AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur péchés d'orgueil (1)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
horline
26 mai 2011
Recueil de nouvelles où des petits riens déstabilisent des personnages longtemps aveuglés, où ces petits riens font tout, "Péchés d'orgueil" intrigue par sa singularité.
Sous la lumière crépusculaire d'un port inconnu, dans les bas-fonds de la ville, ou dans les toilettes sordides d'une brasserie, ces personnages se voient confrontés à la réalité de leur reflet dans le miroir tendu par ceux auxquels ils n'affichaient que condescendance et mépris. Ils découvrent ainsi que derrière la volonté de s'affranchir de toute contrainte et se débarrasser de tout passé encombrant, ils oublient de vivre l'essentiel, derrière la volonté de transgresser les interdits sociaux et assouvir certains vices en toute liberté, ils se retrouvent esclaves de leurs pulsions et des faux-semblants…derrière la morgue revendiquée et tous les attributs de puissance et de liberté qu'ils se sont évertués à se parer, ils découvrent l'illusion de leur condition. Une découverte d'autant plus cruelle qu'elle apparaît aux personnages de manière anecdotique.
L'univers de ce recueil est bien sombre et ne ressemble à aucun autre que j'ai pu lire jusqu'à présent. L'atmosphère est floue, les lieux inconnus, les personnages (du moins pour la plupart) n'ont pas de nom…comme si tout cela était superflu, dérisoire. Seule compte la radicalité des sentiments et des personnages. Des personnages qui se sont barricadés dans leur désinvolture et leur arrogance, dans leur désir de liberté absolue, eux qui sont parvenus à dissimuler leurs sentiments de toute nature jusqu'où jour où tombent les masques. Et là les faiblesses sont criantes de vérité, elles éclaboussent l'égo de ces hommes en écorchant quelque peu l'image qu'ils se sont efforcés de construire. Certains tentent bien d'opposer une lutte contre la vérité. Mais cette lutte est vaine : une fois ces hommes mis à nu, le sentiment de puissance se révèle bien aléatoire et fragile…
Ce sentiment de radicalité est séduisant en ce qu'il fait écho au cynisme non feint des situations, à la revendication d'une certaine sincérité dans l'écriture de Lukas Perrotin ; les sentiments les plus sombres ne sont pas voilés par un style mielleux, doucereux. C'est une écriture réaliste, dénuée de chair et de sensualité.
Toutefois, l'auteur n'épargne pas le lecteur de certains tics que l'on rencontre dans beaucoup d'oeuvres modernes en s'ingéniant à marquer au burin les états d'âme, voire les obsessions qui habitent ses personnages. Il veut tout dire, tout expliquer. Et une fois qu'il a tout dit, tout expliqué, ce recueil apparaît bien fade, on a du mal à se laisser embarquer.



"Péchés d'orgueil" est accompagné d'un portfolio "Hommage aux poules" où photographe et écrivain exposent un monde post-apocalyptique, vidé de tous les excès de l'humanité ou presque, et dans lequel la nature tente de se réapproprier les espaces surexploités par les hommes. Ainsi on découvre des photos en noir et blanc où le contraste poussé a un fort impact : pas de vie humaine, pas de mouvement, pas de plan net, ce qui ressemblait jadis à un poulailler industriel fait l'objet d'un clair-obscur dense. La forte luminosité du jour tente de percer un espace clos souligné par un noir opaque renforçant l'atmosphère étrange et inquiétante de ces clichés. Pas de doute, c'est le chaos…la lumière presque aveuglante baigne un espace déserté par les hommes où les objets ont été abandonnés à la hâte. le récit accompagnant les photos et décrivant la survie de deux rescapés apparait désincarné, même les émotions humaines semblent avoir été anéanties par la catastrophe. Est-ce l'orgueil de l'homme qui a conduit le monde humain à sa perte et l'invite à l'humilité pour survivre ? C'est la première hypothèse qui m'est venue à l'esprit.
Ce travail à quatre mains déconcertant au premier abord est une agréable surprise : il y a une réelle unité entre les photos et un texte parfaitement maîtrisé. Les photos expriment tout ce que le texte maintient sous silence. Dommage que ce soit si court.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Dom Juan ou le Festin de pierre

Comment se nomme le valet de Dom Juan ?

Sganarelle
Dom Carlos
Pierrot
Dom Louis

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre