AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264064005
Éditeur : 10-18 (21/08/2014)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Londres, 1856. En cette époque de progrès, l'Empire britannique est en pleine expansion et le canal de Suez est en voie d'achèvement. Beaucoup de gens ont tout à gagner – et à perdre – dans ce monde en plein changement. Suite à l'explosion d'un bateau de plaisance sur la Tamise, qui a causé la perte de nombreuses vies, un égyptien est rapidement condamné à la pendaison. Mais William Monk, chef de la police fluviale, découvre que certaines preuves ont été contrefaite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  22 décembre 2018
🎩 Vingtième tome de la saga William Monk.🎩

Monk et Orme sont sur le point de finir leur service après une dure journée. Dans une barque, au bord de la Tamise, ils sont en train de rentrer à la Brigade fluviale lorsqu'un bateau non loin d'eux explose dans une grande gerbe de feu. N'écoutant que leurs courages, nos deux policiers se précipitent au secours des rescapés encore vivants sur le point de noyer. Aidés d'autres bateliers, quelques passagers sont sauvés... mais pas les deux-cents autres.
Monk est rapidement dessaisi de l'enquête, confiée à Lydiate de la police Métropolitaine pour des raisons politiques. Un suspect est arrêté, condamné, mais non exécuté pour des raisons médicales, puis des doutes émis quant à sa culpabilité. Cette décision créé un tel tolet dans la société anglaise, qu'une nouvelle enquête est diligentée et confiée à Monk. Celui-ci découvre de nombreuses omissions, de nombreuses inexactitudes et se voit freiner par des personnalités influentes...

Après Une question de Justice, Anne Perry revient à un scénario plus classique avec une enquête, un procès, des rebondissements.
Au final, je reste sur ma faim concernant cette nouvelle aventure. L'intrigue s'inscrit dans un cadre historique inédit et non anglais pour une fois, à savoir la construction du Canal de Suez. Cependant, ce pan de l'histoire est à peine effleuré par l'auteur et ne sert que de cadre historique. Ayant eu la chance de lire un essai passionnant de Caroline Piquet sur le Canal de Suez, j'ai été déçue par la manière dont Anne Perry en parle. 😞

En ce qui concerne l'intrigue.... Que de longueurs !!! 😞 J'adore cette auteur, mais j'avoue en avoir eu par moment un peu assez de ce livre. L'idée de sabotage est plutôt sympathique, mais l'auteur nous offre une enquête sans énergie, sans grand intérêt. Personnellement, par moment je me perdais dans les témoignages et leur intérêt. Heureusement, le rebondissement final permet de répondre à la question du pourquoi, mais là encore, cette solution n'est pas abordée plus en profondeur. le lecteur reste frustré une fois la dernière page achevée.

😊Heureusement, les personnages de cette saga sont aussi la raison de la lire. Suivre l'évolution de William, Hester, Scuff est un plaisir. Dommage que les activités d'Hester et de sa clinique soient moins présentes, ce qui apportait un côté plus humain, plus vivant aux aventures. le personnage d'Oliver Rathbone est absent dans la première partie de l'ouvrage pour ensuite revenir dans la seconde, plus humble, mais plein d'interrogations quant à son futur.

👉Au final, je suis déçue par cette vingtième enquête. Une thématique sombre, mais traitée de manière trop superficielle. Trop de longueurs, de lenteurs, de répétitions comme si l'auteur ne savait pas quoi aborder. Les personnages récurrents de la série sont certes présents, mais semblent se complaire dans leur routine. Heureusement qu'Oliver Rathbone et son grand retour après sa disgrâce (Voir Une question de Justice) apporte un souffle de renouveau à l'ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1040
Caro17
  13 mai 2016
Je dois avouer que j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, peut-être est-ce dû au fait que j'ai lu le roman en version originale (et comme je ne suis pas bilingue, il me faut plus de temps pour lire une page en anglais) mais j'ai bien failli abandonner la lecture au bout de la 40ème page.
Je n'aime pas ne pas finir un livre alors j'ai persévéré et j'ai bien fait car au fil des pages, la lecture est devenue plus fluide et plus agréable.
On retrouve ce qui fait la marque des enquêtes de William Monk : un rythme lent, une enquête minutieuse qui laisse la part aux interrogations des personnages, et bien sûr la description des procès.
Mais alors que de longueurs dans ce roman ! Et des répétitions (j'ai trop souvent eu l'impression de relire la même chose plusieurs fois) et j'ai trouvé ça lassant. Heureusement, la fin (les cinq dernières pages) sauve un peu le tout grâce à un dénouement inattendu.
Commenter  J’apprécie          100
cmpf
  08 novembre 2014
Retour à un schéma plus classique. Cette fois Monk et son assistant sont témoins de l'explosion d'un bateau mouche chargés de passagers. Ils participent au sauvetage mais beaucoup sont restés prisonniers du bateau et les femmes entrainées par leurs jupes ont vite coulé. Deux cents victimes.
Les survivants n'ont rien remarqué de notable mais le sabotage est évident. L'enquête est retirée à la brigade fluviale pour être confiée à la police métropolitaine qui pourtant ne connaît pas le fleuve et ses habitués.
Un coupable (un étranger) est assez vite trouvé grâce aux témoignages qui l'ont vu près du bateau mais une toute autre enquête révèle que le présumé coupable ne pouvait être là où il est censé avoir été vu. Monk reprend les recherches.
Quelques personnages apparus dans le tome précédent comme l'avocat Brancaster sont de nouveau présents et seront certainement récurrents. Sir Oliver a un autre rôle. Scuff grandit. En revanche la clinique sans être absente est secondaire.
Je lirai avec plaisir le suivant, même s'il n'y a plus l'excitation de la nouveauté, j'apprécie ces retrouvailles avec le Londres du XIXème et les personnages, peut être un peu trop parfaits, mais attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
JessSwann
  27 septembre 2014
Après le départ d'Oliver, nous retrouvons "une enquête normale" , cette fois Monk doit faire face à un attentat... Enfin, faire face, c'est beaucoup dire attendu que l'enquête est confiée à la police métropolitaine (alors que l'explosion a eu lieu sur la Tamise) en raison des implications politique étrangère possibles ( mais que fait la Special Branch ? Ce n'aurait pas du être Pitt en charge de l'enquête ??? Bref, je m'égare mdrrr) donc la met prend l'enquête et bien entendu, le "coupable" semble un peu trop idéal à Monk qui décide de reprendre l'enquête (bonne idée !). Là, l'histoire se recentre vraiment sur la cellule familiale Monk, Hester, Scuff.... Sachant que les états d'âme de Scuff prennent de plus en plus en place et que ce personnage me gonfle.... Sinon, un nouvel avocat, découvert dans le tome précédent (Brancaster) commence à intervenir... Va-t-il devenir récurrent ?
Contrairement à mes prédictions, Oliver revient en cours de tome afin d'aider Monk (qui ne peut décidément rien faire tout seul...) Sur l'enquête en elle-même, elle est un peu fouilli... Monk agit d'un côté, Oliver de l'autre et finalement c'est Hester qui sauve la situation... (mouais...) . En revanche j'ai beaucoup aimé l'explication finale /la résolution de l'affaire et la manière dont l'auteure utilise le contexte historique du Canal de Suez. Les trois dernières pages du roman sont stupéfiantes et donnent envie de lire le prochain tome très très vite.
Ce que j'aime : revoir la facette impitoyable de Monk ! (il s'adoucit trop pour moi), le personnage de Brancaster.
Ce que j'aime moins : l'utilisation rituelle des relations de guerre d'Hester pour sauver la situation ( ça commence à me lasser grave), l'embryon de romance entre Oliver et Beata ( que j'avais sentie venir dans le précédent tome) qui risque de me gonfler profond dans la suite... Les interventions de plus en plus présentes de Scuff. Trop de blabla au tribunal, pas assez d'enquête de terrain.
En bref : Un tome dont le principal mérite est de mettre en scène un Monk impitoyable ! Pour le reste, l'enquête quoiqu' intéressante, est trop au second plan pour moi. J'espère que les procès n'occuperont pas la majeure partie des prochains tomes comme ce fut le cas pour celui ci et le précédent. Néanmoins, une intéressante leçon d'histoire sur le canal de Suez
Ma note
7/10
Lien : http://jessswann.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
papotea
  10 octobre 2014
Mais où est passé le talent de Anne Perry ?
Parce que là, depuis 5 tomes, dans la série de Monk, c'est de pire en pire !
Après nous avoir fait tourner en bourrique jusqu'à l'écoeurement avec son réseau pédophile, cette fois-ci nous avons le droit au complot politiquo guerrier, dans le contexte de la construction du canal de Suez ...
A force de faire disparaitre des personnages intéressants, ou de les changer radicalement, et de les remplacer par des personnages fades -Scuff, Beata- ou qui pourrait être intéressants mais qu'elle exploite mal, à force de délayer pour faire ses 300 pages syndicales, à force de coller des complots partout, à force de tics d'écriture, Anne Perry a dépouillé sa série des Monk de toute sa substance.
Ami lecteur, si tu veux découvrir Anne Perry, lis les tous jusqu'à Meurtres souterrains. Parce que après, tu peux passer ton tour !
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   15 décembre 2018
Parfois, il n’y a pas de bon choix [...]. Il faut faire celui qui paraît le moins mauvais et espérer qu’on a raison. [...]
Commenter  J’apprécie          641
Souri7Souri7   20 décembre 2018
[...] Un chef n’est pas en droit d’attendre de loyauté de ses hommes s’il ne la leur accorde pas en premier lieu.
Commenter  J’apprécie          600
Souri7Souri7   21 décembre 2018
Permettre à un coupable de s’échapper équivaut à se rendre complice de son ou de ses crimes, mais causer la pendaison d’un innocent, c’est agir contre l’humanité…
Commenter  J’apprécie          410
Souri7Souri7   22 décembre 2018
Nous croyons d’autrui ce que nous avons besoin de croire. Aussi longtemps que nous le pouvons.
Commenter  J’apprécie          600
rkhettaouirkhettaoui   04 septembre 2014
Nous devons trouver des preuves qui ne soient pas basées sur des visages ou des souvenirs. Ou au moins qui n’émanent pas de ceux qui ont déjà témoigné et qui n’oseraient pas se dédire à présent, par peur du ridicule. Sans compter qu’ils pourraient être inculpés de parjure, c’est-à-dire d’avoir menti au tribunal alors qu’ils avaient juré de dire la vérité.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Anne Perry (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry
Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1
autres livres classés : policier historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Titres de la série des Charlotte et Thomas Pitt

Quelle est la particularité des titres dans cette série ?

ils indiquent toujours le type de crime commis
ils indiquent toujours le lieu du crime
ils indiquent toujours l'heure du crime
ils indiquent le nom de l'assassin

8 questions
83 lecteurs ont répondu
Thème : Anne PerryCréer un quiz sur ce livre