AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264035250
Éditeur : 10-18 (08/04/2004)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Londres, 1887. L'inspecteur de Scotland Yard Thomas Pitt est chargé de reprendre l'enquête sur un cambriolage meurtrier commis trois ans plus tôt, au cœur du très chic quartier d'Hanover Close. Un parfum d'espionnage plane autour de l'affaire et Thomas aura une fois de plus besoin de l'aide de sa femme Charlotte et de sa belle-sœur Emily. Dans un milieu très fermé, leur enquête va s'avérer complexe mais aussi très dangereuse et les menaces de mort violente vont alle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  10 novembre 2014
Cette enquête de l'inspecteur Pitt est assez particulière et savoureuse.
Comme dans tous les romans de cette série, l'inspecteur Pitt doit résoudre un crime mais ici, ce sera encore plus difficile que d'ordinaire car le meurtre remonte à trois ans déjà et les pistes sont franchement maigres.
Sa femme Charlotte et la soeur de celle-ci lui donneront un sérieux coup de main dans cette affaire, au point de risquer leur propres vies.
L'ambiance victorienne est encore une fois merveilleusement bien décrite, l'histoire nous entraîne dans les coulisses de la politique étrangère, de l'espionnage, des amours contrariés, et surtout nous pénétrons le monde des domestiques.
Nous découvrons le travail et le quotidien des majordomes, caméristes, gouvernantes, valets de pied, filles de cuisine, etc...
L'auteur nous dévoile leurs tâches, leurs conditions de vie, leurs rêves, leurs secrets et nous apprend que bien souvent, ils en savent beaucoup plus sur leurs maîtres que ceux-ci ne l'imaginent.
Commenter  J’apprécie          280
Phoenicia
  12 mai 2019
Encore un tome très vite avalé, signée la Reine du crime victorien.
Dans ce tome 9 des aventures du couple Pitt et d'Emily ( on a tendance à oublier que c'est en réalité un véritable trio), Pitt doit faire une enquête de moralité auprès d'une dame de la haute société qui souhaite se remarier à un diplomate, veuve d'un autre diplomate tuée 3 ans plus tôt suite à un cambriolage qui aurait mal tourné. Cambriolage? Passion? Espionnage et trahison? Anne Perry nous emmène dans toutes ses voies, nous balade pour notre plus grand plaisir. Comme à l'accoutumée, la fin est haletante et dévoile de nombreux coups de théâtre que l'on ne voyait pas forcément venir. Bref, on ne s'ennuie pas. J'avoue avoir rapidement deviné l'identité de Cerise mais les meurtriers, que nenni.
Côté perso - car il y a toujours un côté perso - on retrouve Emily, veuve et ennuyée par sa condition qui l'oblige à être recluse pour un certains temps. On retrouve également Jack Radley avec qui elle avait flirté dans le tome précédent, laissant ainsi l'occasion à Charlotte de sonder son potentiel beau-frère désargenté... le couple Pitt est toujours aussi soudé malgré le fait que Charlotte n'en fasse bien entendu qu'à sa tête . Et sa soeur également.
Un tome dans lequel on ne s'ennuie pas. Je n'ai donc pas entendu avant d'aller acquérir le suivant!
Challenge le tour du scrabble en 80 jours
Challenge Trivial Reading II
Challenge Séries
Challenge A travers l'histoire
Challenge Les Détectives littéraires
Challenge Mauvais Genres
Challenge XXe s.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SeelanddeTahiti
  09 octobre 2014
Ce sera sans doute la seule critique que je ferai d'un roman d'Anne Perry : non pas qu'ils ne méritent pas d'être critiqués, mais on peut reconnaître en toute honnêteté qu'ils sont tous faits dans le même moule. Ma foi, un moule pas si mauvais que ça ! Parfois un des personnages principaux est davantage mis à contribution dans tel ou tel volume, mais de manière générale, ils fonctionnent toujours selon le même canevas, y compris le premier de la série, bien qu'il y mette en place l'essentiel des personnages principaux.
Le principe mis en oeuvre par l'auteur est simple : un crime se produit dans le milieu aristocrate ou haut-bourgeois de l'Angleterre victorienne, et la découverte du meurtre est l'occasion de faire tomber les masques de la bienséance et de révéler les hypocrisies d'un milieu qui prêche la vertu et la décence en permanence, mais qui une fois les portes closes, est loin d'être un modèle en la matière.
Il y a essentiellement trois personnages principaux : l'inspecteur Thomas Pitt, à l'aspect toujours un peu débraillé, brillant et cultivé, contrairement à l'image toute faite des policiers qu'ont en particulier les gens de la haute société, courageux et empathique ; Charlotte, sa femme, avec qui il a fait un mariage « hors classe », car elle est issue de la haute bourgeoisie, un peu « indomptable », pareillement intelligente et compatissante, la tête brûlée du couple et enfin la soeur de celle-ci, Emily, qui elle, a fait un mariage qui l'a encore élevée dans la société, mais a perdu son mari au cours de l'un des volumes.
Dans celui-ci, le personnage d'Emily est particulièrement mis en avant. L'affaire d'un homme qui travaillait pour le Foreign Office et qui a été soupçonné d'avoir transmis des documents secrets à l'ennemi (en l'occurrence l'Allemagne) revient sur le devant de la scène. Pitt est prié d'enquêter discrètement pour écarter tout soupçon, mais évidemment les femmes de la famille décident de mettre leur grain de sel. Pour la première fois, Emily mène aussi directement l'enquête. Je n'en dirai pas plus.
Maintenant, un petit mot pour dire pourquoi je continue à lire cette série après avoir déjà lu huit volumes. Ce n'est pas pour l'originalité des intrigues, comme on l'aura déjà compris. Mais c'est surtout pour deux raisons : l'intelligence de l'auteur et son passé. La deuxième raison est une mauvaise raison, mais est inextricablement liée à la première. Anne Perry, née Juliet Hulme, a commis pendant son adolescence… un meurtre. Avec sa meilleure amie, sur la personne de la mère de celle-ci. Poussée dans un chemin… Un geste prémédité contre celle qui voulait les séparer, car leur amitié était sans doute un peu trop « passionnelle ». Quoi qu'il en soit, exilée pendant cinq ans et enfermée dans une sorte maison de redressement, ce geste a marqué toute la vie d'Anne Perry. Elle en a tiré son empathie profonde pour le genre humain, et aussi un sens aigu de la révolte contre les injustices. Juliet Hulme n'a pas sombré dans la folie, elle a fait du tragique de sa vie une force intérieure, une capacité de pénétration des tourments humains, ce qui fait toute son intelligence. Souvent l'auteur évoque des questions de société, certes sous l'angle de l'ère victorienne, mais qui trouvent toujours leur écho dans notre époque contemporaine.
Ce serait une erreur de la réduire à une simple « faiseuse » de romans policiers féminins. Elle mérite bien mieux notre estime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
dbreit
  10 décembre 2012
Le début fut un peu long à se mettre en place et j'ai deviné assez vite l'intrigue dont je n'ai eu toutefois confirmation que dans les toutes dernières pages. J'ai d'ailleurs trouvé la fin un peu baclée. Ce n'est pas le meilleur d'Anne Perry pour la série Pitt et Charlotte mais il se laisse lire assez facilement, le style est toujours là et l'on s'instruit des moeurs et coutumes de l'époque.
Un bon moment.
Commenter  J’apprécie          150
TulipeJauclette
  28 janvier 2014
Un policier qui vous plonge dans l'époque victorienne, une intrigue haletante et une fin à laquelle on ne s'attend pas. Ce fut pour moi un réel plaisir de rencontrer la vivacité de la plume d'Anne Perry. La romancière vous retranscrit avec brio la société londonienne de la fin du XIXe siècle: au travers de ses personnages, elle dépeint différentes classes sociales, entre prostituées et bourgeois. Malgré un début d'histoire long à se mettre en place, l'intrigue s'emballe au bout de quelques chapitres. Les protagonistes, en particulier ceux de sexe féminin, sont élégamment construits. Anne Perry leur offre une profondeur de caractère, un tempérament qui les poussent à jouer la comédie pour découvrir le mystère qui se cache à Hannover Close. En effet, une affaire classée est finalement ouverte: c'est l'inspecteur Pitt qui s'en charge. Malheureusement, l'homme est vite à court d'éléments pour poursuivre l'investigation. Son épouse, Charlotte, une mère au foyer, refuse d'en rester là. A l'aide de sa soeur Emily, les deux femmes vont mettre en place un stratagème théâtral pour découvrir l'assassin. La mise en scène est spectaculaire, orchestrée dans les moindres détails: chacune décide alors de se faire passer pour une jeune bourgeoise pour Charlotte et une femme de chambre employée au service de la maison où le délit a été commis pour Emily. Les rebondissements ne manquent pas, et le livre vaut la peine d'être lu au moins pour la surprise que la lecture vous procurera au dénouement. J'ai cru comprendre qu'Anne Perry avait mis en scène ces personnages dans d'autres romans ces personnages: ils atterriront bientôt sur ma table de chevet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
dbreitdbreit   03 décembre 2012
Emily se répétait mentalement tout ce qu'une femme de chambre devait dire et faire : avoir un regard franc, mais modeste, ne parler que lorsque l'on vous adresse la parole, ne jamais interrompre ni contredire, et surtout ne jamais exprimer une opinion personnelle, attitude jugée impertinente. L'opinion d'une domestique n'interessait personne. Ne jamais demander à quelq'un de faire quelque chose à votre place. Appeler le majordome "monsieur" et la cuisinière et la gouvernante par leur nom de famille. Ne pas oublier de changer d'intonation. Etre disponible jour et nuit. Ne pas se plaindre de maux de tête ou d'estomac; sauf l'excuse d'une maladie grave, vous étiez là pour travailler. Seules les dames avaient le droit d'avoir des vapeurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
dbreitdbreit   30 novembre 2012
Bien sûr, la situation financière de chacun peut changer à tout moment; elle avait connu des maisons où l'on recevait les invités dans des salons somptueux, alors que les autres pièces étaient dépourvues de tapis et qu'aucun feu n'y brulait jamais. Certains préféraient garder un grand train de domestiques, alors qu'ils avaient à peine de quoi se nourrir, plutôt que de paraître manquer de personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
sweetie9sweetie9   24 novembre 2014
Pitt connaissait des officines où exercaient les plus pauvres des prêteurs sur gages,qui prétaient des sommes dérisoires à des gens qu'une situation désespérée obligeait à se séparer de leurs casseroles ou de leurs outils de travail pour acheter à manger.Pitt détestait ce genre d'endroit;leur vue le rendait malade.
Commenter  J’apprécie          30
shelbyleeshelbylee   04 novembre 2011
- Bien entendu, si j'avais été une beauté, j'aurais vécu dans le péché ! Mais aucun homme ne m'ayant jamais demandée en mariage, je suis bien obligée de prétendre que si l'occasion s'était présentée, je l'aurais refusée ! Avez-vous remarqué, ajouta-t-elle, les yeux brillants, que les gens condamnent avec vigueur les actes qu'ils n'ont jamais osé accomplir?
Commenter  J’apprécie          10
shelbyleeshelbylee   04 novembre 2011
- Le temps de la franchise est révolu, ma chère petite. Vous n'imaginez pas les douleurs que ces sentiments peuvent cacher. Fermer les yeux sur le passé permet parfois au chagrin de s'effacer, alors que l'évoquer implique une réponse inévitable.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Anne Perry (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Perry
Anne Perry parle de "La disparue d'Angel Court". Partie 1
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Titres de la série des Charlotte et Thomas Pitt

Quelle est la particularité des titres dans cette série ?

ils indiquent toujours le type de crime commis
ils indiquent toujours le lieu du crime
ils indiquent toujours l'heure du crime
ils indiquent le nom de l'assassin

8 questions
85 lecteurs ont répondu
Thème : Anne PerryCréer un quiz sur ce livre