AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexandra Swiezawska (Traducteur)Anne-Marie Carrière (Traducteur)
ISBN : 2264038403
Éditeur : 10-18 (17/06/2004)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 73 notes)
Résumé :
Deux ans après le massacre des prostituées de l'East End par Jack l'Éventreur, un tueur est de nouveau à l'œuvre dans le quartier de Whitechapel.
Meurtres rituels dans les bas-fonds de Londres ? Qui sont les membres du Hellfire Club dont un insigne a été trouvé près du corps mutilé de la fille de joie ? Et en quoi ce fait divers, somme toute banal pour l'époque, réclame-t-il l'intervention du commissaire Thomas Pitt ?
Ce dernier va se trouver confronté... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  30 septembre 2014
Chaque enquête de l'inspecteur Thomas Pitt porte le nom du lieu où un cadavre a été trouvé, ici, il s'agit d'une prostituée qui a été torturée et assassinée dans une maison de passe d'un quartier sordide.
L'histoire se déroule à Londres en 1890, deux ans après les meurtres de Jack l'Eventreur, et l'inspecteur Pitt, secondé par son épouse Charlotte, qui a la facheuse habitude de fourrer son nez où il ne faudrait pas, vont avoir bien du mal à déméler les fils de cette enquête qui les ramène innexorablement vers une grande et honorable famille avec beaucoup de pouvoir et d'influence, les FitzJames.
L'atmosphère des quartiers mal famés est encore une fois bien décrite et on ressent bien la pression que subit l'inspecteur face à une famille qui fait tout pour protéger l'un des siens.
J'ai bien aimé les différents rebondissements et coups de théatre qui ont lieu jusqu'à la fin, l'enquête semblant presque trop simple au départ et s'avérant en réalité bien complexe et tortueuse, à l'image des ruelles boueuses de Pentecost Alley.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Symphonia2
  22 septembre 2018
Comme à son habitude, Anne Perry nous offre une excellente enquête, pleine de suspens. Ce que j'ai toujours aimé chez Anne Perry, c'est que chaque enquête a lieu dans un contexte ou une ambiance particulière. Dans celle-ci, elle se passe quelques temps après le dernier meurtre de Jack l'Eventreur, toujours dans la nature.

Malgré le temps qui a passé, il en faut peu aux Londoniens pour retomber dans la panique. Et le meurtre particulièrement cruel d'une prostituée à Whitechapel rappelle trop le célèbre meurtrier et électrise l'atmosphère. Pitt doit alors travailler dans une ambiance délétère où la police est considérée comme, au mieux, incapable, ou au pire, corrompue.
Malgré tout, Pitt doit mener l'enquête en faisant ses recherches à la fois dans le monde de la prostitution et les maisons de passe mais aussi dans les belles demeures des gentlemans de la haute société londonienne. Comme souvent dans les enquêtes de Pitt, on côtoie la pauvreté et le quotidien de ceux et celles qui doivent se battre pour survivre. C'est toujours un choc de sentir le gouffre entre la population et les gentlemans oisifs qui ne sont occupés que de leurs plaisirs et pour qui la mort d'une prostituée n'est qu'un détail.
L'enquête est particulièrement intéressante à suivre même si parfois elle stagne. Certains passages sont redondants mais le côté positif, qui est aussi l'une des raisons pour lesquelles j'aime tant les enquêtes de Pitt, c'est que le récit nous montre en détails le cheminement de Pitt et le travail de fourmi, difficile et lent, d'un inspecteur de l'époque, qui devait multiplier les interrogatoires, les visites de témoins mais aussi
se salir les mains, et aller dans tous les quartiers de Londres, surtout les plus pauvres, pour y interroger de pauvres gens, parfois des criminels, des proxénètes ou des prostituées.
Le suspens est prenant jusqu'à la fin. On ne se sent proche de la solution finale que vers la fin du livre.
Le seul bémol que je mettrais, et qui est valable pour tous les tomes de la série que j'ai lus jusqu'à présent, c'est que je suis frustrée par la fin. Même si on a la solution de l'énigme, Anne Perry termine toujours ses romans par l'arrestation ou parfois la mort du coupable. Elle ne parle pas des suites et des conséquences de la découverte du coupable sur l'entourage de ce dernier ou des différents personnages impliqués dans l'histoire, ou même sur Pitt lui-même. C'est parfois dommage, en particulier dans ce livre-ci car j'aurais vraiment apprécié que Pitt soit récompensé ou que l'on connaisse son ressenti et sa réaction après les moments difficiles qu'il a vécus au cours de l'enquête.
Cependant, cela reste un très bon roman, que j'ai dévoré. Anne Perry ne m'a pour l'instant jamais déçue dans ses enquêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sharon
  13 novembre 2010
Pentecost Alley nous plonge immédiatement dans l'action et propose un final haletant. Entre ces deux extrêmes, nous aurons lu une enquête simple et tortueuse. Simple, parce qu'une fois les mobiles et les coupables identifiés, ils paraîtront évidents, presque logiques. Tortueuse, parce que vient se greffer un arrière-plan politique houleux, au point que le commissaire Pitt se trouvera sur la sellette et verra son intégrité mise en doute. Enquête amère, elle démontre que la justice n'est pas la même pour tous. Faire triompher la justice quand on est du mauvais côté de la barrière demande une lutte acharnée, qui n'a d'égal que le mépris et l'indifférence de la caste la plus aisée envers les plus miséreux. La prise de conscience de Jago, tournant le dos à une vie aisée pour devenir révérend de la paroisse de Whitechapel, est à cet égard exemplaire.
Les héros habituels d'Anne Perry entourent Pitt. Lady Vespasia met en garde le commissaire contre ses ennemis, c'est dire si la situation est grave pour qu'elle agisse ainsi, et Emily se montre inhabituellement désoeuvrée et futile. Reste Charlotte, toujours prête à soutenir son mari, et à exprimer son opinion à ses interlocuteurs, même et surtout sur des sujets très intimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Guillaume72
  03 avril 2018
La grande difficulté pour l'auteur dans ces séries policières est de savoir se renouveler pour que le lecteur n'ait pas l'impression de toujours lire la même enquête. En la matière, Anne Perry sait toujours trouver une nouveauté.
Cette enquête se déroule dans les milieux de la prostitution. On découvre la dure vie des femmes des quartiers pauvres dans l'Angleterre Victorienne, condamnées soit à travailler dans les usines d'allumettes, où leur espérance de vie est courte, soit dans les ateliers de couture où elles ne gagneront pas assez pour nourrir leur famille, soit en vendant leurs charmes, quitte à tomber sur quelque sadique qui les assassinera en ne les considérant guère mieux qu'un bien meuble.
L'intrigue décrite ici est complexe et s'articule autour de plusieurs meurtres. Un lecteur attentif et habitué au style de Anne Perry découvre assez vite une partie de la vérité, notamment l'auteur des indices matériels les plus criants, même si la globalité de l'affaire et les liens de cause à effet entre les crimes demeurent complexes à élucider.
Un autre intérêt majeur de ce roman réside dans le fait que Pitt est au bord de l'erreur judiciaire et doit faire face à la vindicte populaire. L'auteur sait toujours aussi bien décrire les clivages sociaux de cette époque et nous plonge une fois encore dans une enquête captivante qui vous quitte difficilement les mains. Elle sait utiliser les affaires de Jack l'éventreur pour faire écho à ses propres intrigues et nous plonge dans un monde de corruption, où règne l'omnipotence des riches
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Biancabiblio
  02 juin 2014
Le roman s'ouvre sur la mort violente d'Ada McKinley, une jeune prostituée de Whitechapel, retrouvée étranglée et torturée. le commissaire Thomas Pitt a été appelé sur les lieux car l'inspecteur Ewart et le docteur Lennox, les premiers arrivés sur place, ont retrouvé un bouton de manchette et un badge du Hellfire Club appartenant à Finley Fitzjames, issu de l'une des familles les plus riches et les plus influentes de Londres.
Le quartier de Whitechapel, rendu tristement célèbre par Jack l'Eventreur, vit encore dans la peur du tueur en série et dans la haine de la police qui n'a jamais mis la main sur ce meurtrier sanglant. L'intrigue se déroule donc autour de ce quartier pauvre de la capitale anglaise mais aussi, dans le sillage d'Emily Radley, qui revient ici en force en épouse désoeuvrée par l'ennui, dans les beaux quartiers et plus particulièrement dans certaines soirées où se réunissent la bohème bourgeoise emmenée par Oscar Wilde.
Anne Perry revient plus particulièrement à l'occasion de cette enquête sur la prostitution, un thème qu'elle a déjà abordé à plusieurs reprises mais s'attarde ici sur les jeunes femmes qui font le plus vieux métier du monde. On découvre la dure vie des femmes des quartiers pauvres dans l'Angleterre Victorienne, condamnées à travailler dans les usines d'allumettes, où leur espérance de vie est très limitée ou dans des ateliers de couture. Veuves ou engrossées par un supérieur ou un maitre exerçant son droit de cuissage, ces femmes, vieillies prématurément par la vie, gagnent chichement leur vie, pas assez pour nourrir leur famille, et sont contraintes de faire commerce de la seule chose qu'il leur reste : leur corps, quitte à tomber sur un sadique qui les violentera.
L'assassin d'Ada sera rapidement trouvé, condamné et pendu. Tout le monde croit l'affaire close, Pitt y compris lorsque survient un second meurtre, identique au premier. Pitt devra alors faire face à la vindicte populaire, soutenu heureusement par le nouveau procureur et par son beau-frère Jack Radley désormais député à la chambre.
Lire la suite...
Lien : http://deslivresdeslivres.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SharonSharon   13 juin 2013
- Tu devrais soutenir plus efficacement ton mari, fit la vieille dame d'un ton méchant. Consacre-toi aux bonnes oeuvres ! Je le faisais, moi, à ton âge ! Je m'occupais des filles-mères de la paroisse. Dieu sait combien j'en ai aidé à choisir leur avenir.
- Les pauvres.... murmura Emily.
- Que dis-tu ?
- Je disais : c'est bien d'aider les pauvres,mentit Emily, préférant éviter l'affrontement.
Commenter  J’apprécie          30
caryatidecaryatide   25 janvier 2015
La prostitution était une façon dangereuse de gagner sa vie; Le meurtre d'une fille de joie était chose courante et ne provoquait pas de scandale particulier en haut lieu.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anne Perry (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry
Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1
autres livres classés : époque victorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Titres de la série des Charlotte et Thomas Pitt

Quelle est la particularité des titres dans cette série ?

ils indiquent toujours le type de crime commis
ils indiquent toujours le lieu du crime
ils indiquent toujours l'heure du crime
ils indiquent le nom de l'assassin

8 questions
84 lecteurs ont répondu
Thème : Anne PerryCréer un quiz sur ce livre