       Stangkergoulas
       …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Georges Perros (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Perros
Samedi 23 Février nous avons accueillis dans notre librairie Gérard le Gouic, venu pour nous parler de son titre "Au pays de Georges Perros" ! Voici quelques minutes de cette rencontre !
Site : https://www.librairieravy.fr/ Page Facebook : https://www.facebook.com/Librairie-RAVY-175491889157470/ Instagram : https://www.instagram.com/librairieravy/ Twitter : https://twitter.com/LibrairieRavy
autres livres classés : comédiensVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
753 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre