AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Charlotte Ellison et Thomas Pitt tome 2 sur 32
EAN : 9782264035240
384 pages
10-18 (05/09/2002)
3.77/5   430 notes
Résumé :
4e de couverture édition 10/18 Grands détectives n° 2853 de février 1998 ISBN 9782264028845 :

"Les amoureux de la fiction historique et policière doivent absolument connaître cette nouvelle série qui se déroule dans l'Angleterre de la reine Victoria. Une ambiance d'époque lourde de sensualité, une écriture et des dialogues de haute tenue, une description des classes sociales parfaitement convaincante et des personnages profondément humains ; voilà qui... >Voir plus
Que lire après Charlotte Ellison et Thomas Pitt, tome 2 : Le Mystère de Callander SquareVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 430 notes
5
13 avis
4
33 avis
3
13 avis
2
1 avis
1
0 avis
🌗Second tome de la série Thomas et Charlotte Pitt.🤰


Deux ans ont passés après les événements de Cater Street. Charlotte et Pitt sont heureux en mariage et attendent leur premier enfant. Malheureusement, ce bonheur est mis de côté après la découverte des corps de deux bébés dans le Callender Square. En plus de devoir résoudre cette affaire, Thomas Pitt est contraint de jouer de finesse et de doigté afin de ne pas se mettre à dos les habitants très distingués de la rue. Rapidement, notre inspecteur découvre que de distingués, ces gens n'en ont que l'apparence puisqu'une fois qu'on gratte le vernis de la "bonne société", se révèle des scandales et des coutumes dignent des êtres les plus abjects.
Aidé par Charlotte, pour qui la mort de deux bébés est insoutenable, et de sa soeur Emily, Thomas Pitt va aller de découverte en découverte ... et mettre aux abois un meurtrier...


Après la série Monk entièrement dévorée et la découverte du premier volet de cette autre série d'Anne Perry, j'avoue avoir eu quelques appréhensions. Au final, je suis conquise par l'intrigue, les personnages et la structure générale de ce roman. Oublions la structure en deux grandes parties avec enquête et procès présent dans sa série Monk. Ici, Anne Perry nous propose une enquête dans les alcôves de la bonne société. Via les témoignages des personnels de maison, l'ambiance de luxe, de beauté et de richesse est vite remplacée par une toute autre de luxure, noirceur et monstruosité. le roman joue énormément sur le paraître avec des familles nobles, riches, nanties qui pourtant, une fois chez eux, se permettent des privautés avec leur personnel. On détrousse une femme de chambre ? Et alors, ne sont-elles pas là pour cela ! À l'inverse, si l'une des leurs succombe aux charmes d'un valet, c'est la disgrâce voire le branle-bas de combat pour lui trouver un mari point trop regardant.


L'intrigue policière est en dent de scie. Après la découverte des bébés, plus rien de fâcheux ne vient apporter du piquant à l'intrigue jusqu'au chapitre 7 où Charlotte et Emily font une macabre découverte. le tout est décrit de manière subtile et imagée. J'ai beaucoup aimé cette scène d'ailleurs. La résolution est digne d'Anne Perry avec sa manie de nous asséner la vérité dans les dernières pages et de nous offrir un mobile inimaginable.


Le roman focalise énormément son attention sur les aspects sociétaux et hiérarchiques de la société anglaise de l'époque. Anne Perry nous offre un panel de personnages représentatif de cette société entre les lords, les anciens militaires, les banquiers, les médecins. Cette hiérarchie s'applique également au sein de leur maisonnée où les serviteurs sont placés à des postes selon leur physique par exemple ou leur condition. Cet aspect sociétal apporte de nombreuses lourdeurs au récit, de redondances également qui peuvent lasser le lecteur. Personnellement, j'ai aimé, mais je peux comprendre que cette manière de faire irrite.🙂


Pour conclure, une excellente intrigue policière qui permet en parallèle de suivre l'évolution personnelle des deux héros, sur le point d'être parent. À très vite pour la suite.😉
Commenter  J’apprécie          1320
Les enquêtes de l'inspecteur Pitt se déroulent en Angleterre à l'époque victorienne.
Lorsque deux jardiniers découvrent des cadavres de nourrissons dans le parc d'un quartier huppé, c'est aussitôt l'émoi dans la communauté.
En effet, dans ce quartier vivent par exemple un médecin renommé, un général ou encore un banquier, et tout un tas d'autres personnes issues de la bonne société.

Comment dans ce cas pénétrer au coeur des secrets les plus honteux de tout ce beau monde ?
En allant questionner le petit personnel pardi !
Car c'est bien connu, les femmes de chambre, les majordomes, les cuisinières et autres valets sont tous au courant de ce qui se trame en société.
C'est en cuisine ou dans les couloirs que les petites cachotteries et les scandales sont révélés et échangés.

Cette enquête tient bien la route, la description du quotidien de ces dames, entre petites causeries innocentes et échanges de potins croustillants, est très drôle, et le suspense nous tient en haleine jusqu'au bout.

Commenter  J’apprécie          384
Je poursuis les aventures de Charlotte Pitt dans ce second tome. La saga d'Anne Perry, comportant à ce jour plus de trente tomes, je pense m'arrêter à celui-ci.

En résumé, deux nouveaux-nés sont retrouvés enterrés dans un parc situé dans le quartier londonien de Callander Square. L'Inspecteur Pitt est alors chargé de l'enquête et commence à interroger le voisinage, sans grand résultat. Son épouse Charlotte et sa soeur Emily décident alors sécrètement de rencontrer les familles aisées du quartier pour en savoir plus.

Tout comme le premier tome, le mystère de Callander Square reste un roman fouillé au niveau du contexte historique. Les relations sociales de la société victorienne sont bien dépeintes, ici l'auteur met surtout l'accent sur les relations ancillaires.

En revanche, le plus gros défaut se situe au niveau de l'intrigue policière qui m'a semblé si longue, linéaire et plate. Je trouve tellement dommage que l'auteur ne distille pas plus d'éléments de l'investigation policière dans son intrigue : c'était déjà ce que j'avais reproché au premier tome. C'est encore plus flagrant dans celui-ci surtout lorsque l'enquête policière est conclue en quelques pages et semble déconnectée de la progression du récit.

Pour ma part, je ne vais donc pas poursuivre la saga, craignant que les autres tomes soient du même acabit. Je risque de m'ennuyer et puis j'ai tellement d'autres découvertes littéraires à faire que je ne vais pas me priver!
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          324
Le Mystère de Callander Square est le deuxième ouvrage de la série Charlotte Ellison et Thomas Pitt, d'Anne Perry.
En ce jour d'automne, deux jardiniers mettent au jour deux cadavres de bébés dans le jardin du parc de Callander Square. L'enquête est immédiatement confiée à Thomas Pitt. Ces nouveaux-nés, semblent avoir été enterrés six mois et deux ans auparavant. Pour les habitants de Callander Square, quartier chic de Londres, il ne fait aucun doute : leur mère ne peut être qu'une servante....
Pour Thomas Pitt, l'enquêteur, la tâche est difficile : comment interroger les habitants de Callander Square lorsqu'on ne fait pas partie de la haute société ? Dans cette société où tout n'est qu'apparence et conformisme, personne ne souhaite répondre à des questions concernant la vie privée, et en particulier le comportement des hommes envers les domestiques. Emily, la soeur de Charlotte, mariée à un lord, va permettre à la jeune épouse de Thomas Pitt de mettre un pied dans Callander Square : elle aidera le vieux Balantyne à rédiger les mémoires de sa famille....
Bientôt, on découvre le cadavre d'une jeune femme disparue - une jeune femme enceinte, qui a été assassinée.
J'ai beaucoup aimé enquêter à nouveau avec Charlotte et Thomas dans cette époque victorienne aux codes complexes. Anne Perry dépeint avec beaucoup de détail une société corsetée, dans laquelle les hommes n'ont aucun scrupule à abuser des domestiques. Mais son propos est plus large : la violence domestique s'adresse aussi aux épouses, aux filles qu'il faut marier à tout prix pour éviter le déshonneur.
Un roman bien écrit, dense, qui donne à la manière la parole à des femmes d'une époque révolue, qui nous émeut par son actualité.

Commenter  J’apprécie          240
Dans cette deuxième aventure de Thomas et Charlotte Pitt, le lecteur les retrouve jeunes mariés.
Ici, Pitt se voit chargé d'une enquête fort délicate vu que l'on a déterré les cadavres de deux nouveaux nés à Callander Square, lieu d'habitation de familles faisant partie de la bonne société.
Dans ce milieu fort fermé, où seules les apparences comptent, Pitt a bien de la peine à avancer dans ses investigations. Ce sera grâce à sa femme et aussi à Emily, sa belle-soeur, qui ont leur entrées dans ces grandes maisons bourgeoises, qu'il va découvrir toute la vérité autour de cette histoire.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
[...]Le genre d’homme dont on tombe amoureuse est généralement drôle, spirituel et beau, mais le plus fréquemment, il n’a pas les moyens de vous entretenir, il manque de sérieux et, la plupart du temps, il vous abandonne pour s’éprendre de quelqu’un d’autre. Pour se marier, il faut choisir un homme facile à vivre, doué en affaires ou bien pourvu d’un revenu considérable ; il doit être modérément sobre, ne pas trop s’adonner au jeu, se comporter avec gentillesse et avoir un physique présentable.
Commenter  J’apprécie          330
[...] Un animal qui s’est rendu utile dans la maison, ça s’enterre correctement, et pas là où on risque de le déterrer par inadvertance.
Commenter  J’apprécie          530
"- (...) elle m'a l'air d'une intelligence rare pour une femme.
- Vous voulez dire que, pour une femme, elle professe un intérêt rare pour les sujets qui vous passionnent? Fit Augusta avec une pointe d'acidité.
- N'est-ce pas plus ou moins ce que j'ai dit?
- Non. La plupart des femmes sont parfaitement intelligentes dans les principaux domaines, comme par exemple, l'organisation de la vie quotidienne ; simplement elles ne consacrent pas à la dissection des batailles qui ont concerné d'autres gens dans d'autres pays et dans d'autres époques. Pour ma part, je trouve ce penchant très excentrique et tout à fait déplacé chez une jeune personne bien éduquée.
- Sottises! Répliqua-t-il énergiquement. Tout être doué d'intelligence devrait apprécier l'histoire grandiose de notre pays." (P. 132)
Commenter  J’apprécie          60
Un dernier détail. S'il témoigne de l'intérêt à une autre femme, affectez de ne rien remarquer. Quoi que vous fassiez, surtout pas de scènes. Les hommes détestent ça. La jalousie est la plus disgracieuse des conduites. Ne perdez jamais votre sang-froid, et prenez garde de ne pas pleurer trop souvent. A la longue, ça devient assommant et, quand vous en avez vraiment besoin, ça ne marche plus. Je m'étonne que votre mère ne vous ait pas donné ces conseils-là.
Christina la dévisagea.
Elle n'arrête pas, depuis des années. Je n'y fais pas attention. Les mères passent leur temps à donner des conseils.
Commenter  J’apprécie          70
Augusta Balantyne dévisagea son mari, assis en face d'elle à la table du petit déjeuner.
- Si je vous ai bien compris, Brandon, vous avez engagé une jeune fille d'origine indéterminée et aux ressources limitées pour qu'elle vienne ici vous aider à rédiger...
Elle prit un ton glacial.
.... votre chronique familiale ?
- Non, vous ne m'avez pas bien compris, Augusta. Lady Ashworth qui, me semble-t-il, figure parmi vos amies, m'a recommandé sa soeur, une personne convenable et intelligente qui pourrait mettre de l'ordre dans mes papiers et prendre des notes sous ma dictée. On ne vous demande pas de la recevoir ; d'ailleurs, je ne vois vraiment pas ce qui vous inquiète. Elle ne saurait être plus ordinaire ou plus sotte que certaines de vos connaissances.
- Parfois, Brandon, j'ai l'impression que vous dites ça uniquement pour me provoquer. On ne peut pas choisir ses fréquentations en fonction de leur physique ni, malheureusement, de leur intelligence.
- Moi, je trouve ces critères tout aussi valables que la fortune ou la naissance.
- Ne soyez pas naïf, riposta-t-elle sèchement. Vous savez parfaitement ce qui compte en société, et ce qui ne compte pas. Cette personne ne prendra pas ses repas dans la salle à manger, j'espère ?
Il haussa les sourcils, surpris.
- Je n'avais pas pensé aux repas. Mais maintenant que vous le dites, peut-être la cuisinière pourra-t-elle lui préparer une collation qui lui sera servie dans la bibliothèque, comme à la gouvernante dans le temps.
- La gouvernante mangeait dans la salle de classe.
- Il n'y a que l'appellation qui change.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Anne Perry (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry
Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (1121) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Titres de la série des Charlotte et Thomas Pitt

Quelle est la particularité des titres dans cette série ?

ils indiquent toujours le type de crime commis
ils indiquent toujours le lieu du crime
ils indiquent toujours l'heure du crime
ils indiquent le nom de l'assassin

8 questions
102 lecteurs ont répondu
Thème : Anne PerryCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..