AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264060751
Éditeur : 10-18 (07/11/2013)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Caroline, la mère de Charlotte, séjourne avec son mari Joshua Fielding et sa troupe de théâtre à Whitby, un village de pêcheurs que le comte Dracula a foulé dans le roman à succès portant son nom.

Une adaptation de ce roman est montée par Joshua et jouée, à Noël, par la fille d’un millionnaire du village, Charles Netheridge. Non seulement la première est un désastre mais l’apparition soudaine d’Anton Ballin, un étranger masqué de noir, vient donner l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  04 janvier 2014
Le spectacle de Noël est un gros coup de coeur pour moi et je crois que je vais me pencher davantage sur les livres d'Anne Perry a l'avenir.
Au départ, j'avais envie de prolonger la magie de Noël. Cette année je me suis trouvée un petit boulot pour les fêtes et donc noël est passé a une vitesse folle. Alors je me suis dis que j'allais rattraper mes lecture en janvier.
Ce livre était sous le sapin et j'ai vraiment craqué dessus. Les éditions 10/18 lui ont fait une magnifique couverture "dure" et non souple comme on peut trouver sur tous les livres au format poche.
Des les premières pages, je me suis un peu perdue dans la multitude de personnages mais très vite on s'y retrouve. L'héroïne, Caroline, est vraiment très attachante et elle mène son enquête avec brio.
Mais l'enquête justement ne repose que sur les 60 dernières pages. Avant l'auteure a choisi d'installer le décor. Petit a petit l'ambiance devient pesante.

Nous sommes plongés dans un manoir, complétement isolé a cause du mauvais temps et du froid. Une troupe de théâtre est la pour répéter une adaptation de Dracula sur scène. Alors pour certains lecteurs, ce début peut paraitre long mais moi j'ai beaucoup apprécié car on découvre le travail qui se trame derrière une pièce de théâtre. Comment les comédiens répètent, comment on crée un décor, comment on joue avec la lumière, comment on interprète un personnage....
Le suspense est vraiment bien mené, l'ambiance de huis-clos, le manoir... Et puis surtout Anne Perry a réussi a me faire tourner en rond, me mener sur de fausses pistes. A mes yeux tous avaient un mobile et pourtant le coupable est celui que je n'ai jamais soupçonné une seconde. Je crois que je ferais une mauvaise enquêtrice.
En tout cas j'ai passé un excellent moment et je vous recommande a tous de vous plongez dans cette lecture .
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
emi13
  02 mars 2014
Une carriole un soir de grand froid pour nous conduire dans le Yorkshire, près de Whitby. Dans cette voiture Joshua Fielding est son épouse Caroline .Il va au manoir de Charles Netheridge, pour y produire une pièce réécrite par sa fille Alice. Une nouvelle adaptation du roman et non moins célèbre de Dracula. Avec sa troupe ils vont essayer mais pour la premier de cette pièce, ça sera un vrai désastre, l'apparition d'un étranger masquer suivi d'un meurtre vont donner la dramatique qui manqué à la pièce…….
Commenter  J’apprécie          140
Sharon
  17 juillet 2015
Anne Perry, tous les ans, livre une « enquête de Noël » qui met en scène un personnage secondaire de ses romans principaux. Ici, il s'agit de Caroline Fielding, mère de Charlotte Pitt, marié à un comédien juif de dix-sept ans son cadet.
Le roman est court et étouffant : pas de découpage en chapitre pour faire des pauses et permettrait de donner plus de rythme à l'intrigue. Il faut en effet attendre les deux tiers du roman pour que le crime se produise, de manière un peu artificielle à mon goût. Et je ne vous parle même pas du dénouement, tout aussi tiré par les cheveux ! Ce roman est vraiment bien différents des enquêtes de Thomas Pitt, qui nous plongent d'emblée au coeur de l'enquête.
L'autre point rédhibitoire pour moi est que le roman Dracula est au coeur de l'intrigue, mais l'auteur fait de grosses erreurs en ce qui le concerne (ou alors, nous n'avons vraiment pas lu le même roman). Oui, le docteur Seward est bien le directeur de l'asile où est interné Renfield, mais il n'est pas le père de Mina, il est l'un des soupirants de Lucy. de même, van Helsing ignorait « l'horrible condition de Mina […] jusqu'à ce qu'il pose une hostie sur son front » p. 91 alors que le roman contient une scène phare dans laquelle Dracula mord Mina, après avoir mis Jonathan Harker dans un état cataleptique. Mina est alors présentée par les comédiens comme un personnage qu'ils admirent même si elle « mentira par la suite ». Certes, j'ai lu ce roman il y a un an, mais je ne me souviens pas que Mina ait été la complice de Dracula à plusieurs reprises, elle fait au contraire tout ce qui est en son pouvoir pour aider les siens.
Nous retrouvons dans ce roman conçu en huis-clos – c'est incroyable le nombre de « romans de Noël » dans lesquels les personnages sont coincés par la neige – les thèmes chers à Anne Perry. La place des femmes ? Elle est auprès de son mari, à faire des enfants, à tenir sa maison, et à oublier toutes ses velléités de carrière artistique. Il faut « accomplir son devoir », penser à « l'opinion des voisins ». Un vif débat oppose à ce sujet la jeune Alice et son fiancé Douglas qui tolère sa passion pour le théâtre, mais lui interdira d'écrire une fois que le mariage sera célébrée. le devoir, vous dis-je. le devoir, sa mère Eliza ne le connaît que trop. Sa maison est un mausolée à la mémoire de sa belle-mère défunte, qui en avait fait une somptueuse demeure – à son goût. Bien que mariée depuis une vingtaine d'années à Charles Netheridge, Eliza n'a jamais eu le droit d'aménager sa demeure comme elle le souhaitait. Ce manoir a beau possédé une salle de concert « pour distraire la famille », une magnifique verrière, que tous, dans le village, voit de loin, elle n'en est pas moins sinistre.
Le spectacle de Noël n'est pas le meilleur roman d'Anne Perry, il n'est même pas le meilleur de ses romans de Noël. Je lui conseillerai volontiers de délaisser cette tradition, ou alors d'écrire des enquêtes plus conséquentes.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
myloubook
  19 décembre 2013
Cette fois-ci, Anne Perry nous fait grimper à bord d'une carriole un soir de grand froid pour nous conduire dans le Yorkshire, tout près de Whitby, le village où Dracula aurait débarqué selon les dires de Bram Stoker. Nous accompagnons Caroline, la mère de Charlotte Pitt, ainsi que son second époux, l'acteur Joshua Fielding. Ils viennent quelques jours avant Noël travailler une pièce tirée du roman Dracula et écrite par la fille de Charles Netheridge, leur mécène. La représentation aura lieu le lendemain de Noël devant les amis et voisins de la famille et, si tout se passe bien, Netheridge devrait assurer la troupe de son soutien financier l'année suivante... autant dire que ce petit spectacle d'amateurs ne saurait être traité à la légère, d'autant plus que la première version de la pièce rédigée par la jeune Alice est loin d'être convaincante.
Nous assistons donc à l'arrivée du reste de la troupe, à la lecture de passages de la pièce puis aux jours de travail, de réécriture, de débats sur la façon d'interpréter tel ou tel personnage. La troupe est aidée d'un intervenant inattendu, un certain Mr Ballin venu réclamer asile après un accident sur la route enneigée. Cet inconnu semble s'intéresser de près à leur projet, émet des remarques pour le moins pertinentes et n'hésite pas à jouer certains passages pour partager ses idées, avec un talent certain. Grâce à lui, le pauvre Renfield qui gobe des mouches ou l'apparition du comte Dracula deviennent véritablement glaçants. Jusqu'à ce qu'on retrouve l'un des personnages mort, un pieu de fortune enfoncé dans le coeur... Débute alors un whodunnit à huis clos, la neige rendant toujours les routes impraticables et ne permettant pas d'alerter la police.
Le Spectacle de Noël fait partie des bons crus d'Anne Perry en matière de petits crimes hivernaux. Certes, les fêtes sont gâchées par le meurtre et interviennent peu dans le roman, mais l'ambiance et la neige omniprésente font de ce roman un allié parfait pour une soirée au coin du feu (pour celles et ceux qui ont la chance de pouvoir goûter de ce luxe en hiver). Ce récit séduira surtout les amateurs de littérature vampirique et je ne suis pas sûre qu'on puisse vraiment s'y intéresser sans avoir lu Dracula de Bram Stoker ou du moins vu une adaptation assez fidèle. Pendant plus de 100 pages en effet, point de meurtre : il s'agit de discuter de la meilleure façon de transposer le roman au théâtre. J'ai failli trouver ces discussions un peu fastidieuses à la longue (il s'agit parfois de petites querelles d'égo entre acteurs) mais, malgré tout, la curiosité l'a emporté. Les suggestions de Ballin sont par exemple très intéressantes. La deuxième partie est consacrée à l'enquête (sur environ 70 pages). On devine le type de solution mais le pourquoi du comment ne sera révélé qu'à la fin. L'enquête est plaisante, on passe un moment agréable.
Evidemment, il y a toujours des invraisemblances : Caroline semble être "l'homme de la situation" parce que son gendre est inspecteur de police ; à noter qu'elle n'a vraiment pas de chance de se retrouver toujours mêlée à des meurtres, mais que voulez-vous, c'est ainsi... quant aux préoccupations des personnages, un jeune homme arriviste et conservateur serait-il prêt à renoncer à une héritière pour une actrice sans le sou sous prétexte que celle-ci a un joli minois et préfèrerait un foyer stable à une vie de saltimbanque ? Encore une fois, quelques bons sentiments viennent se mêler au récit, mais cela reste un court roman parfait pour un moment de détente.
Lien : http://www.myloubook.com/arc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Isambour
  30 décembre 2013
Un bon petit Anne Perry comme on les aime…
Une ambiance bien plantée, un décor et des personnages qui prennent aisément et rapidement vie… à en faire -presque- regretter de ne pas passer le réveillon parmi.
Le presque, c'est pour le cadavre. Bien qu'en vérité, il ne faille pas lire ce roman comme un polar, car sur 188 pages, avec le meurtre à la 120ème, difficile de considérer l'enquête comme l'intrigue principale…
Mais ceci ne gâche en rien l'histoire, bien au contraire, ça s'intègre bien dans le début théâtral de la difficile adaptation de Dracula sur les planches… le meurtre vient à point.
Et il n'y a plus qu'à se laisser porter avec les flocons et le souffle tumultueux du vent qui fait rage dans leur petite bourgade de bord de mer...
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   01 décembre 2013
- Si vous voulez mon avis, c'est une histoire stupide, murmura Netheridge plus ou moins pour lui même. Des vampires ! Pourtant, d’après ce que l'on raconte, il semblerait que c'est ce qui fait rage a Londres en ce moment. Qui est ce Bram Stocker ? Et d’où vient ce nom de "Bram" ?
- C'est le diminutif d'Abraham, répondit Joshua.
- Un juif ? rétorqua Netheridge en écarquillant les yeux.
- Irlandais, a ce qu'on m'a dit.
Joshua esquissa un sourire, mais la tension dans ses épaules n’échappa nullement a Caroline. Elle avait appris a ne pas prendre sa défense - c’était humiliant, comme s'il y avait quelque chose a expliquer au fait d’être juif ! -, mais s'en abstenir était difficile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
missmolko1missmolko1   03 janvier 2014
Dans la vie, rien n'est jamais certain, sauf qu'il ne faut pas en avoir trop peur pour accepter les défis qu'elle nous propose.
Commenter  J’apprécie          280
MissMymooMissMymoo   19 décembre 2013
Consciente qu'on l'observait, Eliza rougit et s'excusa en souriant.
- Pardon… Vous m’avez dit quelque chose ?
- Non, répondit Caroline. Et surtout ne vous excusez pas, je vous en prie. Vous vous êtes laissée happer ! Tout comme moi… C’est le plus beau compliment que l’on puisse faire à un acteur.
- Sans doute, dit Eliza, étonnée. Pendant un moment, j’ai eu l’impression d’y être. Croyez-vous qu’il existe des gens dans le genre de ce pauvre Renfield ?
Caroline frissonna.
- J’en ai bien peur ! En revanche, je suis sûre que les vrais vampires n’existent pas !
- Les vrais vampires ? Un tel art de la séduction est pourtant bien réel ! Des personnes qui s’entredévorent, qui vivent en se nourrissant des émotions des autres…
- Oui, d’ailleurs tout est là, convint Caroline. Nous ne ressentirions pas une telle frayeur si le danger n’était qu’imaginaire. Nous sursautons la première fois devant des ombres, et nous rions ensuite de notre bêtise en nous sentant stupides, mais bien contents que derrière tout cela il n’y ait rien ! Si on sait au fond de soi que le mal est bien réel, et peut-être pas seulement cette fois-là, ce qu’on ressent est alors complètement différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
emi13emi13   27 février 2014
L'amusement , du désespoir , la conscience de son incapacité à redresser une situation qui lui avait échappé tel un cheval emballé .
Commenter  J’apprécie          150
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   17 décembre 2018
- Il est le mal incarné ! contra vivement Douglas. C’est la raison même pour laquelle il nous horrifie ! Car il s’agit bien de cela, n’est-ce pas ?
- Non, Mr. Paterson, répondit Ballin d’une voix caressante. La plupart du temps, le mal tire son pouvoir du fait que nous sommes impuissants à le reconnaître. Il n’est pas repoussant du tout. Il n’attaque pas, il séduit.
Caroline réprima un frisson, comme si une main glacée venait de l’effleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Anne Perry (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry
Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1
autres livres classés : noëlVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Titres de la série des Charlotte et Thomas Pitt

Quelle est la particularité des titres dans cette série ?

ils indiquent toujours le type de crime commis
ils indiquent toujours le lieu du crime
ils indiquent toujours l'heure du crime
ils indiquent le nom de l'assassin

8 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : Anne PerryCréer un quiz sur ce livre